Societe nationale des transports ferroviaires


Societe nationale des transports ferroviaires

Société nationale des transports ferroviaires

Logo de Société nationale des transports ferroviaires

Logo de Société nationale des transports ferroviaires
Création 13 mars 1976
Dates clés Décembre 1990, statut d'EPIC
Forme juridique Établissement public
Slogan(s) « SNTF, votre partenaire idéal »
Siège social 21-23, rue Hassiba Ben Bouali - Alger
Algérie Algérie
Activité(s) Transport des voyageurs et des marchandises. Gestion du réseau ferroviaire. Gestion du patrimoine ferroviaire
Société mère SNCFA (Société Nationale des Chemins de Fer Algériens)
Filiale(s) RAIL EXPRESS, STIM, INFRARAIL, RAIL ELECTR, SETIRAIL, RAIL TRANSIT, RESTAURAIL, ESTEL RAIL, RAIL TELECOM
Site Web http://www.sntf.dz

La Société nationale des Transports Ferroviaires (SNTF) est la société nationale des transports ferroviaires algériens, responsable de la gestion du trafic et des lignes ferroviaires nationales. Elle est issue de la retructuration en 1976 de la SNCFA créée en 1963. Elle est spécialisée dans le transport de voyageurs et de marchandises. Son réseau s'étend sur 3 572 kilomètres, essentiellement en écartement standard, et dessert les grandes villes algériennes : Alger, Oran, Annaba, Constantine, Sétif, etc.

Sommaire

Histoire

Gare SNTF d'Agha à Alger

L'histoire des chemins de fer d'Algérie commence le 8 avril 1857, avec un décret du gouvernement français qui autorise la construction de 1 357 km de chemins de fer dans la colonie d'Algérie. Le premier chantier, démarré le 12 décembre 1859, porte sur la construction de la ligne Alger - Blida. La gestion en est confiée à une compagnie privée : la Compagnie des chemins de fer algériens. Les travaux de construction sont également entrepris pour relier Oran à Saint-Denis-du-Sig ainsi que sur liaison avec le port de Philippeville - l'actuel Skikda- et avec Constantine, mais les problèmes financiers poussent la compagnie à en interrompre les travaux et à développer la ligne d'Alger, qui sera ouverte le 8 septembre 1862. Cinq autres compagnies sont créées pour construire les lignes restantes: la Compagnie Bône-Guelma (BG), la Compagnie de l'Est Algérien (EA), la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), la Compagnie de l'Ouest Algérien (OA) et la Compagnies Franco-Algérienne.

L'objectif des 1 357 km est atteint et même dépassé, avec des tronçons construits représentant 1 365 km de voie et touchant presque toutes les villes importantes d'Algérie.

Le 18 juillet 1879 une nouvelle campagne d'investissement est lancée à l'échelon national pour renforcer les lignes "d'intérêt général" avec comme objectif d'ajouter 1747 km au réseau existant. La construction de ces lignes dites "d'intérêt local" est laissée à la charge des investisseurs privés et des collectivités locales. Dans les trente ans qui suivirent, 2 035 km de ligne chemin de fer vont s'ajouter au réseau, constituant l'armature du futur réseau ferroviaire algérien.

En 1900 la Compagnie franco-Algérienne, endettée, perd sa concession; le même sort touche la compagnie Bône-Guelma en 1905 puis celle de l'Est Algérien en 1908 .

À partir du 27 septembre 1912 les réseaux des compagnies en faillite passent sous le contrôle de la Compagnie des Chemins de Fer Algériens de l'État (CFAE), qui s'appuie sur la compagnie survivante, la filiale algérienne de la compagnie Paris-Lyon-Méditerranée la PLMA.

Entre 1907 et 1946 une troisième campagne d'investissement ajoute 1 614 km au réseau.

Le 1 Juillet 1921 les lignes existantes sont réparties entre les compagnies CFAE et PLMA : ce partage dura jusqu'au 30 mai 1938, date à laquelle les lignes d'"intérêt général" des deux compagnies sont nationalisées et rattachées à la SNCF. La gestion des lignes algériennes est alors confiée à compter du 1 janvier 1939 à l'office des Chemins de fer Algériens (OCFA).

A la fin de la Seconde Guerre mondiale le réseau ferroviaire algérien s'étend sur 5 015 km. Le 30 juin 1959 l'État français et l'OCFA signent une convention créant la Compagnie des Chemins de Fer Français en Algérie (CCFA) qui devient en 1963 la SNCFA (Société Nationale des Chemins de Fer Algériens) Le 31 mars 1976 à la fin de la concession de l'état français, l'état algérien divise la SNCFA en trois organismes distincts :

Actuellement :

  • La SNTF qui assure l'exploitation du réseau ferré algérien;
  • l'ANESRIF :Agence Nationale d'Etudes et de Suivi de la Réalisations des Investissements Ferroviaires;

La SNERIF et la SIF n'ont jamais vue "le jour"

Le parc roulant

En 1995 le parc roulant de la SNTF se composait de:

  • 24 locomotives électriques.
  • 154 locomotives diesels.
  • 59 locomotives de manœuvre.
  • 674 voitures.
  • 13000 wagons tout types

Type de locomotive utilisé

  • Locomotive diesel Classe 060 DD
  • Locomotive diesel Classe 060 DF
  • Locomotive diesel Classe 060 DG
  • Locomotive diesel Classe 060 DH
  • Locomotive diesel Classe 060 DL
  • Locomotive diesel Classe 060 WDK
  • Locomotive diesel Classe 060 DJ
  • Locomotive diesel Classe 060 DM
  • Locomotive diesel Classe 040 DH
  • Locomotive diesel Classe 040 YDA
  • Locomotive diesel Classe 060 YDD
  • Automotrice diesel ZZN 200
  • Locomotive eletrique Classe 6CE a 3kV CC

Lien externe

  • Portail du chemin de fer Portail du chemin de fer
  • Portail de l’Algérie Portail de l’Algérie
Ce document provient de « Soci%C3%A9t%C3%A9 nationale des transports ferroviaires ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Societe nationale des transports ferroviaires de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.