Moellon


Moellon
Mur en moellon.

Un moellon (appellations anciennes maillon ou moilon) est une pierre pour la construction, en général pierre de calcaire plus ou moins tendre (matériaux), taillée partiellement ou totalement, avec des dimensions et une masse qui le rendent maniable par un homme seul.

Sommaire

Extraction et taille de bloc

Oratoire en moellons de grès finement taillé - commune de Neufmaisons- France.

Le carrier extrait la pierre brute du sol dans la carrière et la fournit au moelloneur qui taille les pierres traditionnellement dans la carrière. Le moelloneur donne une forme à la pierre qui peut être un bloc plus ou moins fini selon le besoin, pour aboutir par exemple à constituer un arc, une voûte, une baie, un dallage, un escalier ou simplement un mur. Le dessin global de ces membres est fait par l' architecte ou le maître d'œuvre. Dans la plupart des cas de construction importante l'architecte ou un appareilleur « calpine » les blocs à tailler qui font partie de l'apparence, ce n'est pas le cas dans les constructions peu importantes.

Le moellonneur utilise une scie ou une trancheuse pour le clivage ou un marteau pneumatique ou plus traditionnellement la masse et le burin pour définir le bloc, l'ébaucher. Il utilise la laye, la rustique (pics-haches lisses et à dents), la boucharde (marteau à dents) pour dégrossir et dresser les pans de façon « rustique » (le rusticage).

Il peut éventuellement finir précisément son travail sur le chantier de construction en façade ou depuis l'intérieur du bâtiment, et terminer la tête dressée (la face visible) du moellon.

Le moellon se distingue de la pure pierre de taille à arêtes vives par une queue biseautée en démaigrissement qui n'en fait pas un bloc s'emboitant parfaitement avec les autres blocs. Le moellon est un bloc plutôt petit. (Le tailleur de pierre utilise en plus pour la taille de pierre le ciseau, le poinçon, la gouge, la ripe pour faire les décors et moulures, le chemin de fer pour faire la face plane en façade). Le moellon est réputé ne pas pouvoir faire des saillies simples en façade de corps de bâtiment aussi importantes qu'une pierre de taille qui peut être de plus grande dimensions.

Un carreau est un moellon plat qui sera posé dans le mur sur un des côtés minces, ou bien sur le côté large horizontal pour faire un dallage, le plus grand pan (la plus grande face) étant visible.

La moellonaille ou blocaille catégorise les petits moellons sans forme ni taille précises venant du travail du moellonneur ou du carrier.

Matériaux

Ces appellations sont utilisées et caractérisent le matériau de construction, la pierre à bâtir selon son origine :

  • Château-Landon - Calcaire dur. (Seine et marne).
  • Cliquart - Calcaire coquiller dur à grain.
  • Comblanchien - Calcaire. Sert à faire des dalles. (Bourgogne).
  • Échaillon - Calcaire à grain fin.
  • Granulite - Granite.
  • Grisard - Grès dur.
  • Liais - Calcaire à grain fin. Sert à faire des marches, des jambages de cheminée. (Meuse, Bourgogne).
  • Meulière - Silex dur. Non taillable, a servi à faire des fondations puis des murs en élévation avec des briques. (Ile-de-France).
  • Molasse - Grès argileux (gélif). (Suisse)
  • Parmain - Calcaire tendre, pierre de taille.
  • Pierre dorée - Calcaire assez tendre. (Beaujolais, Lyonnais).(jarnioux, oingt, theizé, charnay).
  • Tuf - Pierre de Volvic - Basalte volcanique. (Massif central).
  • Tuffeau - Calcaire tendre. (Anjou, Touraine).
  • Vergelé - Calcaire tendre (gélif). (Ile de France).

Maçonnerie

Le maçon effectue le moellonage, la mise en œuvre.

Dans un mur le bloc est normalement posé sur son lit de pose ou d'assise, face de dessous qui est dans le plan horizontal d'extraction de carrière. Il est posé en délit (en contre-lit), plan vertical d'extraction, normalement si le matériau le supporte sans se déliter (se désagréger avec le temps). Les voûtes, les arcs, les parties hautes des baies utilisent les blocs équarris avec des lits de pose non horizontaux.

Les moellons équarris sont en maçonnerie ordinaire posés à plat (petite hauteur verticale) ou posé de champ (grande hauteur verticale) sur leur lit de dessous. Le moellon peut être mis en boutisse, il traverse en partie le mur, un bout, le petit côté, est visible en parement. Il peut être mis en boutisse parpaigne, il traverse alors totalement le mur, les deux bouts sont visibles en parement et des carreaux peuvent être utilisés pour ce faire. (Détail : Appareil).

