Politique du Liban


Politique du Liban

Cet article concerne la vie politique contemporaine du Liban.

Il traite principalement des accords de Taef (1989) de et la fin de la guerre (1990).
Liban
Coat of Arms of Lebanon.svg
Cet article fait partie de la série sur la
politique du Liban,
sous-série sur la politique.


v · d · m

Sommaire

La fin des combats

  • 1990 : Les violences de la guerre civile et religieuse libanaise prennent fin suite à l'invasion du réduit tenu par l'armée libanaise sous la direction du général Michel Aoun (13 octobre 1990). L'invasion de la zone par les soldats syriens fait suite à un long et sanglant conflit entre la partie de l'armée ralliée au Général Aoun et les forces armées syriennes. Cette invasion ferait suite à un accord entre la Syrie et les États-Unis dans le contexte de la première guerre du Golfe. Michel Aoun et sa famille seront exilés, ainsi que Farid Hamadé et sa famille.

Cette invasion marque le début d'une tentative d'annexion de fait du Liban et d'un pillage systématique des ressources économiques du pays du cèdre. Elle marque la mise sous tutelle syrienne des institutions libanaises dans le cadre d'un système policier répressif calqué sur le modèle syrien. Avec la chute du général Aoun après une offensive syrienne, la guerre prend officiellement fin. Elle aura fait 150 000 morts et des centaines de milliers d'exilés et de déplacés. Le Liban est alors sous une forte mainmise syrienne qui régit le pays au plan de sa vie politique.

  • 2005 : Retrait des troupes syriennes.
  • 2006 : Conflit avec Israël, suivi du renforcement des troupes de l'ONU dans le sud-liban.

Les administrations syriennes ont toujours à leur disposition des cartes de la région où le Liban n'existe pas et est intégré à la Syrie.

Tensions et manifestations (2004-2006)

  • 2004 : La motion 1559 du Conseil de sécurité de l'ONU exige, entre autres, de la Syrie de retirer ses forces du Liban. La même motion demande aussi que soit mis fin aux activités militaires de la milice chiite Hezbollah et réclame le déploiement de l'armée libanaise sur l'ensemble de la frontière internationale avec Israël.
  • 2005 : L'ancien premier ministre Rafic Hariri est tué dans un attentat le 14 février.

Le 28 février, le premier ministre pro-syrien Omar Karamé remet sa démission au Parlement libanais. L'opposition politique, contrairement à la jeunesse de la capitale, ne souhaite pas une rupture radicale avec les partis politiques syriens et le président Émile Lahoud, gardant en mémoire la sanglante guerre civile. Walid Joumblatt, le chef du parti druze, déclare chercher un gouvernement d'alliance nationale et la tenue d'élections anticipées.


Le 8 mars 2005, les partis pro-syriens chiites Amal et Hezbollah et chrétiens el-Marada et PSNS, organisent une contre-manifestation qui rassemble des centaines de milliers de personnes (1 600 000 selon les organisateurs, 1 500 000 selon Al Jazeera, 800 000 par les forces de l'ordre et 200 000 par la Future Television de feu Rafic Hariri) pour dénoncer la tentative d'ingérence des puissances occidentales dans les affaires syro-libanaises. Une controverse a suivi, l'opposition accuse les organisateurs d'avoir apporté des Syriens pour gonfler le nombre de participants à la manifestation. Omar Karamé est une nouvelle fois désigné premier ministre, la crise libanaise continue. Les forces syriennes se retirent lentement du Liban. Quelque 14 000 militaires syriens stationnaient au Liban avant le début du repli décidé par la Syrie, soumise à une pression internationale sans précédent depuis l'entrée de ses troupes au Liban en 1976.

Le 13 mars 2005, plus de 200 000 (300 000 selon les organisateurs) personnes se rassemblent dans la ville de Nabatieh (au sud du Liban, à 75 km de Beyrouth), pour dénoncer les ingérences étrangères occidentales et protester contre la résolution 1559.

Le 14 mars 2005, l'opposition libanaise à l'occupation syrienne et au régime prosyrien en place à Beyrouth, a rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes (800 000 selon Robert Fisk, 1 200 000 selon les organisateurs). Venant de toutes les régions du pays essentiellement druzes, sunnites ou chrétiennes, la foule a réclamé, sur l'immense place des Martyrs, la vérité sur l'assassinat de Rafic Hariri, le départ de la présence syrienne et du gouvernement d'Omar Karamé.

Le 14 mars, le général Michel Aoun, qui avait déclaré en 1989 une guerre de libération contre l'envahisseur syrien, annonce son retour au Liban après 15 ans d'un exil forcé en France.

Le 15 mars 2005, la manifestation anti-syrienne est considérée par le maire de Beyrouth, par la presse et par l'opposition elle-même comme le plus grand rassemblement populaire jamais tenu au Liban.

Le 15 mars 2005, la Syrie après avoir déclaré à l'ONU son intention de retirer l'ensemble de ses forces et personnels de renseignement du Liban avant les élections législatives libanaises devant se tenir en mai, commence à procéder à des replis remarqués.

Le 18 mars 2005, un attentat à la voiture piégée touche la banlieue nord de Beyrouth sans faire de victime.

