Politique etrangere et de securite commune


Politique etrangere et de securite commune

Politique étrangère et de sécurité commune

La politique étrangère et de sécurité commune, également connue sous le sigle PESC, est le deuxième des trois piliers instaurés par le traité sur l'Union européenne de Maastricht.

Pour permettre à l'Union européenne de jouer un rôle politique sur la scène internationale, le traité de Maastricht a institué une politique étrangère et de sécurité commune y compris la définition à terme d'une « politique de défense commune ». Elle est le volet diplomatique et de sécurité de l'action extérieure de l'Union européenne, et complète les politiques extérieures de la Communauté européenne telles que la politique commerciale commune, la politique de développement, ou la dimension externe des politiques communautaires internes (Euro, environnement, immigration, visas etc.). Les dispositions de la PESC ont été révisées par le traité d'Amsterdam et par le Traité de Nice qui a initié la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD).

Sommaire

Objectifs

Le traité de Maastricht définit les objectifs de la PESC :

  • sauvegarder les valeurs communes, les intérêts fondamentaux et l'indépendance de l'UE ;
  • renforcer la sécurité de l'UE et de ses États membres sous toutes ses formes ;
  • maintenir la paix et renforcer la sécurité internationale, conformément aux principes de la Charte des Nations unies ainsi qu'aux principes de l'Acte final d'Helsinki et aux objectifs de la Charte de Paris
  • promouvoir la coopération internationale; développer et renforcer la démocratie et l'État de droit ainsi que le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans le monde.

Défense européenne ne signifie pas la défense collective des pays européens contre une agression extérieure (qui reste la mission de l'OTAN) mais la gestion des crises hors Union européenne, par des opérations de maintien ou de rétablissement de la paix et des missions humanitaires regroupées sous le nom de « missions de Petersberg ».

Fonctionnement

Entérinée par le traité de Maastricht en 1992, la PESC prolonge la coopération politique européenne (CPE) initiée en 1970 (échange d'informations et concertation entre les ministres des Affaires étrangères des pays membres). Coopération interétatique organisée dans le cadre du 2e pilier du traité de Maastricht, la PESC est intergouvernementale et n'est donc pas une politique communautaire. Les institutions communautaires participent cependant à son fonctionnement :

Depuis le traité d'Amsterdam, deux nouveaux organes ont été créés :

  • le Secrétaire général du Conseil de l'Union européenne et Haut Représentant pour la PESC : son rôle est d'assister le Conseil en contribuant à l'élaboration et à la mise en œuvre des décisions politiques et le cas échéant, en agissant au nom du Conseil à la demande de la présidence, en conduisant le dialogue avec des tiers. M. Javier Solana a été désigné en 1999 pour 5 ans et reconduit dans ses fonctions en juillet 2004. Il assume également la fonction de Secrétaire général de l'Union de l'Europe occidentale (UEO).
  • l'unité de planification de la politique et d'alerte rapide (UPPAR) ou "Unité politique" : composée de fonctionnaires provenant des États membres, du Conseil de l'Union européenne, et de la Commission européenne et rattachée au « Haut représentant pour la PESC », l'UPPAR assiste celui-ci dans la définition et la mise en œuvre de la PESC.

Le traité de Nice a mis en place trois structures permanentes:

À ces structure sont venues s'ajouter par décision du 22 mai 2000:

  • le Comité civil de gestion des crises (CIVCOM[4])

Le traité de Nice prévoit la possibilité pour le COPS de prendre lui même des décisions appropriées pour assumer le contrôle politique et la direction stratégique d'une opération de gestion de crise.

La règle générale pour le processus décisionnel dans le deuxième pilier est le consensus. Ce mode de prise de décision diffère de l'unanimité par le fait que l'approbation du projet présenté ne nécessite pas d'être signifiée expressement par les États membres. En revanche, toute opposition doit être exprimée. C'est le principe de l'« abstention constructive » qui fait que l'abstention d'un État-membre ne signifie pas refus. La procédure caractéristique de ce mode de décision est la « procédure de silence ». À l'issue d'une discussion, une limite de temps est fixée pour que s'expriment les oppositions. Au-delà de cette limite, s'il n'y a pas eu de « rupture de silence », la décision est réputée prise ou le texte adopté.

Par ailleurs, le traité de Nice instaure une procédure de coopération renforcée pour la mise en œuvre d'une action ou position commune, à l'exclusion des « questions ayant des implications militaires ou dans le domaine de la défense ».

