Nordiques de Quebec


Nordiques de Quebec

Nordiques de Québec

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nordique (homonymie).
Nordiques de Québec
Nordiques de Québec.svg
Fondé en 1972
Disparu en 1995
Siège Flag of Quebec City.svg Québec,
Québec Québec,
Canada Canada
Patinoire (aréna) Colisée de Québec
15 399 places
Couleurs Bleu, blanc et rouge
Ligue Association mondiale de hockey
Ligue nationale de hockey
Propriétaire Marcel Aubut

Les Nordiques de Québec étaient une franchise de hockey sur glace professionnelle, fondée en 1971 par Marius Fortier[1], située dans la ville de Québec au Québec. Elle a évolué dans l'Association mondiale de hockey (AMH) puis dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Elle était constituée en société en commandite du Québec. Son commanditaire principal fut la brasserie Carling-O'Keefe (fusionnée à la brasserie Molson en 1989). En 1988, les actions du commanditaire de l'équipe furent rachetées par un consortium d'entreprises québécoises suite aux difficultés financières de la brasserie[2]. Ses commandités, Me Marcel Aubut et Marcel Dutil, vendent quant à eux leurs actions au groupe américain Comsat Vidéo en 1995[3].

En 1995, l'équipe déménage à Denver et prend le nom de l’Avalanche du Colorado.

Sommaire

Palmarès

Association mondiale de hockey
Ligue nationale de hockey

Histoire de la franchise

L'achat de la concession

En 1971, une nouvelle ligue est créée sous l'égide de Gary Davidson et Dennis Murphy, l'Association mondiale de hockey — désignée par le sigle AMH. Cette ligue doit, selon ses fondateurs, concurrencer la Ligue nationale de hockey. Cette nouvelle association attire l'attention du groupe des actionnaires des Remparts de Québec de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Ce groupe communément appelé le « Groupe des six » est formé de Marcel Bédard, Léo-Paul Beausoleil, Jean-Marc Bruneau, John Dacres, Marius Fortier et de Jean-Claude Mathieu[4]. Ne s'entendant pas sur certains points avec les autres actionnaires des Remparts, ils décident de vendre leurs actions pour 60 000$ chacun et de les réinvestir dans l'achat d'une franchise de l'AMH.

Le coût fixé pour une concession dans ce nouveau circuit est au départ de 25 000$[4] mais les investisseurs de Québec s'y prennent trop tard et l'AMH refuse leur candidature. En février 1972, un certain espoir renait : Gary Davidson propose alors aux québécois le rachat de la franchise des Seahawks de San Francisco pour 250 000$, cette dernière ayant semble t-il des difficultés à démarrer. Le groupe apprend que plus tard que cette franchise appartient à ce même Gary Davidson, ainsi qu'à son associé Dennis Murphy et à Mike O'Hara. Il avait été décidé de garder cette concession de disponible pour une éventuelle surenchère si des acheteurs se manifestaient sur le tard[5]. S'entendant finalement sur une somme de 215 000$, dont 50 000$ à verser comptant, la concession de Québec voit le jour[6].

Tout le monde croyait le club réellement lancé, mais plusieurs sceptiques laissent entendre que le budget que le groupe a prévu pour les opérations hockey était irréaliste et que le club ne verrait finalement pas le jour. Pour contrer ce scepticisme face au budget, ils réussissent à obtenir une rencontre avec George « Punch » Imlach, à l'époque directeur-gérant des Sabres de Buffalo de la LNH en compagnie de Joe Crozier. La rencontre a lieu à Toronto en avril 1972 et les participants à la rencontre comparent le budget projeté à celui des Sabres. Il en ressort que les budgets sont sensiblement les mêmes et Imlach les encourage à se lancer dans l'aventure avec ce budget[7].

Malgré ces encouragements, peu d'investisseurs manifestent de l'intérêt pour l'équipe. De plus, il faut trouver une somme de 100 000$ à verser à l'AMH pour garantir l'entrée en scène de l'équipe lors de la saison inaugurale. Si le groupe ne réussit pas remettre cet argent, il perd alors l'avance de 50 000$ déjà versée pour l'achat de la concession et est exclu de la saison devant débuter quelques mois plus tard. N'ayant pas l'argent demandé, John Dacres et Marius Fortier partent tout de même pour Chicago où doit se tenir une réunion avec la direction de l'AMH. À Chicago, ils reçoivent une première offre d'aide, celle d'un certain Martin Lazarus. L'aide est alors conditionnelle au transfert de l'équipe à Montréal[7]. N'ayant pu trouver la somme avant l'ultimatum, les deux hommes se rendent tout de même à l'heure pour la réunion et à leur grande surprise, Bill Hunter propriétaire de la concession d'Edmonton se porte garant et dépose l'argent pour le club de Québec.

