Louis Pergaud


Louis Pergaud
Louis Pergaud

Louis Pergaud est un instituteur et romancier français né à Belmont (Doubs), le 22 janvier 1882 et mort pour la France le 8 avril 1915, peu après la bataille de la Woëvre, près de Marchéville-en-Woëvre (département de la Meuse). Il est l'auteur de De Goupil à Margot, Prix Goncourt 1910, et de la La Guerre des boutons, paru en 1912.

Sommaire

Premières années

Louis Pergaud est originaire de Belmont (Doubs), près de Besançon en Franche-Comté. Son père, Élie Pergaud (mort le 20 février 1900), y est instituteur paroissien depuis 1877. Le 29 novembre 1879, il y épouse Noémie Collette (morte le 21 mars 1900), fille de fermiers de la même commune. Il est le cadet de trois fils : Pierre (9 août 1880/5 octobre 1880), Louis (né le 22 janvier 1882) et Lucien (1883-1973). En 1900, il se retrouve orphelin à 18 ans, son père et sa mère étant décédés à Fallerans à un mois d'intervalle.

Il suit les traces de son père au moment de choisir son métier : après une préparation à Besançon, en juillet 1898, Louis Pergaud, âgé de seize ans, dont le travail est excellent, présente le concours d’entrée à l’École normale et il est reçu premier. Après 3 ans d'études acharnées dans cette école, il en sort, le 30 juillet 1901, troisième de sa promotion. Il est nommé enseignant à Durnes (Doubs), son premier poste, pour la rentrée d’octobre 1901.

En 1903, il épouse Marthe Caffot, institutrice à La Barèche, un village voisin. En avril 1904, avec l'aide d'un ami poète, Léon Deubel, il fait paraître son premier recueil de poésies, L’Aube. En 1905, lors de la séparation de l'Église et de l'État, Pergaud est muté à Landresse, toujours dans le Doubs. L'arrivée au village d'un instituteur réputé socialiste et anticlérical suscite des protestations des populations locales ulcérées. Le refus de Pergaud d'assister à la messe et d'enseigner la doctrine catholique ont pour effet d'aggraver les tensions. En 1907, il abandonne sa femme. Il « descend » alors à Paris, où sa maîtresse, Delphine Duboz, le rejoindra peu après. Il travaille comme clerc puis comme maître d'école, consacrant tout le temps qu'il peut à sa plus grande passion : l'écriture. Pergaud, l'écrivain, puisera aux souvenirs de sa terre natale, la Franche-Comté, pour composer la quasi-totalité de ses œuvres. La prose de Pergaud est souvent assimilée soit au mouvement réaliste, parfois même naturaliste, soit au mouvement moderniste.

En 1908, Marthe Caffot et lui divorcent après presque trois ans de séparation. Le divorce est prononcé aux torts de l'écrivain. En juillet 1910, il épouse Delphine Duboz.

Œuvre

Sa première publication en prose parait dans le Mercure de France en 1910, le recueil de ces nouvelles s'intitule De Goupil à Margot (Prix Goncourt 1910). Avec cette œuvre Pergaud s'établit comme maître littéraire dans le domaine animalier. Certains critiques y voient l'expression des similitudes entre les instincts amoraux des animaux, et les activités immorales des hommes. Ces mêmes critiques proposent que Pergaud adopte une telle position en conséquence de son fervent anti-militarisme, une attitude qu'il aurait développée durant son service national en 1902.

En 1911 sort son deuxième recueil de nouvelles sur le thème des animaux, dont La Revanche du corbeau.

En 1912, il écrit La Guerre des boutons, roman de ma douzième année : rivalités belliqueuses entre garçons de deux villages voisins à chaque rentrée scolaire. Cette guerre prend une forme un peu particulière : en plus des coups et des injures, les « vaincus » se voient confisquer leurs boutons en guise de trophées, avant d'être renvoyés chez eux. Le roman commence avec humour et innocence, mais devient de plus en plus sinistre au fur et à mesure que la frontière entre jeu et réalité est brouillée. Sa Majesté des mouches développera plus tard des aspects assez similaires. On trouvera aussi dans la Guerre des boutons plusieurs thèmes relevant de la vie sociopolitique de la Troisième République française: le conflit entre l'Église et le mouvement anticlérical, l'esprit revanchard, l'instruction civique à la Jules Ferry, etc.

