Éducation physique


Éducation physique

Éducation physique et sportive

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EPS.

L'éducation physique et sportive ou simplement l'éducation physique, ou désignée familièrement par le sigle EPS, est le nom donné à l'enseignement sportif et/ou physique dans le cadre scolaire notamment dans le système éducatif français. C’est une pratique d’intervention et une discipline d’enseignement.

C'est une discipline qui privilégie l'expression du corps. Elle constitue donc un vecteur d'éducation efficace au même titre que les autres disciplines scolaires, et est obligatoire pour tous les cursus d'étude, de l'école primaire à la terminale.

Sommaire

Situation dans le monde

Union européenne

Pour l'Europe, une recommandation (2003/6)[réf. nécessaire] encourage vivement la mise en place et la pratique dans les 27 pays de l'Union. Cette directive propose trois heures par semaine pour tous les cursus d'étude et invite à développer une éducation physique axée sur la réussite sportive qui encourage les élèves, tous les élèves, quel que soit leur niveau.

France

Finalités

Selon les instructions officielles, en s'appuyant sur les activités sportives ou artistiques, l'EPS vise l'amélioration des capacités physiques, motrices et organiques, l'accès au domaine de la culture que représentent les activités physiques, sportives et artistiques (APSA) et l'acquisition des compétences nécessaires à l'entretien de la vie physique et citoyenne. Elle permet grâce à une amélioration des coordinations socio-motrices et motrices (érgomotricité) une maîtrise par l'homme de son environnement physique et social. Elle contribue de manière plus large à la transformation des conduites motrices des élèves.

Les programmes du lycée orientent la discipline vers la formation d'un citoyen cultivé, lucide et autonome[1]. Elle contribue de manière très spécifique à l'éducation pour la santé (lutte contre l'obésité et les conduites à risque), l'éducation à la citoyenneté, l'autonomie, la solidarité, la sécurité et la responsabilité[2].

D'autres conceptions de l'éducation physique existent, par exemple celle axée sur une « pédagogie des conduites motrices (Pierre Parlebas, 1981) ou encore sur une « pédagogie conative » (Gilles Bui-Xuân). D'autres encore (Jacques Gleyse, Daniel Denis...) proposent de faire accéder les élèves par le biais de l'Education Physique au patrimoine (corporel) culturel de l'Humanité et non aux seuls sports modernes, retrouvant ainsi le modèle par exemple de la culture littéraire ou de l'éducation artistique ou encore musicale dans l'enseignement. Ces conceptions sont inapplicables et rejetées par tous les enseignants.

Aujourd'hui l'Education physique et sportive scolaire, s'appuyant sur l'évolution de l"EPS des années soixante à quatre-vingts utilise pleinement les activités sportives pour privilégier la réussite de tous les élèves dans les apprentissages, l'éducation n'oubliant pas bien sûr la santé et l'équilibre de vie.

Histoire

L'éducation physique est une discipline scolaire d'enseignement obligatoire dans le secondaire, sous l'appellation de "gymnastique", depuis le décret du 3 février 1869 signé par Victor Duruy. Peu appliqué, Jules Ferry rappelle par la loi George 27 janvier 1880, que la gymnastique est obligatoire dans tous les établissements d'instruction publique de garçons. La même année, par la circulaire du 20 mai (Camille Sée), l'obligation est étendue à tous les types d'enseignement, primaire et secondaire, pour les garçons et les filles.

[réf. nécessaire]

L'éducation physique a souvent changé de ministère de tutelle : Instruction publique et des Beaux-Arts (1880), Instruction publique (1905), Guerre (1910), Ministère de l'hygiène et de la prévoyance sociale (1920)[3], Ministère de l'Instruction Publique (1922)[4], Ministère de l'Instruction Publique (1927)[5], Santé publique (1932)[6], Santé (1936), Éducation Nationale (??)[7], Jeunesse et Sports (1963)[7], Temps libre (1974), Qualité de la vie (1976), Jeunesse et Sports (1978) et Éducation nationale depuis le décret du 28 mai 1981.


La gymnastique de la Troisième République (1870-1940)
  • Former des soldats : Les exercices militaires gymniques de la fin du XIXe siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale avaient comme ambition de former des individus patriotes, forts du sentiment d’appartenance à une nation avec la volonté de la défendre.
  • Former des professionnels : Formation de base pour le travail.
  • Acquérir une bonne santé : Lutte contre les maladies, surmenage et dégénérescence de la race. Santé psychique.
  • Former des citoyens : Pour la IIIe République, il s’agit pour établir un nouvel ordre social d’instaurer un nouvel ordre mental. Projet éducatif basé sur les valeurs de laïcité, de tolérance et de relativisme.
L'éducation physique (1939-1962)

Dans le cadre de la Révolution nationale, l'éducation physique a connu pendant l’Occupation, une véritable expansion, surtout structurelle ; et est devenue une affaire de l’État dont l’emprise ne se relâchera plus.

