Paskal Zhoel Boduin


Paskal Zhoel Boduin

SOS-Racaille

SOS-Racaille était un site internet, hébergé par Liberty-web.net, qui pastichait celui de SOS Racisme et dont le contenu a évolué avec le temps vers un ton de plus en plus extrémiste : tenant initialement des propos durs mais non insultants sur l'insécurité, le site a ensuite publié des textes relevant de l'incitation à la haine raciale et de l'islamophobie.

Fermé en 2003, le site ainsi que tout le réseau gravitant autour de Liberty-web.net auraient été administrés par Joël Michel Sambuis, un ingénieur en informatique, diplômé de l'Institut d'études politiques de Grenoble [1] né le 25 novembre 1959 à Saintes-Foy-Les Lyon surnommé « caméléon ». Ce dernier a été arrêté à Moscou le 15 juillet 2003[2]. Malgré certains faisceaux de preuves, il a nié être le responsable de ces sites, mais a reconnu être à l'origine du site internet Lecameleon.com, spécialisé dans la contrefaçon et la fraude.

Un de ses principaux contributeurs était Denis Greslin.

Affaires judiciaires

Lors d'une perquisition chez lui en juin 1986, la gendarmerie découvre chez Joël Sambuis un pistolet automatique, une mitraillette (P.M.), des munitions, du matériel radio et un scanner réglé sur la fréquence des gendarmes et il leur déclara qu'il était membre du service d'ordre du Front national et que ce matériel fut utilisé à ce titre. D'autres armes furent retrouvées chez des camarades qui faisaient des entraînements avec lui dans le Vercors ou qui collaient avec lui des affiches du Front national. Le tribunal correctionnel de Grenoble le condamna fin 1986 à 1 an de prison dont 6 mois ferme, 6 autres personnes furent condamnées pour infraction à la législation sur les armes dans cette affaire de constitution de groupe paramilitaire[3].

Entre juin 1998 et début 1992, Joël Sambuis a commis de multiples escroqueries à la carte bleue pour un montant total de 700 000 francs[4]. Le 16 novembre 1992, le tribunal correctionnel de Grenoble déclare Joël Sambuis coupable de faux, d'escroquerie en récidive légale et de complicité d'escroquerie en récidive légale, recel d'objet volé, usage de chèque contrefait ou falsifié, violation de l'interdiction du droit de gérer une société commerciale, il a été condamné à 3 ans de prison ferme et à rembourser 700 000 de francs à répartir entre le Groupement des cartes bancaires, 16 banques et un particulier qui s'étaient constitués parties civile pour escroquerie à la carte bancaire[5].

Il fit appel de cette condamnation ainsi que le parquet.

Il fut remis en liberté en janvier 1993 suite à retard pour statuer sur une demande de remise en liberté[6].

Il se désista par la suite de son appel du jugement du 16 novembre 1992 et cette décision (3 ans de prison ferme) fut confirmée par la cour d'appel de Grenoble le 8 juin 1994[7].

Il replongea pendant cette période de liberté et commit entre fin 1993 et le 12 avril 1994 des escroqueries à la carte bancaire et des retraits à des distributeurs à l'aide de cartes falsifiées, des cambriolages et usage de chèque volé. Il fut interpelé en flagrant délit le 12 avril 1994 dans une station service de la Plaine Saint Denis et écroué[8]. À l'audience du 1er mars 1995 pour cette affaire, devant le tribunal correctionnel de Grenoble, le parquet a requis 5 ans de prison. Il fut condamné à 4 ans de prison le 12 septembre 1995[9].

Il a été condamné à cinq ans de prison et à une amende de 100 000 francs le 24 avril 2001 à Grenoble, dans le cadre d'une escroquerie à la carte bancaire, alors qu'il avait tenté de faire chanter le GIE Carte bancaire concernant certains problèmes de sécurité des cartes bleues.

Il était depuis en cavale en Russie, sous la fausse identité de Paskal Zhoel Boduin[10], où il a été arrêté pour avoir utilisé un faux passeport. Joël Michel Sambuis a depuis été libéré par la justice russe.

Appartenance politique

Il a déclaré avoir participé au service d'ordre du Front national en 1986 lors de la découverte chez lui d'armes de guerre[11]. Par la suite, Sambuis conteste sur son site internet cette appartenance et affirme "Le seul parti politique où j'ai milité a été le RPR, Rassemblement pour la république, de 1978 à 1986". Selon une autre source, il aurait été, pendant cette période, responsable de l'UNI (l'Union nationale inter-universitaire) à Grenoble. Des rumeurs et versions affirment qu'il aurait été radié du Front national pour posture néonazie en 1985. Il se serait également rapproché d'anciens membres du SAC (le Service d'action civique).

Le FN n'aurait pas trouvé sa trace dans ses fichiers, de même pour l'UMP (ex-RPR). L'UNI précise de son côté ne pas le connaître, en ajoutant que la section grenobloise n'a été créée qu'en 1989[12].


Références

  1. Dauphiné Libéré 2 mars 1995
  2. Article Transfert.net
  3. Dauphiné libéré du 02/12/1986
  4. Dauphiné libéré du 20/10/1992
  5. décision du TGI de Grenoble du 16/11/1992 N° de jugement 4874/92
  6. Dauphiné libéré du 6 janvier 1993
  7. Dauphiné libéré du 26/05/1994, Dauphiné libéré du 30/11/1994
  8. Dauphiné libéré du 30/11/1994
  9. Dauphiné libéré du 2 mars 1995, http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39115575,00.htm
  10. Article Transfert.net
  11. Dauphiné libéré du 02/12/1986
  12. Article ZDNet.fr
  • Portail du droit français Portail du droit français
Ce document provient de « SOS-Racaille ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Paskal Zhoel Boduin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joël Michel Sambuis — SOS Racaille SOS Racaille était un site internet, hébergé par Liberty web.net, qui pastichait celui de SOS Racisme et dont le contenu a évolué avec le temps vers un ton de plus en plus extrémiste : tenant initialement des propos durs mais… …   Wikipédia en Français

  • Joël Sambuis — SOS Racaille SOS Racaille était un site internet, hébergé par Liberty web.net, qui pastichait celui de SOS Racisme et dont le contenu a évolué avec le temps vers un ton de plus en plus extrémiste : tenant initialement des propos durs mais… …   Wikipédia en Français

  • SOS-Racaille — était un site internet, hébergé par Liberty web.net, qui pastichait celui de SOS Racisme et dont le contenu a évolué avec le temps vers un ton de plus en plus extrémiste : tenant initialement des propos durs mais non insultants sur l… …   Wikipédia en Français

  • SOS Racaille — était un site internet, hébergé par Liberty web.net, qui pastichait celui de SOS Racisme et dont le contenu a évolué avec le temps vers un ton de plus en plus extrémiste : tenant initialement des propos durs mais non insultants sur l… …   Wikipédia en Français

  • Sos-racaille — était un site internet, hébergé par Liberty web.net, qui pastichait celui de SOS Racisme et dont le contenu a évolué avec le temps vers un ton de plus en plus extrémiste : tenant initialement des propos durs mais non insultants sur l… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.