Équipe de France de basket-ball


Équipe de France de basket-ball
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de France de basket-ball féminin.
Drapeau : France Équipe de France
FFBB 2010 (logo).png
Couleurs Bleu, blanc, rouge
Surnoms Les Bleus, les Tricolores
Zone FIBA FIBA Europe
Classement FIBA en augmentation 12e (2011)
Sélectionneur Drapeau : France Vincent Collet
Assistants Drapeau : France Ruddy Nelhomme
Drapeau : France Jacky Commères
Premier match
international
4 avril 1926 à Milan
Drapeau : Italie Italie 23-17 Drapeau : France France
Record de sélections Hervé Dubuisson : 254
Meilleur scoreur
sur un match
Hervé Dubuisson : 51 pts
(21/11/1985 vs Grèce)
Meilleur scoreur
en carrière
Hervé Dubuisson :
3 821 points
Jeux olympiques Phases finales : 7
médaille d'argent , Jeux olympiques (1948, 2000)
Championnat du monde Phases finales : 6
4e (1954)
Championnat d'Europe Phases finales : 32
médaille d'argent , Europe (1949, 2011)
médaille de bronze , Europe (1937, 1951, 1953, 1959, 2005)
Uniformes
 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile

 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur

L’équipe de France de basket-ball est la sélection qui représente la France dans les compétitions majeures de basket-ball.

Elle rassemble les meilleurs joueurs français sous l’égide de la Fédération française d'athlétisme (1926-1929), de la Fédération française d'athlétisme et de basket-ball (1929-1932) puis de la Fédération française de basket-ball depuis le 25 juin 1932[1].

Formée durant l'entre-deux-guerres, l'équipe de France dispute son premier match international le 4 avril 1926 à Milan où elle s'incline face à l'Italie. Place forte du basket européen d'après-guerre, l'équipe de France connaît depuis les années 1960 une histoire chaotique, jalonnée de nombreuses désillusions.

Malgré la présence de joueurs de calibre mondial, comme Alain Gilles, Hervé Dubuisson, Antoine Rigaudeau ou Tony Parker, les Bleus n'ont jamais remporté de compétition internationale. À ce jour, les meilleurs résultats de l'équipe de France sont les deux médailles d'argent obtenues aux Jeux Olympiques de 1948 et aux Jeux Olympiques de 2000.

Au championnat du monde 2010 qui se déroule en Turquie, les Bleus, privés de Tony Parker, terminent à la 13e place. À l'issue de cette compétition, la France occupe la 14e position du classement mondial de la FIBA[2].

Depuis le 4 mars 2009, le poste de sélectionneur est occupé par l'entraîneur français Vincent Collet[3].

Sommaire

Historique

Origines et débuts de l'équipe de France (1926-1948)

L'équipe de France de basket-ball joue son premier match le 4 avril 1926 face à l'Italie lors d'une rencontre amicale à Milan, les locaux s'imposant 24 à 20[4]. Ce match est la première opposition entre deux sélections nationales. Les deux équipes se retrouvent une année plus tard à Paris, et les joueurs italiens dominent à nouveau les joueurs français.

La France obtient sa première victoire internationale en basket-ball le 6 mai 1928 en battant l'équipe de Belgique à Bruxelles. Elle réussit à battre à nouveau les Belges en 1930 et 1931. Le premier succès à domicile est la troisième victoire contre la Belgique le 26 avril 1931 à Paris. L'équipe française continue sa série de victoire en allant battre le Portugal à Porto un mois plus tard.

Le premier championnat d'Europe de basket-ball se déroule en 1935 à Genève, en Suisse. La France est une des dix équipes participantes. Battue de deux points par la Tchécoslovaquie au premier tour, l'équipe française joue ensuite les places de classement et remporte aisément les deux rencontres pour terminer à la cinquième place de l'Euro.

L'équipe de France monte sur son premier podium dès l'Euro 1937, le deuxième de l'histoire, qui se déroule à Riga, en Lettonie. Les Bleus battent la Pologne, 27 à 24, pour obtenir la médaille de bronze. Les fers de lance de l'équipe sont Henri Lesmayoux et Étienne Roland.

