Vitamine B12


Vitamine B12
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir B12.
Vitamine B12
R = –5'-désoxyadénosyl, –CH3, –OH ou –CN.
R = –5'-désoxyadénosyl, –CH3, –OH ou –CN.
Général
Nom IUPAC α-(5,6-dimethylbenzimidazolyl)cobamidcyanide
Synonymes cobalamine
No CAS 13870-90-1
68-19-9 (Cyanocobalamine)
13422-51-0 (Hydroxocobalamine)
No EINECS 237-627-6
200-680-0 (Cyanocobalamine)
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C72H100CoN18O17P  [Isomères]
Masse molaire[1] 1 579,5818 ± 0,0733 g·mol-1
C 54,75 %, H 6,38 %, Co 3,73 %, N 15,96 %, O 17,22 %, P 1,96 %,
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La vitamine B12, également appelée cobalamine, est une vitamine hydrosoluble essentielle au fonctionnement normal du cerveau (elle participe à la synthèse de neuromédiateurs), du système nerveux (elle est indispensable au maintien de l'intégrité du système nerveux et tout particulièrement de la gaine de myéline qui protège les nerfs et optimise leur fonctionnement) et à la formation du sang. C'est l'une des huit vitamines B. Elle est normalement impliquée comme cofacteur dans le métabolisme de chacune des cellules du corps humain, plus particulièrement dans la synthèse de l'ADN et sa régulation ainsi que dans la synthèse des acides gras et dans la production d'énergie.

Elle existe sous plusieurs formes appartenant à la famille des cobalamines : cyanocobalamine, hydroxocobalamine, méthylcobalamine et adénosylcobalamine, les deux premières étant ses formes stables. Les cobalamines ont une structure chimique proche de l’hème mais l’atome central de fer y est remplacé par un atome de cobalt, d’où leur nom.

Un déficit en vitamine B12 entraîne une forme d'anémie dont l'une des caractéristiques est la présence de globules rouges fortement augmentés en taille (macrocytose).

La synthèse totale de cette biomolécule complexe, réalisée en 1972 par Robert Burns Woodward, Albert Eschenmoser et leur équipe, demanda plusieurs années.

Sommaire

Découverte de la vitamine

L'origine des recherches sur cette vitamine débute par la description d'une anémie mortelle, l'anémie pernicieuse, par différents auteurs dont Thomas Addison ou Michael Anton Biermer au XIXe siècle.

Vers 1920, George Whipple, George Minot et William Murphy (prix Nobel de médecine en 1934) démontrèrent que des extraits de foie sous forme de compléments alimentaires étaient susceptibles de corriger certaines anémies. Les extraits de foie contiennent le facteur extrinsèque, c'est-à-dire la vitamine B12 elle-même.

William Castle a démontré qu'il existait un facteur intrinsèque indispensable, et inexistant chez les malades souffrant d'anémie pernicieuse et un facteur extrinséque venant de l'alimentation (foie, viandes).

La vitamine B12 a été isolée en 1948 par Karl Folker du laboratoire Merck et par Lester Smith du laboratoire Glaxo. La configuration tridimensionnelle fut identifiée par Dorothy Hodgkin (prix Nobel de chimie en 1964).

En 2007, des chercheurs du MIT et de la Harvard Medical School ont achevé l'étude de la synthèse de la vitamine B12 par des microorganismes[2].

Physiologie

L'organisme humain ne fait pas la synthèse de la vitamine B12. Dans la nature, cette synthèse est effectuée par des bactéries. Les herbivores seraient capables d'assimiler la vitamine B12 produite par les bactéries dans leur estomac. Les carnivores s'approvisionnent en dévorant les herbivores. Pour l'homme, les sources principales sont la viande, le poisson, le lait et les œufs.

La vitamine B12 alimentaire est absorbée par un processus en plusieurs étapes. Dans le milieu acide de l'estomac, elle est séparée du substrat alimentaire par les pepsines gastriques. Elle se lie alors à des protéines R salivaires dont elle se libère dans le duodénum sous l'effet des protéases pancréatiques. Elle peut alors s'associer au facteur intrinsèque, une glycoprotéine de liaison sécrétée par les cellules pariétales de l'estomac. Le complexe de vitamine B12 et de facteur intrinsèque parcourt tout l'intestin grêle avant d'être absorbé sous cette forme dans la partie terminale de l'iléon. L'assimilation de la vitamine B12 est compromise lorsque l'un des mécanismes ci-dessus fait défaut, par exemple lorsque l'estomac ne produit pas de facteur intrinsèque.

Action de la vitamine sur l'hématopoïèse

L'action de la vitamine B12 semble reposer sur son intervention dans la synthèse de la protoporphyrine libre des hématies et dans la transformation de l'acide folique en acide folinique.

