Walter Benjamin


Walter Benjamin
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benjamin.
Walter Benjamin
Philosophe Occidental
Walter Benjamin vers 1928.jpg

Naissance 15 juillet 1892
à Berlin (Allemagne)
Décès 26 septembre 1940 (à 48 ans)
à Portbou (Espagne).
Principaux intérêts art, littérature, cinéma
Idées remarquables aura
Œuvres principales L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique
Influencé par Karl Marx

Walter Bendix Schönflies Benjamin (15 juillet 1892 à Berlin- 26 septembre 1940 à Portbou) est un philosophe, historien de l'art, critique littéraire, critique d'art et traducteur (notamment de Balzac, Baudelaire et Proust) allemand de la première moitié du XXe siècle, rattaché à l'école de Francfort.

Sommaire

Vie

Walter Benjamin naît à Berlin-Charlottenburg de parents Juifs, Émile Benjamin (1856-1929) et Pauline (née Schoenflies). Son père était banquier, puis antiquaire et marchand d'art. Il passe son enfance dans cette ville et la relatera plus tard dans "Enfance berlinoise au XIXe siècle". Pour des raisons de santé, il effectue de 1904 à 1907 un séjour à la campagne. De 1905 à 1907, il fréquente le Hermnan-Lietz-Schule à Haubinda, en Thuringe, où il subit l'influence de Gustav Wineken, inspirateur du mouvement républicain « Freien Studentenschaft ». Celui-ci l'incite à s'engager dans les "Jugendbewegungen". Après le baccalauréat, en 1912, Walter Benjamin commença des études de philosophie, de germanistique ainsi que d'histoire de l'art à L'Université "Albert-Ludwigs" à Fribourg-en-Brisgau.

« Penseur privé », il n'a pas exercé dans le cadre de l'université, même s'il a toutefois essayé sans succès d'intégrer celle-ci pour des raisons financières. Il n'a quasiment rien publié de son vivant, ses revenus consistant essentiellement en une rente paternelle. Il a été proche de Theodor Adorno.

En 1910, il écrit des essais dans Der Anfang, la publication de ce mouvement sous le pseudonyme « Ardor ». En 1912, il voyage en Italie. En 1914, il devient président des « Freien Studentenschaft » puis, en raison de désaccords, se retire des activités du groupe, y compris de la revue Der Anfang. Le suicide d'un couple d'amis le marque profondément. Il se fiance et commence la traduction des Tableaux parisiens de Charles Baudelaire. En 1915, Gustav Wineken publie un texte encourageant la jeunesse allemande à servir sa patrie. Walter Benjamin lui écrit pour lui signifier son désaccord et rompt définitivement avec lui. Il rencontre Werner Kraft. En 1916 il rompt ses fiançailles pour vivre avec Dora Pollack (née Kellner), épouse de Max Pollack, qu'elle quitte.

En 1917, il reçoit un ordre de mobilisation, mais parvient à se procurer un certificat médical qui retarde son incorporation. Il se marie avec Dora Pollack, et passe quelque temps avec elle en sanatorium à Dachau[1], puis en Suisse. Il est inscrit à l'université de Berne. Il commence une thèse sur la critique d'art à l'époque romantique. En 1918, il a un fils, Stephan. Il achève la rédaction de sa thèse, soutenue à l'université de Berne. Il poursuit alors ses traductions de Baudelaire.

En 1919, il rencontre Ernst Bloch. En 1920 il déménage pour des raisons financières à Berlin avec sa femme et son fils. En 1921, il se sépare de son épouse, et vit à Heidelberg et Berlin. En 1922, à Heidelberg, il s'efforce d'obtenir une habilitation lui permettant d'enseigner à l'université. En 1923, il échoue de nouveau dans sa tentative d'être habilité à l'université, et rencontre Adorno. Son père a de gros problèmes financiers qui compromettent l'aide qu'il lui fournit.

En 1924, il effectue en même temps qu'Ernst Bloch un séjour à Capri. Il fait la connaissance de Asja Lascis, communiste lettone qui l'initie au marxisme. En 1925, il renonce à son habilitation.

En 1926, il séjourne en France, à Paris et dans le Var, ainsi qu'à Monaco. Il traduit Proust. À la mort de son père, il fait un passage à Berlin, revient en France, puis part pour Moscou. En 1927, il revient à Paris et termine la traduction d'À l'ombre des jeunes filles en fleurs. En 1933, il émigre à Paris, et essaie de quitter l'Europe pour les États-Unis d'Amérique en 1940.

Mort tragique

La tombe de Walter Benjamin à Portbou.