La fédération française de basket-ball organise la première compétition internationale sur son sol lors de cette même année 1937. Cet évènement sportif se déroule dans la capitale française, Paris, et se nomme « Coupe des Nations »[5]. À domicile, l'équipe de France remporte la compétition en battant la sélection de Lettonie en finale sur le score de 25 à 24[5]. Après ces victoires sur de nombreuses nations européennes, l'équipe française s'impose contre la Lituanie, champion d'Europe en titre, par 25 points à 18[6].

Lors des troisième championnats d'Europe de basket-ball, l'équipe de France termine quatrième. Elle concède des défaites contre la Lettonie et la Lituanie, toutes deux finalistes, et un échec contesté en petite finale contre la Pologne[7].

Le basket-ball n'est pas reconnu comme une discipline olympique pour les Jeux Olympiques de 1940 qui sont prévus à Tokyo puis à Helsinki. Le déclenchement de la deuxième Guerre mondiale interrompt toute compétition internationale. L'équipe de France dispute seulement deux matchs internationaux durant cette période pour deux victoires contre la Suisse et l'Espagne respectivement en 1942 et 1943. Il faut finalement attendre la fin de la guerre pour voir à nouveau l'équipe de France de basket-ball jouer d'autres équipes nationales.

Époque glorieuse (1948-1963)

La période de gloire de l'équipe de France se situe à la fin des années 1940 et au début des années 1950.

En 1948, aux Jeux olympiques de Londres, l'équipe de France dirigée par Robert Busnel décroche la médaille d'argent, acquise après une défaite en finale face aux États-Unis, sur le score de 65 à 21. En demi-finale, la France s'impose sur le Brésil sur le score de 43 à 33, grâce à 16 points de René Derency.

Dans la foulée de cette médaille olympique, l'équipe de France accroche trois podiums européens consécutifs : 2e en 1949, 3e en 1951 et 1953. Le roannais André Vacheresse est le chef de fil de cette génération.

Après un petit passage à vide au milieu des années 1950, l'équipe de France obtient une nouvelle médaille de bronze, à l'Euro 1959, en Turquie. Tandis que le vétéran Robert Monclar est le patron de l'équipe, l'ailier Maxime Dorigo, 23 ans, est la révélation du tournoi dans le camp français.

Sous la conduite du meneur Jean Degros, soutenu par Dorigo, Baltzer et le jeune Alain Gilles, les Bleus obtiennent la 5e place du championnat du monde 1963, qui se tient à Rio de Janeiro, au Brésil. Maxime Dorigo est élu dans le cinq idéal de la compétition.

Traversée du désert (1964-1982)

Les années qui suivent sont moins glorieuses, la France déclinant progressivement avant de disparaître complètement des deux compétitions mondiales majeures durant la deuxième moitié des années 1960 et les années 1970.

Malgré l'éclosion de joueurs de talent, comme Alain Gilles puis Jacques Cachemire, l'équipe manque les Jeux Olympiques cinq fois d'affilée, entre 1960 et 1984. Elle manque également le championnat du monde cinq fois de rang, entre 1963 et 1986.

Redressement difficile (1983-1998)

Les années 1980 voient éclore une génération porteuse d'espoirs comptant dans ses rangs, entre autres, Hervé Dubuisson, Richard Dacoury et Stéphane Ostrowski. Durant cette décennie, la France fait son retour aux Jeux olympiques, en 1984, et au Championnat du monde, en 1986. Une présence qui ne sera pas couronnée de succès.

Lors de l'Euro 1983, organisé en France (Limoges, Caen et Nantes)[8], les Bleus obtiennent la 5e place avec un bilan de 4 victoires pour 3 défaites. L'intérieur Philip Szanyiel est le meilleur marqueur de l'équipe avec une moyenne de 19,0 points par match.

Au printemps 1984, l'équipe de France dispute le tournoi préolympique, qui est également organisé en France (Orléans et Paris-Bercy). Sur la lancée de leur bonne prestation à l’Euro 1983, les Bleus décrochent leur billet pour les Jeux Olympiques de Los Angeles. Mais l'expérience olympique est un fiasco retentissant, tant sur le plan sportif (11e sur 12) que médiatique.

