Servius Tullius


Servius Tullius
Servius Tullius
Servius Tullius by Frans Huys.jpg
Servius Tullius, gravure du XVIe siècle de Frans Huys

Titre
6e roi de Rome
Prédécesseur Tarquin l'Ancien
Successeur Tarquin le Superbe
Biographie
Dynastie Étrusque
Date de décès 535 av. J.-C. (Rome)
Conjoint Tarquinia

Louve capitoline
Liste des rois de Rome
Série Rome antique

Servius Tullius est le sixième roi légendaire (et parmi eux le deuxième des rois étrusques) de la Rome antique[1].

Sommaire

Histoire

Il semble établi qu'au VIe siècle av. J.‑C., un certain nombre de rois ou magistri d'origine étrusque ou latine se soient intercalés entre les règnes de la dynastie tarquinienne, et que la tradition latine a désigné sous le nom générique de Servius Tullius. Leurs politiques furent inspirées par Solon et les tyrans de Milet et d'Athènes, en particulier Pisistrate[2].

Selon les historiens latins[3], Servius accède à la royauté à la suite de l'assassinat de Tarquin l'Ancien, dont il avait épousé la fille. C'est le premier souverain à accéder au pouvoir sans consultation populaire (-579).

Après des campagnes militaires contre Véies et les Étrusques, il améliora l'organisation administrative et politique de l'Urbs. Il instaura le cens, répartit la population en classes (réforme servienne) selon la fortune, et accomplit des travaux publics de grande importance.
La monnaie n'arrivant à Rome qu'au cours du IIIe siècle av. J.‑C., la répartition de la population romaine n'a pas pu se faire directement à partir de données financières. En réalité, le cens servilien se basait sur des données agricoles, combinant jugères (c'est-à-dire parcelles de terrain) et têtes de bétail. Il recensa la population romaine (quatre-vingt mille citoyens en âge de porter les armes, selon Quintus Fabius Pictor). Servius réforma l'armée et modifia les impôts en divisant la ville en quatre régions qui furent confondus avec des tribus urbaines [4] : regio Suburana, regio Esquillina, regio Collina et regio Palatina. Tite-Live joue ici sur les mots « tribus » et « tribut » (l'impôt) dans son explication. Mais Servius transforma ainsi la « constitution » romaine de façon radicale : le vote cessait d'être individuel et dépendait du cens : le pouvoir allait désormais appartenir totalement aux plus riches.

Il déplaça le pomœrium et augmenta la superficie de la Ville, renfermant dans une nouvelle enceinte (dite Mur servien) le Quirinal, le Viminal et aménagea l'Esquilin où il choisit de résider pour améliorer le prestige du quartier.

À la longue, Servius exerça un pouvoir de plus en plus autoritaire et démagogique, favorisant les plus démunis aux dépens des plus aisés afin d'obtenir les faveurs de la plèbe, ce qui suscita une certaine opposition.

Il mourut tragiquement (-535), victime d'un complot organisé par sa propre fille et par son gendre, Tarquin le Superbe, le fils de Tarquin l'Ancien.

Réforme servienne

La « réforme servienne », attribuée anachroniquement à Servius Tullius, et attestée à la fin du IVe ou au du début du IIIe siècle av. J.‑C., propose une répartition des citoyens en cinq classes, selon leur fortune (le cens). Ces cinq classes sont divisées en centuries et en deux groupes d'âge (juniores et seniores). Les juniores (de 17 à 45 ans) devant servir dans l'armée active, et les seniores (de 46 à 60 ans) dans la réserve.

Classes Centuries Juniores Seniores Cens (as minimum)
Classe équestre 18 (équestres) 12 6 1 million d'as
Première classe 80 (pédestres) 40 40 100 000
Deuxième classe 20 (pédestres) 10 10 75 000
Troisième classe 20 (pédestres) 10 10 50 000
Quatrième classe 20 (pédestres) 10 10 25 000
Cinquième classe 30 (pédestres) 15 15 11 000

A cela s'ajoute 5 centuries hors classes : 2 centuries d'ouvriers du génie, 2 centuries de sonneurs de trompettes, 1 centurie de métiers infâmants et de capite censi (regroupés en une seule centurie). Le nombre de centuries s'élèvent donc à 193. Les capite censi (qui n'ont que leur tête), dont le cens était inférieur à 11 000 as, étaient exclus du service militaire, tout comme les esclaves et les orphelins.

