Mouvement Souverainiste Du Québec


Mouvement Souverainiste Du Québec

Mouvement souverainiste du Québec

Québec

Armoiries du Québec
Cet article fait partie de la série sur la
politique du Québec,
sous-série sur la politique.

Pouvoir exécutif

Pouvoir législatif

Pouvoir judiciaire

Législation

Question nationale

Élections
Partis politiques

 v · d · m 

Portail politique - Portail national

Le mouvement souverainiste du Québec est un mouvement politique dont l'objectif est de faire du Québec, province du Canada depuis 1867, un État souverain. Les souverainistes proposent aux Québécois de faire usage de leur droit à l'autodétermination — principe qui comporte la possibilité de choisir entre intégrations à un État tiers, l'association politique à un autre État ou l'indépendance — afin qu'ils se donnent, par des moyens démocratiques, leur premier État constitutionnel indépendant.

Les souverainistes québécois sont d'avis qu'avec un État souverain, les Québécois francophones seront mieux outillés pour promouvoir leur propre développement économique, social et culturel. De façon générale, les souverainistes ne sont pas opposés aux principes du fédéralisme, cependant ils s'opposent au fonctionnement actuel du système fédéral canadien, et croient que ce système ne peut être réformé de manière à répondre à la fois au besoin centralisateur du Canada anglophone et à celui d'autonomie politique du Québec.

Sommaire

Mise en contexte

Ultimement, le but du mouvement souverainiste du Québec est de faire en sorte que le Québec devienne un pays lui-même en se séparant du Canada. Cependant, il propose d'établir divers partenariats futurs avec le Canada. En pratique, les termes « indépendantiste », « souverainiste » et « séparatiste » sont utilisés pour qualifier les personnes suivant ce mouvement, bien que ce dernier terme soit perçu comme étant péjoratif par les personnes concernées. De plus, la plupart des discours politiques du premier ministre du Canada utilisent le terme « souverainiste » en français afin de modérer les propos auprès de l'électorat québécois et le terme « separatist » (séparatiste) en anglais afin d'accentuer la dimension négative du projet[1].

L'idée de la souveraineté du Québec est fondée sur une vision et interprétation nationalistes des faits historiques et réalités sociologiques du Québec, qui, selon les souverainistes, attestent l'existence d'un peuple et d'une nation québécoise. Le 27 novembre 2006, la Chambre des communes du Canada a adopté, à 266 voix contre 16, une motion reconnaissant que « les Québécois forment une nation au sein d'un Canada uni ». Le 30 novembre, l'Assemblée nationale du Québec adoptait à l'unanimité une motion reconnaissant « le caractère positif » de la motion adoptée par Ottawa et proclamant que ladite motion ne diminuait pas « les droits inaliénables, les pouvoirs constitutionnels et les privilèges de l'Assemblée nationale et de la nation québécoise. »

Les souverainistes croient que l'aboutissement normal de l'aventure collective des Québécois est l'atteinte de l'indépendance politique, chose qu'ils entrevoient comme possible uniquement si le Québec devient un État souverain et si ses habitants se gouvernent eux-mêmes par le biais d'institutions politiques démocratiques indépendantes, et sont libres d'établir des relations extérieures sur la base de traités.

Par le biais du parlementarisme, les Québécois exercent actuellement un certain contrôle démocratique sur l'État québécois, cependant au sein de la fédération canadienne telle qu'elle est actuellement constituée, cet État n'a pas tous les pouvoirs constitutionnels lui permettant d'agir en tant que véritable gouvernement national. Au sein du Canada, les politiques poursuivies par le Québec et celles du gouvernement fédéral entrent parfois en conflit. Jusqu'à présent, diverses tentatives de réforme du système fédéral canadien ont échoué (notamment les défunts accords du Lac Meech et de celui de Charlottetown), du fait des intérêts conflictuels entre les élites souverainistes du Québec et les élites fédéralistes du Québec et du reste du Canada (voir Débat constitutionnel au Canada).