Durant les années 1990, l'équipe de France se reconstruit et a souvent fière allure, mais des problèmes de santé et/ou d'ambiance interne lors des tournois européens la privent des grands rendez-vous mondiaux jusqu'en 2000.

L'Euro en France et l'argent à Sydney (1999-2000)

L'équipe construite autour d'Antoine Rigaudeau et Tariq Abdul-Wahad réalise un bon Euro 1999 disputé en France. Malgré quelques problèmes internes qui perturbent le groupe en fin de tournoi, elle se classe 4e, après une défaite contre la Yougoslavie lors de la petite finale (74-62), et obtient par conséquent son ticket pour les Jeux olympiques de Sydney.

En 2000, la France retrouve donc les Jeux olympiques, après seize ans d'absence. Par rapport à l'Euro 1999, le sélectionneur Jean-Pierre De Vincenzi décide d'écarter Tariq Abdul-Wahad et de rappeler Yann Bonato. Le pivot américain naturalisé Crawford Palmer intègre le groupe, où il prend la place d'un autre naturalisé, Ronnie Smith. Par ailleurs, l'ossature de l'équipe reste la même qu'en 1999, avec Antoine Rigaudeau, Laurent Sciarra et Moustapha Sonko sur le poste de meneur, Stéphane Risacher et Laurent Foirest à l'aile, et Jim Bilba, Frédéric Weis et Cyril Julian à l'intérieur.

Malgré une phase de poule difficile[9], les Bleus se qualifient pour le tournoi final, où ils éliminent successivement le Canada de Steve Nash en quart-de-finale (68-63), l'Australie de Luc Longley, qui évolue pourtant à domicile, en demi-finale (76-52)[10], avant de s'incliner avec les honneur face aux États-Unis en finale.

À 4 minutes et 26 secondes de la fin de la finale, grâce à un panier à trois-points d'Antoine Rigaudeau, l'équipe de France recolle à 4 points (76-72) et sème le doute dans le camp américain[11]. Inquiet, le coach américain Rudy Tomjanovich est contraint de demander un temps-mort. Les Bleus se prennent à rêver d'exploit mais sous l'impulsion de Kevin Garnett et Vince Carter, les États-Unis résistent, et s'imposent finalement 85 à 75[12].

Cinquante-deux ans après Londres, les Bleus décrochent ainsi la 2e médaille d'argent olympique du basket français[13]. Antoine Rigaudeau termine meilleur marqueur français du tournoi avec 12,6 points de moyenne[14], mais c'est Laurent Sciarra qui s'impose comme le leader de la sélection lors de la deuxième semaine de compétition. Le meneur niçois est le meilleur marqueur des Bleus lors de chacun des trois matches de la phase éliminatoire (19 points en finale, meilleur marqueur du match)[15].

Les années Parker (2001-)

L'ossature de l'équipe vice-championne olympique est conservée pour l'Euro 2001, à l'exception notable d'Antoine Rigaudeau qui, à 29 ans, annonce sa retraite internationale quelques jours seulement avant le début de la préparation[16]. Un gros coup dur pour le nouveau sélectionneur Alain Weisz, qui a pris la succession de Jean-Pierre De Vincenzi à la tête de l'équipe.

Tout juste drafté par les San Antonio Spurs, Tony Parker participe, à 19 ans, à sa première compétition internationale chez les seniors. Mais sans Rigaudeau, l'équipe ne confirme pas sa performance des Jeux : elle est battue en quart de finale par l'Allemagne (81-77) et finit à la 6e place. Une nouvelle génération, celle des champions d'Europe juniors en 2000, prend alors la relève.

L'objectif affiché en 2003 lors du championnat d'Europe n'est rien d'autre que le titre. L'équipe menée par Tony Parker, qui a été sacré champion NBA quelques mois auparavant, comprend deux autres joueurs estampillés NBA : Jérôme Moïso et Tariq Abdul-Wahad, qui effectue pour l'occasion son retour en sélection. L'effectif comprend également Laurent Foirest, Boris Diaw, sur le point de rejoindre la NBA, Cyril Julian et Florent Piétrus. Mais malgré les promesses liées à une dimension physique jamais vue en équipe de France, la sélection échoue en demi-finale contre la Lituanie, puis se saborde totalement lors du match pour la 3e place contre l'Italie, qualificatif pour les Jeux olympiques 2004 d'Athènes.