Cependant, cette organisation censitaire décrite par les auteurs antiques du Ier siècle av. J.‑C. est anachronique, et date plutôt de la fin du IVe ou du début du IIIe siècle av. J.‑C., à l'époque des guerres samnites. La réforme initiale sous la monarchie ne comporte tout au plus que deux catégories, ceux étant capables de financer leurs équipements et les autres.

Cette répartition des citoyens avait un impact considérable dans l'organisation politique de la cité. En effet, la centurie était une unité militaire mais également une unité de vote. Puisqu'il fallait la majorité des voix, il est évident que les 18 centuries équestres et les 80 unités de la première classe suffisaient pour valider une loi. De fait, les quatre dernières classes n'étaient jamais consultées (la consultation se faisaient en commençant par la classe la plus riche jusqu'à la cinquième). Les comices centuriates étaient donc dominées par les citoyens les plus riches de la cité.

Mastarna dans la légende étrusque

Claude, dans un discours devant le Sénat, a fait allusion aux « aventures » de Mastarna (qu'il assimile à Servius Tullius).

Claude a fait valoir que Mastarna a quitté l'Étrurie avec les restes de l'armée de Cælius Vibenna[5] et a occupé la colline Cælius, la nommant par la suite Vibenna[6].

« Fils de l’esclave Ocrésia, si nous en croyons nos historiens, Servius Tullius prit place sur le trône entre ce prince et son fils ou son petit-fils, car les auteurs varient sur ce point. Si nous suivons les Toscans, il fut le compagnon de Cælius Vivenna, dont il partagea toujours le sort. Chassé par les vicissitudes de la fortune avec les restes de l’armée de Cælius, Servius sortit de l’Etrurie et vint occuper le mont Cælius, auquel il donna ce nom en souvenir de son ancien chef ; lui-même changea son nom, car en étrusque, il s’appelait Mastarna et prit le nom que j’ai déjà prononcé, de Servius Tullius, et il obtint la royauté pour le plus grand bien de la République »

— Claude, Table claudienne, première colonne

La Tombe François à Vulci contenait une scène montrant Cælius et Aulus Vibenna prenant part à l'une de ces aventures.

La scène semble montrer Cælius, Aulus Vibenna et Mastarna avec des compagnons nommés « Larth Ulthes », « Rasce » et « Marce Camitlnas ». Ces images montrent l'exécution des ennemis dont les noms « Laris Papathnas Velznach », « PESNA Arcmsnas Sveamach », « Venthical » [...] « plsachs » et « Cneve Tarchunies Rumach » (assimilé à « Gnaeus Tarquin de Rome »).

Scène de la Libération de Celio Vibenna, à l'origine dans la Tombe François, Vulci.

Il semble que le groupe avait fait prisonnier Cælius, Aulus, Rasce et Marce, mais pendant leur sommeil, Larth Ulthes s'est introduit dans leur camp, armé d'épées qu'il a donné à ses compagnons.

Les prisonniers sont représentés en train de tuer leurs ravisseurs. Mastarna est montré libérant Cælius Vibenna[7].

Selon Massimo Pallottino[8] Mastarna serait le « serviteur » de Cælius Vibenna (Caile Vipinas), car le suffixe « na » indique l'appartenance, donc « Macstrna » signifierait « appartenant au magister » (macstr = magister).

