Roaming


Roaming

L’itinérance ou Roaming (anglicisme), et le Handover sont les deux caractéristiques fondamentales de la norme de réseau mobile GSM.

Tel qu'il est défini par les normes relatives au GSM ou au CDMA (normes ETSI, 3GPP, 3GPP2) dans les réseaux mobiles, le roaming – ou itinérance en français – décrit la faculté de pouvoir appeler ou être appelé quelle que soit sa position géographique.

Sommaire

Généralités

En pratique, le roaming désigne plus généralement la capacité des clients à accéder à leurs services de téléphonie mobile (voix ou données) depuis des réseaux visités, ou, dit plus simplement, à partir d’un réseau ou pays étranger.

Cette faculté est possible du fait que le réseau mobile GSM conserve à chaque instant une information sur la zone de localisation de l’abonné mobile.

Par abus de langage, le terme Roaming désigne aujourd’hui le Roaming international (voir ci-dessous).

Pour un réseau de type Wi-Fi, ce terme est utilisé pour évoquer le fait d’un changement de cellule ou de réseau (niveau 2 ou 3) tout en restant en communication (voix ou données). Dans ce cas il s’agit en fait plus d’un Handover que d’un roaming.

Plusieurs notions et types de Roaming

Plusieurs niveaux de Roaming sont possibles.

Le Roaming régional

L’abonné a le droit de roamer uniquement sur une région donnée, par exemple, la Gironde ou la région Midi-Pyrénées.

Dans les premiers temps du réseau GSM, certains opérateurs mobiles auraient prévu de proposer des offres restreintes à une région. Avec le succès du GSM et la baisse des coûts du mobile, ce type d’offre a disparu.

Quoique dans les pays de grande extension géographique et constitués de plusieurs États (USA, Russie, Inde, Chine, etc.), ce genre de Roaming peut exister mais est à la limite de la notion entre Roaming Régional et Roaming National.

Le Roaming national

En français, le « Roaming National » peut se traduire par « Itinérance Nationale ». L’abonné peut roamer ou se localiser d’un opérateur mobile à un autre dans un même pays.

Le « Roaming National » n’est pas très répandu en France. Toutefois, l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a imposé aux trois opérateurs français de s’associer pour couvrir des zones mal couvertes qu’on nomme « Zones Blanches ». Ces dernières constituent l’unique cas de « Roaming National » en France. Concrètement, le roaming national dans les zones blanches permet à des abonnés Orange France d’utiliser le réseau SFR là où Orange France n’offre pas de couverture ou vice et versa.

Un autre cas de roaming national existe dans le cadre des communications métropole-DOM. Un client d’un opérateur mobile qui utilise son téléphone en Martinique, par exemple, sera accueilli sur le réseau d’un opérateur local, car les opérateurs métropolitains n’ont pas de réseau là-bas (même si parfois l’opérateur local s’avère être une filiale). Les accords de roaming national entre les opérateurs métropolitains et d’outremer qui permettent ce genre d’itinérance sont conclus librement et ne résultent pas d’une obligation réglementaire (à ceci près que les tarifs facturés sont depuis le 17 décembre 2007 soumis aux mêmes price caps (prix plafond) que ceux appliqués à l’itinérance internationale par le Règlement de juin 2007 du Parlement et du Conseil européens).

Une autre exception profite aux opérateurs 3G ayant une licence UMTS (opérateurs 3G) n’ayant pas de licence d’opérateur GSM. Dans ce cas, pour des raisons de compétition loyale imposée par le régulateur national, un accord de Roaming National limité géographiquement et dans le temps est trouvé entre l’opérateur 3G et un des opérateurs GSM du pays. Typiquement, ce fut le cas pour les filiales Hutchinson 3G au Royaume-Uni (« 3 » : Three-UK) et en Italie (« 3 » : Tre-Italia). Cela sera également le cas en France pour l'opérateur Free qui a acquis la quatrième licence UMTS.

Le Roaming international

L’abonné peut aller roamer sur un opérateur d’un pays étranger.

Bien qu’inexact, il est devenu d’usage courant de réduire le terme « Roaming » au roaming international.

Pour permettre aux abonnés d’un opérateur mobile de passer en toute transparence d’un réseau de communication sans fil à un autre, les deux opérateurs mobiles passent un accord à plusieurs niveaux :

  • contractuel,
  • commercial,
  • financier,
  • technique,
  • etc.

