Paul-Emile Victor


Paul-Emile Victor

Paul-Émile Victor

Paul-Émile Victor
Naissance 28 juin 1907
Genève
Décès 7 mars 1995 (à 87 ans)
Bora-Bora
Nationalité France France
Profession(s) Explorateur polaire, scientifique, ethnologue
Distinctions Grand-Croix de la Légion d'honneur Satrape du Collège de 'Pataphysique.

Paul-Émile Victor, surnommé PEV (28 juin 1907 à Genève - 7 mars 1995 à Bora-Bora) est un célèbre explorateur polaire, scientifique, ethnologue, écrivain français, fondateur et patron des Expéditions polaires françaises durant 29 ans.

Sommaire

Biographie

Le nom de Paul-Émile Victor

Paul-Émile Victor n'est pas son véritable nom, même s'il est devenu celui d'usage et de reconnaissance. Son nom véritable est Paul Eugène Victor (Eugène étant son deuxième prénom, il conviendrait donc d'utiliser Paul Victor selon la formule Prénom Nom de famille).

Un passage de son livre La Mansarde (1981) s'attarde sur ce sujet :

« Je ne me suis pas toujours appelé Paul-Émile Victor. Pour l'état civil, je suis: nom de famille — Victor; prénom — Paul virgule Eugène, le bien-né, en grec.

Au lycée, je m'appelais Paul Victor. Et à la maison : Paul, mon p'tit Paul, mon cher Paul, et parfois M'sieur Paul. Et puis est venue Émile au lieu d'Eugène. Avec Émile est venu un trait d'union. Ce qui donne Paul-Émile. Un trait d'union qui confère au nom une sorte de noblesse.

[...]

Paul-Émile donc. Cela s'est passé vers 1929. Je portais le numéro 739.T.29 et l'uniforme de mataf avec pompon rouge (ruban "Élève officier"). Sur les listes: nom — Victor; prénom — Paul; initiale : É. J'avais un ami qui s'appelait Henry Léon. Il fallut quelque temps pour que nos camarades et instructeurs comprissent qu'il s'appelait Henry Léon, et non pas Léon Henry. Et moi Paul Victor, et non pas Victor Paul. Ce fut Henry Léon qui m'appela un jour "Paul-Émile", interprétant l'initiale de façon inattendue. »[1]

Jeunesse et débuts de carrière (1907-1934)

1907. Le 28 juin Paul-Émile Victor naît à Genève en Suisse. Fils d'Éric et Laure Victor, issus d'un milieu aisé d'origine autrichienne.

Il passe une partie de son enfance à Saint-Claude dans le Haut-Jura où son père possède une usine de pipes (l'usine "Victor").

1919 : ses parents déménagent à Lons-le-Saunier, toujours dans le Jura, où son père crée une nouvelle usine de pipes (la fabrication de stylos viendra s'y ajouter plus tard).

Très jeune, Paul-Émile se réfugie dans le grenier de la maison familiale où il se plonge dans une collection de livres et de revues, d'affiches et de récits d'aventures, d'exploration et d'ethnologie, qui éveillent en lui des rêves et la passion des voyages polaires et polynésiens. Il entre alors aux Eclaireurs de France.

1925 Il obtient un baccalauréat math-philo puis poursuit une formation d’ingénieur de l'École centrale de Lyon qu'il quitte en fin de troisième année sans passer son diplôme, pour passer et réussir le concours d'entrée de l'École nationale de navigation maritime de Marseille qu'il intègre comme élève officier puis il réalise son service militaire comme lieutenant aspirant dans la Marine nationale. Ces deux expériences le déçoivent de la marine dont il se faisait une idée plus rêveuse.

1931 il obtient un brevet de pilote d'avion.

1933 à 26 ans, il est licencié ès lettres et licencié ès sciences de l'Institut d'ethnographie du Trocadéro de Paris (futur musée de l'Homme).

1932 et 1933 il est employé aux établissements Victor mais rapidement, son désir d'aller explorer les îles polynésiennes prend le dessus.

Premières expéditions au Groenland (1934-1939)

Matériel d'exploration de PEV au musée Paul-Émile-Victor de Prémanon.

En 1934 suite à une rencontre décisive avec le célèbre et très médiatique commandant et explorateur polaire français Jean-Baptiste Charcot, il organise sa première expédition polaire avec le Musée d'Ethnographie du Trocadéro de Paris et le directeur de ce musée, Paul Rivet avec qui il s'embarque sur le Pourquoi-Pas ? du célèbre commandant. Il se fait débarquer avec trois compagnons, l'anthropologue Robert Gessain, le géologue Michel Perez et le cinéaste Fred Matter sur la côte est du Groenland pour sa première expédition polaire chez les Eskimos inuits de la ville d'Ammassalik durant un an.