Instruments et réalisations

Les traités de Maastricht et d'Amsterdam dotent la PESC de trois instruments principaux:

  • les stratégies communes : le Conseil de l'Union européenne définit par consensus des stratégies communes dans les domaines où les États membres ont des intérêts communs importants. Les stratégies communes précisent les objectifs, la durée et les moyens fournis par l'UE et les États membres. Une « stratégie européenne de sécurité » a été décidée en décembre 2003 [1], ainsi qu'une « stratégie de l'UE de lutte contre l'accumulation et le trafic illicites d'armes légères et de petit calibre (ALPC) et de leurs munitions » en 2005, et une « stratégie pour une société de l'information sûre » en 2006, visant à lutter contre le cybercrime [1].
  • les positions communes : le Conseil de l'UE peut définir des positions communes qui servent de fil conducteur à la politique menée par les États membres et leur permettent de coordonner leur action. Une fois qu'une position commune est prise par le Conseil, les États membres doivent veiller à ce que leurs politiques nationales s'y conforment.
  • les actions communes : le Conseil de l'UE peut aussi adopter des actions communes qui visent à faire converger les actions conduites par les États membres sur la scène internationale. Leur mise en œuvre relève de la responsabilité de la Présidence et les modalités peuvent être décidées à la majorité qualifiée.

Missions effectuées

Depuis 1998, une vingtaine de missions ont été accomplies dans le cadre de la PESC, dont [1]:

Voir Missions de la PESC (en), EUFOR et Politique européenne de sécurité et de défense#Les opérations de l'Union européenne pour plus de détails.

Références

Chronologie de l'union européenne

Union européenne - Traités européens, histoire
 
1951 1957 1965 1986 1992 1997 2001 2002 2009 ?
    Conseil européen (CE) U N I O N   E U R O P É E N N E   ( U E )
Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA)    
  Communauté économique européenne (CEE) Communauté européenne
  ...Communautés européennes : CECA, CEE, Euratom Justice et
affaires intérieures
(JAI)
Politique étrangère et de
sécurité commune
(PESC)
Euratom (Communauté européenne de l’énergie atomique)
Traité de
Paris
Traité de
Rome
Traité de
fusion
Acte
unique
Traité de
Maastricht
Traité
d’Amsterdam
Traité de
Nice
Traité de
Lisbonne
 ?
 
« TROIS PILIERS » : Communautés européennes (CE, Euratom), Politique extérieure et de sécurité commune (PESC), Justice et affaires intérieures (JAI)

Liens externes

  • Portail de l’Union européenne Portail de l’Union européenne

Ce document provient de « Politique %C3%A9trang%C3%A8re et de s%C3%A9curit%C3%A9 commune ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique etrangere et de securite commune de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Politique étrangère et de sécurité commune — La politique étrangère et de sécurité commune de l Union européenne, également connue sous le sigle PESC, était le deuxième des trois piliers instaurés par le traité sur l Union européenne de Maastricht. La structure en pilier a été abolie par l… …   Wikipédia en Français

  • Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune — Création 1999 Durée du mandat 5 ans …   Wikipédia en Français

  • Agence de politique etrangere et de securite commune — Agence de politique étrangère et de sécurité commune Sommaire 1 Définition[1] 2 Liste des agences 3 Liens externes 4 Notes et références …   Wikipédia en Français

  • Agence de politique étrangère et de sécurité commune — Sommaire 1 Définition[1] 2 Liste des agences 3 Liens externes 4 Notes et références …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère, de sécurité et de défense commune de l'Union européenne — Politique européenne de sécurité et de défense La Politique européenne de sécurité et de défense est une politique de l Union européenne décrite dans le titre V du traité de Nice, visant à renforcer son rôle en matière de gestion internationale… …   Wikipédia en Français

  • Politique etrangere de l'Allemagne — Politique étrangère de l Allemagne Du milieu du XIXe siècle à 1989, la question allemande a été au cœur de la diplomatie et des conflits européens. La politique étrangère de l Allemagne a ainsi joué un grand rôle dans la formation de l… …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère allemande — Politique étrangère de l Allemagne Du milieu du XIXe siècle à 1989, la question allemande a été au cœur de la diplomatie et des conflits européens. La politique étrangère de l Allemagne a ainsi joué un grand rôle dans la formation de l… …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de l'allemagne — Du milieu du XIXe siècle à 1989, la question allemande a été au cœur de la diplomatie et des conflits européens. La politique étrangère de l Allemagne a ainsi joué un grand rôle dans la formation de l Europe contemporaine. Pourtant,… …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de l'Allemagne — Du milieu du XIXe siècle à 1989, la question allemande a été au cœur de la diplomatie et des conflits européens. La politique étrangère de l Allemagne a ainsi joué un grand rôle dans la formation de l Europe contemporaine. Pourtant,… …   Wikipédia en Français

  • Politique étrangère de la Chine — Depuis l’époque de Deng Xiaoping, la diplomatie de la République populaire de Chine est fondée sur le principe du « développement pacifique ». Cette orientation a été confirmée après l’accession au pouvoir de Hu Jintao en 2002. Tout en… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.