Quelques temps plus tard, avec l'aide de Jean Lesage, les Nordiques réussissent à trouver en Charles Marquis un investisseur qui allait garantir les débuts de l'équipe sur une patinoire[8].

L'affaire Lindros

On désigna toute la saga Eric Lindros par le nom de l'affaire Lindros. Ce joueur était considéré comme l'une des futures vedettes du hockey. Ce jeune joueur talentueux fut rapidement placé au centre de plusieurs controverses. La plus connue d'entre tous est sans contredit celle où il refusa de jouer pour les Nordiques bien que ces derniers en firent leur tout premier choix lors du repêchage de la LNH en 1991. Avant même qu'il soit repêché par l'équipe québécoise, il mentionnait à tous qu'il ne jouerait jamais pour le club de la capitale du Québec. Ainsi les dirigeants des Nordiques allèrent de l'avant. Ces derniers ignorants les dire du joueur ainsi qu'un précédant survenu quelques années avant. Les Greyhounds de Sault Ste. Marie de la Ligue de hockey de l'Ontario avaient alors sélectionné le jeune prodige malgré l'avertissement des parents de ce dernier qu'il ne se joindrait qu'à un club du sud de l'Ontario[9]. À l'époque, un règlement de la ligue stipulait qu'un joueur midget ne pouvait être échangé lors de sa première saison s'il avait été sélectionné en première ronde lors du repêchage. La ligue décida suite aux pressions des parents de Lindros, des fans, à modifier le règlement afin de permettre aux Greyhounds d'échanger le joueur aux Generals d'Oshawa et ainsi permettre l'arrivé de Lindros au sein de la ligue.

Avant qu'il soit repêché par les Nordiques, il mentionnait aux journalistes que sa réticence à jouer pour Québec n'était que d'ordre économique. Puis après, il est devenu évident qu'il y avait d'autres raisons comme la peur d'être isolé dans un milieu totalement francophone, le peu de possibilité pour un anglophone d'obtenir des revenus publicitaires, etc[10]. Aux cours des mois qui suivirent, tout le Québec se rallia à la cause des Nordiques tandis que du côté anglophone du pays on dénonçait l'entêtement des dirigeants du club québécois à vouloir retenir les droits sur le joueur ainsi que l'opinion des journalistes québécois traitant le dossier.

Après un an de suspenses, les dirigeants des Nordiques décidèrent d'en finir. À l'aube du repêchage de 1992, ils échangèrent Lindros aux Flyers de Philadelphie. Les Nordiques reçurent plusieurs jeunes joueurs prometteurs en plus de vétérans et d'argent liquide. Rapidement les nouveaux joueurs eurent un impact sur la concession et celle-ci devint par la suite l'une des plus puissante de la décennie.

Saisons après saisons

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Saisons dans l'AMH

Saison PJ V D N Pts BP BC Pun Classement Séries éliminatoires[Note 1],[11]
1972–73 78 33 40 5 71 276 313 1 354 5e division Est Non qualifiés
1973–74 78 38 36 4 80 306 280 909 5e division Est Non qualifiés
1974–75 78 46 32 0 92 331 299 1 132 1er division canadienne Symbol support vote.svg 4-1 Roadrunners de Phoenix
Symbol support vote.svg 4-2 Fighting Saints du Minnesota
Symbol oppose vote.svg 0-4 Aeros de Houston
1975–76 81 50 27 4 104 371 316 1 654 2e division canadienne Symbol oppose vote.svg 1-4 Cowboys de Calgary
1976–77 81 47 31 3 97 353 295 1 485 1er division Est Symbol support vote.svg 4-1 Whalers de la Nouvelle-Angleterre
Symbol support vote.svg 4-1 Racers d'Indianapolis
Symbol support vote.svg 4-3 Jets de Winnipeg
 Trophée mondial Avco
1977–78 80 40 37 3 83 349 347 1 185 4e de l'AMH Symbol support vote.svg 4-2 Aeros de Houston
Symbol oppose vote.svg 1-4 Whalers de la Nouvelle-Angleterre
1978–79 80 41 34 5 87 288 271 1 399 2e de l'AMH Symbol oppose vote.svg 0-4 Jets de Winnipeg
Totaux AMH 556 295 237 24 614 2 274 2 121 9 118 Deux titres de champions de division Un trophée mondial Avco