En 1913 paraît Le Roman de Miraut, chien de chasse. Il écrit de nombreuses autres histoires à propos de la vie « rustique » et du règne animal, qui seront publiées à titre posthume.

En 2011 est publié en intégralité le Carnet de guerre de Louis Pergaud qui débute le 3 août 1914 et prend fin le 6 avril 1915.

L'œuvre de Pergaud est toujours très populaire en France, avec plus d'une trentaine de rééditions de La Guerre des boutons. En octobre 2010, l'œuvre de Louis Pergaud tombe dans le domaine public[1].

Il existe une association à Paris : Les Amis de Louis Pergaud.

Mort

En août 1914, Louis Pergaud est mobilisé dans l'armée française comme sous-lieutenant au 166e régiment d'infanterie cantonné à Verdun. Il sert en Lorraine sur le front Ouest, pendant l'invasion allemande. Le 7 avril 1915, son régiment lance une attaque contre les lignes allemandes : piégé dans les barbelés, il est blessé par balles. À la fin de l'offensive, l'écrivain comtois n'est pas parmi les rescapés.

Louis Pergaud en tenue militaire

On croit maintenant que, plusieurs heures plus tard, les soldats allemands sont venus à son secours, et l'ont emmené avec quelques-uns de ses camarades dans un hôpital provisoire. Ce bâtiment, situé à Fresnes-en-Woëvre, serait détruit par un tir de barrage de l'armée française le 8 avril. Louis Pergaud, et de nombreux compatriotes, ont été au nombre des victimes. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Le 4 août 1921, Louis Pergaud est déclaré « Mort pour la France ». Ce jugement fera l'objet de deux transcriptions, les 3 et 5 septembre 1921, car la première transcription comporte une erreur sur le prénom : Émile Louis au lieu de Louis Émile.

Louis Pergaud est mort dans la petite commune de Marchéville-en-Woëvre (Meuse) en 1915. Son monument devait être érigé en face du cimetière. D'ailleurs, le socle est resté visible longtemps. Pour des raisons financières, les Maires de Marchéville, M. Guy Mettavant et de Fresnes, M. Masson, se sont mis d'accord pour que le monument se trouve à Fresnes. Une correspondante de L'Est Républicain et de Terre Lorraine, Chantal Canu-Crouët, qui a vécu longtemps à Marchéville, s'est insurgée contre cette décision, dans un article publié au début des années 80. Rendons à Louis Pergaud et à Marchéville... Même mort, il continue à nous emmener à l'école buissonnière... Ce qui le rend encore plus attachant et énigmatique.

Bibliographie

Éditions originales
  • De Goupil à Margot, histoires de bêtes (prix Goncourt 1910), Éd. Le Mercure de France, Paris, 258 p.
  • La Revanche du corbeau, nouvelles histoires de bêtes, Éd. Le Mercure de France, Paris, 1911, 253 p.
  • Le Roman de Miraut, chien de chasse, Paris, Éd. Le Mercure de France, 1913, 424 p.
  • La Guerre des boutons, roman de ma douzième année, Paris, Éd. Le Mercure de France, 1913, 344 p.
  • Léon Deubel: Régner, poèmes recueillis par Louis Pergaud, Éd. Le Mercure de France, Paris, 1913, 260 p (préface de Pergaud pp. 5 à 48).
  • Les Petits Gars des champs, in Revue des œuvres nouvelles, n° 3, mars 1914.
  • Les Rustiques, nouvelles villageoises, préface de Lucien Descaves, Éd. Le Mercure de France, Paris, 1921, 241 p.
  • Lebrac bûcheron, roman inachevé, introduction d'Edmond Rocher, Éd. Le Mercure de France, Paris, 1923, 318 p. Œuvre posthume.
  • La Vie des bêtes, études et nouvelles, Éd. Le Mercure de France, Paris, 1923, 318 p.
  • Carnet de guerre, Éditions établie par Françoise Maury, Éd. Le Mercure de France, Paris, 158 p.
Recueils

Il existe plusieurs éditions des Œuvres complètes de Louis Pergaud, parmi lesquelles celle du Livre Club Diderot, préface de Pierre Gamarra, © Mercure de France, 1970. Ce recueil comprend :