Bien que ce soit avant tout un courant d'ordre politique, des préoccupations d'ordre culturel et social sont également à la base du désir d'émancipation par la voie indépendantiste d'une partie de la population québécoise, lesquelles sont beaucoup plus vieilles que le mouvement souverainiste et se réfèrent proprement à la question de l'identité nationale de chaque Québécois, toutes tendances politiques confondues. L'argument culturel principal des souverainistes soutient que seule une citoyenneté nationale québécoise permettrait de résoudre le problème de l'identité culturelle québécoise dans le contexte nord-américain. En assoyant la future nationalité québécoise sur des assises juridiques, les souverainistes croient que l'identité culturelle des Québécois et ainsi leur mémoire collective, telle que définie par leurs élites intellectuelles, sera adéquatement protégée, notamment contre les récupérations par d'autres nations, tel l'hymne national du Canada, à l'origine un chant patriotique canadien-français. Une citoyenneté nationale viendrait résoudre de manière adéquate et définitive la délicate question de la langue française au Québec, langue de la majorité québécoise, cependant langue d'une minorité nationale au sein du Canada.

Souveraineté-Association

Il est généralement admis que le mouvement souverainiste est né dans les années 1960, avec la Révolution tranquille. L'utilisation du terme souveraineté, ainsi que la plupart des idées du mouvement, est issue du Mouvement Souveraineté-Association (MSA) fondé par René Lévesque en 1967. C'est de ce mouvement qu'est issu le Parti québécois, qui fut fondé en 1968. Avant le MSA, on parlait plutôt du mouvement indépendantiste québécois, lequel s'inspirait grandement du mouvement planétaire en faveur de la décolonisation.

La Souveraineté-Association est la combinaison de deux concepts :

  1. L'obtention de la souveraineté de l'État du Québec.
  2. La création d'une association politique et économique entre le nouvel État indépendant et le Canada.

Ces idées furent présentées pour la première fois dans le manifeste politique de René Lévesque intitulé Option Québec.

Le Parti québécois définit la souveraineté comme étant « le pouvoir d'un État de faire ses lois, de prélever ses impôts et d'établir ses relations extérieures » (extrait du discours sur la souveraineté lors du référendum de 1980).

Le type d'association souhaité entre un Québec indépendant et le reste du Canada fut décrit comme une union monétaire et douanière de même que des institutions communes servant à administrer les relations entre les deux pays. La principale source d'inspiration de ce concept était la Communauté européenne alors naissante.

L'importance du trait d'union entre les mots « souveraineté » et « association » était souvent notée par René Lévesque et les autres membres du Parti québécois, pour bien faire comprendre que les deux étaient inséparables. La raison qu'on évoquait était que si le Canada décidait de boycotter les exportations d'un Québec devenu indépendant, le nouveau pays aurait à subir des temps économiques très difficiles, étant donné qu'à l'époque les barrières tarifaires entre le Canada (y compris le Québec) et les États-Unis étaient très élevées. Le Québec et ses 7 millions d'habitants se seraient donc retrouvés coincés entre deux pays dont le protectionnisme économique était impénétrable.

Après la signature de l'accord de libre-échange entre les États-Unis et le Canada, les partisans de la « Souveraineté-Association » ont révisé leur thèse, et la nécessité de l'association économique et politique avec le Canada est devenue optionnelle. Cette association est toujours souhaitée par beaucoup de souverainistes, mais advenant l'échec des négociations entre le Québec et le Canada, les souverainistes jugent que la souveraineté serait tout de même économiquement viable, car le Québec pourrait, comme c'est le cas actuellement, exporter librement vers le marché américain. Depuis lors, les membres du Parti québécois et leurs sympathisants font souvent référence à la « souveraineté » uniquement.

Ceux en faveur de l'indépendance hésitent entre parler de « souveraineté » ou d'« indépendance », même si les deux termes sont considérés comme des synonymes par beaucoup. Une partie de la gauche souverainiste préfère utiliser le mot « indépendance » et ils sont souvent stigmatisés pour ce choix. Aujourd'hui, le terme de « Souveraineté-Association » est beaucoup moins utilisé, bien que parfois entendu (cf. la partie modernisation ci-dessous).

Ambivalence

Les nationalistes-fédéralistes québécois pensent que le peuple du Québec devrait être reconnu de facto comme une nation par le gouvernement fédéral canadien, et engager les réformes constitutionnelles qu'implique une telle reconnaissance. Leur position est parfois tellement proche de celle de certains souverainistes modérés que nombreux sont ceux qui ont changé de parti, et ce, dans les deux sens (l'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard et l'avocat québécois Guy Bertrand en sont des exemples bien connus). Une grande partie des politiciens souverainistes actuels est en fait passée par le camp autonomiste réformiste de la grande famille libérale avant de rejoindre le MSA, ou plus tard le Parti québécois.

