Palestine britannique


Palestine britannique

Palestine mandataire

Palestine mandataire

Mandate for Palestine (en)
המנדט הבריטי על פלשתינה א"י (he)
الانتداب البريطاني على فلسطين (ar)


1920 — 1948

Palestine-Mandate-Ensign-1927-1948.svg
Drapeau

Le foyer national juif dans ses premières frontières (1920)
Le foyer national juif dans ses premières frontières (1920)

Informations générales
 Statut {{{gouvernement}}}
 Capitale Jérusalem
 Langue(s) Anglais, Hébreu, Arabe
 Religion(s) {{{religion}}}
 PIB {{{pib}}}
 PIB/hab. {{{pib hab}}}
 Monnaie {{{monnaie}}}
 Fuseau horaire {{{fuseau horaire}}}
 Dom. internet {{{domaine internet}}}
 Ind. tél. {{{indicatif téléphonique}}}
 {{{infgen1 titre}}} {{{infgen1}}}
 {{{infgen2 titre}}} {{{infgen2}}}
 {{{infgen3 titre}}} {{{infgen3}}}
 {{{infgen4 titre}}} {{{infgen4}}}
 {{{infgen5 titre}}} {{{infgen5}}}

Population
 1922 752 048
 1931 1 036 339
 1945 1 764 520
{{{population4}}}
{{{population5}}}

Superficie
 1931 26 625,6 km2
{{{superficie2}}}
{{{superficie3}}}
{{{superficie4}}}
{{{superficie5}}}

Histoire et événements
 25 avril 1920 Assignation du mandat
 29 septembre 1923 Contrôle assuré officiellement par le Royaume-Uni
 25 mai 1946 Indépendance de la Jordanie
 14 mai 1948 Fondation d'Israël
{{{evt5}}}
{{{evt6}}}
{{{evt7}}}
{{{evt8}}}
{{{evt9}}}
{{{evt10}}}
{{{evt11}}}
{{{evt12}}}

Pouvoir exécutif
   {{{titre leaderA}}}
{{{leaderA1}}}
{{{leaderA2}}}
{{{leaderA3}}}
{{{leaderA4}}}
{{{leaderA5}}}
   {{{titre leaderB}}}
{{{leaderB1}}}
{{{leaderB2}}}
{{{leaderB3}}}
{{{leaderB4}}}
{{{leaderB5}}}
   {{{titre leaderC}}}
{{{leaderC1}}}
{{{leaderC2}}}
{{{leaderC3}}}
{{{leaderC4}}}
{{{leaderC5}}}
   {{{titre leaderD}}}
{{{leaderD1}}}
{{{leaderD2}}}
{{{leaderD3}}}
{{{leaderD4}}}
{{{leaderD5}}}
   {{{titre leaderE}}}
{{{leaderE1}}}
{{{leaderE2}}}
{{{leaderE3}}}
{{{leaderE4}}}
{{{leaderE5}}}

Pouvoir législatif
{{{parlement}}}
{{{parlement1}}}
{{{parlement2}}}
{{{parlement3}}}
{{{parlement4}}}
{{{parlement5}}}

Entité précédente Entités suivantes
Empire ottoman Empire ottoman
Jordanie Jordanie
Israël Israël
Égypte (occupation de Gaza) Égypte (occupation de Gaza)
Emblème d'Israël Sionisme Drapeau d'Israël
Définitions

Sionisme
Peuple d'Israël · Terre d'Israël
État juif

Histoire du sionisme

Chronologie
Congrès de Bâle
Plan Balfour · Légion juive
Accord Fayçal-Weizmann
Palestine mandataire · Les livres blancs
Plan de partage · Indépendance d'Israël · Guerre d'indépendance

Immigration juive

Aliyah avant le sionisme · Le Yichouv
Première Aliyah · Seconde Aliyah · Durant la première guerre mondiale · Troisième Aliyah · Quatrième Aliyah · Cinquième Aliyah · Durant la seconde guerre mondiale · Aliyah Bet
Loi du retour
Opération Tapis Volant · Opération Ezra et Néhémie · Réfugiés juifs des pays arabes · Aliyah polonaise de 1968 · Aliyah d'Union soviétique dans les années 1970 · Opération Josué · Opération Moïse · Opération Salomon · Aliyah d'Union soviétique dans les années 1990 · Aliyah d'Amérique latine dans les années 2000 · Aliyah de France en 2006