L'ailier Nicolas Batum représente l'avenir des Bleus.

Pour l'édition 2005, l'erreur de l'édition précédente de recruter des noms ou des statuts n'est pas répétée : Moïso, Abdul Wahad ont disparu et on s'appuie sur des joueurs ayant la volonté de porter le maillot bleu. Les trois joueurs NBA Tony Parker, Boris Diaw, et Mickaël Piétrus, très attachés à l'équipe nationale, font partie des leaders d'une équipe qui voit revenir Antoine Rigaudeau. Claude Bergeaud, le nouvel entraîneur, surprend également en sélectionnant au dernier moment Frédéric Weis qui n'a pas effectué la préparation. Après un premier tour plus que moyen, l'équipe de France réalise deux exploits dans des matchs couperets : elle élimine tout d'abord la Serbie-Monténégro, championne du monde en titre, qui joue à domicile, puis le tenant du titre européen, la Lituanie. Puis elle retrouve un adversaire du premier tour, la Grèce, dans une rencontre basée sur la défense. Elle échoue à la dernière seconde après avoir mené de sept points à 45 secondes du terme. Mais, au contraire de 2003, les Bleus remportent la médaille de bronze en battant l'Espagne de trente points (98-68) [17].

La France dispute le mondial 2006 sans Tony Parker, victime d'un doigt vrillé deux jours avant la compétition. Les Spurs, qui viennent de lui signer un contrat de 51 millions d'Euros ne lui permettent pas de participer. Après un premier tour ponctué de trois victoires pour deux défaites, dont une face au Liban, la France bat l'Angola en huitième de finale avant de s'incliner en quart de finale face à la Grèce, victorieuse 73 à 56. Deux victoires en match de classement octroient une cinquième place aux Français[18].

Mais l'équipe de France retombe dans ses travers lors de l'Euro 2007. Elle ne parvient pas à trouver son jeu et se fait éliminer dès les quarts de finale par la Russie (75-71), puis est battue lors des matches de classement par la Croatie (86-69) et par la Slovénie (88-74), terminant à la 8e place, manquant ainsi pour la deuxième fois de suite une qualification aux Jeux olympiques[19].

Elle doit passer par l'épreuve des qualifications pour pouvoir participer au prochain championnat d'Europe en 2009. En 2008, Michel Gomez est de retour au poste d'entraîneur, poste qu'il a déjà occupé de 1993 à 1995. L'équipe ne parvient pas à se qualifier directement pour le championnat d'Europe[20], et doit disputer un tournoi de repêchage en août 2009. Un nouveau sélectionneur est nommé en la personne de Vincent Collet, l'entraîneur de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne.

Sous sa direction, les Bleus gagnent le dernier billet pour l'Euro 2009 en disposant de la Belgique lors de la finale des repêchages. Lors du championnat d'Europe, la France, qui remporte ses six rencontres des deux premiers tours, échoue en quart de finale face à l'Espagne. L'Espagne termine à la quatrième de son groupe lors du tour principal en raison de deux défaites, face à la Serbie au premier tour, et à la Turquie. Une opération à un doigt trois semaines auparavant de son meilleur joueur Pau Gasol explique en partie ces défaites. La France finit ce championnat d'Europe 2009 avec une seule défaite contre l'Espagne, et avec le meilleur ratio de victoire par rapport aux défaites : 8 victoires pour 1 défaite contre le champion d'Europe qui finit avec 7 victoires pour 2 défaites. Les Français terminent finalement à la cinquième place, place synonyme de qualification directe pour les deux prochaines compétitions majeures, le mondial 2010 et le championnat d'Europe 2011.

Personnalités emblématiques

Joueurs marquants

Tony Parker avec son ex-épouse Eva Longoria lors de la cérémonie des Emmy Award 2008.