Histoire

Les origines

Le souverainisme et la souveraineté sont des termes issus du mouvement moderne en faveur de l'indépendance politique du Québec. Cependant, les racines du désir d'autonomie politique des Québécois sont beaucoup plus vieilles. On peut songer à l'Alliance laurentienne de 1957, aux écrits de Lionel Groulx dans les années 1920, à la Motion Francœur de 1918, au Mouvement patriote du XIXe siècle, et même à l'apparition d'une conscience et d'une identité nationale canadienne à l'époque de la Nouvelle-France.

Le nationalisme francophone en Amérique remonte à 1534, année de la découverte du Québec par Jacques Cartier, et plus particulièrement à 1608, année de la fondation de la ville de Québec par Samuel de Champlain, premier lieu d'habitation permanente chez les colons français et leurs descendants en Nouvelle-France.

Le mouvement de restauration des droits des Canadiens-français est la période de l'histoire du Québec suivant immédiatement la Proclamation royale de 1763, par suite de la conquête britannique de 1760 en Nouvelle-France. Cette période s'étale jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, mais est toutefois entrecoupée par l'Acte de Québec de 1774 qui acquiesce à certaines demandes. Cependant, le mouvement de réforme chez les commerçants britanniques mènent à l'Acte constitutionnel de 1791, lequel instaure le système législatif britannique et relance le mouvement de défense des droits des Canadiens-français au Bas-Canada.

Le mouvement patriote est cette période de l'histoire du Québec commençant au début du XIXe siècle avec la fondation du Parti canadien par les Canadiens-français. Il se démarque par une résistance notoire face aux politiques du parti conservateur britannique (Tory party) (communément appelé, la Clique du Château).

La Survivance est une période de l'histoire du Québec débutant après la défaite des Patriotes aux rébellions de 1838-1839. Elle est la conséquence directe de l'entrée en vigueur de l'Acte d'Union de 1840, lequel implanta un système dont le but était l'assimilation culturelle et linguistique des Canadiens-français à la culture britannique. L'expression dénotait une stratégie de survie promue par les ultramontains de l'Église catholique afin de protéger la culture canadienne-française. En plus de la revanche des berceaux, elle se définit par le développement d'un caractère flegmatique face à l'arrivée massive d'immigrants britanniques ainsi que par le maintien constant d'une simple apparence de subordination à l'adversité. Dans cet esprit, certains Canadiens-français quittèrent le Québec, pendant cette période, en quête d'une sécurité d'emploi et d'une protection de leur culture. Ce phénomène, mieux connu sous le nom de « Grande Hémorragie », est à l'origine de la diaspora québécoise. Il mena à la création de mouvements permanents de résistance dans des régions telles la Nouvelle-Angleterre, la Floride, le nord de l'Ontario, les Prairies et l'Ouest canadien. Des groupes de nationalistes hors-Québec promouvoient ainsi depuis lors l'identité culturelle québécoise au même titre que le mouvement patriotique de l'Acadie dans les provinces maritimes et en Louisiane, représenté par la Société nationale de l'Acadie depuis 1881.

L'arrivée au pouvoir de Louis-Alexandre Taschereau, en 1920, créa toutefois un bouleversement dans la société canadienne-française pendant la majeure partie de l'entre-deux-guerres. La confrontation et la divergence d'opinions politiques mena à la montée d'un nouveau nationalisme promu par Maurice Duplessis et le parti de l'Union nationale. La période de la Grande Noirceur, de 1944 à 1959, en refléta les attributs jusqu'à la révolution tranquille dans les années 1960.

Avant cette période toutefois, les nationalistes francophones, en tant que Canayens, considéraient le Canada comme étant leur nation, laquelle avait été fondée en Nouvelle-France, puis était maintenant envahie par les Anglais. Alors que, pour eux, les seuls Canadiens étaient les descendants des colons français de la Nouvelle-France, les Anglais ayant envahi le Canada demeuraient une portion de la nation rattachée au Royaume-Uni. Le mouvement souverainiste marque toutefois une séparation avec cette période depuis qu'il prit son essor pendant la révolution tranquille, avec René Lévesque comme figure principale. Avec les diverses stratégies entamées depuis sa montée, il constitue depuis lors une continuité dans le nationalisme francophone en terre d'Amérique, tout en ayant adopté un patriotisme québécois et, en l'occurence, un changement d'identifiant.

