Politique de relance


Politique de relance

Une politique de relance ou plan de relance est un ensemble de mesures de politique économique, qui s'effectue par des dépenses publiques supplémentaires et de réduction de certains impôts, et donc dégradant le solde public, décidées par le gouvernement d'un pays ou d'une zone économique, dans le but de provoquer une « relance économique », c’est-à-dire une augmentation de l'activité économique et une réduction du chômage lors des périodes de faible croissance ou de récession.

Les politiques de relance peuvent faire intervenir la politique budgétaire et la politique monétaire. Les politiques de relance sont l'application de la théorie keynésienne selon laquelle le gouvernement pourrait efficacement relancer l'économie par des dépenses publiques supplémentaires : elle permettraient de passer d'un équilibre sous-optimal (faible demande, faible offre, chômage et sous-utilisation du capital, moral en berne conduisant à des anticipations négatives) à un équilibre plus satisfaisant (plein emploi, demande et offre plus forte, anticipations positives restaurant la croissance)

L'efficacité des politiques de relance est très controversée. En particulier, les politiques de relance menées dans les pays développés au cours des années 1970 ont été souvent reconnues comme des échecs qui ont aggravé la stagflation. De plus, Les politiques de relance creusent les déficits et la dette publique et il est souvent nécessaire de mettre en œuvre par la suite des politiques de rigueur qui ramènent le déficit à des niveaux raisonnables, ou permettent de diminuer l'inflation. Longtemps mise à l'écart et critiquée, la relance économique a été utilisée par de nombreux pays afin de contrer les effets de la crise économique de 2008.

Sommaire

Principe

Les partisans des politiques de relance s'appuient sur le concept de multiplicateur keynésien de court terme. Selon cette théorie, si la demande globale augmente dans une économie, les entreprises devront augmenter leur production pour faire face à ce surplus de demande ; cette augmentation de production donnera lieu à une demande de travail de la part des entreprises, donc à des embauches qui créeront à nouveau de la demande, enclenchant ainsi un cercle vertueux. L'augmentation de l'activité fournie augmentera également des recettes fiscales et baissera les dépenses sociales (moins d'indemnité chômage), permettant de compenser partiellement la hausse des dépenses de l'État (pour une politique budgétaire), et la demande de monnaie, ce qui corrige en partie l'effet inflationniste d'une politique monétaire expansionniste.

Pour les économistes keynésiens, le gouvernement a donc un rôle important à jouer dans la régulation des cycles économiques.

Conditions

Les politiques de relance sont des politiques conjoncturelles, répondant à une faiblesse ponctuelle de la croissance en présence de capacités de production inutilisées. Elles sont impuissantes face à une faiblesse de la croissance liée à l'organisation même du système productif, qui demande des politiques d'ajustement structurel. Il faut également que le supplément de revenu se traduise dans une augmentation de la demande interne, ce qui suppose la croyance par les ménages que leurs impôts n'augmenteront pas pour faire face aux dépenses de l'État.

Des capacités de production inutilisées

Conçue face à la Grande Dépression, l'analyse keynésienne de la relance budgétaire s'appuie sur la situation de l'époque, où un grand nombre d'entreprises tournaient en sous-régime. Elle suppose ainsi que les entreprises peuvent très rapidement augmenter leur production pour faire face à un surplus de demande.

Si ce n'est pas le cas, l'équilibrage du marché transite par une pure hausse des prix. Ce dernier phénomène explique l'échec des politiques de relance de la fin des années 1970 et des années 1980, le choc d'offre lié au choc pétrolier ayant conduit les entreprises à limiter l'augmentation de leurs capacités de production, et donc leur capacités disponibles. Les politiques de relance se sont alors traduites par une augmentation des prix (inflation) et une hausse de la dette publique, sans augmentation de la croissance (phénomène de stagflation).

Confiance des entreprises et des ménages

L'augmentation des revenus ou de l'offre de monnaie ne peut se traduire en surplus de demande que si les agents économiques font preuve d'une certaine confiance dans l'avenir. Sans cela, le surplus de revenu est épargné par les ménages (pour faire face à une future hausse des impôts), et les décisions d'investissement des entreprises sont retardées.