Les moellons de façon ordinaire sont posés dans les murs sans arrangement de forme, en opus incertum avec éventuellement un parement de mortier (enduit). S'ils sont posés sans mortier ni enduit, on parle de pierres sèches. En construction de qualité, l'arête de la rencontre en angle saillant ou rentrant de deux pans de mur peut se faire avec de gros moellons équarris arrangés en besace, alternance verticale d'un grand côté et d'un petit côté, constituant une chaîne.

Les moellons sont disposés, appareillés selon une trame de pose à joints horizontaux qui sont les joints de lit, rectilignes ou non et avec des joints verticaux, les joints montants, qui eux sont ordonnés ou non. Cette pose suppose dans tous les cas qu'un coup de sabre (fissure béante apparaissant avec le temps entre des moellons désolidarisés donnant deux parties de mur dissociées) ne puisse normalement se faire dans le mur.

La moellonaille est maçonnée de façon ordinaire en blocage pour constituer la fourrure entre les appareils de moellons ou de pierres de taille ou de briques en parement du mur, ou bien encore entre des banches qui sont posées entre des chaines de pierres taillées, les chaines d'angles et chaines verticales.

Le carreau peut être utilisé comme pierre pelliculaire, pierre de placage collée et agrafée pour le parement de façade et rendre "rustique" des supports faits en béton ou en blocs agglomérés.

L'utilisation de moellons se fait aussi bien pour les fondations, les soubassements à moitié enterrés que pour les murs en élévation.

La moellonaille des carrières sans moelloneurs sert à faire les hérissons de pierres jetées sur sol pour faire le support d'une dalle, ce support est disjoint de celle-ci. Elle sert aussi à la fabrication du béton cyclopéen qui est utilisé depuis l'antiquité romaine pour fabriquer les gros massifs des constructions.

Bibliographie

  • Jean de Vigan, le Petit Dicobat — dictionnaire général du bâtiment, Arcature.
  • Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture, méthode et vocabulaire, Édition du patrimoine.
  • Eugène Viollet-le-Duc, Entretien sur l'Architecture, Éditeur : Morel.

Voir aussi

Notes


  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Moellon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moellon — [ mwalɔ̃ ] n. m. • XVIe; altér. d apr. moelle, de l a. fr. moilon (XIVe); moulon XIIe; lat. pop. °modiolo, onis, de modiolus « moyeu » 1 ♦ Pierre de construction maniable en raison de son poids et de sa forme. Moellons naturels, bruts. Empilage… …   Encyclopédie Universelle

  • moellon — Moellon. s. m. Quelques uns écrivent Moilon. Morceau ou éclat de pierre brute qui se trouve dans les carrieres au dessus de la pierre de taille, & qui sert à faire des fondations, des murs de closture, & dont on fait du remplage à de gros murs de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Moellon — Mo el*lon, n. [F.] Rubble masonry. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Moellon — (franz., spr. mūallong), Bruchstein; besonders ein quaderartig behauener Bruchstein, in Frankkreich und im südwestlichen Deutschland vielfach verwendet (M. d appareil); auch der Sandstein zum Spiegelschleifen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • moellon — (moi lon) s. m. 1°   Terme de maçonnerie. Pierre blanche, assez tendre, qui se tire des carrières en moindres morceaux que les pierres de taille, et qu on recouvre ordinairement de plâtre ou de mortier.    Moellon d appareil, celui qui est… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MOELLON — s. m. T. de Maçonnerie. Pierre de petite dimension qui s emploie dans les massifs de construction, et qu on recouvre ordinairement de plâtre ou de mortier. Tirer du moellon de la carrière. Un mur construit en moellon.   Moellon d appareil, Celui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MOELLON — n. m. T. de Maçonnerie Pierre de petite dimension qui s’emploie dans les massifs de construction et qu’on recouvre ordinairement de plâtre ou de mortier. Tirer du moellon de la carrière. Un mur construit en moellon. Moellon d’appareil, Celui qui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Moellon — 1Moel|lon [mo̯a lõ:] der; s, s <aus gleichbed. fr. moellon, dies über vulgärlat. mutellione aus lat. mutulus »Kragstein«> (selten) quaderartig behauener Bruchstein Moellon 2 2Moel|lon [mo̯a lõ:] das; s wahrscheinlich aus fr. moelle »Mark«,… …   Das große Fremdwörterbuch

  • Moellon — 1Moel|lon [mo̭a lõ:], der; s, s [frz. moellon, über das Vlat. < lat. mutulus = Kragstein] (selten): quaderartig behauener Bruchstein. 2Moel|lon [mo̭a lõ:], das; s [wahrsch. < frz. moelle < lat. medulla = Mark] (Gerberei): Degras …   Universal-Lexikon

  • moellon — nm. mwèlon (Albanais). A1) moellon attaché au bout d une corde qui doit marquer l horizontale : renâ <renard> (Saxel) …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.