Notes et références

  1. VII. - Après lui, Servius Tullius prit le pouvoir. Ce prince avait pour mère une femme noble, prisonnière pourtant et servante. Il soumit à son tour les Sabins, joignit à la Ville trois monts : le Quirinal, le Viminal, l'Esquilin, et fit creuser des fossés autour de ses remparts. Le premier de tous, il institua le cens, qui était inconnu jusqu'alors dans l'univers. Sous lui, Rome, après qu'on eut procédé au recensement général, compta quatre-vingt-trois mille têtes de citoyens romains, y compris les habitants des campagnes. Il fut tué, la quarante-cinquième année de son règne, victime du forfait de son gendre, Tarquin, fils du roi auquel il avait lui-même succédé, et du crime de sa fille, que Tarquin avait épousée. Eutrope : Abrégé de l'histoire romaine (tr. Maurice Rat)
  2. Michel Humbert, Institutions politiques et sociales de l'Antiquité, Editions Dalloz.
  3. Tite-Live, Histoire de Rome depuis sa fondation, et Caton, Les origines.
  4. Dictionnaire de Ch. Daremberg et E. Saglio (1877)
  5. Cette étymologie est en accord avec la tradition historique des la fondation de Rome qui situe les Étrusques sur le mont Cælius, les Romains sur le mont Palatin, les Sabins sur le mont Capitolin.
  6. TJ Cornell, The Beginnings of Rome, p. 133-134, Routledge, Londres, 1995
  7. T.J. Cornell, The Beginnings of Rome, p. 135-139, Routledge, Londres, 1995.
  8. Massimo Pallottino Origini e storia primitiva di Roma



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Servius Tullius de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Servius Tullius — was the sixth legendary king of ancient Rome, and the second king of the Etruscan dynasty. The traditional dates of his reign are 578 535 BC. Described in one account as originally a slave, he is said to have married a daughter of Lucius… …   Wikipedia

  • Servius Tullius — (Phantasieporträt des 16. Jhdts.) …   Deutsch Wikipedia

  • Servĭus Tullĭus — Servĭus Tullĭus, der sechste röm. König, von 578–534 v. Chr., nach der gewöhnlichen Sage Sohn eines Gottes und einer Sklavin des Tarquinius Priscus, Ocrisia, wuchs im Hause des Königs auf und wurde von Tarquinius zu seinem Eidam und Nachfolger… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Servius Tullius — Servĭus Tullĭus, nach der sagenhaften Überlieferung der 6. röm. König 578 534 v. Chr., war nach etrusk. Chroniken von Haus aus Etrusker und hieß eigentlich Mastarna; wurde durch seinen Schwiegersohn Tarquinius Superbus ermordet; ihm wird die… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Servius Tullius — Servius Tullius, der 6. röm. König, über dessen Abstammung verschiedene Sagen erhalten sind, Nachfolger des Tarquinius Priscus, regierte von 578–535, erweiterte das Weichbild u. das Gebiet Roms u. brachte die große Aenderung der röm. Verfassung… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Servius Tullius — {{Servius Tullius}} Sechster König Roms, von der Sklavin (lat. serva) Ocresia** auf wundersame Weise empfangen …   Who's who in der antiken Mythologie

  • Servius Tullius — Sẹrvius Tụllius,   der Sage nach der sechste römische König (578 534 v. Chr.), Schwiegersohn und Nachfolger des Tarquinius Priscus; ihm werden die »Servianische Verfassung« (Gliederung der Bürgerschaft nach Zensusklassen und Zenturien) und die… …   Universal-Lexikon

  • Servius Tullius — /serr vee euhs tul ee euhs/ the legendary sixth king of ancient Rome who built the city walls and whose accession to the throne was prophesied by and secured with the help of Tanaquil, the widow of the previous king: assassinated by his daughter… …   Universalium

  • SERVIUS TULLIUS —    the sixth king of Rome from 578 to 534 B.C., divided the Roman territory into 30 tribes, and the people into 5 classes, which were further divided into centuries …   The Nuttall Encyclopaedia

  • Servius Tullius — /serr vee euhs tul ee euhs/ the legendary sixth king of ancient Rome who built the city walls and whose accession to the throne was prophesied by and secured with the help of Tanaquil, the widow of the previous king: assassinated by his daughter… …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.