Sicherheitsdienst


Sicherheitsdienst

52° 30′ 26″ N 13° 22′ 57″ E / 52.50722222, 13.3825 Le Sicherheitsdienst, littéralement le « service de la sécurité », était le service de renseignements de la SS.

Reinhard Heydrich

Le SD fut créé dès 1931 par Reinhard Heydrich, sous l'appellation service Ic. Officiellement dénommé SD en juillet 1932, son pouvoir augmenta avec celui des nazis sur l’Allemagne. Il était en compétition avec les SA qu’il aida à éliminer lors de la Nuit des Longs Couteaux, et en rivalité constante avec l’Abwehr, le service de contre-espionnage militaire dirigé par l'Amiral Wilhelm Canaris. Lors de la prise du pouvoir, le 30 janvier 1933, le SD ne compte qu'une centaine de fonctionnaires, ainsi qu'une centaine de membres honorifiques, il n'y participe d'ailleurs quasiment pas (même l'extension du pouvoir du Reichsfürher SS aux polices régionales se fait sans son concours). Il ne peut donc pas faire ses preuves, et est donc complétement méprisé, mais il n'en demeure pas moins la seule organisation centralisée d'information dont dispose la direction du Parti. Fin 1933, le SD a vu son prestige être complètement compromis, à tel point que, sur ordre de Hitler, Martin Bormann rédige un circulaire afin de mettre fin aux rumeurs selon lesquelles l'organisation allait être incessamment dissoute. Le SD permet aux hauts dirigeants du Parti, s'étant emparés des postes clés de l'État, de garder sous surveillance les "petits princes provinciaux" (car le SD, précisément, n'a pas participé à la course au pouvoir). C'est pourquoi, en juin 1934, Rudolf Hess proclame le SD seul service officiel d'information de la NSDAP.

Toute une génération de jeunes intellectuels nationaux-socialistes voulant "rendre le national-socialisme meilleur" (Gunther d'Alquen) est attirée par l'aspect romanesque de la notion de service secret. Ils sont les descendants de la bourgeoisie ruinée, de formation juridique élevés dans le mépris de la République de Weimar, prônant un régime spécifiquement allemand, dictatorial où l'État est tout puissant (État-Dieu). Cette génération est marquée par son antisémitisme, qui pour eux est le sérum de la révolution économique.

En 1936, il est intégré au RSHA, toujours sous le commandements de Heydrich, aux côtés de la SIPO, qui regroupe la Gestapo, dirigée par Müller et Kriminalpolizei (KRIPO), avec à sa tête Artur Nebe. À partir de ce moment, il ne dispose plus que de deux départements, l'Amt III, SS-Inland, qui s'occupe, au sens large du terme de contre-espionnage et de recueil de renseignements à l'intérieur du Reich, sous la direction de Ohlendorf et dont le service central comptait 500 à 600 hommes, et l'Amt VI, SS-Ausland, service de renseignements à l'étranger, dirigé par Schellenberg, avec 300 à 500 agents.

A son tour, l'Amt VI entra dans une logique de conflit permanent, cette fois avec la Gestapo qui entretenait et développait son propre réseau d'informateurs, et qui détenait en outre, contrairement au SD, le pouvoir d'interner tout opposant ou supposé tel.

Ayant la tâche de détecter les ennemis réels et potentiels du Parti, il mit en place des centaines d’agents et des milliers d’informateurs. Après l’attentat contre Hitler en juillet 1944 son pouvoir quasi absolu de terreur (d’État) ne devant des comptes qu'à Himmler et Hitler fut encore renforcé avec la prise de contrôle de l’Abwehr.

