Stathoudérat


Stathoudérat

Stathouder

Le stathoudérat (en néerlandais stadhouder qui se traduit littéralement par lieu-tenant) était une fonction politique et militaire médiévale qui subit aux XVIe et XVIIe siècles une modification importante de son rôle à la lumière de la Guerre de Quatre-vingt Ans et l'accession à l'indépendance des Provinces-Unies. Au cours de l'histoire la république néerlandaise, les fonctions et l'autorité du (ou des) stathouder fluctuèrent grandement selon les circonstances politiques internes et externes. On remarque cependant deux constantes dans l'attribution du stathoudérat durant cette dernière période: l'hérédité en faveur de la Maison d'Orange-Nassau et la sujétion de cette attribution aux États provinciaux.

Origines

La fonction de stathouder prend une importance dans les Flandres avec l'unification de la région peu à peu imposée par les ducs de Bourgogne. Faute de pouvoir être partout et malgré l'itinérance de la cour, le souverain nommait en effet dans les provinces des lieutenants, équivalents des gouverneurs généraux du royaume de France, pour le représenter en son absence. L'extinction de la lignée mâle des ducs de Bourgogne et le mariage de Marie, la fille du Téméraire à l'archiduc et plus tard empereur Maximilien renforça cette nécessité. Maximilien, comme plus tard son petit-fils Charles-Quint, qui avait à gérer des territoires éparpillés et distants, n'avait que rarement l'occasion de se trouver dans les Flandres. Outre un gouverneur général pour l'ensemble des Pays-Bas, le souverain nommait donc des gouverneurs pour les différentes provinces. Sous Charles-Quint, la tendance se renforça. Les gouverneurs (au sud, nommés au nord stadhouders ou stadholders), furent systématiquement choisis dans l'aristocratie, en particulier parmi les chevaliers de la Toison d'Or. Les familles de Croÿ, d'Egmont ou de Bourgogne-Beveren furent ainsi régulièrement pourvues en gouvernements. Il y eut également une tendance au regroupement des provinces, afin de créer des entités cohérentes et suffisamment massives. En 1547, en partant des Pays-Bas pour l'Allemagne, l'Empereur nomma ainsi son parent Adolphe de Bourgogne, seigneur de Beveren et Amiral de la Mer, stadhouder pour la Zélande, la Hollande et Utrecht, tandis que le comte de Buren était investit des gouvernements de Frise, Groningue et Overyssel. Cet état de fait se poursuivit dans les premières phases de la guerre de quatre-vingts ans. Le prince d'Orange, stadhouder de Hollande, Zélande et Utrecht depuis 1559 (date à laquelle il avait été nommé à ce poste par Philippe II) finit néanmoins par être investi du gouvernement sur l'ensemble des provinces sécessionnistes.

Aux Provinces-Unies

Dans la république des Provinces-Unies, la souveraineté était exercée par les États des provinces, dont les membres étaient élus par cooptation ou par les cités. Le président de chaque État était un fonctionnaire : le Pensionnaire. Le pensionnaire de Hollande, province la plus riche, détenait le titre de « Grand-pensionnaire ». Les États nommaient aussi un chef suprême de l'exécutif : le stathouder. Le stathouder était normalement aussi nommé capitaine général, ou Commandant en chef des armées.

Pour des raisons pragmatiques, le stathouder de Hollande est, dès le XVIe siècle, fréquemment élu dans la même famille et le titre tend à devenir héréditaire. D'autre part, les menaces militaires incessantes contre les Provinces-Unies poussent les États à accorder aux stathouders des pouvoirs exceptionnels en temps de guerre qui rappellent la dictature de la république romaine.

En 1581, la Maison d'Orange-Nassau détient de facto le titre. Guillaume le Taciturne est nommé stathouder par trois provinces, puis Maurice d'Orange-Nassau par cinq sur sept des provinces. Cumulant la charge de capitaine et d'amiral général, la famille de Nassau apparait comme le chef de la république. Opposée au stathoudérat, la grande bourgeoisie hollandaise le supprime à la mort de Guillaume II d'Orange-Nassau et restitue la primauté au Grand Pensionnaire.

C'est la campagne éclair de Louis XIV contre les Pays-Bas (1672) qui bouleverse cet équilibre fragile. Suite à l'effondrement militaire des provinces, le Grand Pensionnaire Jean de Witt est lynché par la foule et le stathoudérat est rétabli au profit de Guillaume III d'Orange-Nassau. De nouveau supprimé à la mort de celui-ci en 1702, il est rétabli en 1747 avec Guillaume IV d'Orange-Nassau qui était stathouder de toutes les provinces; ainsi le titre de « stathouder général » fait son apparition. À la mort de Guillaume IV en 1751, son fils Guillaume V, alors âgé seulement de 3 ans, lui succède (régence de Brunswick). Face aux troubles des patriotes bataves, il est une première fois démis de ses fonctions en 1786 puis rétabli en 1787, avant d'être renversé en 1795 avec la proclamation, à l'instigation de la France, de la République batave.

Liste

  • Portail des Pays-Bas Portail des Pays-Bas
Ce document provient de « Stathouder ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stathoudérat de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • stathoudérat — [ statudera ] n. m. • 1701; de stathouder ♦ Hist. Titre, fonction de stathouder. ● stathoudérat nom masculin Dignité, exercice des fonctions de stathouder. stathoudérat [statudeʀa] n. m. ÉTYM. 1701; de stat …   Encyclopédie Universelle

  • STATHOUDÉRAT — s. m. Dignité du stathouder ; Temps pendant lequel elle était exercée. On rétablit alors le stathoudérat. Ce fut pendant son stathoudérat …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • STATHOUDÉRAT — n. m. Dignité du stathouder. On rétablit alors le stathoudérat. Il se dit aussi du Temps pendant lequel cette dignité était exercée. Ce fut pendant son stathoudérat …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • stathoudérat — (sta tou dé ra) s. m. 1°   Dignité du stathouder. •   Dans un de ces accès de reconnaissance qui ne sont que trop ordinaires aux peuples libres, les partisans de la maison d Orange obtinrent, le 2 février 1674, que le stathoudérat, désormais… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • dérat — stathoudérat …   Dictionnaire des rimes

  • STATHOUDER — ou STADHOUDER Le mot néerlandais stathouder représente l’équivalent du latin médiéval locum tenens (en français lieu tenant) et désigne celui qui tient la place d’un chef et commande en son absence. Le stathoudérat, ou fonction de gouverneur… …   Encyclopédie Universelle

  • Stathouder — Le stathoudérat (en néerlandais stadhouder, qui se traduit littéralement par lieutenant et équivaut au statthalter, ou gouverneur général en Allemagne) était une fonction politique et militaire médiévale aux Pays Bas qui subit aux XVIe et… …   Wikipédia en Français

  • Stadhouder — Stathouder Le stathoudérat (en néerlandais stadhouder qui se traduit littéralement par lieu tenant) était une fonction politique et militaire médiévale qui subit aux XVIe et XVIIe siècles une modification importante de son rôle à la lumière de la …   Wikipédia en Français

  • Provinces-Unies — 52°04′48″N 4°18′00″E / 52.08, 4.3 …   Wikipédia en Français

  • WITT (J. de) — WITT JAN ou JEAN DE (1625 1672) Né à Dordrecht dont son père était le bourgmestre, élu député aux États comme républicain, Jean de Witt s’oppose aux Orange Nassau. Nommé grand pensionnaire de Hollande en 1653, il travaille à ruiner le crédit de… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.