Sélectionneurs

Vincent Collet, sélectionneur de l'équipe de France depuis 2009

Résultats dans les grandes compétitions

L'équipe de France comptabilise neuf médailles dans les trois compétitions internationales majeures (trois médailles d'argent, et cinq de bronze). Elle a obtenu deux médailles d'argent aux Jeux Olympiques, en 1948 et 2000. Elle totalise sept médailles à l'Euro, deux d'argent, obtenue en 1949 et 2011, et cinq de bronze, obtenues en 1937, 1951, 1953, 1959 et 2005. L'équipe de France n'est jamais montée sur le podium du championnat du monde.

Parcours chronologique de l'équipe de France de basket-ball en compétitions internationales
Jeux olympiques Championnat du monde Championnat d'Europe
- - 1935 : 5e
1936 : non classée - 1937 : médaille de bronze , Europe 3e 1939 : 4e
- - 1946 : 4e 1947 : 5e
1948 : médaille d'argent , Jeux olympiques 1950 : 6e 1949 : médaille d'argent , Europe 2e 1951 : médaille de bronze , Europe 3e
1952 : 8e 1954 : 4e 1953 : médaille de bronze , Europe 3e 1955 : 9e
1956 : 4e 1959 : non qualifiée 1957 : 8e 1959 : médaille de bronze , Europe 3e
1960 : 10e 1963 : 5e 1961 : 4e 1963 : 13e
1964 : non qualifiée 1967 : non qualifiée 1965 : 9e 1967 : 11e
1968 : non qualifiée 1970 : non qualifiée 1969 : non qualifiée 1971 : 10e
1972 : non qualifiée 1974 : non qualifiée 1973 : 10e 1975 : non qualifiée
1976 : non qualifiée 1978 : non qualifiée 1977 : 11e 1979 : 8e
1980 : non qualifiée 1982 : non qualifiée 1981 : 8e 1983 : 5e
1984 : 11e 1986 : éliminée au 1er tour 1985 : 6e 1987 : 9e
1988 : non qualifiée 1990 : non qualifiée 1989 : 6e 1991 : 4e
1992 : non qualifiée 1994 : non qualifiée 1993 : 7e 1995 : 8e
1996 : non qualifiée 1998 : non qualifiée 1997 : 10e 1999 : 4e
2000 : médaille d'argent , Jeux olympiques 2e 2002 : non qualifiée 2001 : 6e 2003 : 4e
2004 : non qualifiée 2006 : 5e 2005 : médaille de bronze , Europe 3e 2007 : 8e
2008 : non qualifiée 2010 : 13e[21] 2009 : 5e 2011 : médaille d'argent , Europe 2e
2012 : qualifiée 2014 2013

Classement mondial de la FIBA

Article détaillé : Classement mondial de la FIBA.

Après le Mondial 2006, où elle termine 5e, la France occupe la 8e place du classement mondial de la FIBA, avec 343 points.

Après l'Eurobasket 2007 (8e), la France conserve la 8e place du classement mondial de la FIBA, avec 369 points.

Après les Jeux Olympiques 2008 (non qualifiée), la France chute à la 17e place du classement mondial de la FIBA, avec 169 points.

Après l'Eurobasket 2009 (5e), la France remonte à la 15e place du classement mondial de la FIBA, ex aequo avec la Croatie, avec 181 points.

Après le Mondial 2010 (13e), la France prend la 14e place du classement mondial de la FIBA, avec 170 points.

Après l'Eurobasket 2011 (2e), la France prend la 12e place du classement mondial de la FIBA, avec 195 points.

Style de jeu

L'équipe de France est une sélection très athlétique, à la manière des États-Unis, auxquels on la compare parfois.

Dotée de qualités de vitesse et de détente supérieures de la moyenne, l'équipe de France apprécie le jeu rapide et la contre-attaque. En revanche, elle se montre souvent mal à l'aise sur jeu posé, et souffre d'une maladresse chronique à trois points, ce qui la handicape fortement lorsqu'elle affronte une défense de zone.

Problème récurrent depuis des décennies, l'absence de pivot dominant est un autre facteur qui a longtemps limité ses possibilités au niveau international. L'intégration de Joakim Noah, et dans une moindre mesure de Kevin Seraphin, pour la campagne 2011 vient toutefois nuancer ce constat.

En conséquence, les Bleus proposent souvent un jeu d'attaque déficient, qui manque d'adresse et de fluidité collective, et s'en remettent à Tony Parker pour s'en sortir dans ce secteur : les médias spécialisés évoquent une « Parker-dépendance »[22].