Tous les opérateurs téléphoniques mobiles passent des accords de ce type d’un pays à l’autre pour permettre à leurs clients d’être en continuité de service où qu’ils se trouvent. L’accord est toujours bilatéral pour permettre aux abonnés de chaque opérateur d’aller roamer sur le réseau de l’autre opérateur.

L’accord bilatéral est alors séparable en 2 parties, roaming in et roaming out.

  • Roaming In ou Inbound Roaming :

L’opérateur A accueille les abonnés de l’opérateur B.

Le roaming in consiste pour un opérateur donné à facturer les autres opérateurs pour lesquels les abonnés auraient utilisé son réseau (exemple pour l’opérateur français : un abonné allemand visitant la France et utilisant son téléphone mobile).

  • Roaming Out ou Outbound Roaming :

Les abonnés de l’opérateur A sont accueillis par l’opérateur B.

Le roaming out consiste pour un opérateur donné à recevoir des justificatifs de communication et à facturer ses abonnés en conséquence (exemple pour l’opérateur français : un abonné français qui utiliserait son téléphone mobile en Allemagne).

Réglementation et tarifs au sein de l'Union européenne

Ce service était historiquement très cher pour les consommateurs finaux. Pour mettre fin à l'opacité des tarifs et aux ententes entre opérateurs pour maintenir des prix élevés au détriment du consommateur, l'Union européenne a décidé d'en réglementer le prix.

La législation européenne sur les frais d'itinérance se compose de deux règlements :

Appels vocaux

Le règlement du 30 septembre 2007 plafonne le prix des appels vocaux passés d'un pays à l'autre de l'Union à 0,49 €/min pour les appels sortants, et 0,24 €/min pour les appels entrants (hors TVA)[3]. Dès la fin de l'année 2007, les frais d'itinérance sont réduits de 60% en moyenne pour tous les consommateurs européens[4].

Le règlement du 8 juin 2009 poursuit ces avancées : il prévoit un abaissement progressif des plafonds des tarifs d'itinérance pour les appels vocaux passés à l'étranger.

Il introduit également l'obligation pour les opérateurs téléphoniques de facturer à la seconde les appels passés en itinérance après les 30 premières secondes, et dès la première seconde pour les appels reçus à l'étranger. En outre, depuis juillet 2010, l'accès aux messageries vocales depuis un autre Etat membre de l'Union européenne doit être gratuit.[réf. nécessaire]


Prix maximum par minute d'un appel vocal effectué
entre deux Etats membres de l'Union européenne
Appel sortant Appel entrant Entrant, plus bas
Septembre 2007 49 c 24 c
Juillet 2008 46 c 22 c
Juillet 2009 43 c 19 c
Juillet 2010 39 c 15 c 3 c AT
Juillet 2011 35 c 11 c 2 c AT

Autriche

À partir de 2009 l'itinérance est symétrique et diminue tous les 6 mois de 0,5 ct/min. Commencé à 4,5 ct/min, le prix sera de 2,01 ct/min mi-2011[5].

Allemagne

Le Bundesnetzagentur a fixé le prix à 3,4 ct/min effective début 2010, mais ce prix n'est pas encore symétrique[6].

Suisse

L'itinérance coute deux ou trois fois plus chère que dans les pays voisins, Allemagne et Autriche. Les prix ne sont pas encore symétriques, et à partir du 1er janvier 2011 sont de 8,75 rp/min pour terminer dans le réseau Sunrise de Orange, et 7 rp/min pour terminer dans Swisscom[7].

SMS

En 2008, la Commission européenne prend acte de la mauvaise volonté des opérateurs de téléphonie mobile à faire jouer la concurrence : le prix des SMS en itinérance dans l'Union européenne est dix fois supérieur à ceux envoyés dans le cadre d'un réseau national[8].

Le règlement du 8 juin 2009 vise à mettre fin à cette situation. Les tarifs d'itinérance sont plafonnés à 0,11 € pour l'envoi d'un SMS d'un Etat membre à l'autre (hors TVA). Le règlement interdit également aux opérateurs de facturer la réception d'un SMS reçu de l'étranger. Il entre en vigueur dès le 1er juillet 2009[9].

Données téléchargées

Le règlement du 8 juin 2009 concerne également les tarifs des données téléchargées à partir d'un téléphone mobile, dont les prix pouvaient auparavant, en l'absence de toute régulation, atteindre 5 voire 6 euros par mégaoctet.

