Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés


Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Union des femmes.

L'Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés est un des premiers mouvements se réclamant ouvertement du féminisme qui fut fondé le 11 avril 1871, dans un café de la rue du Temple, à Paris, par Nathalie Le Mel, militante anarchiste, et Elisabeth Dmitrieff, intellectuelle russe proche de Karl Marx.

Sommaire

Contexte et fondation

Avec l'établissement de la Commune de Paris, une assemblée autonome vient d'être élue par le peuple parisien, qui compte dans ses rangs des figures politiques aux vues souvent révolutionnaires telles que Jules Vallès, Eugène Varlin. Auguste Blanqui, emblème du mouvement social révolutionnaire, vient quant à lui d'être arrêté par la police de Thiers.

C'est dans ce contexte politique révolutionnaire que Nathalie le Mel va donner à ses vues égalitaires quant à la citoyenneté féminine, longtemps développées dans ses années de militantisme socialiste et anarcho-libertaire, les moyens de leur intégration pratique, à travers l'établissement d'un syndicat mobilisateur de la cause féminine et dont les revendications multiples imprégneront en profondeur le choix idéologiques et civiques mis-en-œuvre par la brève expérience d'autogestion populaire que sera, pour quelques mois, la Commune de Paris. Égalité salariale, droit de vote, reconnaissance d'un statut civique plénier reposant sur une entière égalité civique et juridique : les exigences de l'Union des femmes s'inspiraient d'une logique socialiste libertaire naissante pour l'appliquer comme un paradigme systématique et radical à l'un de ces prototypes de la lutte de classe les plus ancrés qui est l'assujettissement traditionnel de la femme à sa contrepartie masculine, qu'elle sert et qui l'exploite en retour presque systématiquement. La répression sanglante de la Commune eut raison de cet élan qui aller animer, pourtant, la plupart des mouvements féministes du siècle suivant.

Dispersion

Après la chute de la Commune et les massacres de la Semaine Sanglante à laquelle elle a directement participé du côté des barricades, Elisabeth Dmitrieff parvint à s'enfuir en Russie, où, arrêtée, elle sera déportée en Sibérie où elle s'éteindra, selon toute vraisemblance, vers 1910. Nathalie Le Mel quant à elle fut condamnée au bagne en Nouvelle-Calédonie, pour laquelle elle sera embarquée le 13 décembre 1871, en compagnie de Louise Michel, condamnée comme elle et à une peine équivalente, et qui sera sur place sa codétenue. Nathalie le Mel sera libérée en 1880 avec l'avènement de la Troisième République, pour reprendre son activisme dans ce contexte politique certes renouvelé mais toujours aussi rétif à l'idée d'appliquer aux femmes le principe pourtant simple d'une plénière égalité.

Héritages

Nombres des combats de Nathalie Le Mel seront, à l'instar des luttes d'une Louise Michel, fondateurs des grandes orientations du féminisme du début du XXe siècle, qui fleurira en Europe à travers des figures radicales de la pensée socialiste, communiste ou anarchiste, ou aux États-Unis comme dans le mouvement des suffragettes, qui pointeront tour à tour les grandes thématiques citoyennes, juridiques et économiques qui fondent, et par principe, le discours revendicatif du féminisme moderne.

Liens internes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Union des femmes — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Cette dénomination a été utilisée par un certain nombre de mouvement: Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés Union des femmes… …   Wikipédia en Français

  • Féminisme et place des femmes en politique en France — Le féminisme en France est l ensemble des idées politiques, philosophiques et sociales cherchant à promouvoir ce qu il considère être les droits des femmes et leurs intérêts dans la société civile française. La façon dont les femmes se sont… …   Wikipédia en Français

  • Paris Commune — This article is about the government of Paris in 1871. For the Commune during the French Revolution, see Paris Commune (French Revolution). The Commune of Paris La Commune de Paris ← …   Wikipedia

  • Paris (France) — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Paris intra-muros — Paris  Cet article concerne la capitale française. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). Paris …   Wikipédia en Français

  • Paris — Cet article concerne la capitale de la France. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). 48° 51′ 24″ N 2° 21′ …   Wikipédia en Français

  • Les Etats-Unis — États Unis Pour les articles homonymes, voir États Unis (homonymie) et USA (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Les Etats-Unis d'Amérique — États Unis Pour les articles homonymes, voir États Unis (homonymie) et USA (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Les États-Unis d'Amérique — États Unis Pour les articles homonymes, voir États Unis (homonymie) et USA (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Commune De Paris (1871) — Pour les articles homonymes, voir Commune de Paris et Communards (homonymie). La Commune de Paris désigne une période insurrectionnelle à Paris qui dura deux mois environ, du 18 mars 1871 jusqu à la « semaine sanglante » (21… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.