Plus que l'attaque, c'est la défense qui constitue depuis quelques années la marque de fabrique des Bleus. L'équipe de France privilégie une défense individuelle, agressive sur les lignes extérieures.

Au Championnat du monde 2006, les Bleus ont ainsi affiché la meilleure défense de la compétition (65,9 points encaissés par match). En l'absence de Tony Parker, blessé, ils ont cependant terminé à la 19e place (sur 24 équipes) du classement des attaques (68,4 points marqués par match) et à la 23e place du classement de l'adresse à trois points (27,3%).

Composition de l'équipe de France

Équipe actuelle

Le sélectionneur Vincent Collet a retenu 16 joueurs[23] (12 "titulaires" et 4 "remplaçants") en composition de l'équipe 2011 pour préparer et jouer le Championnat d'Europe en Lituanie.

  Équipe de France  Antoine Diot Drapeau : France Le Mans SB 1,90 22
1 9 Tony Parker Drapeau : États-Unis San Antonio Spurs 1,88 29
1 7 Andrew Albicy Drapeau : France BCM Gravelines Dunkerque 1,78 21
1 14 Steed Tchicamboud Drapeau : France Chalon-sur-Saône 1,93 30
2 12 Nando de Colo Drapeau : Espagne Valencia BC 1,95 23
3 5 Nicolas Batum Drapeau : États-Unis Portland Trail Blazers 2,03 22
3 15 Mickaël Gelabale Drapeau : France ASVEL Lyon-Villeurbanne 2,01 28
3 18 Charles Lombahe-Kahudi Drapeau : France Le Mans SB 1,99 24
4 13 Boris Diaw Captain sports.svg Drapeau : États-Unis Charlotte Bobcats 2,03 29
4 11 Florent Pietrus Drapeau : Espagne Valencia BC 2,01 30
5 4 Joakim Noah Drapeau : États-Unis Chicago Bulls 2,11 26
5 17 Kevin Seraphin Drapeau : États-Unis Washington Wizards 2,05 21
5 10 Ali Traore Drapeau : Italie Virtus Rome 2,05 26
2 - Abdoulaye M'Baye* (R) Drapeau : France Strasbourg 1,89 23
2 - Fabien Causeur (R) Drapeau : France Cholet Basket 1,93 23
3 - Mickaël Pietrus Injury icon 2.svg Drapeau : États-Unis Phoenix Suns 1,98 29
5 14 Ronny Turiaf ** Injury icon 2.svg Drapeau : États-Unis New York Knicks 2,08 28
Entraîneur
Assistants

Légende 
  • P. : Poste
  • # : Numéro de maillot
  • R : Remplaçant
  • Captain sports.svg : Capitaine
  • Injury icon 2.svg: joueur blessé actuellement

* Yannick Bokolo (BCM Gravelines Dunkerque) a déclaré forfait pour l'Euro pour raisons « familiales et personnelles », il est remplacé par Abdoulaye M'Baye (Strasbourg).
** Ronny Turiaf faisait partie des douze joueurs sélectionnés avant de se blesser (main) et d'être remplacé par Ali Traoré.

Staff actuel

En mars 2009, après plusieurs mois de tergiversations, Vincent Collet est nommé à la tête de l'équipe de France, en remplacement de Michel Gomez. Il est assisté de Michel Veyronnet, qui entraîne Rouen, et Jacques Commères, qui a déjà occupé ce poste auprès de Claude Bergeaud, et qui a occupé le poste d'entraîneur principal de l'équipe de France féminine.

Patrick Beesley est nommé « directeur de l'équipe ». Il a la charge de l'entourage de l'équipe et de sa gestion au quotidien. L'ancien international Crawford Palmer officie sous sa direction. Il a pour mission de gérer les relations avec les franchises NBA.

L'entraîneur américain Larry Brown vient également se greffer au staff technique, en qualité de « conseiller technique ». Il assiste au premier stage de l'équipe de France 2009, au mois de juillet à Vichy. Une expérience sans suite.

En mai 2010, Ruddy Nelhomme, entraîneur de Poitiers, est nommé assistant de Vincent Collet, en remplacement de Michel Veyronnet, qui souhaite se consacrer à son club de Rouen suite à sa relégation en Pro B[24].