Saisons dans la LNH

Saison PJ V D N Pts BP BC Pun Classement Séries éliminatoires[Note 1],[12]
1979–80 80 25 44 11 61 248 313 1 062 5e division Adams Non qualifiés
1980–81 80 30 32 18 78 314 318 1524 4e division Adams Symbol oppose vote.svg 2-3 Flyers de Philadelphie
1981–82 80 33 31 16 82 356 345 1 757 4e division Adams Symbol support vote.svg 3-2 Canadiens de Montréal
Symbol support vote.svg 4-3 Bruins de Boston
Symbol oppose vote.svg 0-4 Islanders de New York
1982–83 80 34 34 12 80 343 336 1 648 4e division Adams Symbol oppose vote.svg 1-3 Bruins de Boston
1983–84 80 42 28 10 94 360 278 1 600 3e division Adams Symbol support vote.svg 3-0 Sabres de Buffalo
Symbol oppose vote.svg 2-4 Canadiens de Montréal
1984–85 80 41 30 9 91 323 275 1 643 2e division Adams Symbol support vote.svg 3-2 Sabres de Buffalo
Symbol support vote.svg 4-3 Canadiens de Montréal
Symbol oppose vote.svg 2-4 Flyers de Philadelphie
1985–86 80 43 31 6 92 330 289 1 847 1er division Adams Symbol oppose vote.svg 0-3 Whalers de Hartford
1986–87 80 31 39 10 72 267 276 1 741 4e division Adams Symbol support vote.svg 4-2 Whalers de Hartford
Symbol oppose vote.svg 3-4 Canadiens de Montréal
1987–88 80 32 43 5 69 271 306 2 042 5e division Adams Non qualifiés
1988–89 80 27 46 7 61 269 342 2 004 5e division Adams Non qualifiés
1989–90 80 12 61 7 31 240 407 2 104 5e division Adams Non qualifiés
1990–91 80 16 50 14 46 236 354 1 741 5e division Adams Non qualifiés
1991–92 80 20 48 12 52 255 318 2 044 5e division Adams Non qualifiés
1992–93 84 47 27 10 104 351 300 1 846 2e division Adams Symbol oppose vote.svg 2-4 Canadiens de Montréal
1993–94 84 34 42 8 76 277 292 1 625 5e division Nord-Est Non qualifiés
1994–95 48 30 13 5 65 185 134 770 1er division Nord-Est Symbol oppose vote.svg 2-4 Rangers de New York
Totaux LNH 1 256 497 599 160 1 154 4 625 4 883 26 998 Deux titres de champions de division
Grand Total 1 812 792 836 184 1 768 6 899 7 004 36 116 Quatre titres de champions de division Un trophée mondial Avco

Les joueurs et entraîneurs

Au Temple de la renommée

Cette section présente les joueurs importants dans l’histoire des Nordiques qui ont acquis une des plus belles récompense dans la LNH, l’accès au Temple de la renommée du hockey. Pour être admis au Temple de la renommée, le dossier de chaque pétitionnaire doit passer devant dix-huit membres du comité et recevoir au moins les trois-quarts des votes (quinze membres)[13]. Chaque année, sont admis au maximum :

Pour les joueurs, l’arbitre ou juge de ligne, la personne doit avoir pris sa retraite de sa carrière en glace depuis au moins trois ans. Dans le passé, il y a eu des exceptions pour les joueurs dotés d’un talent exceptionnel qui, selon le comité, méritaient d’être intronisés avant les trois années réglementaires.

La liste ci-dessous reprend une partie des personnes liées aux Nordiques qui sont aujourd’hui membres du temple de la renommée du hockey. Certains anciens joueurs ou anciens entraîneurs ne seront pas présentés dans la liste (par exemple Maurice Richard) car même s’ils ont fait partie de l’équipe un temps donné, leur impact sur l'équipe aura été moindre.