En juin 1940, il est enfermé au camp de Vernuche près de Nevers, puis libéré grâce à ses amis intellectuels[2]. Un jour avant l'entrée de l'armée allemande dans Paris, Benjamin quitte la capitale et se rend à Lourdes. De là, il part à Marseille et finalement arrive à Port-Vendres le 25 septembre 1940 avec l'intention de fuir en Espagne[3].

Arrivé dans la petite commune des Pyrénées-Orientales, il se fait connaitre auprès de Hans et Lisa Fittko, deux antinazis allemands qui peuvent lui faire franchir la frontière clandestinement. Malgré son âge (Walter Benjamin a quarante-huit ans) et ses problèmes de santé, le philosophe et deux autres candidats à l'exil, Henny Gurland et son fils José, conduits par Lisa, parviennent au bout d'une dizaine d'heures à Portbou. Il y écrit sa toute dernière lettre en français le 25 septembre 1940 : « Dans une situation sans issue, je n'ai d'autre choix que d'en finir. C'est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s'achever »[4]. Le 26 septembre 1940, Walter Benjamin se suicide en absorbant une dose mortelle de morphine.

D'après Lisa Fittko, les autorités espagnoles ont avisé les trois fuyards qu'une nouvelle directive du gouvernement espagnol préconisait la reconduite des réfugiés en France. Benjamin n'aurait pas supporté la nouvelle — en fait la nouvelle réglementation ne sera jamais appliquée… et était sans doute déjà annulée quand il se donna la mort[5].

Les papiers contenus dans la serviette en cuir de Benjamin qui contenait, disait-il, un manuscrit « plus important que sa vie », n'ont pas été retrouvés même s'ils ont été répertoriés comme liasse de manuscrit dans la main courante de la police de Portbou[6].Le philosophe a aussi écrit une lettre d'adieu à Theodor W. Adorno, dictée à son compagnon de fuite Henny Gurland.

Bien que sa dépouille n'ait jamais été retrouvée, un monument funéraire lui est dédié au cimetière de Portbou[7]. Une œuvre commémorative du sculpteur israélien Dani Karavan intitulée Passages a été érigée en hommage au philosophe dans le petit port catalan. Sa mort est évoquée dans l'opéra Shadowtime (musique de Brian Ferneyhough, livret de Charles Bernstein).

D'autres hypothèses ont été émises au sujet de sa mort :

  • Who killed Walter Benjamin... (73 min. Espagne, Allemagne, Pays Bas), un film documentaire de David Mauas sur les circonstances de la mort de Walter Benjamin à Port Bou [2] a présenté la thèse selon laquelle il aurait été assassiné par des fascistes.
  • Selon Stephen Schwartz, il aurait été assassiné par des agents à la solde de Staline[3].

Le concept de l'aura

Walter Benjamin introduit le terme d’aura en 1931 dans son essai "Petite histoire de la photographie" (suivi en 1936 de L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique), pour caractériser la spécificité de l’œuvre d'art qui est unique, liée à un endroit précis et qui s’inscrit dans l’histoire. Il définit l’aura comme « l'unique apparition d’un lointain, quelle que soit sa proximité » (einmalige Erscheinung einer Ferne, so nah sie auch sein mag). Pour illustrer son propos, il donne l’exemple d’un observateur admirant une chaîne de montagnes un jour d’été. Le sentiment qu’il ressent à un moment précis ne pourra pas être reproduit parce qu’il est impossible de reproduire cet instant. L'inaccessibilité de l’œuvre d’art s’explique pour lui de ses origines dans des rites magiques et plus tard religieux. Les dernières traces de ses origines rituelles sont visibles dans le mouvement de l’art pour l’art.

« Manifestation d’un lointain quelle que soit sa proximité » : par quel mystère quelque chose peut-il être à la fois proche et lointain ? N'est-ce pas une contradiction ? Walter Benjamin ne nous le dit pas du tout. Par exemple les images cultuelles ; ce sont des images qui sont censées symboliser la divinité. Elles sont donc à la fois proches spatialement - nous pouvons nous en approcher jusqu'à les toucher - et essentiellement lointaines puisqu'elles désignent autre chose qu'elles-mêmes. Second exemple : le portrait ou la peinture. Le tableau est toujours unique et unique apparition d'un lointain. Par opposition à quoi ? A la photographie qui est reproductible : il suffit de faire un autre tirage ou encore pire dit Walter Benjamin, le cinéma qui est par essence fait pour être reproductible.

La reproductibilité technique a pour conséquence la perte de l’aura, parce que la copie acquiert une autonomie vis-à-vis de l’original par le fait que l’œuvre est placée dans de nouveaux contextes, qu’il devient possible de changer de point de vue, d'opérer des grossissements. En plus la copie va vers l’observateur, devient accessible dans des situations nouvelles et est sortie de tout contexte historique et spatial. Ainsi l’œuvre devient un objet commercial.

