Theatre national de l'Opera-Comique


Theatre national de l'Opera-Comique

Théâtre national de l'Opéra-Comique

La troisième Salle Favart en 2008

Le théâtre national de l’Opéra-Comique, appelé aussi « salle Favart », est une salle de spectacles située place Boieldieu, dans le 2e arrondissement de Paris.

Sommaire

Histoire

Origine

Lithographie de la deuxième salle Favart qui a hébergé l’Opéra-Comique de 1840 à 1887

L’Opéra-Comique a été fondé sous le règne de Louis XIV, le 26 décembre 1714 par Catherine Baron et Gautier de Saint-Edme à partir de troupes qualifiées de « foraines » qui se produisaient lors des spectacles donnés lors des foires annuelles de paris. L’une des troupes de la foire Saint-Germain prit alors le nom d’Opéra-Comique.

Son répertoire était surtout constitué de pantomimes et de parodies d'opéras afin de déjouer les interdictions dont ils étaient frappés suite à des procès intentés par la Comédie-Française, inquiète face à la qualité montante des spectacles qui lui portait directement concurrence. En 1714, un décret autorise la troupe à avoir son propre théâtre avec une contrainte : intercaler des dialogues parlés dans les œuvres chantées. C’est la définition actuelle de l’opéra-comique.

Les débuts de l’Opéra-Comique sont difficiles et connaissent plusieurs périodes de fermeture, de 1719 à 1720, puis de nouveau de 1722 à 1723. En 1743, Jean Monnet prend la direction de l’Opéra-Comique et invite l’auteur Charles-Simon Favart. Le succès est au rendez-vous mais fait ombrage aux autres théâtres parisiens. Pour y remédier, les autorités provoquent une nouvelle fermeture de 1745 à 1751. Cette année-là, la ville de Paris obtient la réouverture de ce théâtre, toujours sous la direction de Jean Monnet.

En janvier 1762, l’Opéra-Comique de la foire fusionne avec la Comédie-Italienne. Il déménage alors le 3 février 1762 à l’hôtel de Bourgogne.

En 1779, la « Comédie-Italienne » devient « Théâtre-Italien » mais la troupe ne comporte déjà plus aucun Italien.[1]

Toutefois, en 1780, l’ensemble reprend officiellement le nom d’Opéra-Comique.

L'Opéra Comique à son actuel emplacement

La première salle Favart (1783-1838)

La « salle Favart », dont l'architecte est Jean-François Heurtier, est inaugurée le 28 avril 1783 en présence de la Reine Marie-Antoinette. La salle a été construite sur un terrain appartenant au duc de Choiseul à l’emplacement où se trouve encore aujourd’hui le théâtre national de l’Opéra-Comique, place Boieldieu dans le 2e arrondissement de Paris. La salle dispose de 1100 places.

Pendant la Révolution française, l’Opéra-Comique poursuit son activité mais il subit la rude concurrence du théâtre Feydeau. En 1801, les deux troupes fusionnent pour former, le 16 septembre, le théâtre national de l’Opéra-Comique. Pendant plusieurs années, le fonctionnement de l’institution oscillera entre un modèle de société de comédiens et un modèle plus contraignant avec un directeur. En 1807, l'Opéra Comique est porté sur la liste des quatre principaux théâtres parisiens et un décret fixe le genre de l'opéra comique par la définition : "comédie ou drame mêlés de couplets, d'ariettes ou de morceaux d'ensemble."

Le 15 janvier 1838, un incendie détruit la salle après une représentation de Don Giovanni. L'origine de cet incendie est dû au système de chauffage car c’est un tuyau du calorifère du foyer des artistes de l'orchestre qui, chauffé au rouge, mit le feu au magasin de décors [2]. Hector Berlioz proposera alors au ministère un projet d’exploitation de la nouvelle salle à ses propres frais, mais cette demande sera rejetée par la Chambre des députés[3].

La deuxième salle Favart (1840-1887)

En 1840, la salle est reconstruite : il s'agit alors de la deuxième salle Favart, d'une capacité de 1200 places environ, conçue par par les architectes Jean-Jacques Huvé et Louis Réguier de Guerchy. Elle sera inaugurée par la représentation du Pré-aux-Clercs d'Hérold.

Le XIXe siècle est une époque de grand succès pour l’Opéra-Comique, grâce notamment à des compositeurs tels qu'Adolphe Adam, Daniel-François-Esprit Auber, Georges Bizet, Félicien David, Jules Massenet ou même Nicolas Bochsa, le célèbre harpiste excentrique qui composa sept œuvres représentées à l’Opéra-Comique.

Le 17 novembre 1866, l’Opéra-Comique, dirigé par Adolphe de Leuven, présente pour la première fois une œuvre d'Ambroise Thomas qui connaît immédiatement un grand succès, Mignon de Michel Carré et Jules Barbier pour le livret inspiré par Wilhelm Meister.