Année Nom Commentaire
1998 Michel Goulet Il a joué dix saisons dans la LNH avec les Nordiques[14].
1998 Peter Šťastný Il a joué dix saisons dans la LNH avec les Nordiques[15].

Aujourd'hui, Šťastný fait partie des membres du comité désignant les nouvelles personnalités du hockey admises au sein du Temple[16].

Numéros retirés

Cette section reprend la liste des joueurs honorés par la franchise du temps de son existence à Québec. Une fois que la franchise a déménagé dans le Colorado, les numéros des maillots furent remis en circulation.

Repêchage des Nordiques

Ère AMH

À la création de l'Association mondiale de hockey, il est décidé d'avoir chaque année une séance de repêchage de joueurs amateurs. L'âge minimale d'admissibilité est établie à 17 ans dans l'espoir de pouvoir signer ces joueurs avant que les équipes de la Ligue nationale de hockey ne puissent le faire. Cette section présente le choix de première ronde des repêchages des Nordiques ainsi que les équipes mineures dans lesquelles ces joueurs ont évolué[18]. Si certaines années, les Nordiques ont plusieurs choix de première ronde, seul le premier des joueurs choisis est indiqué. Au contraire, si l'équipe n'a choisi son premier joueur qu'après la première ronde, rien n'est indiqué.

Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)   Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1973 André Savard 3e Remparts de Québec (LHJMQ) 1974 Réal Cloutier 9e Remparts de Québec (LHJMQ)
1975 Pierre Mondou 3e Bleu-Blanc-Rouge de Montréal (LHJMQ) 1976 Rick Green 10e Knights de London (AHO)
1977 Lucien Deblois 9e Éperviers de Sorel (LHJMQ) 1978 Pas de choix de repêchage de l'AMH

Ère LNH

Chaque année et depuis 1963, les joueurs des ligues juniors ont la possibilité de signer des contrats avec les franchises de la LNH. Cette section présente les premiers choix de repêchage des Nordiques ainsi que les équipes mineures dans lesquelles ces joueurs ont évolué[19].

Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)   Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1979 Michel Goulet 20e Bulls de Birmingham (AMH) 1980 Pas de choix de première ronde
1981 Randy Moller 11e Broncos de Lethbridge (LHOu) 1982 David Shaw 13e Rangers de Kitchener (LHO)
1983 Pas de choix de première ronde 1984 Trevor Stienburg 15e Platers de Guelph (LHO)
1985 David Latta 15e Rangers de Kitchener (LHO) 1986 Ken McRae 18e Wolves de Sudbury (LHO)
1987 Bryan Fogarty 9e Canadians de Kingston (LHO) 1988 Curtis Leschyshyn 3e Blades de Saskatoon (LHOu)
1989 Mats Sundin 1er Nacka (Allsvenskan) 1990 Owen Nolan 1er Royals de Cornwall (LHO)
1991 Eric Lindros 1er Generals d'Oshawa (LHO) 1992 Todd Warriner 4e Spitfires de Windsor (LHO)
1993 Jocelyn Thibault 10e Faucons de Sherbrooke (LHJMQ) 1994 Wade Belak 12e Blades de Saskatoon (LHOu)

Records de la franchise

Dans cette section, on trouvera une liste des principaux records tant collectifs que individuels. Les records sont séparés en deux parties. L'une pour les marques établies dans l'Association mondiale de hockey[20], l'autre par celles établies dans la Ligue nationale de hockey[21]. Ici ne seront inscrit que les marques établies du temps des Nordiques.

Records d'équipe

Record Association mondiale de hockey Ligue nationale de hockey
Marque Saison Marque Saison
Plus de points en une saison 104 1975-1976 104 1992-1993
Plus de victoires en une saison 50 1975-1976 47 1992-1993
Plus de défaites en une saison 40 1972-1973 61 1989-1990
Plus de matchs nuls en une saison 5 1972-1973
1978-1979
18 1980-1981
Plus de buts en une saison 371 1975-1976 360 1983-1984
Plus de buts alloués en une saison 347 1977-1978 407 1989-1990
Plus de buts en un match 12 26 décembre 1976
contre les Jets de Winnipeg
victoire de 12 à 3
12 1er février 1983
contre les Whalers de Hartford
victoire de 12 à 3[Note 3]
Plus de blanchissages en une saison 6 1978-1979 6 1985-1986
Plus de minutes de punition dans un match 122 10 mars 1976
contre les Jets de Winnipeg
- -
Plus de minutes de punition en une saison 1 620 1975-1976 2 104 1989-1990