Partis, organisations et idéologies

Territorialisme · Hapoel Hatzaïr · Hachomer Hatzaïr · Poale sion et Achdut Ha'avoda · Mapai · Anarcho-sionisme · Mapam · Sionisme religieux · Colonies · Kach et Kahane Chai · Agoudat Israel · Sionisme chrétien · Sionisme révisionniste · Irgoun · Lehi · Betar · Hérout · Sionisme général · Likoud · Lobby sioniste . Postsionisme · Néosionisme · Antisionisme · Partis politiques israéliens

Institutions sionistes

Organisation sioniste mondiale · Agence juive · Asefat ha-nivharim · Aipac . Histadrout · Haganah · Kibboutz · Moshav

Personnalités sionistes

Theodor Herzl · Haïm Weizmann · David Ben Gourion · Vladimir Jabotinsky · Joseph Trumpeldor · Golda Meïr · Menahem Begin · Yitzhak Rabin · Shimon Peres · Ariel Sharon

Voir aussi

Catégorie:sionisme · Portail:Israël
Portail:Conflit israélo-arabe · Portail:Palestine

Frontières de la Palestine en 1922

Les noms de Palestine mandataire, ou Palestine sous mandat britannique, désignent le statut politique établi par la Société des Nations en Palestine de 1920 à 1947.

L'administration de la Palestine est confiée au Royaume-Uni, lequel, conformément à la déclaration Balfour, prend la charge d'y constituer un « foyer national juif ».

Sommaire

Origine

Le mouvement sioniste souhaitait depuis la fin du XIXe siècle fonder un foyer national juif avec l'aide d'une grande puissance.

En 1917, en réponse aux sollicitations de certains dirigeants sionistes, comme Haïm Weizmann, le gouvernement britannique rend publique la déclaration Balfour, laquelle promet un tel foyer national en Palestine.

La mise en place du mandat

Restait à faire officialiser cette promesse, puis à la mettre en œuvre. En février 1919, les représentants sionistes à la conférence de la paix de Paris demandent donc l'octroi d'un mandat sur la Palestine au Royaume-Uni, dont ils apparaissent comme les alliés privilégiés. Les puissances alliées se rangent à ce choix lors de la conférence de San Remo, en avril 1920. Le mandat britannique est officialisé par la Société des Nations (SDN) en juillet 1922.

Le mandat indique que le Royaume-Uni doit « placer le pays dans des conditions politiques, administratives et économiques qui permettront l'établissement d'un foyer national juif et le développement d'institutions d'auto-gouvernement ». Elle doit également « faciliter l'immigration juive et encourager l'installation compacte des Juifs sur les terres ».

Le mandat précise de façon beaucoup plus vague que le mandataire doit veiller à la préservation des droits civils et religieux de la population arabe (on ne parle pas de « droits politiques »). Cette différence de traitement sera fortement critiquée par les leaders arabes palestiniens, que ce soit par les radicaux regroupés autour du mufti Haj Amin al Husseini, ou par les modérés regroupés autour de la famille Nashashibi.

La définition des frontières

Après la conférence de San Remo, la Palestine mandataire regroupe les territoires actuels d’Israël, des territoires palestiniens et de la Jordanie.

Dès septembre 1922, les Britanniques créent l’émirat hachémite de Transjordanie, partie de la Palestine mandataire située à l’est du Jourdain et placent à sa tête l’émir Abdallah.

Le conflit entre Juifs et Arabes

La partie située à l'ouest du Jourdain conserve le nom de Palestine. Pour répondre aux termes du mandat, l'Agence juive est créée qui favorise une large immigration juive[1]. L’Agence juive devient progressivement un proto-État doté d'une assez large autonomie au sein de l'empire britannique.

La population juive passe de 83 000 en décembre 1918 à 650 000 en 1948.

Refusant le projet sioniste, la population arabe organisera à plusieurs reprises des troubles (émeutes de 1920 et de 1929), et même un véritable soulèvement, entre la fin de 1935 et 1939.

Pour répondre à cette révolte, les Britanniques réduisent drastiquement l’immigration juive en 1939, et annoncent que sous 10 ans, la Palestine pourra devenir un État indépendant unitaire, ce qui implique une population majoritairement arabe.

Seconde guerre mondiale

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Palestine fait l'objet d'attaques de la part de l'Axe, notamment des raids aériens italiens en 1940 et 1941[2].

