Protectorat francais en Tunisie


Protectorat francais en Tunisie

Protectorat français en Tunisie

Le protectorat français en Tunisie (الحماية الفرنسية في تونس) est institué par le traité du Bardo du 12 mai 1881. Transformant les structures politiques, économiques et sociales du pays, il est finalement aboli le 20 mars 1956 au terme de négociations constituant l'aboutissement du mouvement national tunisien.

Sommaire

Établissement

Contexte

Carte de la Régence de Tunis en 1843

Traités

Le 12 mai 1881, le protectorat est officialisé par la signature du traité du Bardo. Par ce texte, la France contraint le bey de Tunis à abandonner la quasi-totalité de ses pouvoirs au résident général de France en Tunisie qui représente désormais à Tunis les intérêts de la France. Il prive l'État tunisien du droit de légation actif en chargeant « les agents diplomatiques et consulaires de la France en pays étrangers [...] de la protection des intérêts tunisiens et des nationaux de la Régence ». Quant au bey, il ne peut plus conclure aucun acte à caractère international sans en avoir auparavant informé l'État français et sans avoir sa permission. Toutefois, l'article 6 du décret du 9 juin 1881 lui permet de prendre une part directe à la conclusion des actes internationaux.

Deux ans plus tard, les conventions de la Marsa, conclues le 5 juin 1883, vident le traité de son contenu et empiètent sur la souveraineté interne de la Tunisie en engageant le bey à « procéder aux réformes administratives, judiciaires et financières que le gouvernement français jugera utiles » et de ne « contracter, à l'avenir, aucun emprunt pour le compte de la Régence sans l'autorisation du gouvernement français »[1].

Campagnes militaires

Une résistance populaire s'organise rapidement. Les tribus du centre et du sud du pays mènent des insurrections et soulèvent la population contre le bey, considéré comme traître et collaborateur avec l'occupant. C'est d'ailleurs le prétexte qui pousse la France à envoyer un corps expéditionnaire dans le but officiel de protéger le bey et d'obliger les tribus à se rendre. Cela engendre, dès le mois de juillet 1881, des combats acharnés à travers le pays qui durent plus de six mois.

Réactions extérieures

Les puissances européennes réagissent différemment selon leurs intérêts : le Royaume-Uni s'empresse d'occuper à son tour l'Égypte. D'ailleurs, les deux conquêtes sont simultanées et les conséquences qu'elles engendrent sont quasiment les mêmes.

Quant à l'Italie, elle réagit vivement dès qu'elle apprend la nouvelle de l'occupation française en Tunisie. Le président du Conseil, Benedetto Cairoli, est renversé par le parlement qui l'accuse de capitulation car il considère que, par son intervention en Tunisie, la France a violé les droits de l'Italie. Celle-ci se prévaut en effet de la situation privilégiée qu'ont ses ressortissants en vertu du traité tuniso-italien signé le 8 septembre 1868, pour une durée de 28 ans, afin de régler le régime des capitulations[2]. Cela suscite une vague d'immigration italienne vers la Tunisie qui cause de sérieuses difficultés à la France.

Les choses rentrent cependant petit à petit dans l'ordre pour la France. Les Italiens ayant immigré en Tunisie vont opter plus tard pour la nationalité française afin de bénéficier des mêmes avantages que les ressortissants français.

Fonctionnement

Pouvoir politique et administratif

Avec l'instauration du protectorat, le bey perd tous ses pouvoirs. Le diplomate français et premier résident général de France, Paul Cambon, affirme en 1882 qu'il veut « constituer peu à peu un ministère du bey avec des Français et gouverner au nom du bey la Tunisie du haut en bas ». Le « haut » est constitué du résident général accompagné de ses directeurs (pour gouverner) et du secrétaire général (pour administrer). Le « bas » est constitué des contrôleurs civils qui bénéficient d'une relative liberté puisqu'il n'existe pas de recours en cas d'excès de pouvoir de leur part.

Pouvoir judiciaire

Pouvoir économique et social

Modernisation du pays

Infrastructures

Éducation et culture

Mouvement national

Article détaillé : Mouvement national tunisien.