1935 à son retour en France, fort de son aura et de son sens de la communication exceptionnels, il acquiert du succès et de la notoriété médiatique grâce à de nombreuses conférences et articles dans des revues diverses sur ses aventures.

1936 il repart au Groenland où il réalise l'exploit de le traverser en traîneaux à chiens, d'ouest en est, avec ses compagnons Robert Gessain, Michel Perez et le Danois Eigil Knuth. Arrivé à l'est, il reste quatorze mois seul à Kangerlussuatsiaq au sein d'une famille Inuits « comme un eskimo parmi les eskimo ». Aventure durant laquelle il a une liaison avec Doumidia, une jeune inuit, dont il parle rapidement parfaitement le dialecte groenlandais et dont il étudie la vie de la tribu.

Les populations Inuits sont restées peu connues avant que les récits des premiers explorateurs

À son retour en France, nouveau grand succès médiatique et scientifique grâce à ses nombreuses conférences et articles de presse et de revue diverses, et il rédige pour le Musée de l'Homme les résultats de son étude ethnologique, ses nombreuses notes et dessins sur la culture traditionnelle groenlandaise entièrement organisée autour du phoque.

1938 avec Michel Perez et le commandant Flotard (armée des Alpes), il effectue un raid transalpin Nice / Chamonix en traîneaux à chiens pour démontrer, avec succès, que les techniques polaires peuvent avantageusement pallier les problèmes de transport d'hommes et de matériel en cas d'hiver rigoureux.

En 1939, il réalise une étude ethnologique en Laponie norvégienne, finlandaise, suédoise avec les docteurs Michel Latarjet et Raymond Latarjet.

Pilote de l'US Air Force (1941-1946)

1939 lors de la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé dans la marine française basée à Stockholm en Suède, il est à la fois agent de renseignement et officier de liaison avec la Finlande alliée jusqu'à l'armistice de 1940. Il quitte la France à l'automne 1940 et séjourne au Maroc puis en Martinique dans le cadre de missions ethnologiques, et arrive aux États-Unis en juillet 1941.

1941 il s'engage dans l'US Air Force aux États-Unis comme lieutenant instructeur pilote et parachutiste. Il crée et devient commandant d'une des escadrilles « recherche et sauvetage » de sauvetage de pilotes perdus en milieu polaire pour l'Alaska, le Canada et le Groenland et obtient à ce titre la double nationalité française et américaine.

1946 il est démobilisé en juillet et se marie le 30 juillet, avec Éliane Decrais dont il a un premier fils le 30 mai 1947, Jean-Christophe, puis les jumeaux Stéphane et Daphné le 6 novembre 1952.

Chef des Expéditions polaires françaises (1947-1976)

1947 le 28 février, après 13 ans d'exploration et d'ethnologie, Paul-Émile Victor s'oriente dans la direction des expéditions scientifiques en créant les Expéditions Polaires Françaises - EPF - Missions Paul-Émile Victor[2] grâce à son fantastique charisme, à son don pour les relations publiques et avec l'appui entre autres des médias, du gouvernement et du député et ministre André Philip.

De 1947 à 1976, Paul-Émile Victor dirige les Expéditions polaires françaises. Au cours de ces 29 ans, 150 expéditions sont menées, dix-sept d'entre elles qu'il vit et dirige personnellement en Terre Adélie en Antarctique et quatorze au Groenland en Arctique avec, entre autres, le caméraman Samivel.

Il est également chef de l'Expédition glaciologique internationale au Groenland (EGIG), président du Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR), président du Comité antarctique français pour l'Année géophysique internationale (AGI).

1956 Premier voyage de Paul-Émile Victor en Terre Adélie et construction 3 ans plus tard de la base antarctique Dumont d'Urville et de la base Charcot 320 km vers l'intérieur du continent Antarctique. Pour progresser sur les zones glaciaires il fait fabriquer par l'intermédiaire de la Someto des chenilles spéciales dessinées par M. Cousin.

1962 à partir de cette date, il organise de multiples activités sur la défense de l'homme et de son environnement, et devient en 1968, délégué général de la Fondation pour la Sauvegarde de la Nature, créée par Louis Armand.

