Philanthropie


Philanthropie

Du grec philos (ami), et anthropos (homme), la philanthropie est la philosophie ou doctrine de vie qui met l'humanité au premier plan de ses priorités. Un philanthrope cherche à améliorer le sort de ses semblables par de multiples moyens, et ceci de manière désintéressée. La philanthropie s'oppose à la misanthropie.

Sommaire

Causes et motivations de la philanthropie

La philanthropie est d'origine morale : à travers la compassion ou la sympathie (étymologie : « souffrir avec », en latin et en grec), le philanthrope sent entre lui et les hommes une connexion qui lui rend difficile de voir souffrir les autres. C'est cette connexion qui le pousse à aider les autres. Cette connexion peut avoir plusieurs origines.

  • Les causes religieuses : importance du don dans de nombreuses religions.
    • Le puritanisme protestant encourage l'ascétisme et refuse le luxe. Il insiste cependant sur la valeur du travail, ce qui peut en inciter certains à ne pas donner d'argent, mais plutôt des aides plus concrètes à l'insertion.
  • La philanthropie permet au donateur de laisser son nom à la postérité : aux États-Unis par exemple, de nombreux bâtiments universitaires et galeries dans les musées portent le nom d'un philanthrope.
  • La philanthropie permet de constituer un réseau de relations et d'acquérir une notoriété dans le monde des affaires. Le groupe Anheuser-Busch redistribue une partie de ses bénéfices sous forme de dons aux associations de la région de Saint-Louis (Missouri) (dix millions de dollars en 2007)[1]

Mais plus simplement encore, la philanthropie apparait tout naturellement dans la pyramide de Maslow lorsque les besoins de rang inférieur sont satisfaits, ce qui est le cas pour tous les grands philanthropes.

On peut aussi se rappeler cette phrase d'Ampère : « Je posséderais tout ce que l'on peut désirer au monde pour être heureux, il me manquerait tout le bonheur d'autrui. »[2]

Vision philosophique de la philanthropie

La philanthropie n'est pas toujours vue comme un bien universel. La philanthropie peut mener l'homme à un état de passivité.[réf. nécessaire].

Cela étant, on peut aussi dire avec A. S. Neill[3] : Qu'importent mes motivations dès lors que leur résultat est bon ?. De fait, personne n'agit sans motivation (c'est-à-dire plaisir à un degré ou à un autre : on peut être heureux de se gêner pour le bien d'une personne qu'on apprécie) et une bonne action ne serait en rien meilleure si elle déplaisait à son auteur, à supposer que celui-ci y procède en un tel cas.

Vision politique de la philanthropie

La philanthropie a pour conception le solidarisme libéral, chacun est libre de s'engager, d'aider l'autre, il n'y a pas de contrainte. L'Eglise a une place importante dans cette action, (les laïques s'engagent aussi).

Les gouvernements soutiennent souvent les actes philanthropiques. Dans de nombreux pays, les personnes donnant de l'argent bénéficient d'une réduction d'impôt.

Philanthropes célèbres

  • Baron Taylor (1789-1879). Grand voyageur, dessinateur, littérateur, inspecteur des Beaux-arts, administrateur de la Comédie-Française... Il a joué un rôle pionnier dans le mouvement mutualiste français. Infatigable protecteur des arts et des lettres, plusieurs sociétés de secours mutuels se fondent à son initiative, regroupant des écrivains, des musiciens, des peintres, des inventeurs industriels, et même des membres de l’enseignement public et privé.

La première de ces associations est l’Association des Artistes dramatiques, société de secours mutuels, créée en 1840, L’association est formée à la fois pour organiser une caisse de secours efficace pour venir en aide aux acteurs nécessiteux et pour constituer une caisse de retraite[4].

  • Richard Wallace (1818-1890), philanthrope britannique. Il a notamment inventé la fontaine Wallace à Paris, pour remédier aux problèmes d'approvisionnement en eau dans cette ville.
Andrew Carnegie

Il créa environ 2 500 bibliothèques publiques gratuites aux États-Unis[6] qui portent son nom, les Carnegie Libraries (la plus connue est la New York Public Library). Il finança 65 bibliothèques annexes dans la ville de New York[6]. Il aida également les institutions culturelles (musées, Carnegie Hall, California Institute of Technology, etc.), les églises et les parcs publics.