Un cas extrême de manque de confiance est celui de la trappe à liquidité, où l'anticipation d'une faible croissance dans un contexte de déflation incite les agents à garder leurs actifs en monnaie, ce qui réduit à néant tout effet d'une politique budgétaire ou monétaire.

Le gouvernement peut jouer dans une certaine mesure sur ce paramètre, en ciblant la politique de relance sur des agents économiques qui consomment plutôt que des agents qui épargnent, et en annonçant une durée limitée à l'offre avantageuse ; il peut notamment opter pour une relance par l'investissement, en misant sur les entreprises si la structure de la demande s'y prête (voir condition suivante)

Structure de la demande

Une augmentation de la demande n'augmente l'activité domestique que si le surplus de demande se porte sur des produits domestiques. Dans une économie ouverte, l'effet du multiplicateur sera donc d'autant plus faible que le taux d'ouverture de l'économie est grand. Dans un tel cas la relance keynésienne par la demande perd de son efficacité, la hausse de la demande étant pourvue davantage par la hausse des importations que par la hausse de la production intérieure, qui a moins d'élasticité pour répondre à la demande intérieure que la production du reste du monde (puisque la production y est plus importante, une hausse de production sera plus facile).

La mondialisation économique, et en particulier la hausse de la part des importations dans le PIB, a réduit encore davantage l'efficacité des politiques de relance nationales surtout lorsque celles-ci visent à augmenter la consommation (relance par la demande). La production augmente alors peu, mais elle est grevée par une imposition forte.

Le gouvernement peut jouer dans une certaine mesure sur ce paramètre, en ciblant (par des subventions ou détaxation spécifiques) la politique de relance sur des biens et secteurs économiques où l'offre indigène est forte (le bâtiment et les travaux publics notamment sont des candidats de prédilection) plutôt que sous forme d'une relance générale (sous forme par exemple d'augmentation généralisée de salaires, qui diffuserait dans tous les secteurs)

Moyens

Les outils d'une politique de relance sont de trois ordres : budgétaires, monétaires ou réglementaires.

Outils budgétaires

Article détaillé : Politique budgétaire.

Dans le cas d'une relance budgétaire, il s'agit d'augmenter la demande interne en augmentant les dépenses de l'État (constructions, investissements,…) ou en augmentant les revenus disponibles des agents (baisse des impôts ou hausse des prestations sociales).

Outil réglementaire

Dans ce cas, l'État utilise son pouvoir réglementaire pour augmenter les revenus d'un groupe ciblé de la population. Il s'agit en général des bas salaires, la loi psychologique fondamentale de Keynes assurant qu'une augmentation des revenus de ce groupe se traduira presque intégralement par une hausse équivalente de la demande (ce type de ménages ayant une propension à épargner plus faible que les autres groupes, et donc une propension à consommer plus forte).

En pratique, ces augmentations prennent souvent la forme d'augmentation de différents minima sociaux ou du salaire minimum. Les effets peuvent alors être négatifs sur le taux de chômage (voir trappe à inactivité et salaire minimum#Analyse).

Outil monétaire

Article détaillé : Politique monétaire.

Dans le cas d'une politique monétaire de relance, la banque centrale augmente l'offre de monnaie (par exemple par une baisse de son taux directeur). Une telle baisse encourage la demande de crédits par les ménages et les entreprises, et donc augmente l'activité économique d'ensemble.

En diminuant le taux de rendement de la monnaie, une politique monétaire expansive fera baisser le cours de la monnaie face aux monnaies étrangères, ce qui augmentera le solde de la balance commerciale à moyen terme (hausse des exportations et baisse des importations). L'effet est négatif à court terme, et neutre sur le long terme : voir Courbe en J.

Cette politique favorisera cependant une hausse de l'inflation et une hausse du coût des biens importés, les produits pétroliers par exemple

Exemple français

La France dans la période qui a suivi le premier choc pétrolier et la fin des Trente Glorieuses a connu deux plans de relance importants.

  • Le plan de relance Chirac de 1975 représentant 2,8 points de PIB a été « ..un succès mitigé : croissance de + 4,4 % en 1976, forte inflation (+11 %) et un gros déficit du commerce extérieur .. »[1]
  • En 1981, le plan de relance Mauroy : Représentant «  1,7 point sur deux ans »[1] , il visait surtout à relancer la consommation. Lancé alors que nos partenaires extérieurs adoptaient des politiques restrictives, il a vite provoqué une dégradation des comptes extérieurs et le gouvernement a dû adopter assez rapidement une politique de rigueur.

