Prosélytisme


Prosélytisme

Le terme prosélytisme vient du mot prosélyte, latin ecclésiastique proselytus, du grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu (dans un pays) » ; et dans le Nouveau Testament, ce terme ou cette notion de prosélyte est couramment utilisé pour désigner une personne venue du paganisme, qui se rapproche du monothéisme juif puis chrétien ; le prosélytisme désigne donc l'attitude de ceux qui cherchent à susciter l'adhésion d'un public, susceptible de devenir alors, pour tout ou partie de ce public, des "prosélytes", c'est-à-dire de nouveaux adhérents à leur foi ; par extension, le prosélytisme désigne le zèle déployé en vue de rallier des personnes à une doctrine.

Par l'influence du sens du terme prosélytisme, un glissement s'est produit dans l'usage du terme prosélyte, qui, dans l'usage ordinaire, notamment des médias, désigne désormais autant ou plus un membre ancien qui fait du prosélytisme qu'un nouveau venu dans le groupe.

À l'origine, le terme prosélyte est utilisé dans le Nouveau Testament, voir Matthieu 23, 15 : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte ; et, quand il l'est devenu, vous en faites un fils de la géhenne deux fois plus que vous. » Voir aussi Jean 12, 20 ; Actes 2, 10 au sujet de la Pentecôte : « Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle ? Parthes, Mèdes, Élamites, (…), et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes… » ; Actes 6, 5 ; 13, 43.

Le terme a aujourd'hui une connotation négative dans son utilisation au sein du débat sur les sectes, ou lorsqu'il réfère à des mouvements politiques ou à des activités religieuses.

Sommaire

Origines

Le prosélytisme des origines est lié secondairement à la conversion religieuse, c'est dans cette dernière acception qu'il s'est répandu, grâce au grec de la Septante[réf. nécessaire]. Le terme, en latin, n'a que le sens religieux ; il est un des sens possibles en français. Le dictionnaire historique de la langue française d'Alain Rey signale que le mot a été introduit en français comme antiquité hébraïque, et que dès le XVe siècle, le mot « prosélyte » se dit d'une personne récemment gagnée à une cause. Par extension, ce mot s’applique en dehors du champ de la religion et de la spiritualité pour parler du zèle déployé pour convertir quelqu’un à ses idées.

Controverses et législations

En mai 2008, l'armée américaine en Afghanistan a été contrainte de confisquer et de faire brûler des bibles dans la base de Bagram. L'année suivante, Al Jazeera révéla en effet que l'aumônier militaire en chef, le lieutenant-colonel Gary Hensley, avait alors prôné la conversion de la population et distribuait des bibles en dari et pashtoune envoyées par une église américaine[1],[2],[3],[4].

Le 30 aout 2010, le chef d'État libyen Mouammar Kadhafi distribue des corans lors d'une visite officielle en Italie et déclare que « l'Islam doit devenir la religion de toute l'Europe »[5].

Le prosélytisme peut être illégal lorsqu'un corps du parti civil se sert du prosélytisme (religieux ou politique) en vue de satisfaire ses propres convictions personnelles[6],[7],[8].

Exemple de prosélytisme religieux

Dans une école laïque où un professeur introduit dans l'éducation donnée aux élèves ses propres convictions religieuses[9].

Exemple de prosélytisme politique

Un média ou autre organisme d'information du public censure sans raison objective un parti ou une idée politique, ou encore ternit son image publique et informe à l'excès sur l'activité d'un parti politique[10].

Exemple de prosélytisme éducatif

Lorsqu'un professeur enseigne des convictions religieuses comme des vérités absolues, par exemple le créationnisme, sans exclure pour autant le droit pour l'enseignant de parler librement du créationnisme.

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Philippe Greiner, L' encadrement juridique du prosélytisme en droits grec, français, européen (1950) et en droit canonique catholique romain, 2005, 590 p. (thèse)
  • Philippe Greiner, « Genèse de la laïcité et prohibition du prosélytisme », Transversalités, 108, octobre-décembre 2008, p. 21-37. Transversalités est la revue (de niveau universitaire) de l'Institut catholique de Paris.
  • Philippe Greiner, « Typologie des prosélytismes », Transversalités, 97, 2006 p. 91-126.
  • Philippe Greiner, « Activités d’évangélisation de l’Église catholique et prosélytismes », L’année canonique, t. XLVII, 2005, p.119-144.

Articles connexes

  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Prosélytisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • prosélytisme — [ prɔzelitism ] n. m. • 1721; de prosélyte ♦ Zèle déployé pour répandre la foi, et par ext. pour faire des prosélytes, recruter des adeptes (⇒ apostolat). Faire du prosélytisme. « Je trouve indigne de vouloir que les autres soient de notre avis.… …   Encyclopédie Universelle

  • Proselytisme — Prosélytisme Le prosélytisme (du latin ecclésiastique proselytus, du grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu dans un pays » car les prosélytes prêchaient dans des nouveaux pays (où leur religion n était pas… …   Wikipédia en Français

  • PROSÉLYTISME — s. m. Zèle de faire des prosélytes. Il se prend ordinairement en mauvaise part. La manie du prosélytisme. Cet ouvrage a été conçu dans un esprit de prosélytisme. L ardeur du prosélytisme l entraîne …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PROSÉLYTISME — n. m. Zèle de faire des prosélytes; il se prend le plus souvent en mauvaise part. La manie du prosélytisme. Cet ouvrage a été conçu dans un esprit de prosélytisme. L’ardeur du prosélytisme l’entraîne …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • prosélytisme — (pro zé li ti sm ) s. m. Zèle de faire des prosélytes. •   Cet esprit de prosélytisme que les Juifs ont pris des Égyptiens, et qui d eux est passé, comme une maladie épidémique et populaire, aux mahométans et aux chrétiens, MONTESQ. Lett. pers.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Prosélytisme chrétien — Prosélytisme Le prosélytisme (du latin ecclésiastique proselytus, du grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu dans un pays » car les prosélytes prêchaient dans des nouveaux pays (où leur religion n était pas… …   Wikipédia en Français

  • Prosélytisme islamique — Prosélytisme Le prosélytisme (du latin ecclésiastique proselytus, du grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu dans un pays » car les prosélytes prêchaient dans des nouveaux pays (où leur religion n était pas… …   Wikipédia en Français

  • Prosélytisme musulman — Prosélytisme Le prosélytisme (du latin ecclésiastique proselytus, du grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu dans un pays » car les prosélytes prêchaient dans des nouveaux pays (où leur religion n était pas… …   Wikipédia en Français

  • Prosélytisme religieux — Prosélytisme Le prosélytisme (du latin ecclésiastique proselytus, du grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu dans un pays » car les prosélytes prêchaient dans des nouveaux pays (où leur religion n était pas… …   Wikipédia en Français

  • Prosélytisme évangélique — Prosélytisme Le prosélytisme (du latin ecclésiastique proselytus, du grec προσήλυτος prosêlutos, « nouveau venu dans un pays » car les prosélytes prêchaient dans des nouveaux pays (où leur religion n était pas… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.