L'émergence

La Révolution tranquille québécoise a entraîné des changements considérables dans les années 1960. Par exemple, le soutien à l'indépendance du Québec commença à se répandre dans certains milieux. La première organisation dédiée à l'indépendance du Québec était l'Alliance laurentienne fondée par Raymond Barbeau le 25 janvier 1957.

Le Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) est fondé le 10 septembre 1960. Le 9 août de la même année, Raoul Roy créait l'Action socialiste pour l'indépendance du Québec (ASIQ). Le 31 octobre 1962, le Comité de libération nationale, puis en novembre le Réseau de Résistance, deux groupes composés de membres du RIN, furent créés pour organiser des actions illégales, mais non violentes, telles que le vandalisme ou la désobéissance civile. Peu après l'élection générale du Québec du 14 novembre 1962, le membre du RIN Marcel Chaput fonda le Parti républicain du Québec, qui ne dura pas longtemps.

En 1964, le RIN devient un parti politique de province. En 1965, le Ralliement national (RN), plus conservateur, devient à son tour un parti.

Le contexte historique de l'époque était celui de la décolonisation. Beaucoup d'anciennes colonies européennes telles que le Cameroun, le Congo, le Sénégal, l'Algérie, la Jamaïque, etc. sont devenues indépendantes. Certains partisans de l'indépendance du Québec voyaient là une similitude de situation. De nombreux activistes furent influencés par les écrits d'auteurs tels que Frantz Fanon, Albert Memmi ou Karl Marx, et pour la plupart, Cuba était le nouvel idéal.

Le 24 juillet 1967, le président français Charles de Gaulle prononce un discours à Montréal lors de l'exposition universelle de 1967. Juché au haut de l'Hôtel de Ville, il en surprendra plusieurs en déclarant : « Vive le Québec libre !». Il quittera immédiatement après ce coup d'éclat, acclamé par la foule.

Finalement, en octobre 1967, l'ancien directeur de cabinet, le libéral René Lévesque quitta le parti quand celui-ci refusa de discuter de la souveraineté à l'une de ses conventions. Lévesque fonda alors le Mouvement Souveraineté-Association (MSA) et tenta d'unir les divers partisans de la souveraineté.

C'est le 21 avril 1968 que près de 4500 personnes se sont déplacées à l’Aréna Maurice Richard pour entendre René Lévesque et François Aquin qui venaient de quitter le Parti libéral du Québec de Jean Lesage, avec en tête de nouvelles directions politiques complètement différentes.

L’objectif de ce congrès fut de greffer à la scène politique québécoise un nouveau parti dont l’idéologie graviterait autour du principe d’un Québec souverain maintenant des liens amicaux avec le Canada.

Dans le programme du parti en gestation, il reste un aspect qui divise l’assemblée et oppose messieurs Lévesque et Aquin ; celui des droits linguistiques et scolaires des minorités. L’amendement prévoit que les droits acquis seront maintenus, mais seulement durant une période transitoire. René Lévesque est en parfait désaccord, il juge cette loi discriminatoire et contraire aux principes de justice, confiance et bon sens politique.

Cet amendement sera finalement rejeté par les membres et la tenue d’un congrès de fondation d’un nouveau parti politique se mit en branle dès ce débat réglé.

Finalement, en octobre 1968, le MSA fusionna avec le Ralliement national (RN) de Gilles Grégoire pour former le Parti québécois. Plus tard dans le mois, Pierre Bourgault, chef du RIN, dissout son parti afin de rejoindre le PQ et ainsi permettre l'union des indépendantistes au sein d'un même parti. Il dira néanmoins quelques années plus tard que ce geste représenta la plus grave erreur de sa vie[réf. nécessaire].