Records individuels

Record Association mondiale de hockey Ligue nationale de hockey
Joueur Marque Saison Joueur Marque Saison
Plus de saisons Richard Brodeur
Jean-Claude Tremblay
7 - Michel Goulet 11 -
Plus de matches Jean-Claude Tremblay 454 - Michel Goulet 813 -
Plus de buts en carrière Réal Cloutier 283 - Michel Goulet 456 -
Plus de passes en carrière Jean-Claude Tremblay 358 - Peter Šťastný 668 -
Plus de points en carrière Marc Tardif 579 - Peter Šťastný 1 048 -
Plus de minutes de pénalités en carrière Pierre Roy 732 - Dale Hunter 1 545 -
Plus de blanchissages en carrière Richard Brodeur 8 - Mario Gosselin 6 -
Matchs consécutifs - - - Dale Hunter 312 du 9 octobre 1980 au 13 mars 1984
Plus de buts en une saison Réal Cloutier 75 1978-1979 Michel Goulet 57 1982-1983
Plus de passes en une saison Marc Tardif 89 1977-1978 Peter Šťastný 93 1981-1982
Plus de points en une saison Marc Tardif 154 1977-1978 Peter Šťastný 139 1981-1982
Plus de minutes de pénalités en une saison Gordie Gallant 397 1975-1976 Gordon Donnelly 301 1987-1988
Plus de blanchissages en une saison Richard Brodeur
Jim Corsi
3 1978-1979 Clint Malarchuk 4 1985-1986
Plus de points en une saison par un défenseur Jean-Claude Tremblay 89 1972-1973
1975-1976
Steve Duchesne 82 1992-1993
Plus de points en une saison par un centre Serge Bernier 122 1974-1975 Peter Šťastný 139 1981-1982
Plus de points en une saison par un ailier droit Réal Cloutier 141 1976-1977 Jacques Richard 103 1980-1981
Plus de points en une saison par un ailier gauche Marc Tardif 154 1977-1978 Michel Goulet 121 1983-1984
Plus de points en une saison par une recrue André Gaudette 71 1972-1973 Peter Šťastný 139 1981-1982
Plus de buts en une partie Réal Cloutier 5 Le 26 octobre 1976 Mats Sundin
Mike Ricci
5 Le 26 octobre 1976
Le 17 février 1994
Plus de passes en une partie Jeannot Gilbert
Serge Bernier
Christian Bordeleau
5 Le 3 février 1974
Le 31 janvier 1976
Le 26 octobre 1976
Anton Šťastný
Michel Goulet
Owen Nolan
Mike Ricci
5 Le 22 février 1981
Le 3 janvier 1984
Le 5 mars 1992
Le 12 décembre 1992
Plus de points en une partie Réal Cloutier 7 Le 26 décembre 1976 Anton Šťastný
Peter Šťastný
8 Le 22 février 1981

Entraîneurs-chefs des Nordiques

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Au cours de l'histoire des Nordiques, treize entraîneurs auront dirigé l'équipe. Certains comme Maurice Filion et Michel Bergeron ont dirigés l'équipe à différentes périodes. Leur premier entraîneur, le célèbre Maurice Richard démissionna après seulement deux parties disputées[22].

