Tatars de Crimee en Bulgarie


Tatars de Crimee en Bulgarie

Tatars de Crimée en Bulgarie

À partir de 1241, année de la première invasion de Tatars historiquement attestée en Bulgarie, le Deuxième Empire bulgare a maintenu des contacts politiques constants avec eux. Au cours de cette période première (XIIIe et XIVe siècles), le terme « Tatare » n'était pas un ethnonyme, mais désignait en général les armées des successeurs de Gengis Khan. Les Premiers établissements de Tatars en Bulgarie peuvent être datés du XIIIe et du début du XIVe siècle, quand les unités militaires persécutées à la suite des querelles dynastiques qui déchiraient la Horde d'Or entrèrent en contact avec les chefs bulgares (Pavlov, 1997).

De la fin du XIVe à la fin du XVe siècle, pour différentes raisons, plusieurs groupes de Tatars s'installèrent en territoire bulgare (alors sous domination ottomane). Les colons, probablement des nomades, finirent par adopter un mode de vie sédentaire et, dans quelques régions, survécurent comme communautés compactes pendant plus de deux siècles. Des documents montrent que les Tatars avaient tendance à piller les villages et à s'opposer aux autorités ; pour cette raison ils furent réinstallés en Thrace parmi une population d'origine pas moins turbulente. On leur donna un rôle de messagers et de soldats et on les incorpora dans l'administration militaire ottomane. Ce fait, joint à leur petit nombre, la proximité entre le tatare et les langues turques locales, ainsi que la communauté de religion, firent disparaître finalement l'identité tatare.

À la différence de la situation en Thrace, la composition ethnique de la Dobroudja atteste de l'existence d'une communauté tatare importante du XVe au XXe siècle. La conquête de la Bessarabie par les Ottomans avait créé des conditions favorables pour une migration continuelles de Tatares depuis la région du Nord de la mer Noire jusqu'à la Dobroudja au cours des années 1530 et 1540.

Avec le XVIIIe siècle commença un changement radical dans la composition ethnique de la région du Nord de la mer Noire à la suite des invasions russes. Entre 1783, quand le khanat de Crimée fut annexé par Russie et 1874, il y eut plusieurs vagues d'émigration hors de la Crimée et de Kouban, et un nombre considérable de Tatars de Crimée allèrent s'installer en territoire bulgare. Les Tatars qui vivent aujourd'hui en Bulgarie descendent de ces immigrants, qui ont gardé leur identité.

La plus grande vague d'émigration se produisit pendant et après la guerre de Crimée (1853-1856). Des 230 000 Tatars environ qui émigrèrent de 1854 à 1862, environ 60 000 s'établirent en territoire bulgare (Romanski, 1917, p. 266). La majorité se dispersa dans la Bulgarie du Nord surtout la Dobroudja, dans les plaines bordant le Danube et dans la région de Vidin.

L'installation massive de Tatars en territoire bulgare eut pour résultat l'établissement des relations traditionnelles entre Bulgares et Tatars. Contrairement à l'immigration circassienne, le réveil national bulgare ne s'opposa pas à l'installation des Tatars.

Les Tatars eux-mêmes étaient dans un état de choc ethnopsychologique, mais, selon toute probabilité leur passé nomade leur permit de s'adapter à ce « monde étranger ». Cette première période dans l'histoire moderne du groupe tatar en Bulgarie (1862-1878) fut caractérisée par l'adaptation à l'économie et l'environnement des réalités nouvelles et à la réorganisation de tous les réfugiés parlant le kipchak.

Le développement du groupe tatare et son identité après la libération de la Bulgarie en 1878 furent déterminés par des facteurs politiques. C'est que le pays d'accueil n'était plus le même. Installés dans l'Empire ottomane, les Tatars n'avaient vu aucun changement dans leur environnement ethnique et écologique, ils se trouvaient subitement face à une autre organisation politique - la Bulgarie, un État très différent de son prédécesseur. Ce fut un nouveau choc ethnopsychologique pour les Tatars, qui fut le signal d'une nouvelle vague d'émigration. Même ceux qui restèrent en Bulgarie - environ 18 000 personnes dont la plupart vivaient dans des régions à population turque de la Bulgarie du Nord-est, constatèrent qu'il leur était difficile de s'adapter et beaucoup d'entre eux finirent par émigrer en Turquie.

Le deuxième facteur de changements ethniques fut la renaissance nationale des Tatars en Crimée et la prise de conscience de leur différence au cours de la fin du 19ème et au début du 20ème et il est important de préciser que l'idée nationale tatare se développa alors que la majorité d'entre eux était en dehors des limites de leur patrie historique. Puisque l'idée nationale n'existait pas encore parmi les Tatars de Crimée, ils étaient plus réceptifs à l'assimilation, ce qui dans les conditions de la Bulgarie, a été le cas non par un État nation, mais par un autre groupe ethnique : les Turcs bulgares.

D'autres facteurs se présentèrent aussi en raison de la spécificité de chaque période dans l'histoire des Tatares en Bulgarie. Dans la période qui suivit la libération (1878-1912/1918), il n'y eut généralement aucun changement important dans le groupe tatare - il ne se produisit aucune émigration à grande échelle et le processus de consolidation ethnique a continué.

