Maître Cornélius


Maître Cornélius
Maître Cornélius
Louis XI de France, père de Marie de Saint Vallier
Louis XI de France, père de Marie de Saint Vallier

Auteur Honoré de Balzac
Genre Étude philosophique
Pays d'origine Drapeau de France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Gosselin, Werdet
Collection La Comédie humaine
Date de parution 1832
Série Études philosophiques
Chronologie
L'Élixir de longue vie
Sur Catherine de Médicis

Maître Cornélius est une nouvelle d’Honoré de Balzac parue en 1831 dans la Revue de Paris. Publiée en volume chez Gosselin en 1832 dans les Nouveaux contes philosophiques avec Madame Firmiani l'Auberge rouge et Louis Lambert, elle est rééditée chez Edmond Werdet en 1836 dans la série des Études philosophiques, puis dans l’édition Furne des Études philosophiques de la Comédie humaine en 1846.

Si le texte paru dans la revue a été bien accueilli par le public, il n’a pas retenu l’attention de la critique de l’époque. Les balzaciens de nos jours restent encore très partagés sur l’intérêt à accorder à cette nouvelle qui oscille entre le fantastique à la Hoffmann et le roman historique à la Walter Scott[1]. Samuel S. de Sacy considère même que « La comédie humaine peut très bien se passer de Maître Cornélius, et Maître Cornélius sans la Comédie humaine serait une curiosité tout au plus »[2]. René Guise trouve au contraire que le texte ne prend tout son sens que si on le lit dans la perspective de l’ensemble de la Comédie humaine[3]. Il est vrai que la nouvelle est un peu déroutante, alambiquée, avec des contradictions et des invraisemblances. Il y a deux histoires dans cette seule histoire assez courte : 130 pages lors de la première publication, 58 pages de La Pléiade 1981.

Thème

Marie de Saint Vallier, fille de Louis XI est mariée à un vieillard despotique, brutal et jaloux qui la martyrise. Elle est aimée de Georges d’Estouteville qui s’arrange pour la voir en cachette. L’introduction de la première histoire présente une mise en scène du jeune homme pour éloigner le vieux mari à la sortie d'une messe. Pour cela, il crée une cohue qui sépare les deux époux, et s’assure de la complicité d’un religieux pour retenir Marie près du confessionnal, le temps de l’embrasser. Le vieux comte Aymar de Poitiers, sire de Saint Vallier flaire la supercherie mais ne peut rien découvrir de suspect.

Immédiatement après, arrive le sujet de la deuxième histoire enchevêtrée dans les amours de Marie de Saint Vallier : celle de maître Cornélius, mystérieux personnage vivant dans une maison quasiment murée, au fond d’une ruelle, voisine précisément de la maison de Saint Vallier.

Le personnage le plus intéressant, qui aurait dû être le sujet unique de la nouvelle, est bien Maître Cornélius qui se vole lui-même la nuit lorsqu’il est en état de somnambulisme, créant ainsi un suspense : qui vole ainsi un vieillard dans une maison aussi bien cadenassée ? Cornélius étant argentier du roi Louis XI, il se trouve naturellement le premier soupçonné par le souverain dont l’avarice est légendaire. Cornélius se suicide, emportant dans sa tombe le secret de la cachette où il a placé l’or qu’il s’est volé lui-même.

L’aspect abracadabrant d’une telle histoire n’arrive pourtant pas à masquer les préoccupations mystiques de Balzac . On pourrait rapprocher ce texte des Proscrits qui se passe sensiblement à la même époque, non loin d’une cathédrale, celle de Tours ici, (Notre-Dame de Paris dans les Proscrits). Balzac évoque « l’inexplicable phénomène de spiritualité, la puissance toute électrique de la prière »[4].

Les thèses philosophiques de Balzac rejoignent ici ses lectures de Swedenborg et c’est sans doute cet aspect mystique du récit, où coexistent exaltation religieuse et amour profane, qui a retenu l’attention d’un critique de La Revue Européenne en 1832[5], qui accorde à cette étrange nouvelle quelques détails heureux mêlés de fausses idées sur le Moyen Âge.


Notes et références

  1. René Guise, introduction à Maître Cornélius. La Pléiade, 1980, t.XI, p. 3 (ISBN 2070108767).
  2. Œuvre de Balzac, Club Français du livre, t.X, p. 996 cité par René Guise.
  3. La Pléiade, 1979, t.X, p. 4
  4. Maître Cornélius, La Pléiade, 1980 t.XI, p. 16(ISBN 2070108767).
  5. t.V. p. 68-369 cité par René Guise

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maître Cornélius de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cornelius Wischaven — Cornelius Wischaven, né le 2 octobre 1509 à Malines (Belgique) et décédé le 25 août 1559 à Loreto (Italie) était un prêtre jésuite belge, et maître spirituel. Il fut le premier maître des novices de la Compagnie de Jésus. Le père Cornelius… …   Wikipédia en Français

  • Maître Derville — Personnage de fiction apparaissant dans La Comédie humaine …   Wikipédia en Français

  • Maître Cruchot — Personnage de fiction apparaissant dans la Comédie humaine Origine Saumur Genre …   Wikipédia en Français

  • Maitre de cavalerie — Maître de cavalerie Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français

  • Maître De Cavalerie — Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français

  • Maître de la cavalerie — Maître de cavalerie Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français

  • Cornelius Cardew — (7 May 1936–13 December 1981) was an English experimental music composer, and founder (with Howard Skempton and Michael Parsons) of the Scratch Orchestra, an experimental performing ensemble. He later rejected the avant garde in favour of a… …   Wikipedia

  • Cornelius Castoriadis — Philosophe occidental Philosophie contemporaine Naissance 11 mars …   Wikipédia en Français

  • Cornélius Castoriadis — Cornelius Castoriadis Cornelius Castoriadis (Κορνήλιος Καστοριάδης) (11 mars 1922 à Constantinople[1] 26 décembre 1997 à Paris) est un philosophe, économiste et psychanalyste français d origine grecque, défenseur du concept d… …   Wikipédia en Français

  • Cornelius Canis — (also de Hondt, d Hondt) (between 1500 and 1510 – 16 February 1561) was a Franco Flemish composer, singer, and choir director of the Renaissance, active for much of his life in the Grande Chapelle, the imperial Habsburg music establishment during …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.