1965 le 1er mars, il épouse en secondes noces Colette Faure, une hôtesse de l'air qui vit dans une péniche voisine de la sienne, amarrée sur la Seine à Paris, dont il a un fils : Teva, né le 30 septembre 1971 (après avoir fait des études aux États-Unis, Téva présente et co-réalise des émissions de télévision documentaires sur la découverte des paysages naturels du monde et de leurs habitants sur France 3 et sur La Cinquième et une série de documentaires sur la Polynésie française traditionnelle)

En 1974, PEV crée le groupe Paul-Émile Victor pour la défense de l'homme et de son environnement avec notamment, Alain Bombard, Jacques-Yves Cousteau, Haroun Tazieff, Louis Leprince-Ringuet, le professeur Jacques Debat, Jacqueline Auriol...

En 1976 à 69 ans, il prend sa retraite et transmet la direction des EPF à ses compagnons et devient membre consultatif des TAAF, Terres australes et antarctiques françaises.

Retraite en polynésie (1976-1995)

Musée Paul-Émile-Victor à Prémanon dans le Jura.

En 1977 à 70 ans, il réalise son second rêve d'adolescent avec sa femme Colette, ils s'installent sur leur Motu vierge en Polynésie française, le Motu Tane (« l'île de l'homme » en langue tahitienne) où il passe sa retraite à rédiger ses mémoires, des articles... tout en jouant encore à l'occasion de son énorme aura médiatique dans des causes diverses et en recevant le gotha scientifique planétaire de passage dans son île paradisiaque.

En 1987 pour fêter ses 80 ans, il retourne en février en Terre Adélie accompagné de quatre adolescents puis en avril-mai au pôle Nord avec l'expédition polaire en ULM de Hubert de Chevigny et Nicolas Hulot

En 1988 il est frappé par un accident vasculaire cérébral sur son île qui le paralyse à moitié, mais il récupèrera en grande partie.

1989 création par son ami jurassien Pierre Marc et inauguration du « musée polaire Paul-Émile-Victor » à Prémanon, près des Rousses à 30 km de Saint-Claude dans le Jura franc-comtois de son enfance où il effectue de nombreux séjours lorsqu'il est en France. Ce musée devient en 1998 le « Centre polaire Paul-Émile Victor ».

1995 le 7 mars, il disparaît sur son île de Bora-Bora à l'âge de 88 ans et, selon ses dernières volontés, est immergé en haute mer avec les hommages de la Marine nationale à bord du BATRAL (BAtiment de TRAnsport Léger) Dumont d'Urville.

Paul-Émile Victor est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages scientifiques, techniques, de vulgarisation et d'aventures, et de très nombreuses revues et articles. Il obtient le prix de l'Académie française en 1973 pour l'ensemble de son œuvre littéraire, la Grand-Croix de la Légion d'honneur et le titre de Satrape du Collège de 'Pataphysique.

Son fils Jean-Christophe Victor est spécialiste de géopolitique et présente l'émission télévisée Le Dessous des cartes sur Arte.

Citations

  • « Ce n'est pas ce que nous sommes qui nous empêche de réaliser nos rêves ; c'est ce que nous croyons que nous ne sommes pas. »
  • « L’aventure est un état d’esprit. Elle se trouve dans le cœur de l’homme. L’aventure, c’est être capable de refuser son destin, être prêt à partir à tout moment, concevoir encore et toujours de nouveaux projets, ne pas être assis, c’est en un mot vivre sa vie et la construire. »
  • « Parmi mes semblables, je me croyais un autre. Parmi les Eskimos, je me sentais l'un des leurs. [...] J'avais appris à être un homme. J'étais devenu un homme. »[3]
  • « La nostalgie, c'est quelque chose qui vous grignote, qui vous amoindrit, c'est quelque chose qui est basé sur le passé, on vit pas dans le passé et les gens qui vivent dans le passé comme je dis sont des vieux. On vit demain, après demain, ou pour dans 50 ans, moi je vis pour dans 500 ans. »
  • « Il y a une chose dont je suis absolument certain, c'est que si on se prend au sérieux, on ne peut pas faire de travail sérieux. Pour faire du travail sérieux, il ne faut pas se prendre au sérieux, car c'est le seul moyen d'avoir la possibilité de faire une auto-critique. Et si on se prend au sérieux, on ne fait pas d'auto-critique. »
  • « Les vieux aventuriers ne meurent pas, ils disparaissent, ils s'évanouissent... »
  • « La seule chose qu'on est sûr de ne pas réussir, est c'est celle qu'on ne tente pas. »
  • « Nous n'avions pour eux aucune haine. Ils faisaient métier de loups comme nous faisions métier d'hommes. Ils étaient créatures de Dieu. Comme nous. Ils étaient nés prédateurs. Comme l'homme. Mais ils étaient restés prédateurs, alors que l'homme était devenu destructeur. »