Évènements majeurs

Mouvement patriote

Grande noirceur

Révolution tranquille

Essor du mouvement souverainiste

Conférences constitutionnelles

Judiciarisation

Visite de Charles de Gaulle

Le 23 juillet 1967, le général Charles de Gaulle débarqua à Québec en provenance d’un navire de guerre français, le Colbert, pour un voyage de quelques jours au Québec. C’était la première visite officielle d’un chef d’État français dans l’ancienne colonie. Ces retrouvailles symboliques franco-québécoises étaient hautement importantes pour les deux pays, bien qu’avec de grandes réserves de la part du gouvernement anglophone canadien. De Gaulle prononça un discours dans la ville de Québec, dans lequel il insistait sur l’identité commune des Français et des Canadiens francophones. Le lendemain, il emprunta le Chemin du Roy qui relie la ville de Québec de celle de Montréal. À chaque étape, il fut salué comme un libérateur par une foule qui agitait des pancartes sur lesquelles était inscrit : « France libre », « Québec libre », « Vive le Canada français ! ». Arrivé à Montréal, il fut reçu par le maire, Jean Drapeau, et s’adressa du balcon de l’hôtel de ville à une foule débordante d’enthousiasme, terminant son discours par les mots célèbres : « Vive Montréal ! Vive le Québec ! Vive le Québec… libre ! Vive le Canada français et vive la France ! ». Selon l’anecdote, rapportée dans les mémoires de ses principaux collaborateurs, mais également de son fils (l’amiral Philippe de Gaulle), il n’était pas prévu par les autorités montréalaises que le Général s’adressât à la foule; au contraire le maire avait prévu une très conventionnelle adresse aux notables dans une simple salle de réception. Quelque peu étonné par le caractère étroit de ce programme, alors que la population réclamait que le Général puisse s’adresser à elle, De Gaulle vit un micro du balcon qui n’avait pas été débranché, et il prit alors l’initiative de s’adresser directement aux Montréalais rassemblés devant l’hôtel de ville, à la stupeur du maire qui aurait voulu « cantonner » le général à une petite réception mondaine … C’était mal connaître le général de Gaulle !   - La célèbre phrase « Vive le Québec libre ! » prononcée à cette occasion par le général à la fin de son discours, n’était pas, contrairement à une lecture étroite qui en fut faite à l’époque, un appel au soulèvement du Québec ou à l’indépendance politique. Il s’agissait, de l’aveu même du général de Gaulle quelques mois plus tard, d’un geste plus destiné à saluer l’effort immense de modernisation économique et sociale entrepris à l’époque, par le gouvernement de l’Union nationale de son ami le premier ministre Daniel Johnson (et son prédécesseur du gouvernement libéral Jean Lesage) lors de la Révolution tranquille. D’autre part, le général de Gaulle, expert en politique internationale et fort de sa propre expérience, avait pleinement conscience du fait qu’un appel de ce genre contribuerait à faire connaître le Québec hors du Canada et en particulier le caractère francophone de cette province canadienne, négligé par les autorités fédérales de l’époque : « cela fit gagner 10 ans au Québec » écrivit-il plus tard.   - Au Québec même, personne ne s’y trompa, puisqu’autant les opposants que les soutiens de cette déclaration furent d’accord pour reconnaître son impact immense, à commencer par le rédacteur en chef fédéraliste du quotidien montréalais Le Devoir, Claude Ryan, qui dans un célèbre éditorial écrivait que le général de Gaulle venait d’inscrire le Québec sur la carte du monde.   - En revanche, les Canadiens anglophones et notamment le gouvernement fédéral d’Ottawa, furent choqués par cette déclaration prise au premier degré, pensant que le général de Gaulle appelait à l’indépendance du Québec. Le général n’allait pas s’abaisser à de telles polémiques, il décida de quitter directement le Québec après ce voyage triomphal, sans passer par Ottawa qui était normalement l’étape finale de son séjour canadien.   - Plus symboliquement, le général de Gaulle reconnut que cette déclaration, par son impact indéniable sur la reconnaissance internationale du Québec comme entité linguistique et sociologique distincte, venait effacer la dette de la France à l’égard du Québec qui était représentée par l’abandon de la Nouvelle-France par la mère patrie en 1760.

Remue-méninges

  • Rappel des préceptes de la gouvernance souverainiste depuis 2007[2][3]


Groupes souverainistes

Partis politiques

Parti québécois

Article détaillé : Parti Québécois.
Logo du Parti Québécois

Le Parti québécois est un parti social-démocrate et nationaliste qui se revendique comme tel. Il est d'ailleurs reconnu pour être fortement interventionniste en favorisant la participation de l'État dans le secteur de l'économie, ce que lui reprochent plusieurs de ses adversaires de droite.