Le 21 mars 2005, nouvel attentat en plein cœur de la région chrétienne du Keserwan faisant 2 morts et 3 blessés. À nouveau, l'opposition demande le départ de l'appareil sécuritaire en place fustigé à la fois pour son incompétence mais également pour une potentielle implication. Le député de l'opposition, Walid Joumblatt a mis en garde les libanais contre de nouveaux attentats visant à la stabilité du Liban au moment où les Syriens promettent de quitter le territoire de leur petit voisin.

Le 24 mars 2005, la mission de l'ONU mené par Sean Fitzgerald accuse les services de sécurité libano-syriens d'avoir maquillé la scène du crime et créé un climat propice au meurtre de Hariri. Toutefois, la mission n'accuse pas les gouvernements libanais et syrien d'être responsable de l'attentat.

Le 13 avril 2005, le chef de l'assemblée, Omar Karamé, rappelé précédemment au pouvoir, démissionne de nouveau, quittant au passage le camp pro-syrien.

Le 14 avril 2005, Najib Mikati est désigné premier ministre du gouvernement de transition chargé de garantir des nouvelles élections. Membre de la faction pro-syrienne, il est aussi accepté par l'opposition et semble être un compromis valable entre les deux factions majoritaires.

Le 26 avril 2005, l'ONU confirme le retrait des forces militaires syriennes du Liban (sans se prononcer sur le retrait des services de renseignement).

Le 19 juillet, formation du gouvernement de Fouad Siniora (liste). A l'exception du bloc parlementaire du général Michel Aoun, l'ensemble des courants politiques issus des élections de mai-juin 2005 sont représentés, et notamment et pour la première fois le Hezbollah.

Le 11 novembre 2006, les 5 ministres chiites du gouvernement démissionnent : Mohammad Fneich (ministre de l’Énergie et de l’Eau), Trad Hamadé (ministre du Travail), Mohammed Jawad Khalifé (ministre de la Santé), Talal Sahili (ministre de l'agriculture) et Faouzi Salloukh (ministre des Affaires étrangères). Le lendemain, c'est le ministre de l’environnement Yacoub Sarraf (grec-orthodoxe) qui démissionne.

Participations aux organisations internationales

ACCT, Ligue arabe, CESAO, FAO, G-77, AIEA, BIRD, OACI, CISL, Croix-Rouge, BID, FIDA, OIT, FMI, Intelsat, Interpol, CIO, ISO, UIT, MNA, OCI, ONU, CNUCED, UNESCO, HCR, ONUDI, UPU, FCM, OMS, OMPI, OMM, OMC.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique du Liban de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Politique du liban — Cet article doit traiter de la vie politique actuelle du Liban, principalement depuis les accords de Taef (1989) et la fin de la guerre (1990). Liban Cet article fait partie de la série sur la politique du Liban, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Liban — 33° 54′ 00″ N 35° 32′ 00″ E / 33.9, 35.5333 …   Wikipédia en Français

  • LIBAN — Le Liban a toujours occupé à l’intérieur du Proche et du Moyen Orient une place originale, en raison de sa diversité humaine et de ses liens privilégiés avec l’Occident. Aussi a t il longtemps joué un rôle important, sans rapport avec son poids… …   Encyclopédie Universelle

  • Politique israélienne de la France sous la présidence de Nicolas Sarkozy — Sommaire 1 Les relations franco israéliennes sous Nicolas Sarkozy 2 Nicolas Sarkozy et le conflit israélo palestinien 3 La politique arabe de Nicolas Sarkozy …   Wikipédia en Français

  • Politique israëlienne de la France sous Nicolas Sarkozy — Politique israélienne de la France sous la présidence de Nicolas Sarkozy Sommaire 1 Les relations franco israéliennes sous Nicolas Sarkozy 2 Nicolas Sarkozy et le conflit israélo palestinien 3 La politique arabe de Nicolas Sarkozy …   Wikipédia en Français

  • Politique de la syrie — La Syrie n a plus connu d élection démocratique depuis l avènement de la dictature baassiste en 1963. Auparavant, des élections démocratiques avaient été organisées en 1943, le 15 novembre 1949, en septembre 1954, en mai 1957 (élections… …   Wikipédia en Français

  • LIBAN - Actualité (1990-1996) — P align=center République libanaise Politique intérieure Le 31 janvier 1990, des combats interchrétiens meurtriers opposent l’armée du général Aoun à la milice des Forces libanaises de Samir Geagea. Le 2 mars, les menaces du patriarche maronite,… …   Encyclopédie Universelle

  • Politique de l'iran — Iran Cet article fait partie de la série sur la politique de l Iran, sous série sur la politique. Guide suprême …   Wikipédia en Français

  • Politique iranienne — Politique de l Iran Iran Cet article fait partie de la série sur la politique de l Iran, sous série sur la politique. Guide suprême …   Wikipédia en Français

  • Politique etrangere de l'Allemagne — Politique étrangère de l Allemagne Du milieu du XIXe siècle à 1989, la question allemande a été au cœur de la diplomatie et des conflits européens. La politique étrangère de l Allemagne a ainsi joué un grand rôle dans la formation de l… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.