Politique du Turkmenistan


Politique du Turkmenistan

Politique du Turkménistan

Turkménistan

Armoiries du Turkménistan
Cet article fait partie de la série sur la
politique du Turkménistan,
sous-série sur la politique.

  • Politique du Turkménistan

 v ·  · m 

Portail politique - Portail national

Cet article décrit la politique du Turkménistan.

La république socialiste soviétique du Turkménistan

Drapeau de la république socialiste soviétique.

Le Turkménistan forma partie des républiques de l'URSS à compter de 1925.

Le Turkménistan depuis 1991

Drapeau du Turkménistan choisi par Nyýazow.

Depuis l'indépendance de 1991 et jusqu'en décembre 2006, le Turkménistan fut gouverné par le dictateur Saparmyrat Nyýazow, qui se faisait appeler le "Père des Turkmènes". Nyýazow pratiquait un culte de la personnalité. Le niveau de vie de la population d'un peu plus de 4 millions de personnes n'augmentait pas malgré les importantes ressources de gaz du pays.

La plupart des hôpitaux ont été fermés sous l'ordre de Nyýazov qui les jugeait inutiles. Il a publié un ouvrage sur les règles d'hygiène, le Rukhmana que tous les citoyens se doivent d'appliquer. Il a aussi décidé de réduire à 3 ans la durée des études médicales et de diviser par 10 le nombre d'étudiants en médecine. Des maladies endémiques comme la tuberculose, le choléra ou la dysenterie sont réapparues.

Le respect des libertés publiques est critiqué par les ONG occidentales. Les journalistes étrangers sont interdits de séjour comme les antennes satellite et il n'existe aucun média libre.

Le culte de la personnalité du dictateur se manifeste partout : portraits, statues, citations sont présents dans toutes les villes jusqu'à une statue dorée à l'effigie de Nyýazov qui tourne suivant la course du Soleil. Le nom de certains mois du calendrier ont été changés, un mois porte désormais le nom de sa mère. Les bibliothèques, théâtres et opéras ont été fermés. Seules la musique et les danses traditionnelles sont autorisées.

Le taux de chômage varie, selon les sources, de 50 à 70 %. Le salaire moyen mensuel ne dépasserait pas les 30 € (2005). Des purges successives éliminent les cadres du régime. Le nombre de prisonniers politiques est estimé à plus de 30 000 personnes (près d'un habitant sur cent).

Allié de Moscou, principal fournisseur de gaz de la société russe Gazprom, le régime turkmène est soutenu par le Kremlin. Se gardant de toute ingérence dans la politique de ses voisins (Ouzbékistan, Iran ou Afghanistan) et sans prétention territoriale ou militaire.

Transition

Le président Nyýazow décède le 21 décembre 2006 sans que la succession ait été préparée. Constitutionnellement, le président du parlement turkmène, Öwezgeldi Ataýew aurait dû devenir président par intérim. Le justice a opportunément ouvert une enquête sur Ataýew qui n'a pas pû accéder au poste de président par intérim. Le vice-premier ministre Gurbanguly Berdimuhamedow a été nommé au poste de président par intérim par le conseil de sécurité.

Le Conseil du Peuple a fixé la date de l'élection présidentielle au 11 février 2007 et a modifié la Constitution pour permettre à Berdimuhamedow de se présenter. Et il l'a emporté avec 89,23% des suffrages, scrutin auquel près de 99% des électeurs auraient participé.

Ce document provient de « Politique du Turkm%C3%A9nistan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique du Turkmenistan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Politique du turkménistan — Turkménistan Cet article fait partie de la série sur la politique du Turkménistan, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Politique du Turkménistan — Turkménistan Cet article fait partie de la série sur la politique du Turkménistan, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Turkménistan — Türkmenistan (tk) Туркмения (ru) Turkménistan …   Wikipédia en Français

  • Turkmenistan — Turkménistan Türkmenistan (tk) Туркмения (ru) Turkménistan …   Wikipédia en Français

  • Türkmenistan — Turkménistan Türkmenistan (tk) Туркмения (ru) Turkménistan …   Wikipédia en Français

  • TURKMÉNISTAN (RÉPUBLIQUE DU) — TURKMÉNISTAN RÉPUBLIQUE DU Au Turkménistan (488 100 km2), l’indépendance, proclamée le 27 octobre 1991, n’a donné lieu à aucun bouleversement apparent. Premier secrétaire du parti communiste depuis 1985, puis président du Soviet suprême de la… …   Encyclopédie Universelle

  • TURKMÉNISTAN - Actualité (1990-1996) — P align=center Turkménistan Le 23 août 1990, la république socialiste soviétique du Turkménistan proclame sa souveraineté. Le 27 octobre 1991, le Parlement déclare l’indépendance de la république du Turkménistan, au lendemain d’un référendum où… …   Encyclopédie Universelle

  • Politique de l'Ouzbekistan — Politique de l Ouzbékistan Ouzbékistan Cet article fait partie de la série sur la politique de l Ouzbékistan, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Politique de l'ouzbékistan — Ouzbékistan Cet article fait partie de la série sur la politique de l Ouzbékistan, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de la Russie — Géostratégie de la Russie Cet article traite de la géostratégie et de la géopolitique contemporaines de la Russie. Voir aussi l article connexe sur la vie politique en Russie. Déjà amorcé durant le second mandat de Boris Eltsine (de 1996 à 1999)… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.