Après la libération, l'EP est attachée au ministère de la Jeunesse et des Sports. Elle hésite encore entre une éducation physique généraliste et tente des incursions vers quelques sports.

L'éducation sportive (1962-1981)

A partir des années 60, sous la pression du ministre Maurice Herzog et bien souvent contre l'avis de certains enseignants et des chercheurs, l’EP s’est institutionnalisée en une éducation physique s'appuyant sur les APS mais gardant un objectif d'éducation. Elle reprend alors à son compte des outils que le sport s’est forgé pour constater les progrès. L’atteinte des objectifs spécifiques est appréciée par la mesure chiffrée des performances accomplies, elles-mêmes possibles par la maîtrise accrue de techniques sportives codifiées et réglementées. Mais très vite cette vision s'avère insatisfaisante dans l'institution scolaire. La notion de « maîtrise de l'exécution » se substituera rapidement à la seule performance qui ne prend pas assez en compte les progrès scolaires de l'élève et fait trop appel au « donné » et insuffisamment à l'acquis. Très rapidement, en début des années 70, les enseignants EPS pensent que technique, sport de haut niveau et enfant, ne vont pas ensemble, que les méthodes réceptives ne permettent pas à l'élève de découvrir, inventer, créer. Ils veulent une éducation nouvelle et s'intéressent aux pédagogies actives. Au cours des stages de FPC ils créent des outils en s'appuyant sur les travaux de Wallon, de Piaget, de Mérand, de Vigotski, de Mérieu, du Groupe Français d'Education Nouvelle,... et analysent, évaluent, passent au peigne fin chaque situation d'apprentissage. Ils ne s'appuient en aucune façon sur les propositions des personnes dont les noms figurent ci-dessous qui sont très loin des avances concrètes tirées des expériences faites sur le terrain par des milliers d'enseignants. Ils vont utiliser, évaluer, comprendre l'apport de ces pédagogies nouvelles, de la créativité, de la non-directivité, des différents rôles de l’enseignant, de la pédagogie par objectifs, de l’évaluation, de la pédagogie du projet, de la didactique, du processus d’apprentissage, de l’approche cybernétique ( schéma d’Adam (70) et Schmidt (81)…Ils conçoivent une nouvelle séance, créent de nouveau programmes. C'est un quasi consensus des enseignants EPS qui acceptent cette évolution de L'EPS. Ce qui n’empêche pas que des secousses plus profondes ressurgissent et perdurent, puis disparaissent : l’individu opposé au groupe, la motricité à la technique, le sport à l’EPS… Des points de vue, voire des idéologies différentes, relancent les querelles sur la guerre Sport-EPS, parfois très violente Au cours de la même période, de nombreux auteurs tels Jean Le Boulch, Pierre Parlebas, Jean-Marie Brohm, Daniel Denis, contestent la logique sportive imposée par le gouvernement et par certains cadres de l'ENSEPS garçons. Ils proposent au contraire une éducation motrice complète, ludique et artistique. A part Parlebas, les propositions de ces personnes qui n'acceptaient pas l'entrée des activités sportives dans les programmes furent uniquement virtuelles et n' apportèrent rien aux enseignants EPS.

L'éducation physique et sportive (depuis 1981)

