Mouvement réformateur (belgique)


Mouvement réformateur (belgique)

Mouvement réformateur (Belgique)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouvement réformateur.
Mouvement réformateur
Mouvement réformateur.svg
Président Didier Reynders
Fondation 1846 (Parti libéral)
1961 (PLP-PVV)
1971 (PLP)
1979 (PRL)
+ 1964 (FDF)
+ 1998 (MCC)
= 2002 (MR)
Siège MR
Av. de la Toison d'Or 84-86
1050 Bruxelles
Au niveau fédéral
Chambre
Chef de groupe Daniel Bacquelaine
Sénat
Chef de groupe Christine Defraigne
Ministres fédéraux

Didier Reynders
Sabine Laruelle
Charles Michel
{{{option-6}}} {{{valeur-6}}}
Flag of Wallonia.svg Flag Belgium brussels.svg Dgbelgiens.svg
Dans les entités fédérées
Parl. wallon
Parl. Comm. française
Parl. bruxellois
Parl. Comm. germanophone
{{{option-11}}} {{{valeur-11}}}
{{{option-12}}} {{{valeur-12}}}
{{{option-13}}} {{{valeur-13}}}
{{{option-14}}} {{{valeur-14}}}
{{{option-15}}} {{{valeur-15}}}
{{{option-16}}} {{{valeur-16}}}
Au niveau européen
Représentants
{{{option-17}}} {{{valeur-17}}}
Affiliation européenne Parti ELDR
Affiliation internationale Internationale libérale
Idéologie(s) Libéralisme
Couleur Bleu
Site officiel www.mr.be
voir aussi

Constitution belge
Politique de la Belgique
Monarques de Belgique
Gouvernement fédéral belge
Premiers ministres belges
Partis politiques belges
Élections belges

Le MR (Mouvement réformateur) est un parti politique belge francophone de droite, issu de la coalition de plusieurs partis. Le 24 mars 2002, le PRL, le PFF, le FDF et le MCC, partis libéraux et de centre-droit, se sont fédérés en une nouvelle formation politique pluraliste, fondée sur les valeurs du libéralisme, de la réforme et du « juste milieu » centriste[réf. nécessaire]. Sur le plan de l'échiquier socio-politique, le MR est souvent présenté à droite par distinction des formations politiques qui se revendiquent officiellement de gauche ou du centre. Aux élections législatives du 10 juin 2007, il était devenu le premier parti politique de Wallonie avec 31,17 % des voix en Région wallonne et avec 32 % des voix à Bruxelles.

Sommaire

Histoire

Au début des années 1990, les partis libéraux de Belgique ont connu des mutations sucessives avec en 1992 la naissance du VLD (Vlaamse Liberalen Democraten), faisant suite au PVV, puis la création de la fédération PRL-FDF en 1993. Cette dernière sera élargie au MCC (Mouvement des citoyens pour le changement), une dissidence du Parti social chrétien, en 1998. Sous cette bannière dite du PRL-FDF-MCC, la famille libérale francophone renouera avec le pouvoir en 1999 et après plus d'une décennie d'opposition, en devenant jusqu'en 2003 la première force politique en Communauté française. Entretemps, en 2002, les différentes composantes du parti sont rassemblées sous un nouveau nom, le Mouvement Réformateur (MR).

Secoué par l'affaire Ducarme (du nom du Ministre-Président de la Région bruxelloise, accusé d'avoir commis des négligences dans ses dossiers fiscaux), le MR connaît un léger tassement aux élections régionales de 2004 et se fait rejeter dans l'opposition dans les assemblées de la Région de Bruxelles-Capitale, de la Communauté française et au Parlement wallon. Le MR continue toutefois à participer au Gouvernement fédéral.

Le 21 février 2009, le président du MR, Didier Reynders, annonce l'intégration du parti LiDé dans le Mouvement Réformateur. Cependant, l'arrivée de cette formation créée par l'ex fonctionnaire flamand, Rudy Aernoudt, ne plaît pas à toutes les composantes du MR. Le FDF (Front Démocratique des Francophones) d'Olivier Maingain et le MCC (Mouvement des Citoyens pour le Changement) de Gérard Deprez, menacent de quitter le mouvement libéral.[1] [2] [3] Sous la pression du FDF et du MCC, Didier Reynders abandonnera finalement la coopération du MR avec LiDé dès le 23 février 2009 [4]. Cette affaire a enlevé du crédit au président du parti, Didier Reynders, déjà affaibli dans le cadre de l'affaire Fortis en sa qualité de vice-premier ministre et ministre des finances.[5] De plus, la cohésion au sein du MR, bien que publiquement inchangée, semble également affaiblie.

Idéologie

Si, lors de sa création en 2002, ce mouvement a abandonné le qualificatif "libéral" dans sa dénomination, il ne s'en réclame pas moins du libéralisme[6] entre autres valeurs.