Les Palestine Regiments, comportant des bataillons juifs et arabes, participent au sein des troupes britanniques aux combats en Europe méditerranéenne[3] comme à ceux du Moyen-Orient. Le gouvernement britannique refuse initialement la proposition de l'Organisation sioniste mondiale de constituer une force armée juive clairement identifiée en tant que telle, et n'accepte la création de la Brigade juive qu'à l'automne 1944.

Le grand mufti de Jérusalem, Amin al-Husseini, instigateur de la Grande révolte arabe de 1936 et réfugié en Irak, est l'un des intermédiaires de l'Axe avec le gouvernement de Rachid Ali al Gaylani. Il commence à recevoir des subsides de la part de l'Allemagne nazie pour financer un soulèvement en Palestine, mais la guerre anglo-irakienne le contraint à fuir avant d'avoir pu concrétiser ses projets. Il se réfugie en Europe en 1941 et participe à la création de la 13e division de montagne de la Waffen SS Handschar.

Actions terroristes sionistes

Avant même la fin de la guerre, divers mouvements sionistes entrent en conflit avec le Royaume-Uni, en réaction contre l'interdiction del'immigration des Juifs en Palestine. Les groupes radicaux utilisent le terrorisme contre l'administration britannique : le 6 novembre 1944, le ministre-résident Lord Moyne est assassiné au Caire par des membres du Lehi; le 22 juillet 1946, un attentat de l'Irgoun contre l'Hôtel King David, à Jérusalem, fait 92 morts.

Fin du mandat britannique

Les Britanniques annoncent en 1947 leur souhait de remettre leur mandat à l'ONU. Le 30 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies décide alors de partager la Palestine entre un État juif et un État arabe. Les Juifs acceptent le plan de partage, mais les nations arabes le refusent, persuadées de pouvoir expulser les Juifs de la partie qui leur est attribuée. Entre novembre 1947 et mai 1948, la Palestine connaît une période de guerre civile.

L'administration britannique se termine le 14 mai 1948. Les soldats anglais se retirent totalement de la région. Israël déclare alors son indépendance pendant que les pays arabes lancent leur attaque sur le jeune État à peine créé. Près de 600.000 Arabes de Palestine fuient la région, craignant les exactions des Israéliens et répondant à l'appel des pays arabes leur promettant un retour rapide après la victoire sur les Juifs de Palestine.

Population

Démographie

En 1920, la majorité des 750 000 habitants environ de cette région multiethnique étaient des musulmans de langue arabe, y compris une population bédouine (estimés à 103 331 lors du recensement de 1922[4] ; ils étaient concentrés dans la région de Beer-Sheva, ainsi que dans la zone à l'Est et au Sud de cette ville). On y trouvait également des Juifs (qui représentaient 11% de la population) tout comme des groupes plus petits de Druzes, Syriens, Soudanais, Circassiens, Égyptiens, Grecs et Arabes d'Hedjaz.

Les recensements, effectués à l'époque par les Britanniques, ne pouvaient tenir compte de l'immigration illégale des Juifs ou des Arabes, et ils n'y avait pas assez d'informations pour fournir des estimations de ces nombres. Certains étudiants ont donc utilisé des données de recensements provenant de régions environnantes et des modèles statistiques, couplés aux recensements élaborés par les Britanniques, dans le but d'estimer les immigrations clandestines durant cette période[5].

  • En 1922, le premier recensement britannique de la Palestine montre une population de 757 182 habitants, dont 78% de musulmans, 11% de Juifs et 9,6% de chrétiens.
  • En 1931, le second recensement britannique de la Palestine montre une population de 1 035 154 habitants, dont 73,4% de musulmans, 16,9% de Juifs et 8,6% de chrétiens.

Il n'y eu pas de recensement ultérieur, mais les statistiques ont été maintenues en comptant les naissances, les décès et les migrations. Certaines données, tels que l'immigration illégale, ne peuvent être estimées qu'approximativement. Le livre blanc de 1939, qui mettait en place des restrictions concernant l'immigration des Juifs, déclarant que le nombre de Juifs "s'élevait à 450 000 habitants" et approchait "le tiers de la population totale du pays". En 1945, une étude démontra que la population se montait à 1 764 520 habitants, dont 1 061 270 Musulmans, 553 600 Juifs, 135 550 Chrétiens et 14 100 personnes d'autres groupes.