  • Michael Jackson (1958-2009). Pour avoir donné plus de 400 millions de dollars de sa fortune à des œuvres caritatives et s'être battu toute sa vie contre la famine dans le monde, la pauvreté, les guerres ou encore contre le réchauffement climatique. Reconnu en 2000 par le Livre Guiness des records comme personne ayant soutenu plus d'actions caritatives que les autres artistes et personnalités (39 œuvres caritatives soutenues).
  • L'Américain Bill Gates a décidé de consacrer 95 % de sa fortune[7] à la lutte contre les maladies et l'analphabétisme dans les Pays du Sud. La fondation Gates, créée en 2000, a déjà dépensé 9,26 milliards de dollars[8], en particulier pour vacciner 55 millions d'enfants.
  • Warren Buffett a annoncé le dimanche 25 juin 2006 son intention de donner quelque 37 milliards de dollars[9], soit 29,6 milliards d'euros, à des organisations caritatives dirigées par son ami Bill Gates et par des membres de sa propre famille. Cette décision, qui porte sur plus de 80% de sa fortune, constitue la plus grosse donation individuelle jamais réalisée aux États-Unis devançant très largement les autres philantropes de l'histoire.
  • Bono, Chanteur et leader du groupe U2.
  • Les entreprises participent également à la philanthropie : en 2006, la compagnie Exxon Mobil a consacré 80 millions de dollars à des œuvres philanthropiques aux États-Unis[10].

Donations par pays

  • Selon le département d'État des États-Unis, les dons dans ce pays ont atteint la somme de 260 milliards de dollars en 2005 dont 77 % sont le fait des particuliers dont 122,8 milliards de dollars d'aide extérieure. La philanthropie représente 1 % du PIB américain, soit plus du double de la moyenne européenne[11]. Il existe 1,14 million d'associations à but non lucratif aux États-Unis et le secteur non marchand représente 8,5 % du PIB (contre 4,2 % en France)[12]. Les Américains donnent chaque année 250 milliards de dollars[12] aux associations à but non lucratif et ces dons sont exonérés d'impôts. 5,4 % de ces dons vont à la culture (soit 13 milliards de dollars)[12].
  • En France, selon le CerPhi, centre d'étude et de recherche sur la philanthropie, le montant donné par les Français est passé de 1980 à 2005, de 1 milliard d’€ à 5,7 milliards d’€, qui se répartissent de la façon suivante :

Dons manuels des particuliers : 2,7 milliards € (1)

5.2 millions de foyers bénéficient d’une réduction par un don à une association

Répartition par secteurs :

  • Secteur Social France : 35 % (cultuel et laïc)
  • Recherche et santé : 30 %
  • International : 20 %
  • Autres (protection de l’environnement, animaux domestiques, faune, flore) : 15 %

Legs : 500 millions d’ € (2) hors cultes répartis ainsi :

  • Secteur Social France : 50 % (cultuel et laïc)
  • Recherche et santé : 45 %
  • International : 5%

Mécénat d’entreprise : 2,5 milliards € (3) répartis ainsi

  • Le mécénat dédié à la culture représente 39% du budget total soit 975 millions d’euros.
  • Le domaine de la solidarité reçoit 32% soit 800 millions d’euros.
  • L’environnement se voit attribuer 15% soit 375 millions d’euros du budget total.
  • La recherche 9%, soit 225 millions d’euros.
  • Le sport 5%, soit 125 millions d’euros.

En 2009, selon Recherches et Solidarités, le montant moyen des dons déclarés en France, par foyer, a été de 280€.

(1) La générosité des Français, nov 2007, pour l’année 2005. (2) Estimation Cerphi à partir des comptes emplois ressources de 30 associations et fondations (3) ADMICAL

Voir aussi

Bibliographie

  • Robert Castel, les métamorphoses de la question sociale, un chronique du salariat, Paris, Gallimard, 1995.
  • Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social, à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Comité d'histoire de la sécurité sociale, deux volumes (1996, 1997).
  • Carole Masseys-Bertonèche, Philanthropie et grandes universités privées américaines, pouvoirs et réseaux d'influence, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2006,(ISBN 2-8678-1402-2).*
  • Nora Seni, "Les Inventeurs de la philanthropie juive",Paris, La Martinière, 2005
  • Antoine Vaccaro, "Aspects anthropologiques de la philanthropie et état des lieux de la philanthropie et du mécénat en France", in Rapport Mondial sur l’argent dans le monde 2007, Association d’économie financière.
  • Nicolas Dufourcq, "L’argent du Cœur, Ouvrage collectif, ed Hermann.1999