Œuvres écrites par Paul-Émile Victor

  • 1938 Boréal - récit
  • 1939 Banquise - récit
  • 1939 Jeux de ficelle chez les lapons nord occidentaux, Stockholm - publication scientifique, ethnographie
  • 1940 Jeux de ficelle des eskimos d'Angmagssalik, Copenhague - publication scientifique, ethnographie
  • 1941 La Poterie pré-caraïbe à la Martinique - publication scientifique, ethnographie
  • 1942 Polar survivol, US Air Force - publication technique
  • 1942 Polar technics, US Air Force - publication technique
  • 1947 Coutumes et techniques de la piste blanche - ethnographie
  • 1948 Apoutsiak, le petit flocon de neige - album pour enfants
  • 1949 Techniques; chasse, piégeages, pêche, pour survivre dans les régions polaires
  • 1949 Aventure esquimau
  • 1951 Poèmes esquimau - Seghers
  • 1951 Groenland - Arthaud
  • 1953 La Grande faim - Julliard - récit ethnographique
  • 1953 Glaciology of the Groenland ice-cap, Georgetown University USA - glaciologie
  • 1956 Les Explorations polaires - Nouvelle librairie de France
  • 1958 Pôle Sud - Hachette
  • 1958 Progrès des techniques polaires - Nathan
  • 1960 Aventures aux pôles - Ima
  • 1960 Les Glaces - Larousse
  • 1961 La Voie lactée - Julliard
  • 1962 Biologie antarctique et logistique - EPF
  • 1962 L'Homme à la conquête des pôles - Plon - histoire
  • 1963 Pôle Nord - Hachette
  • 1963 À l'assaut des pôles - RST
  • 1963 Aventures aux quatre coins du monde - Ima
  • 1963 Pilote de terre Adélie - EPF
  • 1966 Tahiti - Hachette
  • 1967 Pôle Nord - Pôle Sud - histoire géographie
  • 1968 Sur la piste blanche - Laffont
  • 1971 Terres polaires, terres tragiques - Plon - récit historique
  • 1972 Eskimos, nomades des glaces - Hachette - récit ethnologique
  • 1973 Smoke Adaptation
  • 1974 Chiens de traîneaux - Flammarion - récit et technique
  • 1974 La prodigieuse histoire des pôles - Nathan - géographie, histoire naturelle
  • 1975 Mes aventures polaires - G .P. Paris
  • 1975 S.eau.S - écologie
  • 1975 La Vie des eskimos - Nathan - récit ethnographique
  • 1976 À l'assaut du pôle Nord - Gallimard - récit
  • 1977 Du Groenland à Tahiti - Nathan
  • 1977 Les Survivants du Groenland - Laffont - récit historique
  • 1978 Protégeons l'eau - Nathan - écologie
  • 1979 Jusqu'au cou - et comment s'en sortir - Nathan - écologie
  • 1980 Les Loups, avec Jean Larivière - Nathan - récit zoologique
  • 1981 La Mansarde - Stock - autobiographie
  • 1982 Blizzards, aventures par moins 50° - Fayard - récit historique
  • 1982 Doumidia, Grasset - récit autobiographique et ethnologique
  • 1983 Les Pôles et leurs secrets - Nathan - géographie pour les jeunes
  • 1987 L'Iglou - Stock - autobiographie ethnologie
  • 1988 Eskimo - Stock - album photos ethnographiques d'Ammassalik 1934-1937
  • 1989 La Civilisation du phoque, avec Joëlle Robert-Lamblin, tome 1
  • 1990 L'Empire des loups - avec Jean Larivière - récit zoologique
  • 1991 Premières expéditions au Groenland - Nathan
  • 1991 Chants d'Ammassalik, avec Catherine Enel et Élisa Maqe - ethnographie
  • 1992 Mémoires d'un humaniste - éditions Agep - autobiographie
  • 1992 Planète Antarctique, avec Jean-Christophe Victor - Robert Laffont - géopolitique
  • 1993 La Civilisation du phoque, avec Joëlle Robert-Lamblin, tome 2
  • 1993 Chiens Arctiques - Arthaud - récit zoologique
  • 1995 Ah ! que le monde est beau ! - poèmes inuit mis en vers français par Jean Lescure - Proverbe
  • 1995 Nanouk l'eskimo
  • 1995 Dialogues à une voix - Laffont
  • 2005 Coffret Œuvres autobiographiques - 3 livres - Transboréal
  • 2005 Poèmes eskimo - Seghers Jeunesse
  • 2005 Le Génie des loups - Éditions de Monza
  • 2006 Paul-Émile Victor, voyage(s) d'un humaniste - dessins, croquis, peintures - Ouest-France
  • 2007 Adieu l'Antarctique, réédition avec mise à jour de Planète Antarctique - Robert Laffont