La période s'étendant depuis le traité de Neuilly au traité de Craiova (1919-1940) vit un certain nombre de changements radicaux. La Dobroudja du Sud, où vivaient les deux tiers de la population tatare de Bulgarie, fut annexée par la Roumanie. Les Tatares se trouvèrent dans un état qui comptait de grandes populations tatares autour de Medgidia, Mangalia et Köstence (Constanţa). Par ailleurs, le début de cette période coïncida avec un État national tatare en Crimée, dont l'existence fut brève, et la constitution d'un État turc laïc. Le nationalisme tatar moderne fut marqué par un panturquisme tourné vers Ankara à la suite de la propagande kémaliste. Cette période vit une émigration de Tatars à grande échelle vers la Turquie et l'établissement d'un groupe autour du magazine Emel (1929-1930 à Dobrich), qui utilisait des slogans panturc comme une couverture pour promouvoir la politique turque. C'était sans doute le début de la turquisation politique des Tatares (Antonov, 1995).

Les tendances générales restèrent les mêmes au cours de la période suivante (de 1940 au début des années 1950), sauf que la Bulgarie avait récupéré la Dobroudja du Sud, dont la population tatare avait réduit de moitié.

Pendant la période communiste la collectivisation et l'industrialisation détruisirent le style de vie traditionnel des Tatars. L'assimilation à la communauté turque endogame ne pouvait plus se produire d'une façon naturelle mais lente compte tenu du petit nombre de la population de Tatars et la modernisation l'intensifia. Il y eut aussi un facteur socio-économique : le désir de profiter des privilèges que les autorités communistes accordaient à la communauté turque.

Le régime communiste a poursuivi des politiques contradictoires envers les Tatars. Au début il imita l'attitude de Moscou vis-à-vis des Tatars de Crimée, ignorant officiellement leur présence en Bulgarie (ils furent mentionnés pour la dernière fois dans le recensement 1956, pour ne reparaître qu'en 1992).

En 1962, le Politburo du Comité Central du Parti communiste bulgare proposa de prendre des mesures contre la turquisation de Bohémiens, Tatars et mahométans bulgares. Les mesures comprenaient l'étude des origines ethniques des Tatars de Bulgarie. C'était la marque d'une nouvelle politique : accentuer la spécificité ethnoculturelle de la communauté dans un effort de rétablir et de mettre en valeur la distinction (brouillée par la turquisation) entre Tatars et Turcs.

Les réformes des années 1990 ont amené la restauration des noms turcs islamiques et le rétablissement de contacts normaux avec la parenté vivant en Turquie, aussi bien que la naissance d'activités culturelles et éducatives indépendantes. On a vu aussi des signes d'une renaissance identitaire chez les Tatars.

  • Portail de la Bulgarie Portail de la Bulgarie
Ce document provient de « Tatars de Crim%C3%A9e en Bulgarie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tatars de Crimee en Bulgarie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tatars de crimée en bulgarie — À partir de 1241, année de la première invasion de Tatars historiquement attestée en Bulgarie, le Deuxième Empire bulgare a maintenu des contacts politiques constants avec eux. Au cours de cette période première (XIIIe et XIVe siècles), le… …   Wikipédia en Français

  • Tatars de Crimée en Bulgarie — À partir de 1241, année de la première invasion de Tatars historiquement attestée en Bulgarie, le Deuxième Empire bulgare a maintenu des contacts politiques constants avec eux. Au cours de cette période première (XIIIe et XIVe siècles), le… …   Wikipédia en Français

  • Tatars de Crimee — Tatars de Crimée  Cet article concerne le peuple tatar de Crimée. Pour la langue tatare de Crimée, voir Tatar de Crimée. Les Tatars de Crimée sont une population turque vivant dans la région de Crimée d Ukraine, également dispersée parmi les …   Wikipédia en Français

  • Tatars de crimée —  Cet article concerne le peuple tatar de Crimée. Pour la langue tatare de Crimée, voir Tatar de Crimée. Les Tatars de Crimée sont une population turque vivant dans la région de Crimée d Ukraine, également dispersée parmi les républiques de l …   Wikipédia en Français

  • Tatars de Crimée — Cet article concerne le peuple tatar de Crimée. Pour la langue tatare de Crimée, voir Tatar de Crimée. Tatars de Crimée Populations Population totale 500 000 à 2 000 000 Populations significatives par régions …   Wikipédia en Français

  • Tatars — Cet article concerne le peuple tatar. Pour la langue tatare, voir tatar. Tatars Populations Sud Ouest ( …   Wikipédia en Français

  • Tartars de Crimée — Tatars de Crimée  Cet article concerne le peuple tatar de Crimée. Pour la langue tatare de Crimée, voir Tatar de Crimée. Les Tatars de Crimée sont une population turque vivant dans la région de Crimée d Ukraine, également dispersée parmi les …   Wikipédia en Français

  • Tatar de Crimee — Tatar de Crimée  Cet article concerne la langue tatare de Crimée. Pour le peuple tatar de Crimée, voir Tatars de Crimée. Tatar de Crimée Къырымтатарджа Parlée en   …   Wikipédia en Français

  • Tatar de Crimée — Cet article concerne la langue tatare de Crimée. Pour le peuple tatar de Crimée, voir Tatars de Crimée. Tatar de Crimée Къырымтатарджа Parlée en   …   Wikipédia en Français

  • Tatar de crimée —  Cet article concerne la langue tatare de Crimée. Pour le peuple tatar de Crimée, voir Tatars de Crimée. Tatar de Crimée Къырымтатарджа Parlée en   …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.