Marechaussee


Marechaussee

Maréchaussée

La maréchaussée est l'ancêtre de la gendarmerie française.

En 1720 la maréchaussée fut symboliquement placée sous l'autorité administrative de la gendarmerie de France, ce qui explique qu'en 1791, elle fut renommée « Gendarmerie nationale ».

Sommaire

Historique

Le mot maréchaussée vient de sa fondation lorsque les maréchaux de France ont été institués en juridiction souveraine dépendant du connétable, sous le sceau commun des maréchaux, afin de connaître de toutes les questions relatives à la levée, aux statuts et à la discipline des gens de guerre (équivalent des MP), à la pacification des territoires occupés et du domaine public terrestre (police des chemins et canaux royaux, garde des juridictions souveraines, des forts, arsenaux, prisons, dépôts et palais royaux), à la recherche des crimes de lèse majesté (recherche de dépôts d'armes ou de munitions, répression des menées séditieuses et des bandes armées, falsification de sceaux royaux ou de monnaie), ainsi qu'à la police des personnes ne relevant pas des juridictions locales ordinaires (vagabonds, étrangers non domiciliés, vols avec armes, vols sur les grands chemins).


Selon l'ordonnance criminelle dite de 1670, une partie de ces crimes, qualifiés de "cas royaux", sont recherchés par la Maréchaussée mais jugés par une chambre criminelle du Parlement, tandis que les autres, qualifiés de "cas prévôtaux", sont jugés en première et dernière instance par les cours prévôts provinciaux des maréchaux.

Depuis François Ier, une troupe de cavaliers est chargée de constater et de poursuivre les cas prévôtaux, mais elle intervient dans les faits dans beaucoup d'affaires relevant des tribunaux ordinaires. Les prévôts ont désormais une résidence fixe. La maréchaussée fut réorganisée à la fin du XVIIe siècle et durant tout le XVIIIe par une série d'édits, d'ordonnances et de règlements (1670, 1720, 1731, 1769, 1778) visant à la rendre plus efficace et plus présente dans les campagnes, à une époque où le vagabondage fait l'objet d'une répression accrue.

Organisation territoriale au XVIIIe siècle

L'édit de mars 1720 réorganise profondément la maréchaussée et accentue son caractère territorial. Il crée dans chacune de trente-six gouvernements ou provinces un tribunal prévôtal et une compagnie de maréchaussée. A sa tête est placé un prévôt général nommé par le Secrétaire d'État à la Guerre, résidant au chef-lieu de la province, et qui peut être mis à la disposition de l'intendant. Les prévôtés sont divisées en lieutenances (un lieutenant étant établi dans chaque ville dotée d'un présidial), elles-mêmes divisées en brigades réparties le long des grandes routes. Chaque brigade doit surveiller une vingtaine de kilomètres de route de part et d'autre de son siège. L'"arrondissement" ou "district" d'une brigade comprend également plusieurs dizaines de paroisses rurales plus ou moins éloignées.

L'ordonnance du 25 février 1768 crée 200 brigades supplémentaires, et réorganise leur implantation, afin de parvenir à un mailliage du territoire plus fin et plus rationnel. Cependant, en 1779, la maréchaussée ne compte pas plus de 3300 hommes répartis en 34 compagnies (une par généralité, Corse comprise, plus une pour Paris et l' Île-de-France, et une autre assurant la sécurité du roi dans ses déplacements). Ces compagnies, divisées en lieutenances ayant à leur tête un lieutenant assisté d'un ou plusieurs sous-lieutenants, regroupent un total d'environ 800 brigades pour l'ensemble du royaume.

Le service de la maréchaussée à la fin de l'Ancien Régime

Les hommes de la maréchaussée sont obligatoirement d'anciens militaires. L'ordonnance de 1778 les oblige à souscrire un engagement de 16 ans. Par ailleurs ce texte assimile la hiérarchie de la maréchaussée à celle de la cavalerie, qui se substitue à celle héritée du Moyen Âge (le maréchal des logis remplace l'exempt et le cavalier, l'archer). Une brigade, commandée par un maréchal des logis ou un brigadier compte quatre hommes, le chef de brigade compris. Chaque brigade doit avoir des contacts hebdomadaires avec ses voisines en un lieu ou un autre, et des tournées de deux cavaliers doivent être effectuées chaque jour. La maréchaussée doit surveiller tout particulièrement les rassemblements (foires et marchés, fêtes locales, etc.)