Le Parti québécois a tenu deux référendums pour enclencher les négociations menant à la souveraineté du Québec. Il a déposé à l'Assemblée nationale le Livre blanc sur le projet de souveraineté-association, le 1er novembre 1979 et le 20 mai 1980 a lieu le référendum sur la souveraineté-association de Québec. Ce référendum fut une défaite pour le Parti québécois, le « non » recueillant près de 60 % des voix. Le Parti québécois fut néanmoins réélu aux élections générales suivantes, le 13 avril 1981, avec un fort appui populaire de 49,26 %.

Un second référendum sur la souveraineté eut lieu le 30 octobre 1995 : le « non » fut majoritaire avec seulement 1.48 % d'écart. Jacques Parizeau, alors chef du Parti québécois et premier ministre, avait déclaré lors d'une émission avec Stéphane Bureau, enregistrée le jour du référendum, que si l'option n'était pas acceptée, il démissionnerait - ce qu'il fit.

Bloc québécois

Article détaillé : Bloc Québécois.
Logo du Bloc Québécois

Le Bloc québécois est un parti politique fédéral, implanté exclusivement au Québec, qui représente les Québécois et les Québécoises sur la scène politique fédérale.

Fondé par Lucien Bouchard en 1990, il est dirigé depuis 1997 par Gilles Duceppe (jusqu'à aujourd'hui, 2009). La mission première de ce parti est de mettre en place les conditions nécessaires à la réalisation de la souveraineté du Québec, tout en assurant la défense des intérêts de la population québécoise au parlement canadien.

Le Bloc québécois fonde ses actions sur la conviction que les Québécois et les Québécoises forment une nation différente de la nation canadienne, qui est prête à exprimer cette différence dans un pays souverain. Le Bloc québécois affirme que la souveraineté du Québec, la naissance d’un nouvel État en Amérique du Nord, serait bénéfique pour le Canada.

Pour ses partisans souverainistes, la présence du Bloc québécois rétablit la concordance et la légitimité entre la vision d'un peuple et celle de ses représentantes et représentants élus sur la scène fédérale. Le Bloc québécois affirme l'existence de la nation québécoise, exige sa reconnaissance et défend les intérêts de ses citoyens et de ses citoyennes ainsi que leur droit de choisir librement leur avenir.

Cependant, certains observateurs mettent en doute l'utilité du parti à la cause souverainiste et avancent même que les différents accords réalisés avec les autres partis du Canada depuis sa création prouveraient la possibilité de trouver un terrain d'entente entre le Québec et le Canada. Pour eux, le Bloc nuirait ainsi à la cause souverainiste.

Québec solidaire

Article détaillé : Québec solidaire.
Logo de Québec solidaire

Québec solidaire est un parti politique de gauche fondé dans la première moitié de 2006 par l'union de l'Union des forces progressistes, parti dirigé par Amir Khadir, et de L'Option citoyenne, mouvement politique dirigé par Françoise David. Il prône la souveraineté du Québec comme moyen d'accéder plus facilement à ses principes progressistes plutôt que comme une finalité. Plusieurs analystes et observateurs de la scène politique québécoise considèrent que Québec solidaire est une menace pour le Parti québécois, parti auquel Québec solidaire pourrait aller gruger des votes lors des prochaines élections. Encore selon des observateurs, le nouveau parti, quoique souverainiste, pourrait nuire à l'accession du Québec à la souveraineté, en plus de faire en sorte de reporter au pouvoir le Parti libéral du Québec qui se trouve à l'opposé du spectre idéologique. Dans les faits, Québec Solidaire demeure un parti marginal avec seulement un député à l'Assemblée nationale du Québec.

Parti Communiste du Québec

Article détaillé : Parti communiste du Québec.

Le Parti communiste du Québec est issu du Parti communiste du Canada fondé en 1921.

Le Parti communiste fut connu sous le nom de Parti ouvrier-progressiste de 1941 à 1959, à la suite de son bannissement par les autorités fédérales. En 1965, le Parti communiste du Québec fut constitué définitivement en parti politique sous les lois québécoises, sous la présidence de Samuel Walsh.