Notes et références

  1. Charles-André Julien, L'Afrique du Nord en marche, pp. 48 et 52
  2. Cet accord international garantit à la Tunisie les droits, privilèges et immunités consentis aux divers États de la péninsule italienne (avant son unification). Les Italiens conservent leur nationalité d'origine et ne relèvent que de la juridiction consulaire en matière civile, commerciale et judiciaire, mais non en matière immobilière, où, néanmoins, est réservée au consul l'application des sentences prononcées par les tribunaux beylicaux. L'égalité civile leur assure la liberté de commerce et un véritable privilège d'exterritorialité pour leurs établissements. En matière de pêche et de navigation, ils bénéficient du même traitement que les Tunisiens. Enfin, le bey ne peut modifier les droits de douane sans consultation préalable du gouvernement italien. Pour plus de détails sur les capitulations, voir ici.

Bibliographie

  • Juliette Bessis, La Méditerranée fasciste. L'Italie mussolinienne et la Tunisie, éd. Karthala, Paris, 1981
  • Paul d'Estournelles de Constant, La conquête de la Tunisie. Récit contemporain couronné par l'Académie française, éd. Sfar, Paris, 2002
  • Geneviève Goussaud-Falgas, Français de Tunisie. Les dernières années du protectorat, éd. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2004
  • Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, éd. Presses universitaires de France, Paris, 1959
  • Jean-François Martin, Histoire de la Tunisie contemporaine. De Ferry à Bourguiba. 1881-1956, éd. L'Harmattan, Paris, 2003
  • Louis Périllier, La conquête de l'indépendance tunisienne. Souvenirs et témoignages, éd. Robert Laffont, Paris, 1979

Liens externes

  • Portail de la Tunisie Portail de la Tunisie
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Protectorat fran%C3%A7ais en Tunisie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Protectorat francais en Tunisie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Protectorat français de Tunisie — الحماية الفرنسية في تونس (ar) 1881 – 1956 Drapeau parfois utilisé durant le protectorat Informations générales …   Wikipédia en Français

  • Protectorat français en Tunisie — Le protectorat français en Tunisie (الحماية الفرنسية في تونس) est institué par le traité du Bardo du 12 mai 1881. Transformant les structures politiques, économiques et sociales du pays, il est finalement aboli le 20 mars 1956 au terme de… …   Wikipédia en Français

  • Protectorat français en tunisie — Le protectorat français en Tunisie (الحماية الفرنسية في تونس) est institué par le traité du Bardo du 12 mai 1881. Transformant les structures politiques, économiques et sociales du pays, il est finalement aboli le 20 mars 1956 au terme de… …   Wikipédia en Français

  • Protectorat français du Maroc — 1912 – 1956 Drapeau …   Wikipédia en Français

  • Protectorat français du Cambodge — Protectorat du Cambodge កម្ពុជាសម័យអាណានិគម 1863 – 1953 Drapeau …   Wikipédia en Français

  • Protectorat français du Laos — Protectorat du Laos 1893 – 1954 Drapeau …   Wikipédia en Français

  • Rassemblement français de Tunisie — Le Rassemblement français de Tunisie (RFT) est un parti politique de la communauté française de Tunisie pendant l époque du protectorat français. Sommaire 1 Histoire 1.1 Fondation et premiers succès électoraux 1.2 Oppositi …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Juifs en Tunisie sous le protectorat français — L histoire des Juifs en Tunisie sous le protectorat français s étend de l instauration du protectorat français de Tunisie le 12 mai 1881 à la proclamation de l indépendance du pays le 20 mars 1956. Durant cette période, la situation économique,… …   Wikipédia en Français

  • Tunisie des Beys — Tunisie beylicale Vue de la bataille de Tunis de 1574 (en haut) et vue de Tunis depuis La Goulette au XVIIe siècle (en bas) La Tunisie beylicale d …   Wikipédia en Français

  • Tunisie depuis 1956 — Sommaire 1 De la monarchie à la république 1.1 Circonstances de la naissance de la république 1.2 Causes de la proclamation de la république …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.