Notes et références

  1. (fr) Charlotte Mikolajczak, « Saint Louis, berceau de la Bud, a la gueule de bois » sur 'Courrier International', La Libre Belgique. Mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 21 juillet 2008
  2. http://www.larousse.fr/ref/personnage/Andre-Marie-Ampere_105258.htm
  3. A.S. Neill, Questions sur Summerhill, Payot
  4. Lire Paul Gerbod, « Le Baron Taylor et le mouvement mutualiste en France au XIXe siècle », in La Revue de l’Économie sociale n°6, 1986
  5. a et b Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.297
  6. a et b Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.291
  7. Marie-Cécile Renault, « Bill Gates lâche les rênes de Microsoft », dans Le Figaro du 17/06/2006, www.lefigaro.fr/eco/20060617.FIG000000790_bill_gates_lache_les_renes_de_microsoft.html
  8. Sixtine Léon-Dufour, « La Fondation Gates, une machine de guerre contre «les plaies» du tiers-monde », dans Le Figaro du 17/06/2006 [lire en ligne]
  9. « Le gourou de la finance Warren Buffett fait un don humanitaire record », dans Le Figaro du 26/06/2006, [lire en ligne]
  10. Anne Barnard, « Les bonnes oeuvres new-yorkaises d'Hugo Chavez », dans The New York Times, article repris dans Courrier international n°887, 31-10 au 07-11-2007, p.21
  11. A. Kaspi, F. Durpaire, H. Harter, A. Lherm, La civilisation américaine, Paris, PUF, 2004, (ISBN 2130543502), p.214
  12. a, b et c Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.307

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Philanthropie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • philanthropie — [ filɑ̃trɔpi ] n. f. • 1551, rare av. XVIIe; gr. philanthrôpia ♦ Vieilli 1 ♦ Amour de l humanité; caractère, vertu du philanthrope. ⇒ charité. « L humanitarisme, fils aîné de défunte Philanthropie » (Balzac). 2 ♦ Par ext. Désintéressement. Il a… …   Encyclopédie Universelle

  • Philanthropie — Philanthropīe (grch.), Menschenliebe; Philanthrōpen, Menschenfreunde, Name der Pädagogen des 18. Jahrh. (Basedow, Campe, Salzmann etc.), welche als Grundsatz der Erziehung freie naturgemäße Entwicklung und als Triebfeder P. annahmen.… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Philanthropie — Philanthropie, Menschenliebe, Menschenfreundlichkeit …   Damen Conversations Lexikon

  • Philanthropie — „Der Philanthrop“. Plastik in Pinneberg (1992) Unter Philanthropie (griechisch φιλανθρωπία philanthrōpía, von φίλος phílos „Freund“ und άνθρωπος ánthrōpos „Mensch“) versteht man ein allgemein menschenfreundliches Denken und Verhalten. Der Begriff …   Deutsch Wikipedia

  • philanthropie — (fi lan tro pie) s. f. Amour de l humanité. •   Le langage de Caïn se répand partout : est ce à moi de garder mon frère ? la philanthropie se perd ; tout est en proie au plus fort, FÉN. t. XXII, p. 454. •   La justice, ou cette vertu qui règle le …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Philanthropie —          VAN DEN BOSCH (Johannes)     Bio express : Homme politique et administrateur néerlandais (1780 1844)     «La charité est une vérité agissante. La philanthropie n est souvent qu une attitude électorale.»     Source : Aphorismes du temps… …   Dictionnaire des citations politiques

  • PHILANTHROPIE — s. f. Amour de l humanité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PHILANTHROPIE — n. f. Amour de l’humanité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Philanthropie — Menschenfreundlichkeit; Menschenliebe; Nächstenliebe; soziales Engagement; Caritas; Wohltätigkeit * * * Phil|an|thro|pie auch: Phi|lanth|ro|pie 〈f. 19; unz.〉 = Menschenfreundlichkeit; Ggs Misanthropie * * * Phi|l|an …   Universal-Lexikon

  • Philanthropie — Phil|an|thro|pie auch: Phi|lanth|ro|pie 〈f.; Gen.: ; Pl.: unz.〉 Menschenliebe; Ggs.: Misanthropie …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.