Année Total Musulmans Juifs Chrétiens Autres
1922 752 048 589 177
(78%)
83 790
(11%)
71 464
(10%)
7 617
(1%)
1931 1 036 339 761 922
(74%)
175 138
(17%)
89 134
(9%)
10 145
(1%)
1945 1 764 520 1 061 270
(60%)
553 600
(31%)
135 550
(8%)
14 100
(1%)
Accroissement démographique
moyen par an, 1922-1945
3.8% 2.6% 8.6% 2.8% 2.7%

Par district

Le tableau suivant présente la démographie de chacun des 16 districts.

Demographics of Palestine by district as of 1945
District Musulmans Pourcentage Juifs Pourcentage Chrétiens Pourcentage Total
Acre 51 130 69% 3 030 4% 11 800 16% 73 600
Beer-sheva 6 270 90% 510 7% 210 3% 7 000
Beït Shéan 16 660 67% 7 590 30% 680 3% 24 950
Gaza 145 700 97% 3 540 2% 1 300 1% 150 540
Haïfa 95 970 38% 119 020 47% 33 710 13% 253 450
Hebron 92 640 99% 300 <1% 170 <1% 93 120
Jaffa 95 980 24% 295 160 72% 17 790 4% 409 290
Jénine 60 000 98% Négligeable <1% 1 210 2% 61 210
Jérusalem 104 460 42% 102 520 40% 46 130 18% 253 270
Nablus 92 810 98% Négligeable <1% 1 560 2% 94 600
Nazareth 30 160 60% 7 980 16% 11 770 24% 49 910
Ramallah 40 520 83% Négligeable <1% 8 410 17% 48 930
Ramle 95 590 71% 31 590 24% 5 840 4% 134 030
Safed 47 310 83% 7 170 13% 1 630 3% 56 970
Tiberias 23 940 58% 13 640 33% 2 470 6% 41 470
Tulkarem 76 460 82% 16 180 17% 380 1% 93 220
Total 1 076 780 58% 608 230 33% 145 060 9% 1 845 560
Données provenants de Survey of Palestine[6]

Propriétaires des terres

En 1931, le territoire de la Palestine mandataire avait une superficie de 26 625 600 dounams (26 625,6 km2), dont 8 252 900 dounams (8 252,9 km2)[7]. Des statistiques officielles montrent que les Juifs possédaient 1 393 531 dounams (1 393,53 km2) de terre en 1945[8][9]. Estimer le volume totale de terres que les Juifs avaient acquis aux environ du 15 mai 1948 est compliqué, autant par les transferts illégaux ou non-déclarés de terres que par le manque de données sur les concessions de terres de l'administration palestinienne après le 31 mars 1936[10]. Selon Avneri, les Juifs possédaient 1 850 000 dounams (1 850 km2) de terres en 1947[11]. Stein estime cette superficie à 2 000 000 dounams (2 000 km2) en mai 1948[12].

Propriétaires des terres par district

Le tableau ci-dessous montre l'appartenance des terres de Palestine par district.

Appartenance des terres de Palestine par district en 1945
District Appartenant à des Arabes Appartenant à des Juifs Publiques et autres
Acre 87% 3% 10%
Beer-sheva 15% <1% 85%
Beït Shéan 44% 34% 22%
Gaza 75% 4% 21%
Haïfa 42% 35% 23%
Hebron 96% <1% 4%
Jaffa 47% 39% 14%
Jenine 84% <1% 16%
Jérusalem 84% 2% 14%
Nablus 87% <1% 13%
Nazareth 52% 28% 20%
Ramallah 99% <1% 1%
Ramle 77% 14% 9%
Safed 68% 18% 14%
Tiberias 51% 38% 11%
Tulkarem 78% 17% 5%
Données provenant de Land Ownership of Palestine[13]

Chefs-administrateurs britanniques de Palestine

Nom Dates
Edmund Allenby 1917–1918
Sir Arthur Wigram Money 1918–1919
Sir Louis Jean Bols 1919–1920

Haut-commissaires britanniques pour la Palestine

Nom Dates
Sir Herbert Louis Samuel 1920–1925
Sir Gilbert Falkingham Clayton Mai–Décembre 1925
Herbert Onslow Plumer 1925–1928
Sir Harry Charles Luke 1928
Sir John Chancellor 1928–1931
Sir Mark Aitchison Young 1931–1932
Sir Arthur Grenfell Wauchope 1932–1937
William Denis Battershill 1937–1938
Sir Harold MacMichael 1938–1944
John Vereker 1944–1945
Sir Alan Gordon Cunningham 1945–1948

