Musique Chinoise


Musique Chinoise

Musique chinoise

Sommaire

La musique chinoise est fort ancienne et fort variée. Elle s'est développée indépendamment des autres musiques asiatiques, généralement modales (maqâm turco-arabe, dastgâh persan ou râga indien) du fait de l'enfermement de l'Empire du milieu, qui n'a été ni conquis, ni converti à une religion ou une culture. Les Chinois sont demeurés chinois, plus particulièrement des Hans. Malgré la poussée musulmane ou bouddhiste, ils ont su résister et conserver leurs traditions millénaires, au-delà des dissensions politiques. Toutefois, vu l'ampleur du territoire, cette musique englobe des types régionaux fort variés.


Musique traditionnelle

Des témoignages archéologiques attestent du développement de la musique chinoise dès la [dynastie Zhou] (1122 à 256 avant J-C).

Le diapason (alors un tuyau de flûte) était considéré comme un élément stratégique en ce temps là, et seul l'empereur le détenait. Une fois par an, il allait écouter les orchestres de ses provinces et vérifier la bonne tenue de leurs musiques. Si elles déviaient du diapason, il y avait danger d'agitation sociale, car cette déviation musicale était un signe avant-coureur de l'autre. Si au contraire, elles se conformaient au diapason, l'empereur pouvait repartir confiant.

Le Bureau de Musique Impérial, établi à partir de la dynastie Qin (-221, - 207), se développa considérablement sous l'empereur Han Wudi (-140,-87), et fut chargé de superviser la musique de Cour, la musique militaire, et de décider des musiques populaires qui pouvaient être officiellement reconnues. Dans les dynasties suivantes, le développement musical subit fortement les influences étrangères, notamment celles d'Asie centrale.

D'après Mencius, un puissant lui avait demandé s'il était moral qu'il préfère la musique populaire à la musique classique : la réponse fut que seul le plaisir qu'on y prend compte.

La notation de la musique chinoise, se fait désormais à l'aide du jianpu, un système à chiffres.

Les mélodies perçues en Occident comme typiquement chinoises sont celles déclinées sur le mode pentatonique.

Les petits orchestres urbains sont constitués selon la classification sizhuyue (« bambou et soie »), en vertu de la composition de leur orchestration.

On distingue tout autant dans la musique instrumentale que dans l'opéra, la musique wenchang ou wenban traitant du répertoire lyrique mélodique civil et le wuchang ou wuban traitant du répertoire percussif martial.

Fanbai

Le fanbai ( 梵唄 / 梵呗 fànbài) est le chant liturgique bouddhiste apparu au IVe siècle et psalmodié en sanskrit par les prêtres chinois à différents moment de la journée. Il est parfois accompagné de percussions. Il est à l'origine du Shōmyō japonais.

Yayue

Le yayue ( 雅樂 / 雅乐 yǎyuè) est l'ancienne musique de Cour chinoise.

Guyue

Le guyue ( 古樂 / 古乐 gǔyuè) est lui aussi une ancienne forme de musique de Cour chinoise sous la dynastie Tang, à Chang'an. Elle se scinde en :

  • ge zhang, le style chanté
  • taoqu, le style instrumental joué par un petit ensemble
  • saoqu, comprenant des pièces instrumentales diverses

Ces deux derniers se rencontre encore dans les longues musiques assises (zuoyue) cérémonielles, alors que seul le saoqu figure au répertoire des courtes musiques debout (xinqyue).

Opéra

Il existe bien des variétés d'opéras et de théâtres en Chine. Le kunqu en étant l'une des formes les plus anciennes. Si Pékin à sa forme d'opéra, d'autres régions en ont aussi.

Article détaillé : Opéra de Pékin.
Article détaillé : Théâtre chinois.

Musique régionale

Dû à l'immensité de son territoire, il existe une grande variété de régionalismes en Chine. Certains genres ou styles se rencontrent toutefois sur l'ensemble du pays. On peut y distinguer notamment dans tout le sud les houzi ou chants de travail, et les shange ou chants de divertissement. Dans le nord on trouve les yangge ou chants agraires.

Guchui yue : Ou chuida, il s'agit d'un ensemble populaire de vents et percussions usant selon les régions des hautbois guanzi, shuangguan ou suona. Son appellation varie en fonction de sa composition et de sa situation : chuigu shou, guyue ban, shifan, longchui... Le sheng guan est composé de l'orgue à bouche sheng, du hautbois guanzi, de la flûte dizi et de percussions qui jouent de la musique rituelle bouddhiste ou taoïste dans la rue, dans les fêtes calendaires ou à l'occasion des mariages et funérailles, etc.

