Stochocratie


Stochocratie
Types de gouvernements

Cette série fait partie
des séries sur la politique

Liste de formes de gouvernements


Portail de la politique


modifier

La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire »[réf. nécessaire], terme inventé en 1998, désigne le tirage au sort des gouvernants au niveau national ou local selon certaines formes de la démocratie athénienne. Le concept est parfois appelé « lotocratie » (au Québec), ou encore « clérocratie » (le préfixe "cléro" est une abréviation du mot grec clérotérion, machine qui servait à tirer au sort les magistrats dans la démocratie athénienne[réf. nécessaire], et le suffixe kratein de « diriger, gouverner »).

L'action de choisir un représentant du peuple ou un magistrat par tirage au sort est alors appelé « sortition » au Québec ; mot formé à partir de « sort » et « élection » .

Sommaire

Origine

L'expression fut inventée par l'écrivain Roger de Sizif, auteur du livre La Stochocratie (1998). Cependant, elle était déjà analysée et présente bien avant cela.

Le terme « clérocratie » fut inventé par l'écrivain et théoricien politique François Amanrich.

Dans Politique, Aristote désigne par démocratie un système politique où les magistrats sont désignés par tirage au sort, et par oligarchie un système politique où les magistrats sont désignés par des élections.

Application

  • La démocratie Athénienne
  • Le Doge de Venise
  • La Signoria de Florence

Dans un certain nombre de pays du Monde (France, USA, GB, ...) les jurés de certains procès sont tirés au sort parmi la population.

L'Internet Engineering Task Force choisi le comité de sélection des candidats par tirage au sot.

Dans certains de pays (USA, Nouvelle Zélande) dans le cas où des candidats sont ex-æquo à une élection, le vainqueur est désigné par tirage au sort, plutôt que de refaire une élection ou de laisser un siège vide.

Plusieurs caisses d'épargne espagnoles tirent au sort parmi les détendeurs de compte pour qu'ils élisent les représentants des clients.

Si la pure stochocratie a été appliquée par le passé, mais elle ne l'est plus de nos jours.

Athènes

Article détaillé : Démocratie athénienne.

Un tel système trouva son application dans la Grèce classique, à Athènes.

Le système de Clisthène

Les réformes de Clisthène, qui s'étalent de -507 à -501, étendent la citoyenneté et réorganisent le territoire et la structure sociale : 10 tribus, réparties sur 100 dèmes, doivent fournir pour les dix mois de l'année 500 bouleutes (50 par tribu) qui siègent à la Boulè (Βουλή). Les bouleutes sont candidats (ils doivent avoir 30 ans au moins), mais ils sont tirés au sort et s'ils sont choisis sont soumis à examen de moralité et de compétence, la docimasie (ἡ δοκιμασία).

Après 487, les archontes (les trois archontes n'étaient alors plus désignés pour dix ans mais leur magistrature durait un an depuis 683) furent tirés au sort. Il faut toutefois, pour être tout à fait honnête, ajouter que c'est à cette date que l'on associe le transfert de pouvoir des archontes vers les stratèges qui étaient élus, transfert motivé par le risque de voir émerger un ou plusieurs archontes incompétents.

Le tribunal populaire, l'Héliée, était composé de 6000 citoyens répartis en dix classes de 500 citoyens, 1000 restant en réserve et tirés au sort chaque année. Par un système compliqué et selon l'affaire, on désignait par tirage au sort (sous contrôle d'un magistrat instructeur) un plus ou moins grand nombre d'héliastes pour chaque procès. Ainsi à un procès privé, 201 juges siégeaient normalement, 401 exceptionnellement, et pour les procès publics, ils étaient 501, 1001, voir 1501 juges.

On peut remarquer:

  • que la confiance dans le tirage au sort est limitée : les archontes n'ont plus que des pouvoirs limités dès lors qu'ils ne sont plus élus (et tous leurs pouvoirs sont transférés aux stratèges, élus par tribu), les héliastes sont très nombreux, les bouleutes soumis à un examen d'entrée ont avant tout un role :
    • de proposition et de préparation des lois et décrets, la probouleuma (προβούλευμα) à soumettre a l'Ecclésia
    • d'application des décisions de l'Ecclésia,
    • de représentation internationale,
c’est-à-dire un rôle limité, et qui ira en s'amenuisant surtout après la Guerre du Péloponnèse et la dictature des Trente
  • que la notion de candidature, donc d'engagement, persiste puisque le tirage au sort se fait dans une population de volontaires. La charge de bouleute est lourde (un mois sur les dix de présence indiscontinue lors de la prytanie de leur tribu, convocations à la discrétion des prytanes le reste de l'année) et mal remunérée (cinq oboles par jour).

Les raisons de la stochocratie

  • La méfiance : la Grèce classique fut le théâtre d'un constant affrontement entre oligarques et démocrates (on lira de Thucydide sa Guerre du Péloponnèse pour s'en convaincre : au-delà du clivage Dorien & Ionien, l'opposition Sparte & Athènes cristallise la fracture entre oligarques & démocrates). De plus, les cités eurent les plus grandes difficultés à renverser les tyrannies. Le tirage au sort permettait d'écarter les minorités puissantes (les oligarques, les aristocrates) et les quelques individus à l'égo trop marqué (les tyrans, les aisymnètes, les monarques, toutes personnes soupçonnée d'une aspiration à la dictature ou au pouvoir personnel).
  • La religion : les Grecs anciens attribuaient le hasard à la volonté des dieux. De ce point de vue, le tirage au sort assurait que le choix serait meilleur que s'il était fait par les mortels.
  • L'idéal démocratique : « Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu'elles soient électives » dit Aristote; choisir les meilleurs équivaut à retrouver un système aristocratique, alors qu'un tirage au sort permet de faire participer tout le peuple sans aucune distinction. La démocratie supposant l'égalité des citoyens, le tirage au sort devrait permettre d'avoir le gouvernement le plus représentatif sans craindre l'incompétence.
  • La répartition des tâches : les charges publiques étaient lourdes, puisqu'elles réclamaient une présence régulière (voire continue), et la rémunération de cinq oboles par jour (une drachme, c'est-à-dire 6 oboles pour les prytanes) ne représentait que le salaire d'un ouvrier manuel. Ainsi, un tel système permettait de répartir la charge entre tous, et de fait les volontaires devaient être plus nombreux.