Voir aussi

Notes et références

  1. Histoire de l'Agence Juive sur le Site de l'Agence Juive. Consulté le 8 mai 2009
  2. Why Italian Planes Bombed Tel-Aviv? - Isracast
  3. Jewish Brigade Group, United States Holocaust Memorial Museum
  4. "Hope Simpson report," Octobre 1930, Chaptitre III, sur [1]
  5. "The Smoking Gun: Arab Immigration into Palestine, 1922-1931," Hiver 2003, Middle East Quarterly sur [2]. Fred M. Gotthell.
  6. (en) prepared in December 1945 and January 1946 for the information of the Anglo-American Committee of Inquiry., A Survey of Palestine : Prepared in December, 1945 and January, 1946 for the Information of the Anglo-American Committee of Inquiry, vol. 1, Institute for Palestine Studies, 1991 (ISBN 0-88728-211-3), p. 12–13 
  7. Stein 1984, p. 4
  8. "Land Ownership in Palestine", CZA, KKL5/1878. Ces statistiques furent préparées par le Département des Terres Palestiniennes pour la Commission d'enquête anglo-américaine, 1945, ISA, Box 3874/file 1. Voir Khalaf 1991, p. 27
  9. Stein 1984, p. 226
  10. Stein 1984, p. 246–247
  11. Avneri 1984, p. 224
  12. Stein 1984, p. 3–4, 247
  13. Land Ownership of Palestine — Carte préparée par le gouvernement de Palestine d'après les instructions du UN Ad Hoc Committee on the Palestine Question.

Bibliographie

  • Portail d’Israël Portail d’Israël
  • Portail de la Palestine Portail de la Palestine
Ce document provient de « Palestine mandataire ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Palestine britannique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Palestine sous mandat britannique — Palestine mandataire Palestine mandataire Mandate for Palestine (en) המנדט הבריטי על פלשתינה א י (he) الانتداب البريطاني على فلسطين …   Wikipédia en Français

  • PALESTINE — La Palestine, contrée aux limites mal définies et changeantes selon le cours de l’histoire, n’est que la partie méridionale de la région syro palestinienne – qui constitue, elle même, la corne occidentale du «Croissant fertile» –, voie de passage …   Encyclopédie Universelle

  • Palestine (antique) — Palestine Photo satellite de la Palestine janvier 2003.  Cet article concerne la Palestine en tant que région géographiqu …   Wikipédia en Français

  • Palestine (Etat revendique) — Palestine (État revendiqué) Pour les articles homonymes, voir Palestine (homonymie). L État de Palestine est un État indépendant revendiqué par le peuple palestinien. Les frontières et la capitale de cet État font l objet de nombreux débats. Il… …   Wikipédia en Français

  • Palestine (cisjordanienne arabe) — Palestine (État revendiqué) Pour les articles homonymes, voir Palestine (homonymie). L État de Palestine est un État indépendant revendiqué par le peuple palestinien. Les frontières et la capitale de cet État font l objet de nombreux débats. Il… …   Wikipédia en Français

  • Palestine (État revendiqué) — Pour les articles homonymes, voir Palestine (homonymie). L État de Palestine est un État indépendant revendiqué par le peuple palestinien. Les frontières et la capitale de cet État font l objet de nombreux débats. Il est actuellement contrôlé… …   Wikipédia en Français

  • Palestine (état revendiqué) — Pour les articles homonymes, voir Palestine (homonymie). L État de Palestine est un État indépendant revendiqué par le peuple palestinien. Les frontières et la capitale de cet État font l objet de nombreux débats. Il est actuellement contrôlé… …   Wikipédia en Français

  • BRITANNIQUE (EMPIRE) — Du XVIe siècle des Tudors aux années 1960, l’Angleterre s’identifie avec le «grand large». «Rocher» à la pointe du continent européen, elle a étendu sa domination sur des territoires de plus en plus vastes, au point que son empire a représenté,… …   Encyclopédie Universelle

  • Palestine mandataire — Cet article concerne la Palestine sous le mandat britannique. Pour les autres usages du terme, voir Palestine (homonymie).  Ne doit pas être confondu avec Palestine. Mandat britannique de Palestine Mandate for Palestine …   Wikipédia en Français

  • Palestine — 31° 37′ 31″ N 35° 08′ 43″ E / 31.625321, 35.145264 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.