# Nom Saisons Saison régulière Séries éliminatoires
Début Fin PJ V D N %V PJ V D %V
1 Maurice Richard 1972-1973 2 1 1 0 50,0 % - - - -
2 Maurice Filion 1972-1973 76 32 39 5 45,4 % - - - -
3 Jacques Plante 1973-1974 78 38 36 4 51,3 % - - - -
4 Jean-Guy Gendron 1974-1975 1975-1976 159 96 59 4 61,6 % 20 9 11 45,0 %
5 Marc Boileau 1976-1977 1977-1978 139 73 61 5 54,3 % 17 12 5 70,6 %
6 Maurice Filion 1977-1978 22 14 7 1 65,9 % 11 5 6 45,5 %
7 Jacques Demers 1978-1979 80 41 34 5 54,4 % 4 0 4 0%
Totaux AMH 7 saisons 556 295 237 24 55,2 % 52 26 26 50,0 %
8 Jacques Demers 1979-1980 80 25 44 11 38,1 % - - - -
9 Maurice Filion 1980-1981 6 1 3 2 33,3 % - - - -
10 Michel Bergeron 1980-1981 1986-1987 554 253 222 79 52,8 % 68 31 37 45,6 %
11 André Savard 1987-1988 24 10 13 1 43,8 % - - - -
12 Ron Lapointe 1987-1988 1988-1989 89 33 50 6 40,4 % - - - -
13 Jean Perron 1988-1989 47 16 26 5 39,4 % - - - -
14 Michel Bergeron 1989-1990 80 12 61 7 19,4 % - - - -
15 Dave Chambers 1990-1991 1991-1992 98 19 64 15 27,0 % - - - -
16 Pierre Pagé 1991-1992 1993-1994 230 98 103 29 48,9 % 6 2 4 33,3 %
17 Marc Crawford 1994-1995 48 30 13 5 67,7 % 6 2 4 33,3 %
Totaux LNH 16 saisons 1 256 497 599 160 45,9 % 80 35 45 43,8 %

Trophées d'équipes et honneurs individuels

Association mondiale de hockey

Trophée mondial Avco — remis au vainqueur des séries éliminatoires.

Trophée Bill Hunter — ce trophée était remis annuellement au meilleur buteur de hockey sur glace de la saison.

Trophée Dennis A. Murphy — ce trophée récompensait le meilleur défenseur de hockey sur glace de la saison.

Trophée Gordie Howe — le Trophée Gordie Howe, autrefois nommé Trophée Gary L. Davidson, était remis annuellement au meilleur joueur de hockey sur glace de la saison.

Meilleur joueur des séries AMH — le meilleur joueur des séries éliminatoires de l'Association mondiale de hockey se voyait chaque année remettre un prix. Remis de 1975 à 1979.

Première équipe des Étoiles

Deuxième équipe des Étoiles

Ligue nationale de hockey

Trophée Calder[23] — ce trophée récompense le meilleur joueur dans sa première saison dans la ligue — le terme utilisé est le terme recrue[Note 4]. Pour être éligible, le joueur ne doit pas avoir joué plus de 25 matchs dans la saison régulière précédant celle en cours et pas plus de six matchs durant les deux autres saisons précédentes dans une des ligues professionnelles. Le joueur ne peut pas être âgé de plus de 26 ans le 25 septembre de la saison d'éligibilité.

Trophée Jack Adams[24] — ce trophée, récompensant le meilleur entraîneur de la saison, est mis en place en 1974 et le vainqueur est désigné par l'ensemble des diffuseurs des matchs. Jack Adams était un entraîneur des Red Wings de Détroit pendant une vingtaine d'années puis dirigeant de l'équipe pendant encore seize ans.

Première équipe des Étoiles

Deuxième équipe des Étoiles

Équipe des recrues de la LNH


Notes et références

Notes

  1. a  et b Le score des Nordiques est indiqué en premier.
  2. Cette catégorie correspond aux personnes qui ne jouent pas directement au hockey mais ont un impact significatif sur le hockey. Il peut s’agir d’entraîneurs, de présidents, de propriétaires de franchises ou encore de personnalités des médias.
  3. Cette marque fut une nouvelle fois atteinte le 20 octobre 1984 face aux Maple Leafs de Toronto, également dans une victoire de 12 à 3.
  4. Le terme français de recrue correspond au terme anglais de rookie.

