Polonium


Polonium
Polonium
BismuthPoloniumAstate
Te
  Structure cristalline cubique

84
Po
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
                                                               
                                   
Po
Uuh
Table complèteTable étendue
Informations générales
Nom, symbole, numéro Polonium, Po, 84
Série chimique métalloïdes
Groupe, période, bloc 16 (VIA), 6, p
Masse volumique 9,20 g·cm-3 [1]
Couleur Argenté
No CAS 7440-08-6
Propriétés atomiques
Masse atomique [209 u]
Rayon atomique (calc) 190 pm (135 pm)
Rayon de covalence 1,40 ± 0,04 Å [2]
Configuration électronique [Xe]4f14 5d10 6s2 6p4
Électrons par niveau d’énergie 2, 8, 18, 32, 18, 6
État(s) d’oxydation 4, 2
Oxyde amphotère
Structure cristalline Cubique
Propriétés physiques
État ordinaire solide
Point de fusion 254 °C [1]
Point d’ébullition 962 °C [1]
Énergie de fusion 60,1 kJ·mol-1
Volume molaire 22,97×10-6 m3·mol-1
Pression de vapeur 0,0176 Pa à 527 K
Divers
Électronégativité (Pauling) 2,0
Conductivité électrique 2,19×106 S·m-1
Conductivité thermique 20 W·m-1·K-1
Énergies d’ionisation[3]
1re : 8,414 eV
Isotopes les plus stables
iso AN Période MD Ed PD
MeV
208Po {syn.} 2,898 a α
ε, β+
5,215
1,401
204Pb
208Bi
209Po {syn.} 103 a α
ε, β+
4,979
1,893
205Pb
209Bi
210Po 100 % 138,376 j α 5,407 206Pb
Précautions
Élément radioactif
Élément radioactif
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le polonium est un élément chimique de symbole Po et de numéro atomique 84 est un métalloïde dont l'isotope 210Po est présent naturellement à l'état de traces dans les minerais d'uranium (produit de la désintégration radioactive du radon, et l'un des principaux facteurs d'induction des cancers du poumon dits "radio-induits" par le radon.

Sommaire

Histoire

C'est le premier élément découvert par Pierre et Marie Curie en 1898 dans leurs recherches sur la radioactivité de la pechblende. Ce n'est que plus tard qu'ils découvrirent le radium. Le mot polonium a été ainsi choisi en hommage aux origines polonaises de Marie Skłodowska-Curie.

Isotopes

Article détaillé : Isotopes du polonium.

Le polonium possède 33 radioisotopes d'une masse atomique variant entre entre 188 et 220 u. L'isotope à la durée de vie la plus longue est le polonium 209 (209Po) avec une demi-vie de 103 ans, et l’isotope naturellement présent à la durée de vie la plus est longue le polonium 210 (210Po) avec une demi-vie de 138,376 jours.

Propriétés physiques

Article principal : polonium 210.

Le polonium est un métalloïde à température de fusion basse et relativement volatil : à 50 °C, un échantillon de polonium perd la moitié de sa masse en 45 heures, et finirait par se sublimer entièrement même à température ambiante.

C’est un émetteur de rayonnement alpha. Le 210Po a une période radioactive de 138 jours et 9 heures.

Il est généré par la suite de désintégrations qui, partant de l'uranium 238 et passant, entre autres, par le radium 226, le radon 222 et le plomb 210, aboutissent au polonium 210 puis se terminent par le plomb 206 stable.

Chaîne de désintégration :

238U α234Th β234Pa β234U α230Th α226Ra α222Rn α218Po α214Pb β214Bi β214Po α210Pb β210Bi β210Po α206Pb (stable)

Il se désintègre en émettant des particules alpha dont l’énergie typique est de 5,3 MeV. Pour comparaison, l’énergie transportée par les rayons du soleil (domaine visible) n’est que de l’ordre de quelques électrons volts (eV). Ces particules alpha sont des rayonnements ionisants de forte énergie capables de générer des dégâts importants lors de leurs interactions avec la matière vivante (cellules, ADN). L’exposition aux rayonnements ionisants augmente les risques de cancer, d’anomalies génétiques, et pourrait avoir de nombreuses conséquences sanitaires autres que les cancers. Le polonium 210 présente une très forte activité spécifique, de 166 TBq/g[4]. Un seul gramme de 210Po pur est donc le siège de 1,66×1014 désintégrations par seconde, et émet donc autant de particules α que 4,5 grammes de radium 226 ou 13,5 tonnes d’uranium 238.

Élément radioactif naturellement présent dans l’environnement et la chaîne alimentaire, le polonium 210 est présent en quantité infinitésimale (en masse) dans l’écorce terrestre. Mais compte tenu de sa très forte radioactivité, les résultats exprimés en becquerels par kilogramme de sol ne sont pas négligeables.