La vitamine B12 intervient dans la synthèse de la thymidine (substance importante pour le métabolisme des nucléotides) qui joue un rôle important dans l'édification du noyau des cellules et donc dans la réplication cellulaire.

Action métabolique

La vitamine B12 exerce une nette action sur la croissance. Cette action doit être rapprochée de l'activité de la vitamine vis-à-vis des acides aminés dont le taux sanguin chute après administration de la vitamine.

La vitamine B12 est indispensable à l'entretien des épithéliums et de la myéline.

Il est à noter qu'elle exerce aussi une action dans le métabolisme lipidique et la bêta-oxydation. En effet, la vitamine B12 est un cofacteur de la méthylmalonyl-CoA mutase, enzyme qui catalyse la conversion de la L-méthylmalonyl-CoA en succinyl-CoA. Il s'agit d'une des réactions permettant la dégradation de la propionyl-CoA (non métabolisée dans le corps humain), qui provient directement de l'hélice de Lynen lors de la bêta-oxydation des acides gras à nombre impair de carbone.

Besoins

L'apport journalier moyen est de 1,4µg selon les individus et les conditions physiologiques (grossesse, allaitement).

Sources alimentaires de vitamine B12

En µg pour 100 g :

  • Contamination bactérienne : théoriquement, la vitamine B12 pourrait être présente dans tous les aliments végétaux non lavés, par suite d'une contamination bactérienne, due à des résidus de terre, ou de compost issu d'excréments par exemple ; autrefois, quand les conditions hygiéniques étaient réduites, il en allait certainement ainsi. Cependant, c'est aujourd'hui pratiquement impossible dans les pays où laver les légumes et les mains est systématiquement requis et possible[3].

(La vitamine B12 des suppléments anglais est aujourd'hui presque toujours produite par des cultures spécifiques de bactéries.)

  • Viande
    • Foie de bœuf : 110
    • Foie de mouton : 65
    • Foie de veau : 60
    • Rognons de bœuf : 35
    • Rognons de veau : 25
    • Foie de volaille : 20
    • Rognons de porc : 15
    • Viande cuite (moyenne)[4] : 1,9
  • Produits laitiers
    • Fromage frais : 0.8
  • Œufs : 1,3
  • Aliments supplémentés : doses pour 1 µ
    • Lait de soja (1/2 litre)
    • Divers types de céréales de petit déjeuner
    • Jus multivitaminés, cocktails de jus de fruits, jus de fruits (1/5 litre à 2/3 litre)
    • Compléments alimentaires : comprimés et ampoules vendus en pharmacie.

La vitamine B12 n'existe que très peu (ou pas) dans le monde végétal : la consoude officinale et la plupart des algues alimentaires comme la 'porphyre' (Porphyra umbilicalis) ont été réputées pour en produire, mais ces résultats sont aujourd'hui infirmés. Le consensus actuel dans la communauté scientifique veut que ces molécules soient des variantes non assimilables par l'homme de la vitamine. La littérature scientifique contient des publications contradictoires sur le sujet, même si aujourd'hui le consensus semble se dégager.

En raison des troubles potentiellement graves susceptibles d'être engendrés par une carence en vitamine B12, il est important que les végétaliens s'assurent un apport fiable, à travers une supplémentation. Celle-ci peut être directe (comprimés ou fioles de vitamine B12 disponibles en pharmacie) ou indirecte (céréales de petit déjeuner, jus de fruits, laits de soja... suffisamment enrichis en B12). La majorité des associations végétaliennes recommandent aux végétaliens d'assurer leur apport en vitamine B12 ainsi, notamment la Vegan Society, l'association végétalienne la plus ancienne (fondée en 1944 au Royaume-Uni)[5].

La B12 des suppléments et des produits enrichis consommés par les végétaliens est presque toujours fabriquée industriellement à partir de cultures de bactéries. Noter que la vitamine B12 qu'on trouve dans la viande et les produits animaux provient majoritairement de la B12 ajoutée en supplément à la nourriture des animaux d'élevage, et est donc de même origine que la B12 prise par les végétaliens[6].

Production industrielle

La production mondiale de vitamine B12 se montait en 2008 à environ 35 tonnes[7] et était assurée par quatre sociétés: une française - Sanofi-Aventis - et trois chinoises[8]. La production semble être en augmentation rapide. Elle se fait par fermentation bactérienne, probablement à l'aide d'organismes génétiquement modifiés[9].

La plus grande partie de cette production[10] est destinée à l'élevage, comme additif alimentaire et préparations injectables pour les animaux; le reste sert à l'alimentation et à la médecine humaines.

En pathologie

Des recherches ont montré que des valeurs élevées de B12 dans le sang chez des patients âgés atteints de cancer avancé étaient un prédicteur significatif du risque de mortalité[11].