Personnalités du Mouvement réformateur

Résultats électoraux

Parlement européen

Résultats depuis l'élection des parlementaires européens au suffrage universel

  • 1979 : 14,47 % (PRL 6,85 + FDF 7,62) → 4 sièges (2 + 2) sur 24 sièges pour la Belgique
  • 1984 : 11,95 % (PRL 9,45 + FDF 2,50) → 3 sièges (3 + 0) sur 24
  • 1989 : 08,64 % (PRL 7,18 + FDF 1,46) → 2 sièges (2 + 0) sur 24
  • 1994 : 09,21 % → 3 sièges sur 25
  • 1999 : 10,15 % → 3 sièges sur 25
  • 2004 : 10,48 % → 3 sièges sur 24

Chambre des représentants

Résultats depuis la réforme institutionnelle de 1993. 150 sièges

  • 1995 : 10,26 % → 18 sièges
  • 1999 : 10,23 % → 18 sièges
  • 2003 : 11,40 % → 24 sièges
  • 2007 : 12,52 % → 23 sièges

Sénat

Résultats depuis la réforme institutionnelle de 1993. 71 sénateurs dont 40 sont élus directs, 21 désignés par les parlements de communauté et 10 cooptés par les partis politiques. Pourcentage par rapport au Collège électoral francophone.

  • 1995 : 30,02 % → 9 membres (dont 5 élus directs, 3 sénateurs de communauté et 1 coopté)
  • 1999 : 28,26 % → 9 membres (dont 5 élus directs, 3 sénateurs de communauté et 1 coopté)
  • 2003 : 32,13 % → 10 membres (dont 5 élus directs, 4 sénateurs de communauté et 1 coopté)
  • 2007 : 32,25 % → 11 membres (dont 6 élus directs, 4 sénateurs de communauté et 1 coopté)

Parlement wallon

Depuis l'élection directe des parlementaires dans cette assemblée qui compte 75 sièges

  • 1995 : 23,67 % → 19 sièges
  • 1999 : 24,69 % → 21 sièges
  • 2004 : 24,29 % → 20 sièges

Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale

Depuis la création de l'institution qui compte 75 sièges

  • 1989 : 33,66 % (PRL 18,94 + FDF 14,72) → 27 (15 + 12)
  • 1995 : 34,98 % → 28 sièges
  • 1999 : 34,41 % → 27 sièges
  • 2004 : 28,02 % → 25 sièges

Parlement de la Communauté française

Pas d'élection directe. 94 élus regroupant les 75 Wallons et 19 Bruxellois francophones choisis selon la proportionnelle des résultats obtenus au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale

  • 1995 : 27 membres
  • 1999 : 30 membres
  • 2004 : 26 membres

Parlement de la Communauté germanophone (Parlament der Deutschsprachigen Gemeinschaft)

Depuis l'élection directe des parlementaires dans cette assemblée qui compte 25 sièges

  • 1995 : 19,89 % → 5 sièges
  • 1999 : 21,32 % → 6 sièges
  • 2004 : 20,98 % → 5 sièges

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de la Belgique Portail de la Belgique
Ce document provient de « Mouvement r%C3%A9formateur (Belgique) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mouvement réformateur (belgique) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mouvement reformateur (Belgique) — Mouvement réformateur (Belgique) Pour les articles homonymes, voir Mouvement réformateur. Mouvement réformateur …   Wikipédia en Français

  • Mouvement réformateur (Belgique) — Pour les articles homonymes, voir Mouvement réformateur. Mouvement réformateur …   Wikipédia en Français

  • Mouvement Reformateur — Mouvement réformateur Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le Mouvement réformateur (Belgique) est un parti politique belge de tendance libérale. Le Mouvement réformateur (France) était une… …   Wikipédia en Français

  • Mouvement Réformateur — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le Mouvement réformateur (Belgique) est un parti politique belge de tendance libérale. Le Mouvement réformateur (France) était une coalition politique… …   Wikipédia en Français

  • Mouvement reformateur — Mouvement réformateur Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le Mouvement réformateur (Belgique) est un parti politique belge de tendance libérale. Le Mouvement réformateur (France) était une… …   Wikipédia en Français

  • Mouvement réformateur —  Cette page d’homonymie répertorie différents partis politiques partageant un même nom. Le Mouvement réformateur (Belgique) est un parti politique belge de tendance libérale. Le Mouvement réformateur (France) était une coalition politique… …   Wikipédia en Français

  • Mouvement des citoyens pour le changement — Président Gérard Deprez Fondation …   Wikipédia en Français

  • Mouvement Des Citoyens Pour Le Changement — Le Mouvement des citoyens pour le changement (MCC) est un parti politique belge francophone, composante du Mouvement réformateur, une fédération de centre droit formée autour des libéraux. Le MCC a été fondé par Gérard Deprez, ancien président du …   Wikipédia en Français

  • Belgique — Koninkrijk België (niederländisch) Royaume de Belgique (französisch) Königreich Belgien (deutsch) …   Deutsch Wikipedia

  • Belgique francophone — Communauté française de Belgique Pour les articles homonymes, voir Communauté française. Communauté française de Belgique …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.