La radioactivité du polonium 210 est tellement élevée qu’il dégage une importante chaleur (140 watts par gramme). Ainsi, selon l'Argonne National Laboratory aux États-Unis, la température d’une capsule contenant environ un demi-gramme de polonium 210 peut dépasser 500 °C. Cette propriété a été utilisée pour développer des générateurs thermo-électriques légers utilisés par exemple dans le domaine spatial comme source d’énergie pour les satellites.

Utilisations

  • Source alpha,
  • Source de neutrons, en mélange avec le béryllium : ce dernier émet un neutron lors de l'absorption d'une particule alpha, produite par le 210Po. Ce système est utilisé comme source primaire au démarrage des réacteurs nucléaires, comme détonateur dans les premières bombes nucléaires[5] ou dans le domaine spatial comme source d’énergie pour les satellites.
  • Poison : c'est avec cette substance qu'aurait été empoisonné l'ancien espion russe, Alexandre Litvinenko. Le coût de la dose de polonium-210 qui l'aurait tué est estimé à 25 millions de dollars US (Berliner Zeitung). La quantité de polonium 210 qui lui aurait été « administrée » était probablement très élevée - puisqu’elle a conduit à son décès en 3 semaines. En utilisant des données toxicologiques sur les animaux de laboratoire, on peut imaginer qu’il s’agissait de quelques microgrammes de polonium 210.

L’activité d’un microgramme est d’environ 166 millions de becquerels. Dans ces conditions, la moindre sécrétion corporelle (salive sur un verre, transpiration sur un objet touché, un siège où il s’est assis, etc.) a pu conduire au dépôt sur ces objets d’une quantité non négligeable de polonium 210 (plusieurs centaines de becquerels, voire bien plus).

Précautions

Le polonium est un élément hautement radioactif et toxique. Même pour de faibles quantités (quelques microgrammes), la manipulation de 210Po est très dangereuse et nécessite un équipement spécial et des procédures strictes. Absorbé dans les tissus, il provoque des dommages directs par émission de particules alpha. L'absorption de 1 à 10 microgrammes est suffisante pour provoquer la mort.

L’activité maximale admissible pour du polonium ingéré est seulement de 1 100 becquerel, soit l’équivalent à 6,6×10-12 gramme. À masse identique, le polonium est environ 106 fois plus toxique que le cyanure de sodium ou le cyanure de potassium.

Présence dans le tabac

Du fait de l’utilisation d’engrais à base d'apatites, le tabac contient du 210Po. La fumée inhalée par les fumeurs contient une proportion infime (de l'ordre de moins d'un micro Sv) mais déjà dangereuse de polonium[6]. On estime qu'1 % des cancers du poumon aux États-Unis sont causés par le polonium-210[7]

A la suite de la découverte du polonium dans la fumée de cigarettes au début des années 1960[8],[9], les grands fabricants américains se sont penchés sur des méthodes susceptibles de réduire les quantités présentes, allant dans le cas de Philip Morris jusqu'à développer le premier laboratoire capable de mesurer de façon fiable les doses libérées. En dépit de résultats internes favorables indiquant que la présence de polonium était deux à trois fois inférieure aux premières estimations[10], la décision fut prise par les avocats de la compagnie de ne pas publier cette information, le risque en termes de relations publiques et de procès étant perçu comme très supérieur aux bénéfices d'une telle annonce[11]. En outre, les diverses tentatives menées par les compagnies pour diminuer la présence du polonium dans les plants se révélaient insatisfaisantes[12],[13],[14]. Communiquer sur ce sujet risquait, selon ces responsables, de "réveiller un géant endormi" en générant une nouvelle controverse[15],[14].

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes

Sources et bibilographie

Notes et références de l'article

  1. a, b et c (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC Press Inc, 2009, 90e éd., Relié, 2804 p. (ISBN 978-1-420-09084-0) 
  2. (en) Beatriz Cordero, Verónica Gómez, Ana E. Platero-Prats, Marc Revés, Jorge Echeverría, Eduard Cremades, Flavia Barragán et Santiago Alvarez, « Covalent radii revisited », dans Dalton Transactions, 2008, p. 2832 - 2838 [lien DOI] 
  3. (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC, 2009, 89e éd., p. 10-203 
  4. CEA — Direction des sciences du vivant Polonium.
  5. Affaire Litvinenko : l’hypothèse du terrorisme nucléaire, article de Claude Rainaudi sur le site maniprop.com dont il est co-responsable avec Jean-Léon Beauvois
  6. (en) J. Marmonstein, « Lung cancer: is the increasing incidence due to radioactive polonium in cigarettes? », 1986
  7. Radford E., "Radioactivity in cigarette smoke [letter to the editor]", N Engl J Med (1982), 307(23):1449–1450
  8. Radford EP Jr, Hunt VR, "Polonium 210: a volatile radioelement in cigarettes", Science (1964) Jan 17;143:247-9"
  9. Kelley TF, "Polonium 210 content of mainstream cigarette smoke", Science (1965) Jul 30;149:537-8
  10. Martell E., "Radioactivity of tobacco trichomes and insoluble cigarette smoke particles", Nature (1974) 249:215–217
  11. Seligman R., Philip Morris. January 18, 1990. Bates no. 100372 5602. R. Seligman, « America’s electric energy companies’ad. ». Consulté le 5 septembre 2008 cité par Monique E. Muggli, Jon O. Ebbert, Channing Robertson, et Richard D. Hurt, « Waking a Sleeping Giant: The Tobacco Industry’s Response to the Polonium-210 Issue », American Journal of Public Health 98(9):1643-1650.. Consulté le 5 septembre 2008
  12. Philip Morris, « Radiochemistry polonium », 15 avril 1977. Consulté le 5 septembre 2008
  13. W. Gannon, « 210Po Manuscript », 30 mai 1978. Consulté le 5 septembre 2008
  14. a et b Monique E. Muggli, Jon O. Ebbert, Channing Robertson, et Richard D. Hurt, « Waking a Sleeping Giant: The Tobacco Industry’s Response to the Polonium-210 Issue », American Journal of Public Health 98(9):1643-1650.. Consulté le 5 septembre 2008
  15. P. Eichorn, « note manuscrite », 2 juin 1978. Consulté le 5 septembre 2008