Fujian

La musique courtoise nankouan, qui remonte au XVIe siècle, caractérise cette région du sud-est. Elle est constituée de romances ou ballades (k'in) épiques dédiées au prince Meng Chang. Le chanteur s'accompagne à l'aide de tablettes de bois et est secondé par deux luths, une vièle, une flûte, un hautbois et des percussions. La ballade a une forme fixe et comprend un prélude et un postlude instrumentaux qui encadrent le chant dont le rythme et la mélodie sont règlementés. Ce genre se retrouve aussi à Taïwan. Le fujian qingyin désigne la musique urbaine « élégante » de cette région.

Guangdong

Le chaozhou xianshi est un ensemble à cordes caractéristique cette région. Le guangdong xiaoqu est un style de chant de Canton.

Guizhou

Le chant « volant » feige caractérise la musique des Miaos. Il s'agit d'une sorte de yodel pratiqué dans les régions montagneuses, permettant une communication à longues distances de thèmes d'amour. Ces chants interviennent lors de fêtes calendaires (youfang) où les jeunes échangent leurs sentiments sous forme de chants antiphoniques, accompagnés parfois de l'orgue à bouche lusheng.

Miaos

Les Miaos se servent aussi de feuilles d'arbres placées entre leurs lèvres, pour produire une musique nommée cugenao.

Shangaï

Le jiangnan sizhu est une musique typique « du sud du fleuve » de la ville jouée sur un quartette « soie et bambou ».

Sichuan

Le qingyin est une ballade narrative du XVIIIe siècle caractérisant cette région. Un chanteur usant de claquettes en bois déclame une épopée accompagné au luth pipa. Le sichuan yangqin est aussi un chant narratif mais joué essentiellement à la cithare yangqin.

Taïwan

La musique de Taïwan est très proche de la musique de la Chine continentale. Il y existe toutefois une tradition particulière liée aux aborigènes de l'île. Le pasibutbut est un chant polyphonique des Bununs destiné à un rituel agricole.

Tibet

Article détaillé : Musique tibétaine.

Turkestan (Xinjiang)

Article détaillé : Musique ouïghoure.

Yunnan

La musique religieuse dongjing caractérise cette région depuis le XIIIe siècle. Il s'agit de divers types de chants de louanges accompagnés d'un groupe instrumental composé de 15 à 36 musiciens. Les rites taoïste, coufucéen et bouddhiste se mélangent ici. Ces musiques sont exécutées lors de fêtes calendaires ou à l'occasion de naissance ou de deuil. Interdit par la Révolution culturelle, il renaît peu à peu sous forme d'un répertoire varié.

Instruments de musique chinoise

Instruments de musique

La musique instrumentale chinoise est jouée en solo ou dans de petits ensembles de cordes frottées ou pincées, de flûtes, de cymbales variées et de percussions. Les flûtes de bambou et le guzheng sont parmi les instruments les plus anciennement connus ; un ensemble de cloches chinoises très anciennes a récemment été mis au jour. Les instruments sont traditionnellement divisés en fonction de leur matériau de composition : peau, calebasse, bambou, bois, soie, argile, métal et pierre. Les orchestres traditionnels chinois sont composés de cordes frottées, de vents en bois, de cordes pincées et de percussions. Le plus ancien texte concernant la musique est attribué à Confucius. C'est sous les Tang que nous est parvenue une riche documentation sur la musique chinoise.

En Chine ancienne, le statut des musiciens était beaucoup plus bas que celui des peintres, étant donné le culte de la chose écrite caractéristique de la culture chinoise. La théorie musicale n'était pas très développée pour cette raison, bien que chaque empereur ou presque ait sérieusement étudié la musique. Des officiers étaient envoyés collecter la musique populaire pour mesurer l'humeur du peuple. Un des classiques confucéens, le Classique des Poèmes, contenait un grand nombre de chansons populaires datant de 800 à 300 avant Jésus-Christ.

