Plaute


Plaute
Plaute
Plautus.gif
Nom de naissance Titus Maccius Plautus en latin
Activités Écrivain Dramaturge
Naissance c. -254
Sarsina
Décès -184
Rome
Langue d'écriture Latin
Œuvres principales

Plaute, en latin Titus Maccius Plautus, né vers 254 av. J.-C. à Sarsina dans l'antique Ombrie (maintenant située en Romagne) et mort en 184 av. J.-C à Rome, est un auteur comique latin.

Sommaire

Biographie

La vie de Plaute est mal connue, et il semblerait qu'une partie des informations dont nous disposons soient calquées sur les intrigues de ses comédies[1]. Il naît à Sarsina, en Ombrie, vers le milieu du IIIe siècle av. J.‑C.. Fils d’une famille très modeste, il débute comme acteur dans une troupe de théâtre dont il prend par la suite la direction. Il tombe rapidement en faillite. Ruiné, il se met par la suite au service d’un meunier-boulanger. Pendant ce temps, il commence à écrire des pièces qu’il compose pendant ses heures de repos, et qu’il vend aux magistrats chargés des spectacles populaires. Grâce aux pièces qu'il écrit, sa situation financière s'améliore et Plaute peut désormais se consacrer à son travail.

Œuvres

Les comédies de Plaute sont le premier ensemble de grande dimension que nous ayons de la littérature latine[2]. Plus de 130 pièces circulaient sous son nom à la fin du IIe siècle av. J.‑C., mais l'érudit Varron n'en conserva que 21[3], qui sont les seules à nous être parvenues.

Premier représentant du Nord de l'Italie dans la littérature latine, il appartient à une génération que l'hellénisme n'a pas encore vraiment influencée (comme le montrent les titres latins de ses pièces, par opposition aux titres grecs de Térence). Plaute a été principalement inspiré par des auteurs grecs de l'époque hellénistique tels Ménandre, Philémon et Diphile. Ils sont les représentants du genre de la comédie nouvelle.[pas clair]

Un thème général se trouve à chaque fois dans un prologue résumant et expliquant chacune de ses pièces. Ce prologue est présenté par un dieu ou un personnage allégorique joué soit par un acteur de la pièce soit par le « Prologus », acteur affecté spécialement à ce rôle. Plaute saute des détails importants, des explications nécessaires, fait apparaître ou disparaître les acteurs à son gré, son but étant surtout d'entraîner son public de rebondissement en rebondissement. Chaque scène se déploie avec une richesse et une perfection surprenantes. Les personnages se retrouvent de pièce en pièce, tous caricaturaux : le jeune homme libertin et dépensier, la courtisane belle et coquette, la jeune fille modeste et sympathique, le père (vieillard), très sévère, la mère, digne, mais revêche, l'esclave, imprudent et inventif, le marchand d'esclaves, brutal, malhonnête. Il y a parfois, plus rarement, des rôles différents.

Caractéristiques du théâtre de Plaute :

  • Il s'inspire de modèles grecs (qui nous sont souvent inconnus), en les adaptant aux mœurs romaines et en appuyant la caricature.
  • Il intègre beaucoup de parties chantées, les cantica, à l'action (12 % de chants et 38 % de récitatifs avec accompagnement musical) et les ballets jouent un rôle important.
  • Ses comédies sont de style varié, de la comédie presque dramatique à la farce, en passant par la comédie d'intrigue ou de caractère, et il exploite toutes les formes du comique : mots (calembours, jurons pittoresques, obscénités...), geste (mimiques, coups), masques, situation, caractère, satire. Par ce trait, il se rapproche davantage de la comédie ancienne, dont le plus illustre représentant est Aristophane.
  • L'intrigue est simple, développée dans le prologue, ne se soucie pas de lien logique entre les scènes ni de vraisemblance. Les stéréotypes abondent dans les situations, les dénouements (reconnaissance miraculeuse, intervention d'un deus ex machina...) ou dans les personnages (esclave rusé, père sévère ou hostile, fils dépensier et amoureux, courtisane, jeune fille aux mains d'un entremetteur...).
  • Les qualités sont nombreuses : sens de l'excès dans les stéréotypes, tellement outrés qu'ils prennent un relief extraordinaire, sens du concret dans les notations et les caractères, sens du langage théâtral. Les dialogues sont vifs et nerveux, pleins de verve, la langue est colorée et pittoresque (mots, images), adaptée à chaque personnage : Plaute, grand maître du langage, joue de toutes les ressources du vocabulaire et du style (images, rythme, sonorités).