D'autres mesures de relances d'ampleur moindre s'y sont ajoutées, que l'on peut ou non qualifier de "plan".

  • Le niveau de dépenses publiques n'a pas été ramené à son niveau antérieur après ces "relances", et si le plan Chirac a été compensé par une augmentation des recettes publique (politique de rigueur de Raymond Barre), ce n'est pas le cas des suivantes, de sorte que la France n'a plus connu de solde public proche de l'équilibre depuis 1980[2].
  • * Le Plan de relance économique de la France de 2008

Critique

Les économistes libéraux classiques estiment que les cycles économiques sont provoqués par des erreurs de politique économique, et par une mauvaise gestion de la masse monétaire. Une crise n'est que la manifestation de l'éclatement d'une bulle économique, et de malinvestissement ou surinvestissement. Du fait du comportement ricardien des individus, la politique de relance sera inefficace car, en prévision d'une future augmentation de l'imposition, elle provoquera une augmentation de l'épargne des ménages et donc une baisse de leur consommation. Enfin, les politiques de relance de la demande seraient mises en œuvre par des hommes politiques qui privilégient leur réélection à l'intérêt de leur pays. En effet, de telles mesures seraient négatives à long terme mais perçues positivement par les électeurs qui voient leur revenu disponible augmenter à court terme.

Notes et références

  1. a et b Denis Clerc, p.10
  2. INSEE, comptes nationaux, [1]

Voir aussi

Bibliographie

  • Denis Clerc, "Quelques relances historiques", Alternatives économiques, janvier 2009.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique de relance de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Relance — Politique de relance Une politique de relance ou plan de relance est un ensemble de mesures de politique économique, consistant de dépenses publiques supplémentaires et de réduction de certains impôts, et donc dégradant le solde public, décidées… …   Wikipédia en Français

  • Relance budgétaire — Politique de relance Une politique de relance ou plan de relance est un ensemble de mesures de politique économique, consistant de dépenses publiques supplémentaires et de réduction de certains impôts, et donc dégradant le solde public, décidées… …   Wikipédia en Français

  • Relance economique — Politique de relance Une politique de relance ou plan de relance est un ensemble de mesures de politique économique, consistant de dépenses publiques supplémentaires et de réduction de certains impôts, et donc dégradant le solde public, décidées… …   Wikipédia en Français

  • Relance keynésienne — Politique de relance Une politique de relance ou plan de relance est un ensemble de mesures de politique économique, consistant de dépenses publiques supplémentaires et de réduction de certains impôts, et donc dégradant le solde public, décidées… …   Wikipédia en Français

  • Relance économique — Politique de relance Une politique de relance ou plan de relance est un ensemble de mesures de politique économique, consistant de dépenses publiques supplémentaires et de réduction de certains impôts, et donc dégradant le solde public, décidées… …   Wikipédia en Français

  • Politique budgetaire — Politique budgétaire La politique budgétaire correspond à l ensemble des modifications de l imposition ou des dépenses publiques. Combinée à la politique monétaire, la politique budgétaire forme la politique conjoncturelle. Dans la pratique, il… …   Wikipédia en Français

  • Politique budgétaire contracyclique — Politique conjoncturelle Les politiques conjoncturelles, ou politiques de stabilisation, sont les mesures de politique économique prises par un gouvernement à court terme, en fonction de la position de l économie dans les cycles économiques. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Politique contra-cyclique — Politique conjoncturelle Les politiques conjoncturelles, ou politiques de stabilisation, sont les mesures de politique économique prises par un gouvernement à court terme, en fonction de la position de l économie dans les cycles économiques. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Politique de stabilisation — Politique conjoncturelle Les politiques conjoncturelles, ou politiques de stabilisation, sont les mesures de politique économique prises par un gouvernement à court terme, en fonction de la position de l économie dans les cycles économiques. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Politique budgétaire — La politique budgétaire correspond à l ensemble des modifications de l imposition ou des dépenses publiques. Combinée à la politique monétaire, la politique budgétaire forme la politique conjoncturelle. Dans la pratique, il est surtout question… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.