Prévôts des maréchaux

  • Le Gallois de Fougières, prévôt des maréchaux, tué à la bataille d'Azincourt en 1415.
  • Jean de Lannion, lieutenant du prévôt des maréchaux de Bretagne, sauva la ville de Lannion de l'attaque de brigands en 1634.
  • Tristan Lhermitte, seigneur du Moulin et du Bouchet, grand prévôt des maréchaux de Louis XI.
  • Nicolas Rapin, grand prévôt des maréchaux et poète, mort en 1609.
  • Louis de Chandieu, grand prévôt des maréchaux de France de François Ier.
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Mar%C3%A9chauss%C3%A9e ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marechaussee de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • maréchaussée — [ mareʃose ] n. f. • 1718; mareschaucie XIIe; de maréchal ♦ Anciennt Sous l Ancien Régime, Corps de cavaliers placé sous les ordres d un prévôt des maréchaux, et chargé des fonctions de la gendarmerie actuelle. Les archers de la maréchaussée. ♢… …   Encyclopédie Universelle

  • Maréchaussee — (fr., spr. Mareschosseh), vor der ersten Revolution die berittenen Polizeisoldaten in Frankreich …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Maréchaussée — (franz., spr. schōßë , mittellat. Mareschalchia), vormals berittene Polizeiwache in Frankreich, seit der Revolution durch die Gendarmerie ersetzt. Den Namen M. führte auch das alte Marschalls Prevotalgericht, in dem gegen Falschmünzer,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Maréchaussee — Soldaten der Maréchaussée (ganz links) befördern Freudenmädchen zur Polizeiwache, Paris 1755 Die Maréchaussée de France war als militärisch organisierte Polizeitruppe direkter Vorläufer der französischen Gendarmerie Nationale. Inhaltsverze …   Deutsch Wikipedia

  • Maréchaussée — Angehörige der Prévôté de Paris (ganz links) verbringen Freudenmädchen ins städtische Arbeitshaus (Salpêtrière), 1745 Die Maréchaussée war als militärisch organisierte Polizeitruppe direkter Vorläufer der französischen Gendarmerie Nationale …   Deutsch Wikipedia

  • Maréchaussée — La maréchaussée est l ancêtre de la gendarmerie française. En 1720, la maréchaussée fut symboliquement placée sous l autorité administrative de la gendarmerie de France, ce qui explique qu en 1791, elle fut renommée « Gendarmerie… …   Wikipédia en Français

  • maréchaussée — (ma ré chô sée) s. f. 1°   La juridiction des maréchaux de France (voy CONNÉTABLIE).    Il s est dit de la dignité de maréchal. •   Pour Estrées... lui faire compliment sur sa maréchaussée, BUSSY dans SÉV. t. VII, p. 157, éd. RÉGNIER. 2°   Corps… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MARÉCHAUSSÉE — s. f. On nommait ainsi La juridiction des maréchaux de France. Voyez CONNÉTABLIE. MARÉCHAUSSÉE, s est dit aussi d Un corps de gens à cheval, qui était établi pour la sûreté publique, et qu on a remplacé par la gendarmerie. La maréchaussée était à …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MARÉCHAUSSÉE — n. f. Juridiction des maréchaux dans l’ancienne France. Il s’est dit aussi d’un Corps de gens à cheval qui était établi pour la sûreté publique et qu’on a remplacé par la gendarmerie. La maréchaussée était à ses trousses …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Marechaussee — ∙Ma|re|chaus|see [mare:ʃɔ se:], die; [frz. maréchaussée, zu: maréchal (Pl.: maréchaux), ↑Marschall]: (im 18. Jh. in Frankreich) berittene Gendarmerie: Desgrais, ein Beamter der M., wurde ihr nachgesendet (E. T. A. Hoffmann, Fräulein 10) …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.