En 1880, le nouveau directeur Léon Carvalho (1825-1897) assisté du Directeur musical Charles Lamoureux, fait rejouer la pièce Mignon avec une nouvelle cantatrice américaine, Marie van Zandt, surnommée miss Fauvette ou miss Caprice. Après quelques succès avec Le Pardon de Ploërmel et Les Noces de Figaro, Carvalho fait chanter la diva dans Le Barbier de Séville de Rossini, mais son accent américain fait scandale et elle est contrainte de se retirer.

Le 25 mai 1887 à 21 heures, un deuxième incendie détruit de nouveau la salle pendant la représentation du premier acte de Mignon d'Ambroise Thomas. Cet incendie, provoqué par une défectuosité de l'éclairage au gaz de la herse située au-dessus de la scène, coûta la vie à quatre-vingt-quatre personnes dont quatre danseurs, deux choristes, quatre habilleuses, quatre ouvreuses, et mit au chômage tout le restant du personnel. Le gouvernement paya une compensation aux victimes et un concert fut donné au bénéfice des employés de l'Opéra-Comique. L'Opéra-Comique s'installe place du Châtelet. Emmanuel Chabrier écrivit alors le Duo de l'ouvreuse de l'Opéra-Comique et de l'employé du Bon Marché, pièce à l'humour parfois bien noir, les représentations du Roi malgré lui ayant été définitivement annulées, sans compensation financière. Léon Carvalho, alors directeur, est jugé responsable, condamné puis acquitté en appel. Suite à cet incendie, l'éclairage à l'électricité devint obligatoire dans tous les théâtres et cafés-concerts.[réf. nécessaire]

La troisième salle Favart (1898 à aujourd'hui)

Le 7 décembre 1898, après onze ans de reconstruction, la salle est inaugurée en présence du Président de la République, Félix Faure. Il s'agit donc de la troisième salle Favart qui est toujours celle existant actuellement, d'une capacité de 1500 places environ. L'architecte en est Louis Bernier.

Les difficultés financières du théâtre, dans les années 1930, entraînent l’intervention de l'État qui, en 1936, rapproche l’Opéra-Comique du théâtre national de l’Opéra, pour former la Réunion des théâtres lyriques nationaux (RTLN).

Après une première fermeture en 1971, l’Opéra-Comique cesse son activité le 30 novembre 1972. En 1974, la salle Favart prend le nom d'« Opéra-Studio » et est considérée comme lieu de formation pour les acteurs. En 1978, l’Opéra-Studio est fermé à son tour et la salle mise à disposition du théâtre national de l’Opéra. Dans ce contexte, recréation d'Atys de Lully par W. Christie et J-M Villégier à la Salle Favart en 1987.

En 1990, l’Opéra-Comique retrouve son autonomie et devient une association, successivement dirigée par Thierry Fouquet, Pierre Médecin puis Jérôme Savary.

Le théâtre national de l’Opéra-Comique aujourd’hui

Le théâtre est régi, depuis le 1er janvier 2005, par le décret n° 2004-1232 fixant le statut du théâtre national de l’Opéra-Comique qui devient ainsi un Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). L’article 2 de ce décret lui confie une mission très large puisqu’il peut représenter des ouvrages lyriques mais aussi des pièces de théâtre sans musique. Son répertoire s'étend expressément de la musique baroque à la musique contemporaine.

L’Opéra-Comique est dirigé par Jérôme Deschamps depuis le 27 juin 2007.

Architecture et distribution

L'Opéra-Comique est souvent considéré comme l'équivalent de l'Opéra Garnier en une taille plus réduite, à dimension humaine, plus proche de son public, notamment du point de vue des artistes.

Pour mémoire, la salle actuelle date de 1898. Les artistes en vogue à l'époque ont été mis à contribution pour faire de cette salle un monument.

Principaux artistes de la Belle Époque ayant participé à l'édifice :

Les directeurs

  • 1829 à ? : Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges
  • décembre 1862 à janvier 1874 : Adolphe de Leuven[4]. Co-directeur, il démissionne en signe de protestation contre le meurtre sur scène dans Carmen. Il a assuré la direction avec Eugène Ritt puis avec Camille du Locle.
  • 1874 à 1876 : Camille du Locle
  • 14 août 1876 à 1887 : Léon Carvalho. Il fut tenu pour responsable dans l'incendie du 25 mai 1887 et fut condamné à 3 mois d'emprisonnement en première instance et à 200 francs d'amendes. Il fit appel et fut acquitté en 1888[5].
  • salle détruite par l'incendie. Gestion par Jules Barbier pendant quelques mois.
  • 1er janvier 1888 à 1891 : Louis Paravey
  • 1891 à 1893 : Léon Carvalho est de nouveau nommé directeur.
  • 16 janvier 1898 au 31 décembre 1915 : Albert Carré
  • 1915 à 1918 : ?
  • 1918 à 1925 : Albert Carré revient. Il restera ensuite directeur honoraire.
  • 15 octobre 1925 à 1936 : Louis Masson
  • 1932 à 1936 : Pierre-Barthélemy Gheusi. Il est nommé par Anatole de Monzie, ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts. L'Opéra-Comique est alors au bord du gouffre financier et Gheusi renflouera le théâtre de ses propres deniers. Le personnel le contraindra à la démission au moment des grèves de 1936.
  • ...
  • juin 1989 à mars 1994 : Thierry Fouquet. Il était auparavant directeur artistique de l'Opéra-Comique de 1985 à 1987, puis directeur de la programmation jusqu'à sa nomination au poste de directeur.
  • mars 1994 à 2000 : Pierre Médecin.
  • 2000 à 2007 : Jérôme Savary.
  • Jérôme Deschamps assure la direction depuis le 27 juin 2007.