Références

  1. Fondation des Nordiques
  2. La vente des Nordiques (1988)
  3. La vente des Nordiques (1995)
  4. a  et b (fr) Histoire des Nordiques sur http://www.histoirenordiques.ca/
  5. Dans Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 51.
  6. Dans Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 56.
  7. a  et b Dans Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 73.
  8. Dans Fortier, « Les Nordiques et le circuit maudit », page 79.
  9. Dans Poulin, « L'affaire Lindros : dossier complexe et peu reluisant », page 24.
  10. Dans Poulin, « L'affaire Lindros : dossier complexe et peu reluisant », page 55.
  11. (en) Résultats des Nordiques du temps de l'AMH sur http://www.hockeydb.com.
  12. (en) Résultats des Nordiques du temps de la LNH sur http://www.hockeydb.com.
  13. (en) Description du processus de sélection des candidatures pour le temple de la renommée
  14. (en) Fiche de carrière de Michel Goulet sur http://www.legendsofhockey.net.
  15. (en) Fiche de carrière de Peter Šťastný sur http://www.legendsofhockey.net.
  16. (en) Liste des membres du comité de sélection du Temple de la renommée sur http://www.legendsofhockey.net.
  17. (en) Biographie de Tremblay sur http://www.legendsofhockey.net.
  18. (en) Liste des choix des Nordiques lors des repêchages de l'AMH sur http://www.hockeydb.com/
  19. (en) Liste des choix des Nordiques lors des repêchages de la LNH sur http://www.hockeydb.com/
  20. (fr) Records dans l'AMH sur http://www.histoirenordiques.ca/
  21. (fr) Records dans la LNH sur http://www.histoirenordiques.ca/
  22. (fr) Fiche des entraîneurs des Nordiques, 1972 à 1995 sur http://www.histoirenordiques.ca/
  23. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Calder
  24. (en) Liste des vainqueurs du Trophée Jack Adams

Voir aussi

Bibliographie

  • Marius Fortier, Les Nordiques et le circuit maudit, Lotographie Inc., 1978 
  • Daniel Poulin, L'affaire Lindros : dossier complexe et peu reluisant, Guy Saint-Jean Éditeur, 1992 (ISBN 2-920340-69-7) 

Liens externes

  • Portail du Québec Portail du Québec
  • Portail de la Ville de Québec Portail de la Ville de Québec
  • Portail du hockey sur glace Portail du hockey sur glace
Ce document provient de « Nordiques de Qu%C3%A9bec ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nordiques de Quebec de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nordiques de Quebec — Nordiques de Québec Gründung 1972 Geschichte Nordiques de Québec 1972 – 1995 Colorado Avalanche seit …   Deutsch Wikipedia

  • Nordiques de Québec — Gründung 1972 Geschichte Nordiques de Québec 1972–1995 Colorado Avalanche se …   Deutsch Wikipedia

  • Nordiques de québec — Pour les articles homonymes, voir Nordique (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Nordiques de Québec — Pour les articles homonymes, voir Nordique (homonymie). Nordiques de Québec …   Wikipédia en Français

  • Saison 1976-1977 des Nordiques de Québec — Informations générales Entraîneur Marc Boileau Capitaine Marc Tardif Patinoire Colisée Pepsi Saison régulière Classements 1er division Est 2e au général …   Wikipédia en Français

  • Liste des choix de repêchages des Nordiques de Québec — Cette liste contient tous les joueurs de hockey sur glace choisis lors des repêchages par les Nordiques de Québec, franchise membre de l Association mondiale de hockey (AMH) de 1972 à 1979 puis de la Ligue nationale de hockey (LNH) de 1979 à 1995 …   Wikipédia en Français

  • Bilan saison par saison des Nordiques de Québec — Les Nordiques de Québec est le nom d une franchise de hockey sur glace professionnelle d Amérique du Nord. Basée à dans la ville de Québec au Québec, elle évolue dans l Association mondiale de hockey (désignée par le sigle AMH) puis dans la Ligue …   Wikipédia en Français

  • Liste des joueurs des Nordiques de Quebec (AMH) — Liste des joueurs des Nordiques de Québec (AMH)  Pour liste des joueurs de la franchise du temps de la LNH, voir Liste des joueurs des Nordiques de Québec (LNH). Cette liste contient tous les joueurs de hockey sur glace ayant joué au moins… …   Wikipédia en Français

  • Liste des joueurs des Nordiques de Quebec (LNH) — Liste des joueurs des Nordiques de Québec (LNH)  Pour liste des joueurs de la franchise du temps de la AMH, voir Liste des joueurs des Nordiques de Québec (AMH). Cette liste contient tous les joueurs de hockey sur glace ayant joué au moins… …   Wikipédia en Français

  • Liste des joueurs des nordiques de québec (amh) —  Pour liste des joueurs de la franchise du temps de la LNH, voir Liste des joueurs des Nordiques de Québec (LNH). Cette liste contient tous les joueurs de hockey sur glace ayant joué au moins un match sous le maillot des Nordiques de Québec …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.