A partir de 1981 (sous la présidence de François Mitterrand), la gestion des enseignants d'EPS réintègre l’Éducation nationale, et doit donc officiellement se conformer à l’école, lieu de transmission de connaissances par excellence. La multiplication des Activités physiques sportives et artistiques impose également d’enseigner plutôt la compréhension de l’action motrice pour permettre à l’élève de l’adapter à toute situation nouvelle. L'EPS continue son évolution en s'appuyant sur des concepts comme celui de neuro-motricité, de processus d'apprentissage et sur la notion de plasticité du cerveau. Avec l'apport de la Didactique de l'EPS et des travaux d'écriture des programmes (depuis 1983, création de la commission verticale EPS, puis GTD, groupe technique disciplinaire et enfin GE, groupe d'experts), la discipline a un nouveau pas à franchir : élaborer et utiliser les fondamentaux de chaque activité sportive comme référents des savoirs à apprendre. Après les textes de 1985 à 1988 qui prolongent l'introduction du sport dans la programmation de l'EPS (débutée par les instructions de 1962 et 1967), la publication des programmes 1996-1998 pour les collèges et 1999-2002 pour les lycées constitue une étape importante vers l'état actuel des textes officiels qui structurent aujourd'hui administrativement les contenus de l'éducation physique : documents d'accompagnement, évaluation au baccalauréat, nouveau texte collège pour la rentrée 2009-2010. L'EPS, mieux organisée par les textes officiels, repose toujours sur l'évolution réalisée entre 1970 et 1980. Les sports sont toujours les supports des séances et programmes. Pour les professeurs l' enjeu est de faire entrer les élèves dans une suite de situations d'apprentissage qui leurs permettront de prendre du plaisir, de progresser, d'être motivés parce qu'ils sentent que les savoirs appris leur permettent d'agir et d'avoir une "maitrise" de l'environnement physique et social. En France, l’EPS est une discipline fortement structurée dans les établissements scolaires, dans les départements comme sur le plan national. Elle appartient en premier lieu au domaine scolaire, mais elle est largement ouverte sur les secteurs dits civils, par le biais des associations sportives scolaires, qui organisent des passerelles vers l’extérieur, rencontres sportives ou non (danse) et compétitions. Dans le secondaire (collèges et lycées) et dans l’enseignement supérieur (universités) la plupart des professeurs d’EPS contribuent aux activités de l'A.S.. Pour l’enseignement primaire (école maternelle et primaire), ce sont les professeurs des écoles (instituteurs) avec l’aide d’éducateurs territoriaux (ETAPS) qui en assurent le fonctionnement. N'ayant pas été formés pour cela, les progrès des élèves du primaire ne se voient pas. Les animations et les compétitions se déroulent dans le cadre d’associations rattachées à l’Etat :

Formation en France

Les enseignants d'EPS du secondaire et supérieur doivent passer le CAPEPS (Certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive), nommé ainsi depuis 1941. Ce concours n'est donc pas un Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré (CAPES), c'est pour cela qu'il nécessite, contrairement aux autres CAPES de posséder une licence spécifique STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives).

L'EPS dispose également d'un concours d'agrégation « externe » depuis 1982 (premier concours d'agrégation en 1983) (qui nécessite l'obtention d'une maîtrise ou aujourd'hui, d'un master 1). Il existe également un concours d'agrégation « interne » qui permet la promotion des enseignants certifiés notamment depuis 1989. Contrairement aux autres disciplines, les postes sont beaucoup plus nombreux en « agrégation interne » qu'en « agrégation externe » ce qui tient pour partie à la jeunesse de ces épreuves dans le domaine.

Notes et références

  1. Instructions officielles de l'EPS au lycée, BO n° 7 du 31 août 2000
  2. Extrait de l'arrêté du 18 juin 1996 relatif aux programmes de l'EPS au collège
  3. Jean Saint Martin, L'éducation physique à l'épreuve de la nation 1918-1939, Vuibert, Paris, 2005, p. 44-45 : « Le décret du 14 février 1920 entérine officiellement ce souhait [création d'un ministère particulier ou d'un sous secrétariat d'éducation physique et des Sports, rattaché à un ministère de tutelle autre que celui de la Guerre] en créant au ministère de l'hygiène et de la prévoyance sociale une « commission chargée de rechercher les meilleurs moyens de développer le goût et la pratique des sports »
  4. Patrick Seners, L'EPS, son histoire, sa genèse, jusqu'aux textes de 2004, Vigot, Paris, 2004, p. 110 : « Service privisoire de l'EP et des sports dans les établissements d'enseignement auprès du MIP »
  5. Patrick Seners, L'EPS, son histoire, sa genèse, jusqu'aux textes de 2004, Vigot, Paris, 2004, p. 316 : « En 1927, l'EP ne dépend plus du ministère de la guerre. Le sous secrétariat à l'Éducation Physique est rattaché au ministère de l'Instruction Publique »
  6. Patrick Seners, L'EPS, son histoire, sa genèse, jusqu'aux textes de 2004, Vigot, Paris, 2004, p. 317 : « En 1932, signe du rapporchement de plus en plus important de l'EP au corps médical, le Haut Commissariat à l'EP est rattaché à a santé publique »
  7. a  et b Yves Travaillot, Marc Tabory, Histoire de l'éducation physique : genèse d'une discipline scolaire, [S.l.], MyT2, 2005, p.  317 : « L'Éducation nationale est le ministère qu'elle avait quitté depuis 1963, quand elle fut placée sous l'égide d'un Secrétariat d'État à la Jeunesse et Sports »