Liens et documents externes


  s1 s2 g f1 f2 f3 f4 f5 f6 f7 f8 f9 f10 f11 f12 f13 f14 d1 d2 d3 d4 d5 d6 d7 d8 d9 d10 p1 p2 p3 p4 p5 p6
1 H He
2 Li Be B C N O F Ne
3 Na Mg Al Si P S Cl Ar
4 K Ca Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5 Rb Sr Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6 Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7 Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Uut Uuq Uup Uuh Uus Uuo
8 Uue Ubn * Ute Uqn Uqu Uqb Uqt Uqq Uqp Uqh Uqs Uqo Uqe Upn Upu Upb Upt Upq Upp Uph Ups Upo Upe Uhn Uhu Uhb Uht Uhq Uhp Uhh Uhs Uho
   
  g1 g2 g3 g4 g5 g6 g7 g8 g9 g10 g11 g12 g13 g14 g15 g16 g17 g18  
  * Ubu Ubb Ubt Ubq Ubp Ubh Ubs Ubo Ube Utn Utu Utb Utt Utq Utp Uth Uts Uto  


Métalloïdes Non-métaux Halogènes Gaz rares
Métaux alcalins  Métaux alcalino-terreux  Métaux de transition Métaux pauvres
Lanthanides Actinides Superactinides Éléments non classés

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Polonium de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Polonium — (] [cite journal author = Momoshima N., Song L.X., Osaki S.,Maeda Y., title = Biologically induced Po emission from fresh water journal =J Environ Radioact. year = 2002 volume = 63 issue = 2 pages = 187–197 doi =10.1016/S0265 931X(02)00028 0]… …   Wikipedia

  • POLONIUM — Le polonium (symbole Po, numéro atomique 84) est un élément radioactif découvert par Pierre et Marie Curie, en 1898, dans la pechblende de Joachimsthal. Ayant observé que la radioactivité des minerais d’uranium était supérieure à celle que l’on… …   Encyclopédie Universelle

  • Polonium — Po*lo ni*um (p[ o]*l[=o] n[i^]*[u^]m), n. [NL. So named after Poland, in L. form Polonia, one of the discoverers being a Pole.] (Chem.) A radioactive chemical element, discovered by M. and MMe. Curie in pitchblende, and originally called {radium… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Polonĭum — Polonĭum, ein in Pechblende enthaltenes Metall, das aus Wismutpoloniumlösung durch Eintauchen von Wismut als äußerst aktive Schicht (4 mg aus 2000 kg Pechblende) erhalten wird; es ist ähnlich dem Wismut. Vgl. Radioaktivität …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Polonium — Polonĭum, vom Ehepaar Curie 1898 im Uranpecherz aufgefundenes, stark radioaktives chem. Element. Seine Existenz ist neuerdings wieder zweifelhaft geworden …   Kleines Konversations-Lexikon

  • polonium — POLÓNIUM s.n. v. poloniu. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN …   Dicționar Român

  • polonium — Symbol: Po Atomic number: 84 Atomic weight: (210) Rare radioactive metallic element, belongs to group 16 of the periodic table. Over 30 known isotopes exist, the most of all elements. Po 209 has a half life of 103 years. Possible uses in heating… …   Elements of periodic system

  • polonium — radioactive element, discovered 1898 by Marie Curie and her husband and named for her native country, POLAND (Cf. Poland) (Modern Latin Polonia) …   Etymology dictionary

  • polonium — [pə lō′nē əm] n. [ModL: so named (1898) by its co discoverer CURIE Marie, after her native land, Poland (ML Polonia) + IUM] a radioactive, nonmetallic chemical element formed naturally by the disintegration of radium or synthetically by the… …   English World dictionary

  • Polonium — Eigenschaften …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.