Les célèbres

Ces 4 pièces ont été une source d'inspiration pour les auteurs du XVIe siècle et du XVIIe siècle :

Les sages

  • Captivi (Les Prisonniers), la seule pièce de Plaute n'ayant pas d'intrigue amoureuse ;
  • en 201 : Cistellaria (La Comédie de la corbeille), comédie sentimentale ;
  • Rudens (Le Cordage), sorte de drame bourgeois attendrissant qui voit le triomphe de la vertu.

Les osées

  • en 212 : Asinaria (La Comédie des ânes), où pour le prix de son indulgence un père exige une nuit d'amour avec sa future belle-fille ; c'est dans cette œuvre que l'on trouve le dicton : "L'homme est un loup pour l'homme" ;
  • en 185 : Casina (Casina ou les Tireurs de sort, nom de l'héroïne), farce souvent obscène, où une jeune fille est convoitée à la fois par un père, son fils et deux esclaves qui la tirent au sort ;
  • en 189 (selon P. Grimal) : Truculentus (Le Brutal : nom de l'esclave meneur de jeu), qui offre une peinture très précise des milieux de la prostitution. Il n'en existe plus que quelques fragments.

Les préférées de Plaute

  • en 191 : Pseudolus (L'Imposteur : nom d'un esclave meneur de jeu), où le proxénète Ballio et Pseudolus lui-même sont particulièrement hauts en couleur ;
  • Truculentus (voir dans « les osées »).

Les moins bien accueillies par le public [réf. nécessaire]

  • Epidicus (nom d'un esclave), à l'intrigue très embrouillée : la seule où le public ne comprenait rien ;
  • en 200 : Stichus (nom d'un esclave), courte pièce décousue et bâclée ;
  • Trinummus (Les Trois Écus), de toutes les pièces, elle contient le plus de monologues.

Les autres pièces

  • en 188 : Bacchides (Les Bacchis : nom de deux sœurs jumelles exerçant le plus vieux métier du monde) ;
  • en 193 : Curculio (Le Charançon : nom expressif d'un parasite qui extorque à un militaire la somme dont son mécène a besoin pour acheter une jeune esclave) ;
  • Mercator (Le Marchand) : l'histoire d'un vendeur qui renonce à la fille parfaite, car son père le lui demande, qui part travailler, trouve une fille encore mieux et l'achète, que va dire son père ?
  • Mostellaria (La Comédie du fantôme), dont le thème sera repris par Regnard (Un fils, qui a profité du départ de son père pour faire la fête jour et nuit, doit trouver des excuses pour justifier sa débauche à son retour) ;
  • Poenulus (Le Carthaginois), une des meilleures pièces de Plaute ; elle contient un passage en langue punique.
  • Persa (Le Perse), comédie-ballet très exotique et pleine d'entrain.

On peut remarquer la variété du théâtre de Plaute ; ce dernier puise dans beaucoup de sources différentes. Les pièces de la catégorie « les sages » ressemblent fortement aux pièces de Térence.

Postérité

Plaute a écrit pour le grand public et a acquis une très grande célébrité dès son vivant. Il était le plus populaire des comiques latins, et on le considérait comme le père de l'ironie comique, de même que le créateur de l'opéra comique.

Bibliographie

Éditions et traductions des textes de Plaute en français

  • Consulter la liste des éditions des œuvres de cet auteur liste des éditions
  • Plaute, Comédies, 7 vol., texte établi et traduit par Alfred Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1932-1938.
  • Plaute, Théâtre complet, 2 vol., présenté, traduit et annoté par Pierre Grimal, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1971. (Traduction uniquement)
  • Plaute, Amphitryon, présenté, traduit et annoté par C. Guittard, Paris, Flammarion, 1998.