Impact Pharmacien cite une étude britannique montrant « que les seniors qui ont de bons niveaux de vitamine B12 présentent moins de risque de voir le volume de leur cerveau diminuer avec l'âge ». Les scientifiques ont constaté après 5 ans de suivi que « le déclin de volume cérébral était plus marqué chez les volontaires qui présentaient des bas niveaux de vitamine B12 », souligne le bimensuel qui précise également que selon les calculs des chercheurs, « les seniors qui avaient peu de vitamine B12 avaient six fois plus de risque de voir le volume de leur cerveau diminuer ».

La carence en vitamine B12 ou sa mauvaise absorption digestive peut entraîner une anémie et une sclérose combinée de la moelle dans le cadre d'un syndrome neuro-anémique.

Source

  • Jacqueline Zittoun, Découverte de la vitamine B12, La Revue du Praticien, 2000;50:473-475

Notes et références

  1. Masse molaire calculée d’après Atomic weights of the elements 2007 sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Découverte sur la synthèse de la vitamine B12
  3. Marco Lorenzi, « Antispécisme pratique : la vitamine B12 dans l'alimentation végétalienne », Cahiers anti-spécistes, février 2002
  4. a et b Source : Table de composition nutritionnelle CIQUAL 2008
  5. (en)Page de la Vegan Society mettant en garde contre les carences en vitamine B12
  6. David Olivier, « Les animaux-emballages », Alternatives végétariennes no103, mars 2011, version Web.
  7. (en)« New round of price slashing in vitamin B12 sector. (Fine and Specialty) », 1/2009.
  8. Voir l'article ci-dessus « New round of price slashing... ». Celui-ci mentionne comme société française « Aventis Pharma Limited of France », mais ce nom est celui d'une société indienne, filiale de Sanofi-Aventis. L'usine de production de Sanofi-Aventis est à Saint-Aubin-lès-Elbeuf en France (Seine-Maritime).
  9. Selon le site GMO Compass.
  10. 90 % de la production, selon (en)« Where does B12 come from? ».
  11. P. Geissbühler, B. Mermillod and C.H. Rapin (2000), Eleveted serum vitamine B12 levels associeted with CRP as a predictive factor of mortality in palliative care cancer patients. A prospective study over five years, Journal of pain and symptom management, Vol. 20, issue 2, pp. 93-103)

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vitamine B12 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vitamine B12 — ● Vitamine B12 vitamine hydrosoluble jouant un rôle dans la maturation des globules rouges à partir de leurs cellules mères et dans la synthèse de certains acides gras et de certains acides aminés …   Encyclopédie Universelle

  • Vitamine M — Vitamine B9 Vitamine B9 Structure chimique de la vitamine B9 Général Synonymes acide folique vitamine M fola …   Wikipédia en Français

  • vitamine — [ vitamin ] n. f. • 1913; mot angl. (1912); du lat. vita « vie » et amine ♦ Substance indispensable au bon fonctionnement de l organisme, apportée en petite quantité par l alimentation. La plupart des vitamines ne peuvent être synthétisées par l… …   Encyclopédie Universelle

  • vitaminé — vitamine [ vitamin ] n. f. • 1913; mot angl. (1912); du lat. vita « vie » et amine ♦ Substance indispensable au bon fonctionnement de l organisme, apportée en petite quantité par l alimentation. La plupart des vitamines ne peuvent être… …   Encyclopédie Universelle

  • Vitamine — Pour les articles homonymes, voir Vitamine (homonymie). Une vitamine est une substance organique nécessaire (en dose allant du microgramme à plusieurs milligrammes par jour) au métabolisme des organismes vivants et donc de l homme, et que l… …   Wikipédia en Français

  • Vitamine B9 — Acide folique Structure chimique de l acide folique …   Wikipédia en Français

  • Vitamine B — Les vitamines B forment un groupe de vitamines hydrosolubles comprenant : Vitamine B1 ou thiamine Vitamine B2 ou riboflavine Vitamine B3 (PP) ou nicotinamide Vitamine B5 ou acide pantothénique Vitamine B6 ou pyridoxine Vitamine B8 (H) ou… …   Wikipédia en Français

  • B12 — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.   Sigles d’une seule lettre   Sigles de deux lettres > Sigles de trois lettres   Sigles de quatre lettres …   Wikipédia en Français

  • Vitamine — sind organische Verbindungen, die der Organismus nicht als Energieträger, sondern für andere lebenswichtige Funktionen benötigt, die jedoch der Stoffwechsel zum größten Teil nicht synthetisieren kann. Sie müssen deshalb mit der Nahrung… …   Deutsch Wikipedia

  • Vitamine —   [v ; lateinisch vita »Leben« und Amine], Singular Vitamin das, s, zusammenfassende Bezeichnung für eine Gruppe chemisch sehr unterschiedlicher, v. a. von Pflanzen und Bakterien synthetisierter Substanzen, die für den Stoffwechsel der …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.