Ses écrits sont utilisés aujourd'hui par ceux qui étudient la culture populaire. En effet, contrairement à Adorno, Benjamin attribue un rôle positif à des aspects de la culture de masse, et ne la réduit pas comme Adorno à un pur produit de fausse conscience.

Le concept du temps

Le point le plus radical des notes « Sur le concept d’histoire » de Walter Benjamin est sans doute la critique du concept de temps comme continu et linéaire, concept aujourd’hui dominant. Car la théologie connaît la possibilité et la nécessité d'interrompre le continuum temporel. La différence entre la théologie et ce que Benjamin saisit en elle consiste en ce qu’il voit la possibilité d'une fracture à l'intérieur de notre monde en immanence. L’ « à-présent » [Jetztzeit] n'est pas le Jugement dernier et il ne faut pas attendre la mort pour s'approcher de la nouvelle conception du temps. L'expérience et la pratique de nombreuses générations dans leurs actes de remémoration vivante et dans les traditions attestent, en quelque façon, ce concept d’à-présent[8].


Postérité

Hannah Arendt en a rédigé une biographie critique, parue dans The Newyorker en 1968[9], puis en préface des Illuminations la même année.

Principales œuvres

  • L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique
  • Sens unique, précédé d’une enfance berlinoise
  • Paris, capitale du XIXe siècle
  • Le Livre des passages (fragments)
  • Charles Baudelaire
  • Origine du drame baroque allemand
  • Le Conteur. Réflexion sur l’œuvre de Nicolas Leskov (parfois traduit par Le Narrateur)
  • Journal de Moscou
  • Illuminations
  • Réflections
  • Enfance berlinoise
  • Petite histoire de la photographie (1931)
  • Le Concept de critique esthétique dans le romantisme allemand
  • Eduard Fuchs, le collectionneur et historien
  • Essais sur Brecht
  • Thèses sur le concept d’histoire

Bibliographie

  • Expérience et pauvreté, suivi de : Le conteur et de : La tâche du traducteur, Paris, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot", 2011.
  • Correspondance Gershom Scholem, Theodor W. Adorno, ed.: Aubier Montaigne, 1992, ISBN 2-7007-0158-5
  • Passages. D'après Walter Benjamin, ed.: Herman Schmidt, Mainz, 1992. ISBN 3-87439-251-1
  • Walter Benjamin L’Ange assassiné, Tilla Rudel, éd. Menges - Place Des Victoires, 2006
  • Le Chiffonnier, l'Ange et le Petit Bossu Klincksieck, 2006
  • Correspondance (1930-1940) Walter Benjamin et Gretel Adorno, édition établie par Christoph Gödde et Henri Lonitz, traduit de l'allemand par Christoph David, ed.: le promeneur, 2007.
  • Bruno Tackels, Walter Benjamin : une vie dans les textes, Actes Sud, 2009. - 840 p. - ISBN 978-2-7427-8224-6
  • Au microphone : Dr. Walter Benjamin, Walter Benjamin et la création radiophonique, 1929-1933, Philippe Baudouin, Ed de la Maison des Sciences de l'Homme, 2009 - livre + CD audio - ISBN 978-2-7351-1265-4
  • Eric Jacobson, « Metaphysics of the Profane: The Political Theology of Walter Benjamin and Gershom Scholem», Columbia University Press, 2003.
  • L'histoire de l'art depuis Walter Benjamin [actes du colloque organisé par l’EHESS-CEHTA et l’INHA, le 5 et 6 décembre 2008]. Images Re-vues, hors série, 2, sous la dir. de Giovanni Careri et de Georges Didi-Huberman, Paris, 2010 (ISSN 1778-3801) (en ligne).
  • Stefan Gandler « Pourquoi l’ange de l’histoire regarde-t-il vers l’arrière? » Trad. Marc Sagnol. En: Les Temps Modernes, Paris, anné 58, num. 624, may-julliet 2003, pp. 54-74. ISSN 0040-3075.