L'Union européenne limite le prix des données téléchargées en itinérance à 1 000 € par gigaoctet dans les 27 États membres. Ce plafond est ensuite abaissé à 800 € par gigaoctet en 2010 et 500 € par gigaoctet en 2011. Comparé à des tarifs locaux les plus bas, pour le moment offert en Autriche de 1 euro par gigaoctet, les 800 euros sont assez élevés pour provoquer des alertes des politiciens, et aussi un règlement dans le loi. À partir de 80% du maximum mensuel de 50 euros, une alerte doit être envoyée vers le client, et s'il ne dit rien, la connexion sera coupée[10],[11],[12]. À partir de l'été 2011, les règlements et même les buts des règlements se sont éloignés de la réalité, comme les premières sociétés en Allemagne et en Autriche, qui offrent des tarifs de 80 à 200 EUR par GB[13],[14].

Prix maximum des données téléchargées à partir d'un téléphone mobile entre deux États membres de l'Union européenne
Prix maximum par gigaoctet Prix local par gigaoctet
Juillet 2009 1 000 € ?
Juillet 2010 800 € 1 €
Juillet 2011 500 € 1 € AT

Références

  1. [PDF] Journal officiel de l'Union européenne
  2. [PDF] Journal officiel de l'Union européenne
  3. Communiqué de la Commission européenne
  4. Communiqué de presse de la Commission européenne
  5. Mobilterminierungsentgelte ab 1. 7. 2009
  6. heise online: Telekom prüft Klage gegen gesenkte Terminierungsentgelte vom 5. Dezember 2010
  7. [PDF] Mobilfunkterminierungsgebühren sinken auf das europäische Niveau Medienmitteilung vom 9. September 2010 (PDF)
  8. Communiqué de presse de la Commission européenne
  9. Communiqué de presse de la Commission européenne
  10. iPad-Tarife: Surfen ab fünf Euro
  11. [PDF] Pressemitteilung: Tarife für Mobilfunkgespräche im EU-Ausland zum 1. Juli 2010 erneut abgesenkt. Bundesnetzagentur, 30. Juni 2010.
  12. Rübig sieht Tarif-"Schockwelle" bei Daten-Roaming
  13. Die erste EU-weite Daten-Roaming-Flatrate, 2011-02-15.
  14. A1 senkt Roaming-Tarife, 2011-06-09.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Roaming de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Roaming — es un concepto utilizado en comunicaciones wireless que está relacionado con la capacidad de un dispositivo para moverse de una zona de cobertura a otra. Es una palabra de procedencia inglesa que significa vagar o vagabundear. El concepto de… …   Enciclopedia Universal

  • roaming — ROAMING, roaminguri, s.n. Serviciu oferit de companiile de telefonie mobilă, care permite clienţilor să folosească telefonul celular în timp ce călătoresc în afara spaţiului de acoperire al reţelei naţionale. [pr.: rắuming] – Din engl. roaming.… …   Dicționar Român

  • roaming — index discursive (digressive), moving (in motion), shifting, transient, vagrancy Burton s Legal Thesau …   Law dictionary

  • roaming — UK US /ˈrəʊmɪŋ/ adjective [before noun] IT, COMMUNICATIONS ► used to describe a mobile phone service that you can connect to when it is not possible to connect to the one that you normally use, for example if you are in another country: »Mobile… …   Financial and business terms

  • roaming — [rōm′iŋ] n. a customer s use of a cellular phone outside the region served by his or her carrier * * * …   Universalium

  • roaming — (izg. rȏuming) m <indekl.> DEFINICIJA tehn. dostupnost mobilnog telefona u drugim mobilnim mrežama pod istim telefonskim brojem ETIMOLOGIJA engl …   Hrvatski jezični portal

  • roaming — [rōm′iŋ] n. a customer s use of a cellular phone outside the region served by his or her carrier …   English World dictionary

  • Roaming — In wireless telecommunications, roaming is a general term referring to the extension of connectivity service in a location that is different from the home location where the service was registered. Roaming ensures that the wireless device is kept …   Wikipedia

  • Roaming — Der Begriff Roaming (engl. herumwandern, streunen, herumstreifen) oder Durchleitung stammt ursprünglich aus dem Bereich des GSM Funknetzes. Herkömmliches GSM Roaming ist[1] die Fähigkeit eines Mobilfunknetz Teilnehmers, in einem anderen, fremden… …   Deutsch Wikipedia

  • Roaming — Roa|ming [ roʊmɪŋ ], das; s [engl. roaming = wandernd, zu: to roam = umherstreifen, wandern] (Telefonie): vom Standort unabhängiges Telefonieren in einem Mobilfunknetz, was die ständige Erreichbarkeit auch aus weiter Ferne u. im Ausland… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.