Palais du golestan


Palais du golestan

Palais du Golestan

Intérieur du Palais du Golestan dans les années 1860.

35°40′47″N 51°25′13″E / 35.67972, 51.42028 Le palais du Golestan (persan :کاخ گلستان - palais du jardin des fleurs) est l'ancien palais royal Qajar situé dans la citadelle royale de Arg-e Soltanati à Téhéran.

L'Arg (« citadelle » en persan) est construit sous le règne de Tahmasp Ier(1524-1576) de la dynastie Safavide (1502-1736), et rénové plus tard sous le règne de Karim Khan Zand (1724-1776). Agha Mohammad Khan Qajar choisit Téhéran comme nouvelle capitale de l'Iran et l'Arg devient ainsi la cité royale pendant l'époque qajare. Le palais est reconstruit sous sa forme actuelle en 1865 par Haji Abol-Hassan Mémar Navaï.

Pendant l'époque pahlavi (1925-1979), le palais du Golestan est utilisé pour les réceptions officielles, comme le couronnement de Reza Shah et de Mohamad Reza Shah, la famille Pahlavi ayant construit ses propres palais au nord de Téhéran à Sa'dabad et à Niavaran.

Pendant le règne de Reza Shah Pahlavi, une grande partie des bâtiments est détruite pour laisser la place à de grands bâtiments administratifs.

Le complexe du Golestan est actuellement ouvert au public, sous la responsabilité de l'Organisation de l'Héritage Culturel d'Iran.

Sommaire

Emarat Badgir

Emarat Badgir, accueillant actuellement un musée de la photographie ancienne.

L'Emarat Badgir est un des plus vieux bâtiments du palais du Golestan. Il a été construit à l'époque de Fathali Shah. Il est composé d'une pièce principale, de deux chambres latérales, deux vestibules et une pièce en sous-sol équipée d'un bassin. La chambre principale est décorée de vitraux, de colonnes de plâtre en forme de spirale, de plinthes de marbre peint ; le sol est couvert de carreaux de céramiques peints. Le plafond est décoré de miroirs et de peintures, ce qui est rare au palais du Golestan. La construction a lieu entre 1807 et 1809, sous la direction de deux architectes persans, Haj Mirza Jafar Khan Tabrizi et Abdullah Memarbashi (plus connu sous le nom de Sheikh Abdulhossein). Les peintures sont le fait de Mirza Baba Shirazi, Ostad Ahmad, Firouz Ashtiani et Ostad Mohammad Khan.

Pendant le règne de de Nasseredin Shah (1848-1896), l'architecte Haj Ali Khan Hajeb-od-Doleh opére quelques changements sur le bâtiment jusqu'à atteindre son aspect actuel. Les changements peuvent se constater en se référant aux aquarelles de Mahmoud Khan Saba (1861-1863), qui présentent un aspect différent de l'aspect actuel du bâtiment.

Les Shah qajars utilisent ce bâtiment plutôt l'été. La fraîcheur à l'intérieur du bâtiment est la raison pour laquelle le couronnement de Mozaffaredin Shah a lieu ici plutôt qu'au palais de Marbre.

La bâtiment est fermé pendant trente ans à l'époque pahlavi. Des restaurations ont lieu de 2002 jusqu'à l'automne 2004, date à laquelle le bâtiment est rouvert au public.

Khalvat-e Karim Khani

le Khalvat-e Karim Khani (la retraite de Karim Khan Zand), une des plus anciennes parties encore existantes du palais.

Shams-ol Emareh

Shams-ol-emareh, un des bâtiments les plus hauts de Téhéran à l'époque de sa construction.

Quelques années après son couronnement, Nasser-ed-in shah Qajar décide d'étendre le palais de Golestan dans sa partie est.

Shams-ol Emareh, ainsi que le Hall des Miroirs, le Hall du Musée et le Hall d'Ivoire datent de cette période. A cette époque, Téhéran avait peu de bâtiments impressionnants et encore moins de bâtiments élevés. Quelques ingénieurs français et autrichiens sont invités à cette occasion à Téhéran pour mettre en œuvre les idées que Nasseredin Shah avait eues en Europe et voulait réaliser en Iran. Shams-ol-emareh voit le jour en 1867.

Mirza Hassan Khan Etemad-os-saltaneh, chroniqueur de la cour, écrit à ce sujet :

« [...] le Koushk, connu sous le nom de Shams-ol-emareh, est une des œuvres grandioses de ce prince impérial. Son avantage par rapport aux autres constructions de Téhéran - et peut être de l'Iran- est évident et le nombre de ces étages s'élève à cinq. Ce souvenir important est dessiné et construit sous l'égide de Doust-Ali Khan Moaier-ol-mamalek à la mode des palais et des constructions des pays d'Europe. Cette auguste construction est bâtie en l'an mil deux cent quatre vingt quatre d'Hégire, en la vingt et unième année du règne de sa Majesté [...] »

Palais de marbre

Le talār du Palais de Marbre.

Commons-logo.svg

  • Portail de l’Iran Portail de l’Iran
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Ce document provient de « Palais du Golestan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Palais du golestan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Palais du Golestan — Intérieur du Palais du Golestan dans les années 1860. 35°40′47″N …   Wikipédia en Français

  • Golestân — Palais du Golestan Intérieur du Palais du Golestan dans les années 1860 …   Wikipédia en Français

  • Palace du Golestan — Palais du Golestan Intérieur du Palais du Golestan dans les années 1860 …   Wikipédia en Français

  • Orgue du palais du Trocadéro — Construit par Aristide Cavaillé Coll à l occasion de l Exposition universelle de 1878 pour le palais du Trocadéro à Paris, cet orgue mythique a été transféré en 1937 au palais de Chaillot, avant de prendre en 1977 le chemin de l Auditorium… …   Wikipédia en Français

  • La cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge — Bakou Pour les articles homonymes, voir Bakou (homonymie). 40°23′43″N 49°52′56″E / …   Wikipédia en Français

  • Cinema iranien — Cinéma iranien Cet article fait partie d’une série sur l art perse Les arts persans …   Wikipédia en Français

  • Cinéma Iranien — Cet article fait partie d’une série sur l art perse Les arts persans …   Wikipédia en Français

  • Cinéma en Iran — Cinéma iranien Cet article fait partie d’une série sur l art perse Les arts persans …   Wikipédia en Français

  • Cinéma iranien — Le cinéma iranien ou cinéma persan est l activité cinématographique de l Iran. L industrie cinématographique voit le jour en Iran dès 1900, quand la cour rapporte un cinématographe de France. Une production spécifiquement iranienne se développe… …   Wikipédia en Français

  • Teheran — Téhéran Téhéran (fa) تهران Monument Āzādi (« Liberté …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.