En 2002, le Parti communiste du Québec fusionna avec le Parti de la démocratie socialiste (PDS) et le Rassemblement pour l'alternative progressiste (RAP) afin de former l'Union des forces progressistes (UFP). L'UFP fusionna à son tour avec le mouvement politique Option citoyenne en 2006 afin de former le parti Québec solidaire (QS). Le Parti communiste du Québec constitua néanmoins, jusqu'en 2005, la branche québécoise du Parti communiste du Canada, un schisme étant survenu entre les deux entités sur la question nationale en mai 2005.

Elections provinciales de 2007

Le Parti communiste du Québec a décidé de ne pas présenter de candidats et de candidates lors de cette élection et de plutôt appuyer ceux et celles de Québec solidaire. Il faut préciser que le PCQ était l'un des partis-fondateurs de l'UFP, ancêtre de Québec solidaire. Le parti a décidé de ne rester actif qu'afin d'éviter qu'une nouvelle formation politique prenne son nom. Le chef du parti André Parizeau, Francis Gagnon-Bergmann membre de l'exécutif central et Jocelyn Parent membre du comité cental, ont d'ailleurs été candidats pour QS dans les circonscriptions de l'Acadie Blainville et Mirabel.

Parti République du Québec

Article détaillé : Parti république du Québec.

Suite à l'élection du 26 mars 2007, un nouveau parti souverainiste a vu le jour : le Parti république du Québec. Il est dirigé par Gilles Paquette, qui avait tenté de participer à la course à la chefferie du PQ en 2005[réf. nécessaire].

Parti indépendantiste

Article détaillé : Parti indépendantiste.

Suite à l'élection du 26 mars 2007, germe l'idée de créer un parti réellement indépendantiste pour contrebalancer la décision de la direction péquiste de mettre le projet de souveraineté en veilleuse.

Puisqu'il n'a pas encore tenu de congrès, le nouveau parti n'a pas de programme officiel. Il existe néanmoins un consensus au sein des membres sur ceci : « nous voulons faire l'indépendance SANS RÉFÉRENDUM »[4]. Une version préliminaire du programme nous indique plus précisément que ce parti défendra la méthode Parizeau-Laplante. Ce même document souligne que le Parti indépendantiste veut un renforcement de la Loi 101, s'oppose à la création d'un centre universitaire anglophone à Montréal, veut augmenter le financement accordé aux réseaux francophones d'enseignement collégial et universitaire, veut implanter au primaire un cours d'histoire nationale et y renforcer les cours de français, veut imposer le cégep français à tous, etc.[5]

Le PI est dirigé actuellement par Éric Tremblay et Richard Gervais[5].

Autres partis souverainistes au Québec

Il existe de nombreux autres partis politiques souverainistes actuellement reconnus par le Directeur général des élections du Québec ou qui ont existé dans l'histoire du mouvement, depuis sa création : l'Alliance laurentienne, le Mouvement souveraineté-association (MSA), le Parti marxiste-léniniste du Québec, le Parti unitaire du Québec, le Rassemblement démocratique pour l'indépendance (RDI), le Ralliement national (RN) et le Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN). Le Parti communiste du Québec, qui a appuyé Québec solidaire lors de l'élection du 26 mars 2007, est aussi souverainiste[réf. nécessaire].

Autres groupes souverainistes

Front de libération du Québec

Article détaillé : Front de libération du Québec.


Un groupe révolutionnaire, le Front de libération du Québec (FLQ) avait eu recours depuis le début des années 1960 à des attentats terroristes sur le sol québécois contre plusieurs intérêts canadiens et symboles du Royaume-Uni. Le climat social de la fin des années 1960 dégénéra en fréquentes manifestations ouvrières et parfois en émeutes. En octobre 1970, le FLQ enleva un diplomate britannique, James Cross, puis un ministre du gouvernement québécois, Pierre Laporte, qui fut assassiné dans des circonstances nébuleuses. Cet assassinat survint au lendemain de l’intervention de l’armée canadienne dans les rues mêmes de Montréal, intervention à la demande du premier ministre provincial Robert Bourassa et du maire de Montréal Jean Drapeau prétextant une insurrection appréhendée. Plus de 500 québécois furent arrêtés, parmi lesquels des syndicalistes, des artistes et des étudiants. Des commissions d’enquête subséquentes (entreprises par la Gendarmerie royale du Canada et le juge Keable) conclurent que l’action du gouvernement fédéral visait essentiellement à rallier l’opinion publique et à abattre une opposition légitime plutôt qu’à réprimer une insurrection appréhendée. Ces événements marquèrent la fin de l’extrémisme au sein du mouvement indépendantiste, d’ailleurs rejeté par d'autres leaders tel que René Lévesque.