Éditions anciennes

Le philologue allemand Gottfried Hermann publia en 1800 une édition du Trinummus.

Dictionnaires et encyclopédies

Monographies

  • Hubert Zehnacker et Jean-Claude Fredouille, Littérature latine, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige manuels », 2005 (ISBN 2-13-055211-0) 

Études spécifiquement consacrées au théâtre de Plaute

  • (de) E. Fränkel, Plautinisches im Plautus, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1922.
  • (en) S. Lilja, Terms of abuse in Roman comedy, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 1965.
  • (en) E. Segal, Oxford Readings on Menander, Plautus, and Terence, Oxford University Press, p. 127-137.
  • (en) E. Segal, Roman Laughter, The Comedy of Plautus, Cambridge, Harvard University Press, 1968.
  • (de) P. P. Spranger, Historische Untersuchungen zu den Sklavenfiguren des Plautus und Terenz, Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesbaden GmbH, 1983

Ouvrages généraux sur le contexte historique et le théâtre latin

  • Pierre Grimal, Le Siècle des Scipions, Rome et l'hellénisme au temps des guerres puniques, Paris, Aubier, 2005, 2e éd.  ;
  • Florence Dupont, L'Acteur-roi ou le théâtre dans la Rome antique, Paris, Les Belles Lettres, 1985  ;
  • (en) (en) David Wiles, The masks of Menander. Signs and meaning in greek and roman performance, Cambridge University Press, 1991  ;
  • Jean-Claude Dumont et Marie-Hélène François-Garelli, Le Théâtre à Rome, Paris, Le Livre de Poche, 1998 .

Notes et références

  1. Zehnacker et Fredouille (2005), p. 30.
  2. Zehnacker et Fredouille (2005), p. 29.
  3. Zehnacker et Fredouille (2005), pp. 30-31

Annexes

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Plaute de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • PLAUTE — Des «enfances» du théâtre comique latin, il n’est guère permis que de nous interroger sur quelques traditions populaires et religieuses le plus souvent confondues, et sur un petit nombre d’informations historiques dues surtout à Tite Live… …   Encyclopédie Universelle

  • Plaute — Plaute, kurzer, breiter od. unförmlich großer Degen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Plaute — Plaute, s. Plempe …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • plautė — plaũtė dkt …   Bendrinės lietuvių kalbos žodyno antraštynas

  • plautė — statusas T sritis vardynas apibrėžtis Agurklinių (Boraginaceae) šeimos augalų gentis (Pulmonaria). atitikmenys: lot. Pulmonaria angl. lungwort vok. Fuchskraut; Lungenkraut rus. легочница; медуница lenk. miodunka; płucnica …   Dekoratyvinių augalų vardynas

  • plautė — 1 plaũtė sf. (2) NdŽ; Mt bot. toks ežeininių šeimos augalas (Pulmonaria): Vaistinė plautė (P. officinalis) auga lapuočių bei mišriuose miškuose ir krūmuose rš. Siauralapė plautė (P. angustifolia) LBŽ. Plautė žydrioji (P. azurea) P …   Dictionary of the Lithuanian Language

  • plautė — 2 plaũtė sf. (2) žr. plautas 8: Ant plaũtės pareina keturiasdešimt akių Mlt …   Dictionary of the Lithuanian Language

  • Plaute, die — Die Plaute, plur. die n, im gemeinen Leben einiger Gegenden, ein kurzer und breiter Degen, und im verächtlichen Verstande, ein jeder großer unförmlicher Degen; in einigen Gegenden die Plotze, Plinte. Von platt, breit und flach, als eine… …   Grammatisch-kritisches Wörterbuch der Hochdeutschen Mundart

  • Amphitryon (Plaute) — Pour les articles homonymes, voir Amphitryon (homonymie). Amphitryon est une pièce de théâtre en cinq actes de Plaute créée en 187 avant J. C. Elle s’inspire des mythes du cycle thébain sur Amphitryon. Argument Prologue Fait par Mercure dans un… …   Wikipédia en Français

  • L'Imposteur (Plaute) — L Imposteur (en latin : Pseudolus) est une pièce de l auteur comique latin Plaute. Articles connexes latin latin archaïque théâtre latin Térence …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.