Musee Patek Philippe


Musee Patek Philippe

Musée Patek Philippe

Musée Patek Philippe
Musée Patek Philippe
Informations géographiques
Coordonnées 46° 11′ 54″ Nord
       6° 08′ 18″ Est
/ 46.1983, 6.1382
Pays Suisse Suisse
Localité Genève
Informations générales
Date d'ouverture 1989
Collections horlogerie, émaillerie, bibliothèque
Nombre d'œuvres plus de 2 000
Informations visiteurs
Visiteurs / an
Adresse 7 rue des Vieux-Grenadiers
1205 Genève
Site officiel http://www.patekmuseum.com/

Le Musée Patek Philippe est un musée privé d'horlogerie à Genève. Il a été fondé par la direction de la société Patek Philippe.

Sommaire

Histoire du musée

En 1989, la maison Patek Philippe fête son 150e anniversaire en présentant au Musée de l'horlogerie et de l'émaillerie de Genève une collection de plus de 500 montres créées par la manufacture. Devant le succès rencontré par cette exposition, Philippe Stern (président de Patek Philippe) et son épouse Gerdi prennent la décision de lui consacrer un musée.

Bâtiment

Situé aux abords de la plaine de Plainpalais, ce bâtiment érigé par William Henssler est d'emblée destiné à l'horlogerie et à l'orfèvrerie par son premier propriétaire, la firme Heller & Son, avant d'être racheté, d'abord par la firme Ponti & Gennari, puis par Piaget qui l'occupe de 1967 à 1977. Il est ensuite occupé par une fabrique de bracelets et de boîtiers de montres appartenant à Patek Philippe, la société Ateliers Réunis SA.

D'une ligne architecturale intermédiaire entre le modernisme et le classicisme, ses façades sont habillées de béton armé façonné comme des pierres. À l'intérieur, la cage d'escalier a été conservée, et le bâtiment a été réorganisé et agrandi pour accueillir les collections sur trois niveaux.

Collections

Rez-de-chaussée

Au rez-de-chaussée, en plus de l'accueil et de l'auditorium sont présentés les outils des différents métiers de l'horlogerie.

Premier étage

Le premier étage est consacré à la collection Patek Philippe, de 1839 à 1989, comprenant :

  • des montres de poche ;
  • des montres bracelet ;
  • des montres à complications (quantième perpétuel, phases de la lune, carte céleste, etc.) ;
  • des montres commémoratives, et autres pendules dômes.

Deuxième étage

Au deuxième étage se trouve la collection ancienne (XVIe-XIXe siècles) comprenant :

  • Des montres des XVIe, XVIIe, et XVIIIe siècles ;
  • Le salon des automates ;
  • Le salon des portraits en miniature ;
  • Les montres faites pour le marché chinois et pour le marché turc ;
  • Les montres de fantaisie.

Troisième étage

Le troisième étage abrite la bibliothèque (4 000 ouvrages relatifs à l'horlogerie) ainsi que les archives de Patek Philippe retraçant l'histoire de l'établissement.

Horlogerie genevoise

Après le massacre de la Saint-Barthélemy, le 23 août 1572, tandis que le roi Charles IX ordonne le massacre des protestants, une partie de la population française, notamment de nombreux horlogers, se réfugie à Genève, contribuant à l'essor de l'horlogerie genevoise. Jean Calvin ayant interdit le port des bijoux, mais autorisé celui des montres, les orfèvres s'étaient reconvertis dans l'horlogerie.

Automates

Dans les années 1780 se développe à Genève l'art de la miniaturisation des automates. Ainsi, de petits personnages, souvent des animaux, mus par de complexes systèmes agrémentent les montres et autres objets ; ces montres sot particulièrement appréciées en Orient. La tradition perdure jusque dans les années 1850 grâce à l'atelier Bruguier et à la maison Rochat.

Miniatures

Jean Petitot et Jean-Étienne Liotard ont été de remarquables ambassadeurs du savoir-faire genevois quant aux miniatures sur émail qui ornent boîtes à musique, miroirs et montres.