Mouvement national des Québécoises et Québécois

Le Mouvement national des Québécoises et Québécois est une fédération regroupant dix-neuf (19) sociétés affiliées.

Sociétés Saint-Jean-Baptiste
Sociétés nationales
  • Société nationale des Québécoises et des Québécois d'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec
  • Société nationale des Québécois de l'Amiante
  • Société nationale des Québécois et des Québécoises de la Capitale
  • Société nationale des Québécois de la Côte-Nord
  • Société nationale de l'Est du Québec
  • Société nationale des Québécoises et Québécois de l'Estrie
  • Société nationale Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
  • Société nationale des Québécoises et Québécois des Hautes-Rivières
  • Société nationale des Québécoises et Québécois de Lanaudière
  • Société nationale des Québécoises et Québécois des Laurentides
  • Société nationale des Québécois et des Québécoises de l'Outaouais
  • Société nationale des Québécois Richelieu-Saint-Laurent
  • Société nationale des Québécoises et des Québécois du Saguenay-Lac-Saint-Jean
  • Société nationale des Québécois du Suroît
  • Société nationale des Québécoises et des Québécois de Chaudière-Appalaches

Jeunes Patriotes du Québec

Réseaux de résistance

Conseil de la souveraineté du Québec

Réseau de Résistance du Québécois

Réseau de Résistance du Québécois

Le Réseau de Résistance du Québécois (RRQ) est une organisation militante créé par le journal Le Québécois en décembre 2007.[6],[7].

Notes et références

  1. Vincent Mrissale, « Situation désespérée, stratégie du désespoir », dans La Presse, 3 décembre 2008 [texte intégral] .
  2. Le Devoir, 11 juin 2007
  3. Le Devoir, 16 janvier 2008
  4. Programme du Parti indépendantiste
  5. a  et b Site officiel du Parti indépendantiste
  6. Le Québécois, « Le Réseau de Résistance du Québécois : un réseau de militants motivés » sur http://www.lequebecois.org, 2009. Consulté le 27 septembre 2009.
  7. Julien Gaudreau, « Lancement du Réseau de Résistance du Québécois (RRQ) à Québec » sur http://www.ameriquebec.net, 6 décembre 2007. Consulté le 27 septembre 2009.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Québec Portail du Québec
Ce document provient de « Mouvement souverainiste du Qu%C3%A9bec ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mouvement Souverainiste Du Québec de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mouvement souverainiste du Quebec — Mouvement souverainiste du Québec Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique. Lieutenant g …   Wikipédia en Français

  • Mouvement souverainiste du québec — Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique. Lieutenant g …   Wikipédia en Français

  • Mouvement souverainiste du Québec — Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Mouvement souverainiste québécois — Mouvement souverainiste du Québec Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique. Lieutenant g …   Wikipédia en Français

  • Mouvement indépendantiste Québecois — Mouvement souverainiste du Québec Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique. Lieutenant g …   Wikipédia en Français

  • Mouvement indépendantiste québécois — Mouvement souverainiste du Québec Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique. Lieutenant g …   Wikipédia en Français

  • Mouvement séparatiste québécois — Mouvement souverainiste du Québec Québec Cet article fait partie de la série sur la politique du Québec, sous série sur la politique. Lieutenant g …   Wikipédia en Français

  • QUÉBEC —  Cet article concerne la province canadienne. Pour l article sur la capitale, voir Québec (ville). Pour les autres significations, voir Québec (homonymie). Québec …   Wikipédia en Français

  • Quebec — Québec  Cet article concerne la province canadienne. Pour l article sur la capitale, voir Québec (ville). Pour les autres significations, voir Québec (homonymie). Québec …   Wikipédia en Français

  • Québec (Province) — Québec  Cet article concerne la province canadienne. Pour l article sur la capitale, voir Québec (ville). Pour les autres significations, voir Québec (homonymie). Québec …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.