Vœux religieux


Vœux religieux

Dans la tradition chrétienne, les vœux religieux désignent l'engagement public par lequel un homme ou une femme s'engage à certaines formes particulières de vie chrétienne, généralement explicitées par une règle ou des coutumes. Fondamentalement et théologiquement, cet engagement revient à adopter les conseils évangéliques que la théologie médiévale a exprimé par la trilogie des trois voeux d'obéissance, de pauvreté et de chasteté. Mais dans les principales règles d'origine ancienne et médiévale, il n'était pas encore question de cette trilogie. Il faut donc distinguer les engagement fondamentaux impliqués fondamentalement par toute consécration religieuse (l'obéissance à des supérieurs, le renoncement à la possession et à la gestion de biens possédés en propre, le renoncement à toute activité sexuelle et à tout attachement affectif exclusif) des voeux explicitement formulés par les formules de profession. Primitivement, celles-ci mettaient l'accent sur d'autres aspects de la vie religieuse sans mentionner les trois engagements fondamentaux qui n'en demeurent pas moins implicitement contenus dans toute consécration religieuse (voir plus bas).

Les vœux religieux peuvent être temporaires (dits simples) ou perpétuels (dits solennels). Depuis une période récente, dans les instituts religieux, les religieux commencent par prononcer des vœux temporaires, en général pour une période variant de un à cinq ans, souvent renouvelables, puis prononcent leurs vœux perpétuels, aussi appelés vœux solennels ou définitifs.

Sommaire

Vocabulaire

On appelle :

profès 
le religieux qui a prononcé des vœux ;
profès temporaire 
le religieux qui a prononcé des vœux qui l'engagent pour une période déterminée ;
profès perpétuel 
le religieux qui a prononcé des vœux qui l'engagent définitivement ;
profès solennel 
= profès perpétuel. On parle de profès solennel, parce que les vœux sont émis selon un rituel public plus solennel que la profession simple ;
profès simple 
= profès temporaire ;
profession religieuse 
acte qui consiste à prononcer des vœux.

Histoire

La tradition de prononcer des vœux apparaît dès le IIIe siècle. Jusqu'à la fin du Moyen Âge, l'institution des voeux temporaires, engageant pour une période déterminée, n'existait pas. Après son noviciat, le candidat faisait immédiatement profession définitive.

Les promesses

L'engagement de pauvreté : ne rien posséder, ne rien garder pour soi, comme le Christ (donc tout mettre en commun) et tout recevoir du Père, « Ainsi donc, quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il possède ne peut être mon disciple. », Luc 14:33.

L'engagement de chasteté : non pas un mépris du mariage qui est une vocation chrétienne mais le choix de la fraternité, d’un amour qui se veut ouvert à tous, sans limite. « Car il y a des eunuques [...] et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne » Matthieu 19:12

L'engagement à l'obéissance : obéissance à Dieu, comme le Christ « car Je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. » Jean 6:38. Elle passe par des médiations. Les deux principales sont le supérieur et la règle de l'institut religieux.

Formes spéciales et vœux particuliers

  • Les Bénédictins, Cisterciens, et autres moines soumis à la Règle de saint Benoît, ainsi que les Chartreux, ne prononcent que les vœux de stabilité dans le monastère, obéissance et conversion des mœurs (Cf. Règle de saint Benoît, chap. 58). Ils considèrent généralement que les vœux de pauvreté et de chasteté sont inclus dans le vœu de conversion des mœurs (Conversio morum, parfois traduit par « vie monastique »).
  • Les frères prêcheurs (dominicains) ne prononcent que le vœu d'obéissance au supérieur, dans la mesure où celui-ci inclut les deux autres.
  • La Compagnie de Jésus a ajouté aux trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, celui de l'obéissance spéciale au pape.
  • Les légionnaires du Christ font voeux d'humilité et de charité en plus des trois voeux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance.

Formes de la vie consacrée

Les vœux scellent l'appartenance à un institut de vie consacrée qui peut être :

Le protestantisme, puis les philosophes du siècle des Lumières refusent de comprendre ces engagements. En 1791, l'État issu de la Révolution française refuse ce qu'elle considère comme une "aliénation" : « La loi ne reconnaît plus ni vœux religieux, ni aucun autre engagement qui serait contraire aux droits naturels ou à la Constitution[1]. »

Annexes

Notes et références

  1. Introduction à la Constitution de 1791, le 3 septembre 1791

Articles connexes

NB : Certaines de ces pages sont des doublons partiels.

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vœux religieux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • religieux — religieux, ieuse [ r(ə)liʒjø, jøz ] adj. et n. • 1165 au sens I, 2o; lat. ecclés. religiosus, de religio → religion I ♦ Adj. Relatif à la religion. 1 ♦ (1538) Qui concerne les rapports entre l être humain et un pouvoir surnaturel; qui présente le …   Encyclopédie Universelle

  • religieux — religieux, euse (re li ji eû, eû z ) adj. 1°   Qui appartient à la religion. •   L Église enseigne que tout culte religieux se doit terminer à Dieu comme à sa fin nécessaire ; et, si l honneur qu elle rend à la sainte Vierge et aux saints peut… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • religieux — Religieux, [religi]euse. adj. Qui appartient à la religion. Et en ce sens il n a guere d usage qu en cette phrase. Culte religieux. Il signifie aussi, Pieux, qui vit selon les regles de la religion, qui est conforme à la religion, & en ce sens il …   Dictionnaire de l'Académie française

  • RELIGIEUX (CONGRÉGATION DES) — RELIGIEUX CONGRÉGATION DES Parmi les congrégations composant la curie romaine, la congrégation des Religieux a compétence exclusive pour tout ce qui regarde la direction, la discipline, les études et les biens des religieux, hommes et femmes. Les …   Encyclopédie Universelle

  • Religieux — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Religieux se dit de religion. Un religieux est un clerc régulier. Ce document provient de « Religieux ». Catégorie : Homonymie …   Wikipédia en Français

  • Religieux catholique — Religieux Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Religieux se dit de religion. Un religieux est un clerc régulier. Ce document provient de « Religieux ». Catégorie : Homonymie …   Wikipédia en Français

  • Religieux conventuel — ● Religieux conventuel religieux qui habite dans un couvent. (On donne particulièrement ce nom à ceux des franciscains qui n ont pas adopté la réforme des observants.) …   Encyclopédie Universelle

  • RELIGIEUX, EUSE — adj. Qui est relatif à la religion. Culte religieux. Cérémonies religieuses. Doctrine religieuse. Les idées religieuses. Les opinions religieuses. La morale religieuse. Des sentiments religieux. Des chants religieux. Il signifie aussi Qui est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • RELIGIEUX — EUSE. adj. Qui appartient à la religion. Culte religieux. Cérémonies religieuses. Doctrine religieuse. Les idées religieuses. Les opinions religieuses. La morale religieuse. Des sentiments religieux. Des chants religieux.   Il signifie aussi,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Religieux de Saint Vincent de Paul — Frères de Saint Vincent de Paul Les Frères de Saint Vincent de Paul, ou Religieux de Saint Vincent de Paul forment une congrégation religieuse catholique de frères et pères fondée le 3 mars 1845 par Jean Léon Le Prévost ( 10 août 1803 à Caudebec… …   Wikipédia en Français

  • RELIGIEUX — EUSE. s. Il se dit Des personnes qui se sont engagées par des voeux à suivre une certaine règle autorisée par l Église. Les religieux de Saint Benoît, de Saint Augustin, etc. Un bon religieux. Une bonne religieuse. Un couvent de religieuses.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.