Établissements baptisés Paul-Émile Victor

  • Le Lycée professionnel Paul-Émile-Victor d'Obernai en Alsace (67)
  • Le lycée professionnel Paul-Émile-Victor d'Avrillé en Maine-et-Loire (49)
  • Le lycée général et professionnel Paul-Émile-Victor d'Osny dans le Val-d'Oise (95)
  • Le lycée polyvalent Paul-Émile-Victor de Champagnole dans le Jura (39).
  • Le collège Paul-Émile-Victor d' Agde dans l'Hérault (34).
  • Le collège Paul-Émile-Victor de Rillieux-la-Pape dans le Rhône (69)
  • Le collège Paul-Émile-Victor de Mundolsheim près de Strasbourg (67)
  • Le collège Paul-Émile-Victor de Cranves-Sales près d'Annemasse(74)
  • Le collège Paul-Émile-Victor de Château-Gontier (53)
  • Le collège Paul-Émile-Victor de Branne (33)
  • L'école primaire Paul-Émile-Victor de Saint-Grégoire (35)
  • L'école primaire Paul-Émile-Victor de Vieillevigne (44)

La promotion 1994 de Sciences Po Rennes porte son nom.

Filmographie

  • Quatre du Groenland, film de l'expédition de 1936 (30'), réalisé par Fred Matter
  • Dans les pas de Paul-Emile Victor, l'aventure polaire, film documentaire (52'), réalisé par Stéphane Dugast
  • Paul-Emile Victor, Voyage(s) d'un Humaniste, film documentaire de Aubin Hellot (1999)

Voir aussi

Notes et références

  1. Paul-Émile Victor, La Mansarde, Éditions Stock, 1981, Paris.
  2. IPEV / IPEV - Institut Paul Émile Victor
  3. Victor, Paul-Émile, National Geographic France, mars 2007, Vol.16.3, N° 90, p. 17.

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la Franche-Comté Portail de la Franche-Comté
  • Portail de la géographie Portail de la géographie
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail de l’Antarctique Portail de l’Antarctique
Ce document provient de « Paul-%C3%89mile Victor ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Paul-Emile Victor de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Paul-Émile Victor — Naissance 28 juin 1907 Genève Décès 7 mars 1995 (à 87 ans) Bora Bora Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Paul-émile victor — Naissance 28 juin 1907 Genève Décès 7 mars 1995 (à 87 ans) Bora Bora Nationalité  France …   Wikipédia en Français

  • Paul Emile Victor — Paul Émile Victor Paul Émile Victor Naissance 28 juin 1907 Genève Décès 7 mars 1995 (à 87 ans) Bora Bora Nationalité  France …   Wikipédia en Français

  • Paul Émile Victor — Naissance 28 juin 1907 Genève Décès 7 mars 1995 (à 87 ans) Bora Bora Nationalité  France …   Wikipédia en Français

  • Paul-Emile Victor — Paul Émile Victor Paul Émile Victor ( * 28. Juni 1907 in Genf; † 7. März 1995 in Bora Bora) war ein französischer Polarforscher, Ethnologe und Schriftsteller. Er initiierte die französischen Polarexpeditionen nach dem Zweiten Weltkrieg …   Deutsch Wikipedia

  • Paul-Émile Victor — (* 28. Juni 1907 in Genf; † 7. März 1995 in Bora Bora) war ein französischer Polarforscher, Ethnologe und Schriftsteller. Er initiierte die französischen Polarexpeditionen nach dem Zweiten Weltkrieg …   Deutsch Wikipedia

  • Paul-Émile Victor — Infobox Person name = Paul Émile Victor image size = caption = birth name = birth date = June 28 1907 birth place = Geneva death date = March 7 1995 death place = death cause = resting place = resting place coordinates = residence = nationality …   Wikipedia

  • Musée Paul-Émile Victor — Informations géographiques Pays …   Wikipédia en Français

  • Institut polaire français Paul Emile Victor — Marion Dufresne II Das Französische Polarinstitut Paul Emil Victor (IPEV: Institut polaire français Paul Emile Victor), Nachfolger des Institut Francais pour la Recherche et la Technologie Polaires (IFTRP), ist ein Zusammenschluss von neun… …   Deutsch Wikipedia

  • Polarinstitut Paul Emile Victor — Marion Dufresne II Das Französische Polarinstitut Paul Emil Victor (IPEV: Institut polaire français Paul Emile Victor), Nachfolger des Institut Francais pour la Recherche et la Technologie Polaires (IFTRP), ist ein Zusammenschluss von neun… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.