Marché turc

La première colonie d'horlogers genevois s'établit à Constantinople, dans le quartier de Galata, à la suite des Français qui s'y trouvent depuis le règne de François Ier. Parmi les horlogers genevois installés en Turquie, on trouve Isaac Rousseau, le père de Jean-Jacques Rousseau, régleur des pendules du Palais de Topkapi (qui devait donner l'heure exacte des prières). Les montres destinées au marché turc avaient des décors discrètement exotiques comme des paysages ou des cartes locales.

Marché chinois

À la cour de Constantinople, les horlogers genevois profitent de la présence des Anglais pour se faire représenter. En effet, les Anglais utilisent leurs relations diplomatiques pour exporter pendulettes et horloges de leur pays jusqu'en Orient. Le marché horloger ayant atteint une grande importance au XVIIIe siècle, les horlogers suisses organisent rapidement leur commerce directement avec la Chine et deviennent ainsi dès le XIXe siècle le premier fournisseur de montres de ce pays. Les objets fabriqués pour ce marché vont souvent par paire. Était-ce parce que les Chinois à l'époque avaient l'habitude d'offrir deux cadeaux identiques à la même personne ou parce que la distance était si grande et le voyage si long que si une montre était envoyée en réparation, en Suisse, le temps qu'elle revienne, l'autre pouvait être utilisée ?

Montres fantaisie

Elles peuvent prendre toutes les formes possibles : couteaux, pistolets, instruments de musique, fruits, etc. Elles peuvent être rehaussées d'émail, de diamants ou d'or ciselé. Elles sont caractéristiques d'une mode qui a connu toute son ampleur à la fin du XVIIIe siècle et qui disparaît rapidement ensuite.

Pièces présentées

  • Une montre en forme de tambour, fabriquée en Allemagne en 1530-1540, dont il existe moins de douze exemplaires dans le monde ;
  • Une montre en forme de croix du Saint-Esprit[Quoi ?] signée par Abraham Cusin en 1633-1635 ;
  • 500 pièces anciennes signées des meilleurs horlogers et émailleurs genevois ;
  • 1 000 montres signées Patek Philippe ;
  • 100 portraits miniature peints sur émail ;
  • 200 outils anciens.

Sources

  • Gabriel Tortella et Jean-Claude Pittard, Tribune des Arts de Genève, numéro spécial (non numéroté) consacré au musée, pp. 7-12-22-27 et suivantes
  • Portail de la culture Portail de la culture
  • Portail de Genève et son canton Portail de Genève et son canton

46° 11′ 54″ N 6° 08′ 18″ E / 46.1983, 6.1382

Ce document provient de « Mus%C3%A9e Patek Philippe ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Musee Patek Philippe de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Musée Patek Philippe — Informations géographiques Pays   …   Wikipédia en Français

  • Patek Philippe — Logo de Patek Philippe Création 1839 Dates clés 1846, 1932 Personnages clés Philippe Stern …   Wikipédia en Français

  • Patek — Philippe Logo de Patek Philippe Création 1839 Dates clés 1846, 1932 Personnages clés Philippe Stern …   Wikipédia en Français

  • Reverso (montre) — Pour les articles homonymes, voir Reverso. La Reverso est une montre de la marque suisse Jaeger LeCoultre. Développée en 1931, elle a acquis un statut d icône de l industrie horlogère, en raison de son mécanisme original, qui permet de faire… …   Wikipédia en Français

  • Geneve — Genève Pour les articles homonymes, voir Canton de Genève pour le canton et Genève (homonymie). Genève …   Wikipédia en Français

  • Genevre — Genève Pour les articles homonymes, voir Canton de Genève pour le canton et Genève (homonymie). Genève …   Wikipédia en Français

  • Genève (ville) — Genève Pour les articles homonymes, voir Canton de Genève pour le canton et Genève (homonymie). Genève …   Wikipédia en Français

  • Genève ville — Genève Pour les articles homonymes, voir Canton de Genève pour le canton et Genève (homonymie). Genève …   Wikipédia en Français

  • Rome protestante — Genève Pour les articles homonymes, voir Canton de Genève pour le canton et Genève (homonymie). Genève …   Wikipédia en Français

  • Ville de Genève — Genève Pour les articles homonymes, voir Canton de Genève pour le canton et Genève (homonymie). Genève …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.