Rugendas


Rugendas

Johann Moritz Rugendas

Rugendas

Johann Moritz Rugendas (Augsburg, 29 mars 1802 — Weilheim an der Teck, 29 mai 1858), peintre allemand, descendant d'une famille d'artistes. Il dessina dès son jeune âge et étudia auprès de son père Johann Lorenz Rugendas, puis de Albrecht Adam à Munich. Il voyagea au Brésil de mars 1822 à août 1825, d'abord comme dessinateur de l'expédition Langsdorff, puis à son propre compte. Revenu en Europe, il publia Malerische Reise in Brasilien -- Voyage pittoresque au Brésil, un album de 100 planches lithographiques accompagné de texte chez Engelmann à Paris. En 1829 il voyagea en Italie où il perfectionna sa peinture. Appuyé par Alexander Humboldt, il prépara ensuite un voyage dans l'Amérique latine. Il voyagea de 1831 à 1847, d'abord au Mexique, puis surtout au Chili, avec des voyages au Pérou et en Argentine. Pendant tous ces voyages, il peignit des paysages, les notabilités des pays récemment indépendants, le peuple et ses coutumes. De retour en Europe, il vendit ses collections au roi de Bavière contre une pension et poursuivi sa carrière avant de mourir; mais on se souvient plus de son œuvre d'Amérique latine.

Sommaire

Premier voyage au Brésil

Rugendas arrive au Brésil le 16 mars 1822 en tant que dessinateur de la mission scientifique du baron Georg Heinrich von Langsdorff, et parcourt les provinces de Rio de Janeiro, du Minas Gerais, de Bahia; et, d'après les dessins qu'il a publié ensuite, aussi celle du Pernambouc, bien que l'on ne connaisse pas les détails de ses voyages. Il dessine des paysage, avec un grand soin de la représentation des espèces végétales et de la faune; mais la partie de son œuvre la plus intéressante aujourd'hui concerne les habitants du pays. Influencé par la philosophie de Herder, il recherche la vérité du Brésil dans le peuple et dans les intérieurs éloignés de la civilisation cosmopolite des grandes villes. Comme tous les voyageurs de l'époque, il s'intéresse aux peuples indigènes, particulièrement quand il est au service de Langsdorff, mais à la différence des autres, il dessine aussi les noirs (désignés comme marron, nègres, africains ou créoles à l'époque et qui, réduits à l'esclavage, composent une part importante de la population du Brésil).

Après avoir parcouru le pays, il s'embarque pour la France en août 1825.
Il s'y fait connaître du naturaliste Alexander von Humboldt qui l'appuie et l'encourage à publier et à entreprendre un nouveau voyage.

Grand voyage en Amérique latine

En 1831, il embarque à son propre compte pour un autre voyage sur le continent américain. Il reste peu à Haïti, passe au Mexique où il se trouve pris dans les rivalités politiques, et se retrouve même quelque temps en prison.

Il visite le Guatemala et passe ensuite au Chili, où il arrive en 1834. Il y résidera principalement jusqu'en 1846, en partant pour des excursions au Pérou et dans la pampa d'Argentine. Il dessine et peint les gens des villes et des campagnes, les héros et les batailles des Indépendances, et les diverses nations américaines, notamment les Araucaniens.

En 1839, il publie dix planches d'Amérique du Sud dans l'Atlas de Gay.

Pendant son expédition en Argentine, son cheval est foudroyé, et ses compagnons ramènent Rugendas, gravement blessé, au Chili. Il lui faudra longtemps pour se rétablir, et il en portera toujours ensuite les séquelles.

Dernières années

Revenu en Europe, Rugendas échange ses cartons à dessins contre une pension du roi de Bavière et reprend son activité de peintre. Il reçoit la commande d'une Arrivée de Christophe Colomb en Amérique, grand tableau qui reçoit un accueil plutôt négatif. Il enseigne le dessin et la peinture, épouse une de ses élèves, et meurt d'une crise cardiaque le 29 mai 1858.

