Philosophie de la nature


Philosophie de la nature

La philosophie de la nature (en allemand Naturphilosophie) est un courant philosophique fondé par Goethe, Hegel et Schelling. Hegel finira par s'en démarquer, et Fichte s'y opposa fortement.

Ce courant a pour but de dépasser l'idéalisme transcendantal de Kant, qui interdisait les spéculations philosophiques du point de vue de la nature elle-même, au nom de la limitation des capacités de l'entendement. Goethe, Schelling et Hegel décidèrent d'ajouter à la philosophie transcendantale, qui représente le point de vue de l'Esprit, la philosophie de la nature, qui représente le point de vue de la Nature. Tout le projet du premier Schelling fut de réconcilier le kantisme avec le spinozisme, c'est-à-dire de dévoiler les deux faces de l'Absolu que sont l'esprit et la nature. La philosophie de la nature est également liée au projet esthétique du romantisme allemand, de représenter la nature en tant que telle par-delà les artifices de la société moderne.

Mais la philosophie de la nature n'a pas seulement des prétentions philosophiques et esthétiques : elle veut aussi donner une explication métaphysique aux récentes découvertes de la science, notamment en physique et en biologie. Les philosophes allemands cherchèrent alors à rendre compte de phénomènes comme le magnétisme et l'électricité, ou plus tard, de la cellule, chez un disciple de Schelling, Oken.

C'est pourquoi la philosophie de la nature fut apparemment enterrée par le positivisme et les courants scientifiques de la fin du XIXe siècle : on accusa la Naturphilosophie de n'être qu'une mystique irrationnelle, une théosophie romantique dénuée de fondements scientifiques. Les positivistes discréditèrent une métaphysique qui, selon eux, était purement fantaisiste et ne pouvait que freiner le développement des sciences positives. Des philosophes comme Auguste Comte, Paul Natorp ou Edmund Husserl tentèrent de détacher le raisonnement scientifique des spéculations métaphysiques.

Néanmoins, actuellement, la Naturphilosophie réapparaît sous la forme d'une philosophie matérialiste qui combat à la fois les prétentions de l'idéalisme et du positivisme. C'est le cas chez le philosophe slovène Slavoj Žižek, qui a écrit un livre sur Schelling intitulé Le Reste qui n'éclôt jamais. On trouve également cette idée dans la préface à la traduction française de l'Introduction à l'Esquisse d'un système de philosophie de la nature de Schelling, préface écrite par le professeur Franck Fischbach.

Notes et références


Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Philosophie de la nature de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Philosophie de la nature et le platonisme chartrain —     D’un bout à l’autre, le XIIe siècle témoigne de luttes ardentes au sujet de la place exacte de la dialectique et de la philosophie à l’intérieur de la culture chrétienne. La politique d’une chrétienté qui veut s’organiser et qui a à son… …   Philosophie du Moyen Age

  • Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure — est un livre écrit par le philosophe allemand Karl Marx en tant que thèse de doctorat en 1841. Liens externes (en) Texte en anglais sur marxists.org 1re partie …   Wikipédia en Français

  • PHILOSOPHIE — Nul ne se demande «pourquoi des mathématiciens?», dès lors que les mathématiques sont reconnues comme science. Mais «pourquoi des philosophes?» ne revient pas à la question beaucoup plus classique «pourquoi la philosophie?» à laquelle il est… …   Encyclopédie Universelle

  • NATURE (PHILOSOPHIES DE LA) — Dans son étude sur Les Philosophies de la nature , Michel Ambacher distingue la «philosophie naturelle» de la «philosophie de la nature», et il entend la première «au sens où Galilée et Newton, Comte ou Darwin ont parlé d’une philosophie… …   Encyclopédie Universelle

  • nature — [ natyr ] n. f. • 1119; lat. natura I ♦ 1 ♦ (Qualifié) La nature de... Ensemble des caractères, des propriétés qui définissent un être, une chose concrète ou abstraite, généralement considérés comme constituant un genre. ⇒ essence; entité. « on… …   Encyclopédie Universelle

  • PHILOSOPHIE — SECTION PREMIÈRE.     Écrivez filosofie ou philosophie, comme il vous plaira; mais convenez que dès qu elle paraît elle est persécutée. Les chiens à qui vous présentez un aliment pour lequel ils n ont pas de goût vous mordent.     Vous direz que… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • NATURE ET CULTURE — «Étant donné que la culture s’acquiert par apprentissage, les gens ne naissent pas Américains, Chinois ou Hottentots, paysans, soldats ou aristocrates, savants, musiciens ou artistes, saints, chenapans ou moyennement vertueux: ils apprennent à… …   Encyclopédie Universelle

  • Philosophie de l'esprit (hegel) — La Philosophie de l esprit est la troisième et dernière partie de l Encyclopédie des sciences philosophiques de Hegel. Sommaire 1 Situation dans l œuvre 2 Plan de la philosophie de l esprit 3 Esprit subjectif …   Wikipédia en Français

  • NATURE — DIALOGUE ENTRE LE PHILOSOPHE ET LA NATURE. LE PHILOSOPHE.     Qui es tu, nature ? je vis dans toi; il y a cinquante ans que je te cherche, et je n ai pu te trouver encore. LA NATURE.     Les anciens Égyptiens, qui vivaient, dit on, des douze… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • naturé — naturé, ée (na tu ré, rée) adj. Terme de la philosophie de Spinosa. Nature naturée, la nature considérée dans son état passif, par opposition à nature naturante …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.