Organisation

[réf. nécessaire] Le SD était organisée en quatre départements :

  • Section A avec l’ordre légal et la structure du Reich sous-divisée en :
    • A 1 Question générales du travail dans les sphères de la vie en Allemagne.
    • A 2 Lois.
    • A 3 Constitution et administration.
    • A 4 Vie nationale en général.
    • A 5 Questions générales de règlement de police et toutes questions d’applications de la législation.
  • Section B traitait de la nationalité et de l’ethnicité :
    • B 1 Nationalité.
    • B 2 Minorités.
    • B 3 Ethnicité et santé.
    • B 4 Citoyenneté et naturalisation.
    • B 5 Territoires occupés.
  • Section C traitait de la culture :
    • C 2 Éducation religieuse.
    • C 3 Culture, folklore et art.
    • C 4 Presse, littérature, radio, évaluation et censure.
  • Section D avec l’économie :
    • D a la presse
    • D b colonies
    • D S questions spéciales
    • D W régions occupées à l’ouest
    • D O régions occupées à l’est
    • D 1 alimentation
    • D 2 commerce, artisanat et transport
    • D 3 finance, monnaie, banques, assurances et changes
    • D 4 industrie et énergie
    • D 5 questions sociales et syndicales

Uniformologie

Symbole du SD cousu au bas de la manche gauche des uniformes SS

Les agents du SD portaient sur leurs uniformes, au bas de la manche gauche, un losange noir avec les lettres SD brodées. De plus, alors que les autres membres de la SS arboraient normalement les runes germaniques "SS" sur le côté droit de leur col, les membres du SD eux n'avaient que l'écusson noir sans les runes.

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sicherheitsdienst de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sicherheitsdienst — Sicherheitsdienst, die Maßnahmen einer Truppe gegen Überraschung durch den Feind. Zur Schonung der Kräfte des Ganzen verwendet man zur Durchführung der einschlägigen Aufgaben jeweils nur Bruchteile der Gesamttruppen, und zwar solche, die ihrer… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sicherheitsdienst — Sicherheitsdienste sind eine wichtige Dienstleistung für den Objektschutz, für Veranstaltungen und den Personenschutz. Über öffentliche Wachdienste wie den Polizeidienst hinaus werden sie heute zunehmend durch Outsourcing an Privatfirmen vergeben …   Deutsch Wikipedia

  • Sicherheitsdienst — Este artículo o sección necesita referencias que aparezcan en una publicación acreditada, como revistas especializadas, monografías, prensa diaria o páginas de Internet fidedignas. Puedes añadirlas así o avisar al a …   Wikipedia Español

  • Sicherheitsdienst — der Sicherheitsdienst, e (Mittelstufe) Organisation, die für Sicherheit zuständig ist Beispiel: Der Kandidat für dieses Amt wurde vom Sicherheitsdienst überprüft …   Extremes Deutsch

  • Sicherheitsdienst — The Sicherheitsdienst (SD, Security Service) was primarily the intelligence service of the SS and the NSDAP. The organization was the first Nazi Party intelligence organization to be established and was often considered a sister organization with …   Wikipedia

  • Sicherheitsdienst — Sị·cher·heits·dienst der; 1 ≈ Geheimdienst 2 eine Abteilung eines Betriebes oder ein privates Unternehmen, das im Auftrag eines Betriebes handelt. Der Sicherheitsdienst ist für den Schutz vor Einbruch, Diebstahl, Industriespionage usw zuständig …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • Sicherheitsdienst — Posten; Wachdienst; Wachtposten; Aufsicht; Wache; Wachposten; Wachmannschaft; Patrouille * * * Sị|cher|heits|dienst 〈m. 1〉 1. Gruppe von Personen od. Organisation, die für die Sicherheit zuständig ist 2. 〈im Nationalsozialismus; Abk …   Universal-Lexikon

  • Sicherheitsdienst — (SD) (Security Services)    The organization was founded by Reinhard Heydrich in 1931 and merged into the Reich Security Main Office in 1939. Its primary function was to gather information on opponents of the Nazis as well as on the… …   Historical dictionary of the Holocaust

  • Sicherheitsdienst — Sị|cher|heits|dienst …   Die deutsche Rechtschreibung

  • Sicherheitsdienst — …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.