Démocratie et stochocratie

Les anti-démocrates ont souvent fait le lien entre démocratie et stochocratie. C'est le cas notamment :

  • d'Aristote : « Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu'elles soient électives » Les Politiques, IV, 9, 4 Traduction: Pierre Pellegrin (le livre IV est parfois placé en VI)
  • de Montesquieu : « Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le suffrage par le choix est de celle de l'aristocratie. Le sort est une façon d'élire qui n'afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie. » De l'esprit des lois.

Cependant, de graves défaillances empêchent de faire un corollaire entre démocratie et stochocratie :

  • les gouvernants ne sont pas forcément issus du peuple, cela dépend de la base et des conditions du tirage au sort ;
  • absence de contrôle par le peuple :
    • le peuple ne choisit pas, c'est le sort qui le fait ;
    • celui qui est tiré au sort n'a pas de programme politique sur la base duquel il est élu ; il peut être incompétent ;
    • les élections régulières sont la base de la démocratie car elles permettent au peuple de sanctionner les programmes politiques qui ont été engagés (en réélisant si le programme est approuvé ou en changeant si le programme est mauvais)[réf. nécessaire] ; les conditions du tirage au sort peuvent déterminer qu'une personne soit choisie à vie ou qu'elle soit choisie à nouveau, sans que le peuple ne puisse rien dire. On peut répliquer à cela que le peuple ne choisit pas les idées du programme qui lui est proposé, et donc accuser la stochocratie de ne pas permettre au peuple de s'exprimer ne signifie rien, puisque de toute façon le peuple ne peut pas s'exprimer, on lui demande juste d'avaliser ou non un programme, et avaliser n'est pas ce que l'on peut nommer "s'exprimer" en langage démocratique. Les conditions réelles de la démocratie sont en fait amenées par les "probouleumata", autrement dit la possibilité qu'à chaque citoyen de proposer auprès de la boulê (l'assemblée), dont les membres seraient tirés au sort, ses idées en matière de loi et d'amendements.

Des auteurs, comme Gérard Klein pseudo Gilles d'Argire dans le Sceptre du hasard, ont fait leur critique de la stochocratie.

Néanmoins, il est aujourd'hui possible de penser une certaine forme de stochocratie dans la démocratie. Certains proposent ce système pour compléter (mais non remplacer) celui des élections, car ils considèrent qu'il constituerait un frein au carriérisme politique, et au lobbying, et aboutirait à des décisions :

  • plus représentatives de l'avis de l'ensemble de la population, sans pour autant avoir la lourdeur de la démocratie directe,
  • mais en même temps plus courageuses, moins démagogiques, les représentants n'étant pas conditionnés par la perspective de préparer une réélection.

Voir aussi

Articles liés

Liens externes

  • La Néodémocratie, proposition pour résoudre les crises de la démocratie libérale par l’utilisation raisonnée du tirage au sort.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stochocratie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Clérocratie — Stochocratie La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire »[réf. nécessaire], désigne le tirage au sort des gouvernants au niveau national ou local selon certaines… …   Wikipédia en Français

  • Lotocratie — Stochocratie La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire »[réf. nécessaire], désigne le tirage au sort des gouvernants au niveau national ou local selon certaines… …   Wikipédia en Français

  • Néo-démocratie — Stochocratie La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire »[réf. nécessaire], désigne le tirage au sort des gouvernants au niveau national ou local selon certaines… …   Wikipédia en Français

  • Sortation — Stochocratie La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire »[réf. nécessaire], désigne le tirage au sort des gouvernants au niveau national ou local selon certaines… …   Wikipédia en Français

  • Sortition — Stochocratie La stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire »[réf. nécessaire], désigne le tirage au sort des gouvernants au niveau national ou local selon certaines… …   Wikipédia en Français

  • Democratie directe — Démocratie directe Politique Idées politiques Science politique Philosophie politique Sociologie politique Campagne politique Mode de désignation du chef d État et du Parlement par pays l Union européenne l ONU Démocratie Démocratie directe …   Wikipédia en Français

  • Démocratie Directe — Politique Idées politiques Science politique Philosophie politique Sociologie politique Campagne politique Mode de désignation du chef d État et du Parlement par pays l Union européenne l ONU Démocratie Démocratie directe …   Wikipédia en Français

  • Démocratie directe — Politique Idées politiques Science politique Philosophie politique Sociologie politique Campagne politique Mode de désignation du chef d État et du Parlement par pays l Union européenne l ONU Démocratie Démocratie directe …   Wikipédia en Français

  • Démocratie — Types de gouvernements Cette série fait partie des séries sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Liste de formes de gouvernements — Cet article présente une liste les différents types de gouvernements selon différentes classifications. Les listes ne sont pas mutuellement exclusive et ont souvent des définitions qui se recoupent. Nombreux sont ceux qui catégorisent les… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.