Articles connexes

Bibliographie

  • Pierre Arnaud, Les savoirs du corps, Lyon, PUL, 1983.
  • M. Attali et J.P. Saint-Martin, L’éducation physique de 1945 à nos jours, les étapes d’une démocratisation, A.Colin, Paris, 2004
  • Gilles Bui-Xuân & Jacques Gleyse, Enseigner l'Education physique ?!, AFRAPS, Clermont Ferrand, 1993
  • Gilles Bui-Xuân & Jacques Gleyse, L'Emergence de l'Education physique, Hatier, Paris, 2001
  • Didier Cebe, Jacques Gleyse, Gilles Lecocq, L'EPS de ses environnements à l'élève, Paris, Vigot, 2004
  • Jacques Gleyse, Archéologie de l'Education physique au XXe siècle en France, PUF, Paris, 1995 rééd. L'harmattan 2007
  • Jacques Gleyse, L'Instrumentalisation du corps. Paris, L'haramattan, 1997
  • Jacques Gleyse, L'Education Physique au XXe siècle. Approches historique et culturelle, Vigot, Paris, 1999
  • Gilles Klein, Une affaire de discipline : L'éducation physique en France et en Europe (1970-2000), Revue EPS, Paris, 2004
  • Patrick Seners, L'EPS, son histoire, sa genèse, jusqu'aux textes de 2004, Vigot, Paris, 2004, (ISBN 2-7114-1710-7)
  • Jean Claude Albert, "L'évolution de l'EPS de 1960 à nos jours".


  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
  • Portail du sport Portail du sport
Ce document provient de « %C3%89ducation physique et sportive ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Éducation physique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Education Physique et Sportive — Éducation physique et sportive Pour les articles homonymes, voir EPS. L éducation physique et sportive ou simplement l éducation physique, ou désignée familièrement par le sigle EPS, est le nom donné à l enseignement sportif et/ou physique dans… …   Wikipédia en Français

  • Education physique et sportive — Éducation physique et sportive Pour les articles homonymes, voir EPS. L éducation physique et sportive ou simplement l éducation physique, ou désignée familièrement par le sigle EPS, est le nom donné à l enseignement sportif et/ou physique dans… …   Wikipédia en Français

  • Éducation Physique et Sportive — Pour les articles homonymes, voir EPS. L éducation physique et sportive ou simplement l éducation physique, ou désignée familièrement par le sigle EPS, est le nom donné à l enseignement sportif et/ou physique dans le cadre scolaire notamment dans …   Wikipédia en Français

  • Éducation physique et sportive — ● Éducation physique et sportive ensemble des exercices corporels, pratiqués dans le cadre scolaire et universitaire, et destinés à l entretien et à l amélioration des qualités physiques …   Encyclopédie Universelle

  • Éducation physique et sportive — Pour les articles homonymes, voir EPS. L éducation physique et sportive (EPS), ou simplement éducation physique, est le nom donné à l enseignement sportif et/ou physique dans le cadre scolaire notamment dans le système éducatif français. C’est… …   Wikipédia en Français

  • Textes officiels concernant l'éducation physique et sportive en France — Cet article est une chronologie des textes officiels ayant trait à l histoire de l éducation physique et sportive en France. Une première partie concerne les textes généraux au sujet des horaires, règlements, documents, instructions et programmes …   Wikipédia en Français

  • Didactique de l'éducation physique et sportive — Ce terme a pris une acception différente de celle qu’on lui donnait auparavant. Jusqu’aux années 1980, la didactique, désignait les outils techniques de l’enseignement. Dès les années 1990, on trouve dans le Petit Larousse : « n.f.… …   Wikipédia en Français

  • Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire — Logo de la FFEPGV Sigle FFEPGV Nom précédent LGEP (1888) FFGE (1953) FFGEGV (1964) …   Wikipédia en Français

  • Certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive — Le Certificat d aptitude au professorat d éducation physique et sportive (CAPEPS) est le concours d accès au corps des professeurs d Éducation physique et sportive, grade équivalent à celui des professeurs certifiés du secondaire (recrutés par la …   Wikipédia en Français

  • Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive — Fédération internationale catholique d’éducation physique et sportive Logo de la Fédération internationale catholique d’éducation physique et sportive depuis 2011. Sigle FICEP Sport représenté omnisports …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.