Instruments à vent 
Joueur de sheng
Instruments à cordes frottées 
Erhú
  • Aijieke (艾捷克)
  • Banhu (板胡)
  • Dihu (低胡)
    • Xiaodihu (小低胡) ou dahu (大胡) ou cizhonghu
    • Zhongdihu (中低胡)
    • Dadihu (大低胡)
  • Daguangxian (大广弦)
  • Datong (大筒)
    • Datongxian (大筒弦)
  • Dixianqin (低絃琴)
  • Duolangaijieke (多朗艾捷克)
  • Erhu (二胡)
    • Jingerhu (京二胡)
  • Erxian (二弦)
  • Gaohu (高胡)
  • Gehu (革胡)
    • Diyingehu (低音革胡) ou digehu ou beigehu 倍革胡)
  • Genka (根卡)
  • Hexian (和弦)
  • Huer (胡尔)
  • Huluhu (葫芦胡)
  • Huluqin (葫芦琴)
  • Huqin (胡琴)
  • Jiaohu (角胡)
  • Jinghu (京胡)
    • Zangjinghu ( 藏京胡)
      Joueur d'erhu
  • Laruan (拉阮)
  • Leiqin (雷琴)
  • Maguhu (马骨胡)
  • Matou ou Matouqin (马头琴)
  • Nanhu (龙头南胡)
  • Nanyinerxian (南音二弦)
  • Naxihuqin (纳西胡琴)
  • Niutuiqin (牛腿琴)
  • Paqin (琶琴)
    • Dapaqin (大琶琴)
  • Sanhu (三胡)
  • Sataer (萨它尔)
  • Sihu (四胡)
  • Tiqin (提琴)
  • Tuhu (土胡)
  • Xianghu (竹筒蛇皮)
  • Xiaodihu (小低音胡)
  • Xiqin (奚琴)
  • Yehu (椰胡)
  • Zhongdihu (中低音胡)
  • Zhonghu (中胡)
  • Zhuihu (红木坠胡) (trad : 墜胡) ou zhuiqin (trad : 墜琴 ; simp : 坠琴) ou zhuizixian
  • Zhuqin (竹琴)
Instruments à cordes pincées 
Instruments à percussion 
Un instrument à percussion.

Musique moderne

La musique chinoise moderne a émergé au XIXe siècle, avec l'apparition des premiers enregistrements sonores et l'avènement de stars de la musique, notamment à Shanghai, où le jazz a fait son apparition dans les années 1930.

L'avènement de la République populaire de Chine en 1949 a profondément influencé la création musicale, particulièrement pendant la période de la révolution culturelle, dans les années 70, où la musique fut dédiée aux impératifs de propagande politiques. Les opéras révolutionnaires mis en scène durant cette période, ont comme leur nom l'indique, opérés une fusion originale entre une tradition historique et les nouvelles orientations politiques.

La musique folklorique des différentes nationalités (minorités) chinoises s'est également mêlé à la pop et l'on retrouve parmi les grands succès, des chanteuses comme Han Hong (韓紅), de nationalité Tibétaine, ou Tang Geer (腾格尔) de nationalité Mongole interprétant dans la langue nationale des airs traditionnels ou d'inspiration traditionnelle.

Après la mort de Mao Zedong en 1976 et la politique d'ouverture opérée par Deng Xiaoping, la Chine s'ouvre librement aux influences occidentales, et la musique prend rapidement le pas en voyant les premiers groupes de rock chinois, puis de punk apparaître, avec sa figure de proue Cui Jian.

Plus récemment, d'autres genres se sont popularisés, pop, mais aussi techno et dub, incarnés par l'artiste Wang Lei. Par ailleurs, certains interprètes de musique classique occidentale chinois commencent à imposer leurs noms.

On doit garder à l'esprit que dans le reste du monde chinois, notamment à Hong-Kong et Taïwan, d'autres stars pop sont apparues dès les années 1960, et plus récemment, comme la chanteuse Wang Fei.

Lien externe

Commons-logo.svg


  • Portail du monde chinois Portail du monde chinois
  • Portail des musiques du monde Portail des musiques du monde
Ce document provient de « Musique chinoise ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Musique Chinoise de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Musique chinoise — Sommaire 1 Musique traditionnelle 1.1 Fanbai 1.2 Yayue 1.3 Guyue 1.4 Opéra …   Wikipédia en Français

  • Musique Chinoise Moderne — Musique chinoise Sommaire 1 Musique traditionnelle 1.1 Fanbai 1.2 Yayue 1.3 Guyue 1.4 …   Wikipédia en Français

  • Musique chinoise moderne — Musique chinoise Sommaire 1 Musique traditionnelle 1.1 Fanbai 1.2 Yayue 1.3 Guyue 1.4 …   Wikipédia en Français

  • Musique Tibétaine — Sommaire 1 Musique religieuse 1.1 Bouddhisme 1.2 Bön 1.3 Mystères 2 …   Wikipédia en Français

  • Musique tibetaine — Musique tibétaine Sommaire 1 Musique religieuse 1.1 Bouddhisme 1.2 Bön 1.3 Mystères 2 …   Wikipédia en Français

  • Musique Ouïghoure — Sommaire 1 Musique savante 2 Musique folklorique 3 Instruments de musique 4 Sources et liens …   Wikipédia en Français

  • Musique ouighoure — Musique ouïghoure Sommaire 1 Musique savante 2 Musique folklorique 3 Instruments de musique 4 Sources et liens …   Wikipédia en Français

  • Musique birmanne — Musique birmane Sommaire 1 Musique traditionnelle 1.1 Ensemble hsaing waing 1.2 Ensemble kyì waìng 2 Musique folklorique …   Wikipédia en Français

  • Chinoise — Chine Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Musique malaisienne — Sommaire 1 Musique traditionnelle 1.1 Gamelan 1.2 Nobat 1.3 Indienne et chinoise …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.