Ressources

Bibliographie

  • Raphaëlle Legrand, Nicole Wild, Regards sur l’Opéra-Comique : trois siècles de vie théâtrale, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 2002. (Sciences de la musique) ISBN 2-271-05885-6.
  • Nicole Wild, David Charlton, Théâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972, Mardaga, Liège, 2005. (Musique/musicologie). ISBN 2-87009-898-7.
  • Émile Campardon, Les Spectacles de la foire, Paris, Berger-Levrault, 1877, 2 vol.

Voir aussi

  • Opéra-comique (genre musical)
  • Troupes de l’Opéra-Comique : 1752 - 1754
  • Théâtre de la foire : ensemble des spectacles donnés à Paris, à l'occasion des foires annuelles de Saint-Germain et de Saint-Laurent.

Liens externes

Commons-logo.svg

Notes et références

  1. 'La commedia dell'arte et son influence en France du XVIe au XVIIIe siècle' de Bernard Jolibert, édition L'Harmattan.
  2. Revue et Gazette musicale de Paris, 5ème année, n°3 du 21 janvier 1838
  3. Le directeur du théâtre, Carlo Severini, qui habitait le bâtiment, avait péri dans l'incendie.
  4. Alexandre Dumas, Mes mémoires, éd. Calmann Lévy, 1863 (lire en ligne).
  5. Article du New York Times du 30 décembre 1897
  • Portail de l’opéra Portail de l’opéra
  • Portail de la musique classique Portail de la musique classique
  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de Paris Portail de Paris
Ce document provient de « Th%C3%A9%C3%A2tre national de l%27Op%C3%A9ra-Comique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Theatre national de l'Opera-Comique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Théâtre National de l'Opéra-Comique — La troisième Salle Favart en 2008 Le théâtre national de l’Opéra Comique, appelé aussi « salle Favart », est une salle de spectacles située place Boieldieu, dans le 2e arrondissement de Paris …   Wikipédia en Français

  • Théâtre national de l'opéra-comique — La troisième Salle Favart en 2008 Le théâtre national de l’Opéra Comique, appelé aussi « salle Favart », est une salle de spectacles située place Boieldieu, dans le 2e arrondissement de Paris …   Wikipédia en Français

  • Théâtre national de l'Opéra-Comique — Cet article concerne le théâtre de l Opéra Comique. Pour le genre musical, voir Opéra comique. Théâtre national de l Opéra Comique Salle Favart …   Wikipédia en Français

  • Opéra-Comique — Théâtre national de l Opéra Comique La troisième Salle Favart en 2008 Le théâtre national de l’Opéra Comique, appelé aussi « salle Favart », est une salle de spectacles située place Boieldieu, dans le 2e arrondissement de Paris …   Wikipédia en Français

  • Opéra Comique — Théâtre national de l Opéra Comique La troisième Salle Favart en 2008 Le théâtre national de l’Opéra Comique, appelé aussi « salle Favart », est une salle de spectacles située place Boieldieu, dans le 2e arrondissement de Paris …   Wikipédia en Français

  • Théâtre de l'Opéra-Comique — Théâtre national de l Opéra Comique La troisième Salle Favart en 2008 Le théâtre national de l’Opéra Comique, appelé aussi « salle Favart », est une salle de spectacles située place Boieldieu, dans le 2e arrondissement de Paris …   Wikipédia en Français

  • Theatre national (France) — Théâtre national (France) Cet article traite du statut juridique français ; pour les autres théâtres nationaux, voir Théâtre national Théâtre national est un statut juridique donné en France à une institution théâtrale. Ce statut est lié à… …   Wikipédia en Français

  • Théâtre national (france) — Cet article traite du statut juridique français ; pour les autres théâtres nationaux, voir Théâtre national Théâtre national est un statut juridique donné en France à une institution théâtrale. Ce statut est lié à la notion de « théâtre …   Wikipédia en Français

  • Théâtre national de la Colline — Lieu Paris 20ème Architecte(s) Valentin Fabre et Jean Perrottet, assistés d Alberto Cattani Inauguration 7 janvier 1988 Nombre de salles 2 Capacité 750 200 Tutelle Direc …   Wikipédia en Français

  • Opéra-Comique — This article is about the Parisian opera company. For the London opera house associated with Gilbert and Sullivan operettas, see Opera Comique. For the opera genre, see Opéra comique. Interior of the present day Opéra Comique Coordinates …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.