  • De Goupil à Margot
  • La Revanche du corbeau
  • Le Miracle de saint Hubert
  • Le Roman de Miraut
  • Dernières Histoires de bêtes
  • La Guerre des boutons
  • Lebrac bûcheron
  • Les Petits Gars des champs
  • Les Rustiques
  • Nouvelles villageoises posthumes
  • La Vie des bêtes
  • Léon Deubel
  • Ébauches et choix de poèmes

Filmographie

La Guerre des boutons a donné lieu à plusieurs adaptations cinématographiques :

Hommages

Plaque commémorative au 3 rue Marguerin, à Paris (14ème arr.)

Établissements scolaires

Plusieurs établissements scolaires portent le nom de Louis Pergaud, en hommage à l'écrivain.

Écoles primaires
Collèges
Lycée

Rues

Plusieurs rues en France portent le nom de l'écrivain dont une à Besançon et une autre à Paris, la rue Louis-Pergaud dans le 13e arrondissement.

Notes

  1. Mort en 1915, la date de libération des droits commence au 1er janvier 1916 à laquelle s'ajoute les durées de protection. Droit d'auteurs de 50 ans au jour de sa mort. Mort pour la France, les droits sont prorogés de 30 ans. Prorogation de guerre : 14 ans et 272 jours(6 ans et 152 jours pour la 1ère, et 8 ans et 120 jours pour la seconde). Soit une durée de protection totale de 94 ans et 272 jours. Ainsi, l'œuvre tombe dans le domaine public le 30 septembre 2010

Voir aussi

Articles liés

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Louis Pergaud de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Louis Pergaud — (* 22. Januar 1882 in Belmont, Département Doubs; † 8. April 1915 bei Marchéville en Woëvre, Département Meuse) war ein französischer Schriftsteller. Leben und Schaffen Louis Émile Pergaud wuchs auf in seinem Geburtsort Belmont nahe Besançon als… …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Pergaud — Louis Pergaud. Louis Pergaud (Belmont, Doubs, 22 de enero de 1882 batalla de Woëvre, Meuse, 4 de abril de 1915) fue un escritor francés. Quiso ser científico, pero sus aspiraciones se vieron truncadas como consecuencia de la muerte de su padre y… …   Wikipedia Español

  • Louis Pergaud — Infobox Writer name = Louis Pergaud caption = Louis Pergaud birthdate = birth date|1882|1|22|df=y birthplace = Belmont, Doubs, France deathdate = death date and age|1915|4|8|1882|1|22|df=y deathplace = Marchéville en Woëvre, France occupation =… …   Wikipedia

  • Rue Louis-Pergaud — 13e arrt …   Wikipédia en Français

  • Prix Louis Pergaud — Le prix Louis Pergaud est un prix littéraire français créé en 1953 par l association des Franc Comtois à Paris[1]. Il a été créé en l honneur de Louis Pergaud, Prix Goncourt 1910, originaire de Franche Comté, mort en 1915 lors de la première… …   Wikipédia en Français

  • Pergaud — Louis Pergaud Louis Pergaud (* 22. Januar 1882 in Belmont; † 8. April 1915 in Marchéville en Woëvre) war ein französischer Schriftsteller. Leben Nach dem Studium in Besançon arbeitete Pergaud als Lehrer in Landresse. Nebenbei begann er… …   Deutsch Wikipedia

  • PERGAUD (L.) — PERGAUD LOUIS (1882 1915) Le XXe siècle a vu naître un groupe particulier d’écrivains issus de la classe populaire: les membres de l’enseignement public. On sait de quelle abondante manière ils se sont répandus aujourd’hui. En 1904, ils étaient… …   Encyclopédie Universelle

  • Pergaud, Louis — (1882 1914)    writer    Born in Belmont, Doubs, Louis Pergaud, who was raised in Franche Comté, where he became a rural schoolteacher, always kept in close touch with the rustic world. Coming to Paris in 1907, he soon became a manager working in …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Pergaud — (Louis) (1882 1915) écrivain français: la Guerre des boutons (1912) …   Encyclopédie Universelle

  • Jean-Louis Grosmaire — (né le 27 mai 1944 à Abidjan) est un écrivain et un géographe. Sommaire 1 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.