Mécanique des roches


Mécanique des roches

La mécanique des roches est une discipline à part entière de la mécanique générale. On y retrouve toutes les composantes classiques : mécanique des milieux continus, mécanique des solides (des blocs), cinématique, énergétique...

Elle se différencie toutefois des autres disciplines par la nécessité de bien connaître la géologie et les techniques de l'ingénieur à laquelle elle se raccroche : travaux souterrains, mines, carrières, stabilité de versant rocheux, enrochements...

Sommaire

Mécanique des roches et mécanique des sols

Il convient de bien différencier ce que nous appelons roches et sols. Voici une définition d'origine mécanique (il en existe d'autres, géologiques par exemple) :

  • Roches : géomatériaux possédant une cohésion et une résistance à la compression simple supérieure à quelques MPa.
  • Sols : géomatériaux pulvérulents ou cohésifs mais ne présentant pas ou pratiquement pas de résistance à la compression simple. La cohésion disparaît par dissolution.

La règle plus générale veut que l'on désigne par roches les terrains profonds et par sols les terrains de surface (terrains issus de l'érosion des roches). Certaines roches, telles les marnes à faible pourcentage de CaCO3 ou les granites très fracturés et altérés, sont inclassables. Leur comportement, au cœur de la recherche, n'est ni celui d'un sol ni celui d'une roche classique.

La rhéologie d'une roche est fortement liée à son degré de fracturation, ce qui n'est pas le cas d'un sol.

Naissance et applications de la mécanique des roches

Une science cinquantenaire

Les premiers à avoir étudié et pratiqué la mécanique des roches, de façon empirique certes, mais efficace, furent les ingénieurs des mines confrontés à la stabilité des épontes rocheuses de leur exploitation (épontes : dans les mines, terme désignant les roches entourant une couche géologique considérée).

Les premiers traités d'exploitation des mines — De Re Metallica (1566) ou l'Encyclopédie (1751) — ne mentionnent guère les techniques d'excavation et de stabilité des terrains. Les cours des mines publiés par la suite (H. De La Goupillère par exemple en 1911) ne furent guère plus précis dans la conception des soutènements. Une idée générale conduit à considérer que construire sur le roc est un gage de sécurité.

Le développement de grandes infrastructures en altitude (stations de ski, passage de cols) et la construction des barrages hydro-électriques de montagne ont nuancé cette considération. La chute de blocs, les glissements de talus rocheux et l'importance de l'eau dans les fractures (catastrophe du barrage de Malpasset en 1959) ont poussé les ingénieurs à étudier plus en détail le comportement du massif rocheux dans sa globalité.

Le Comité International des Grands Barrages, créé en 1927, fut le premier à réfléchir sur le problème, et son congrès de 1964 marque le début de ce que l'on appelle la mécanique des roches. Les Français ont toujours été partie prenante des recherches et discussions, en témoigne l’actuel Comité Français de Mécanique des Roches fondé en 1967. La discipline est donc récente et laisse encore présager des découvertes majeures ces prochaines années.

Applications

La mécanique des roches trouve ses applications dans divers domaines de l'ingénierie et de la recherche :

  • Géologie : déformations tectoniques entraînant plissements, diaclases et failles ;
  • Physique du globe : comportement sous haute pression et température, séismes ;
  • Mine : stabilité des excavations, des tailles, galeries et puits ;
  • Pétrole : extraction des fluides en milieu poreux, stabilité des forages profonds ;
  • Stockages souterrains : stabilité, transport des polluants, perméabilité, couplages thermo-mécaniques ;
  • Géothermie : échange de chaleur entre fluides et massif rocheux fracturé, durée de vie d’un pompage ;
  • Génie civil : fondations des grands ouvrages (barrages, centrales électriques, viaducs), terrassements routiers, stabilité des talus et versants, travaux souterrains, concassage et travaux de carrière, utilisation comme matériau (enrochements, pierre de construction, granulats).

Couplage géologie / mécanique des roches

Pour la mécanique des sols, connaître l’histoire de la formation du terrain que l’on étudie n’est pas toujours indispensable. Les formations de surface considérées comme "sols" sont presque exclusivement du quaternaire et sont issues de l’altération des roches. A contrario, le mécanicien des roches doit être également géologue, ou tout au moins avoir des bases en géologie. L’étude des discontinuités (localisation, propriétés mécaniques des joints, hydrologie) et la détermination des contraintes in situ sont deux exemples parmi tant d’autres illustrant la complémentarité des deux disciplines.

Bibliographie

  • Pierre Martin, Géomécanique appliquée au BTP, Eyrolles, Paris, 2005.

Voir aussi

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mécanique des roches de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mecanique des roches — Mécanique des roches La Science et les Sciences Généralités Connaissance · Théorie · Savoir Classification des sciences Science empirique · sciences exactes Sciences dures · sciences molles Science de la nature · …   Wikipédia en Français

  • Mécanique Des Roches — La Science et les Sciences Généralités Connaissance · Théorie · Savoir Classification des sciences Science empirique · sciences exactes Sciences dures · sciences molles Science de la nature · …   Wikipédia en Français

  • Mécanique des roches — ● Mécanique des roches application des lois générales de la mécanique des solides déformables au comportement des roches et des massifs rocheux …   Encyclopédie Universelle

  • COMPÉTENCE ET INCOMPÉTENCE (mécanique des roches) — COMPÉTENCE & INCOMPÉTENCE, mécanique des roches Les relations entre les contraintes appliquées à une roche et les déformations que celle ci subit ne peuvent pas être directement étudiées sur le terrain. Il n’existe pas de méthode permettant de… …   Encyclopédie Universelle

  • Mecanique des sols — Mécanique des sols La mécanique des sols est une discipline faisant partie des techniques de génie civil qui a pour objet l étude des matériaux constitués de particules solides, liquides et gazeuses qui forment les terrains meubles, et ce en… …   Wikipédia en Français

  • Mécanique Des Sols — La mécanique des sols est une discipline faisant partie des techniques de génie civil qui a pour objet l étude des matériaux constitués de particules solides, liquides et gazeuses qui forment les terrains meubles, et ce en préambule au calcul de… …   Wikipédia en Français

  • Mécanique des sols — La mécanique des sols est une discipline faisant partie des techniques de génie civil qui a pour objet l étude des sols, matériaux constitués de particules solides, liquides et gazeuses qui forment des masses de terrains meubles, dans le but d… …   Wikipédia en Français

  • DÉFORMATION DES ROCHES — L’observation de certaines roches, lors des études tectoniques par exemple, montre qu’elles ont subi des déformations parfois très importantes (cf. STRUCTUROLOGIE Géologie, TECTONIQUE), pouvant, dans certains cas, être mesurées. Ces déformations… …   Encyclopédie Universelle

  • ALTÉRATION DES ROCHES — Le mot altération est pris ici dans le sens restreint que lui attribuent généralement les sciences de la Terre; de ce fait, il sous entend en réalité «altération chimique des roches dans les conditions superficielles». Ce terme recouvre donc… …   Encyclopédie Universelle

  • mécanique — [ mekanik ] adj. et n. f. • 1265 adj., du lat. imp. mecanicus, gr. mêkhanikos, de mêkhanê « machine »; n. f. XVIe, du lat. imp. mecanica I ♦ Adj. 1 ♦ Vx Arts mécaniques. 2 ♦ (v. 1370) Qui est exécuté par un mécanisme; qui utilise des mécanismes,… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.