Filmographie

Notes

  1. Willem van Reijen et Herman van Doorn, Aufenthalte und Passagen: Leben und Werk Walter Benjamins: Eine Chronik, Suhrkamp, 2001
  2. Christian Manso, Pyrénées 1940, ultime frontière : pour Carl Einstein, Walter Benjamin, Wilhelm Friedmann, Éditions L'Harmattan, 2006, p. 140.
  3. En Espagne, malgré le régime ultra-conservateur et répressif, personne ne rejette ceux qui fuient la Gestapo et le régime de Vichy. De nombreux intellectuels se réfugieront ainsi aux États-Unis en passant par l'Espagne : Hannah Arendt, Heinrich Mann, Franz Werfel, Alma Mahler, Marc Chagall, André Breton, Max Ernst, Jacques Lispchitz, Wilfredo Lam, Victor Brauner, André Masson, Victor Serge et bien d'autres.
  4. La Quinzaine littéraire, La hotte bien remplie de Walter Benjamin, numéro 1048, page 20
  5. Par la suite, aucun réfugié n'aura de nouveau à craindre d'être remis à la police française ou à la Gestapo. La route empruntée par Walter Benjamin, dite « route Lister », sera empruntée par des centaines d'autres réfugiés guidés par le couple Fittko — un legs posthume en quelque sorte du philosophe à ses camarades en fuite.
  6. . Il semble pourtant que ces manuscrits n'étaient que des copies, dont l'original, les Thèses sur la philosophie de l'histoire, auraient été confiées à l'écrivain Georges Bataille à Paris, qui les aurait déposées pour sa part à la Bibliothèque nationale
  7. On peut lire sur sa tombe l'épitaphe suivante, extrait de son ouvrage Thèses sur la philosophie de l'histoire : « Il n'y a aucun témoignage de la culture qui ne soit également un témoignage de la barbarie ».
  8. Voire: Stefan Gandler, “Pourquoi l’ange de l’histoire regarde-t-il vers l’arrière?” Trad. Marc Sagnol. En: Les Temps Modernes, Paris, anné 58, num. 624, may-julliet 2003, pp. 54-74. ISSN 0040-3075.
  9. [1]

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources

  • Sur la mort de Walter Benjamin, voir « Portbou, Terminus », Libération, mardi 8 août 2006.
  • Gershom Scholem, « Walter Benjamin, Histoire d'une amitié », Calmann-Lévy, 1981

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Walter Benjamin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Walter Benjamin — – 1928 Porträt Benjamins am Eingang des Gebäudes der Wa …   Deutsch Wikipedia

  • Walter Benjamin — Monumento Walter Benjamin en Portbou Nombre completo Walter Bendix Schönflies Benjamin Nacimien …   Wikipedia Español

  • Walter Benjamin — (Berlín, 15 de julio de 1892 – Port Bou, 27 de septiembre de 1940) fue un crítico literario marxista y filósofo judeo alemán. Colaborador estrecho de la Escuela de Frankfurt a la que sin embargo nunca estuvo directamente asociado adaptó su… …   Enciclopedia Universal

  • Walter Benjamin — Infobox Philosopher region = Western Philosophers era = 20th century philosophy color = #B0C4DE name = Walter Benjamin birth = July 15, 1892, Berlin, Germany death = September 27, 1940, Port Bou, Catalonia school tradition = Western Marxism,… …   Wikipedia

  • Jardins de Walter Benjamin — Die Jardins de Walter Benjamin sind eine kleine Gartenanlage in Barcelona in Spanien. Sie befinden sich im Stadtteil Poble Sec, unweit vom Plaça de la Carbonera. Die Jardins de Walter Benjamin sind nach dem jüdischen Literaturkritiker und… …   Deutsch Wikipedia

  • BENJAMIN, WALTER — (1892–1940), German philosopher and literary critic. Born in Berlin, Benjamin attended Haubinda, a country educational establishment, where he met the radical school reformer Gustav Wyneken. From 1910 to 1914 Benjamin took an active part in the… …   Encyclopedia of Judaism

  • BENJAMIN (W.) — Penseur engagé sur plusieurs fronts et circulant volontiers de l’un à l’autre, Walter Benjamin doit son irrésistible fulgurance à la mobilité avec laquelle il se déplace. Ses sauts de tigre (la dialectique passe toujours chez lui par la voie… …   Encyclopédie Universelle

  • Benjamin (Name) — Benjamin ist ein männlicher Vorname, der auch als Nachname vorkommt. Inhaltsverzeichnis 1 Varianten 2 Etymologie 3 Bekannte Namensträger 3.1 Vorname 3.2 Familienname …   Deutsch Wikipedia

  • Walter Lantz — en 1983, con un dibujo del Pájaro Loco. Walter Benjamin Lantz (Nueva Rochelle, EE.UU., 27 de abril de 1899 – Burbank, EE.UU., 22 de marzo de 1994) fue un caricaturista y animador estadounidense, conocido por fundar el Walter Lantz Productions y… …   Wikipedia Español

  • Benjamin (Familienname) — Benjamin ist ein Familienname, der auch als Vorname genutzt wird. Zur Etymologie siehe Benjamin (Vorname). Bekannte Namensträger Adam Benjamin (1935–1982), US amerikanischer Politiker Alfred Benjamin (1911–1942), deutscher Widerstandskämpfer… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.