Œuvres -- critique

Tout en voyageant à travers l'Amérique, Rugendas a expédié des ouvrages en Europe où il avait, comme artiste voyageur, un certain prestige; mais il était loin d'entretenir les contacts sociaux si nécessaires à la réputation d'un maître à qui l'État ou l'Église confient de grandes réalisations. Pour cette raison, ou parce qu'il n'avait pas eu l'occasion de suffisamment se perfectionner en travaillant pour les États d'Amérique du Sud, où il n'avait guère de concurrents, ou encore pour avoir acquis, avec les Sud-Américains, un goût pour les couleurs vives et une manière ample qui ne correspondait pas à l'esthétique dominante en Europe, sa production des dix années entre son retour et sa mort est largement oubliée. Pourtant, le peu qui en est connu pourrait pousser à une réévaluation de son art.

Œuvres

Commons-logo.svg

  • Portail de la peinture Portail de la peinture
Ce document provient de « Johann Moritz Rugendas ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rugendas de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rugendas — war der Name einer Künstlerfamilie in Augsburg. Als Gründervater der Familie gilt Georg Philipp Rugendas der Ältere (1666–1772), Maler und Kupferstecher. Seine bedeutende Nachkommen waren: Anna Katharina Rugendas (1699–1747), Zeichnerin Georg… …   Deutsch Wikipedia

  • Rugendas — Rugendas, 1) Georg Philipp, geb. 1666 in Augsburg, Sohn eines Uhrmachers, kam erst bei einem Kupferstecher, dann bei dem Maler Jesaias Fischer in die Lehre. Doch bald hemmte ihn ein Fistelübel an der rechten Hand in der Arbeit, u. er arbeitete… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Rugendas — Rugendas, 1) Georg Philipp, Maler, geb. 27. Nov. 1666 in Augsburg, gest. daselbst 10. Mai 1742, kam zu einem Kupferstecher in die Lehre, bildete sich dann vornehmlich unter dem Einfluß der Werke von Bourguignon und auf einer Reise nach Venedig… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Rugendas — Rugendas, Georg Phil., Schlachtenmaler und Radierer, geb. 27. Nov. 1666 zu Augsburg, gest. das. 10. Aug. 1742 als Direktor der Zeichenakademie. – Sein Urenkel Joh. Lorenz R., geb. 1775, gest. 19. Dez. 1826, ebenfalls Schlachtenmaler. – Dessen… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Rugendas — Rugendas, Georg Philipp, berühmter Schlachtenmaler, geb. 1666 zu Augsburg, gest. 1742; außer Gemälden hat man auch sehr viele Zeichnungen und Radirungen von ihm. Seine 3 Söhne: Georg Phil., Christian u. Jerem. Gottlob sind als Kupferstecher… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Rugendas — Rugẹndas,   Johann Moritz, Maler und Zeichner, * Augsburg 29. 3. 1802, ✝ Weilheim an der Teck 29. 5. 1858; ausgebildet in München bei L. Quaglio II und A. Adam. Rugendas wurde bekannt durch seine Reisestudien aus Südamerika (1821 25 und 1831… …   Universal-Lexikon

  • Rugendas Hotel Boutique Premium — (Сантьяго,Чили) Категория отеля: 4 звездочный отель Адрес: Callao 3123 …   Каталог отелей

  • Johann Moritz Rugendas — Rugendas Johann Moritz Rugendas (Augsburg, 29 mars 1802 Weilheim an der Teck, 29 mai 1858), peintre allemand, descendant d une famille d artistes. Il dessina dès son jeune âge et étudia auprès de son père Johann Lorenz… …   Wikipédia en Français

  • Georg Philipp Rugendas — Ölgemälde Kriegslager Georg Philipp Rugendas (* 27. November 1666 in Augsburg; † 10. August 1742 ebenda) war ein deutscher Maler und Kupferstecher aus Augsburg. Er ist der Gründervater der bedeutenden Künstlerfamilie des 18. und 19. Jah …   Deutsch Wikipedia

  • Johann Moritz Rugendas — Moritz Rugendas, Talbotypie vor 1852 Johann Moritz Rugendas (* 29. März 1802 in Augsburg; † 29. Mai 1858 in Weilheim an der Teck in Württemberg) ist ein aus Augsburg stammender Künstler des 19. Jahrhunderts und ein Abkömmling der bedeutenden… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.