Statistiques

Records d'équipe

Statistique Record Date Compétition Rencontre
Plus large victoire 94 28 avril 1947 Championnat d'Europe Drapeau : France France bat Drapeau : Autriche Autriche 100-6
Plus large défaite 58 3 août 1984 Jeux olympiques de Los Angeles Drapeau : États-Unis États-Unis bat Drapeau : France France 120-62
Plus de points marqués 126 21 novembre 1985 qualifications au Mondial 1986 Drapeau : Grèce Grèce bat Drapeau : France France 130-126 (après 3 prolongations)
Moins de points marqués 14 25 mai 1938 amical Drapeau : Lettonie Lettonie bat Drapeau : France France 54-14
22 octobre 1938 amical Drapeau : Lettonie Lettonie bat Drapeau : France France 18-14
Plus de points encaissés 130 21 novembre 1985 qualifications au Mondial 1986 Drapeau : Grèce Grèce bat Drapeau : France France 130-126 (après 3 prolongations)
Moins de points encaissés 6 28 avril 1947 Championnat d'Europe 1947 Drapeau : France France bat Drapeau : Autriche Autriche 100-6

Records individuels

Sélections

Le tableau suivant représente les joueurs les plus sélectionnés en équipe de France de basket-ball[25] :

Joueur
Sélections
Hervé Dubuisson 254
Jacques Cachemire 248
Eric Beugnot 212
Jean-Michel Senegal 210
Jacques Monclar 200
Stéphane Ostrowski 194
Philip Szanyiel 191
Jean-Claude Bonato 172
Jim Bilba 166
Richard Dacoury 160
Alain Gilles 159

Points en carrière

Le tableau suivant représente les joueurs qui ont marqué le plus grand nombre de points pour l'équipe de France de basket-ball[25] :

Joueur
Total de points
Hervé Dubuisson 3 821
Stéphane Ostrowski 2 830
Jacques Cachemire 2 825
Éric Beugnot 2 498
Philip Szanyiel 2 355
Alain Gilles 2 272
Richard Dacoury 2 228
Jean-Claude Bonato 2 108
Tony Parker 1 902[26]
Antoine Rigaudeau 1 506

Notes et références

  1. (fr) Historique du basket-ball français sur basketfrance.com
  2. (en) Ranking FIBA masculin sur fiba.com
  3. (fr) Vincent Collet nommé à la tête de la sélection française sur france24.com
  4. Robert Ménager, « L'équipe de France confirmera-t-elle ses précédentes victoires en triomphant de la Sélection Italienne ? », dans Basket-ball, no 98, 14 avril 1938, p. 12 [texte intégral (page consultée le 26 août 2010)] 
  5. a et b Robert Ménager, « L'équipe de France a remporté la Coupe des Nations de l'Exposition 1937 », dans Basket-ball, no 89, 10 novembre 1937, p. 16 [texte intégral (page consultée le 26 août 2010)] 
  6. Robert Ménager, « Par 25 points à 18, l'Equipe de France a battu la Sélection de Lituanie Championne d'Europe », dans Basket-ball, no 96, 10 mars 1938, p. 16 [texte intégral (page consultée le 26 août 2010)] 
  7. Paul Geist, « Défaites et succès de l'Equipe de France », dans Basket-ball, no 119, 1er juin 1939, p. 16 [texte intégral (page consultée le 26 août 2010)] 
  8. (en) Résultats, classements et statistiques de l'Euro 1983 sur fibaeurope.com
  9. (fr) Le premier tour des Bleus à Sydney sur lequipe.fr.
  10. (fr) "La Dream Team française" sur nouvelobs.com.
  11. (en) "After another near-death experience, US wins gold" Article du New York Times.
  12. (fr) "L'argent pour commencer" sur lequipe.fr.
  13. (fr) "L'argent fait le bonheur" Vidéo de la FFBB en hommage à la médaille d'argent de Sydney.
  14. (fr) Statistiques des Bleus aux Jeux de Sydney sur fiba.com.
  15. (fr) Interview de Laurent Sciarra par Thierry Ardisson dans "Tout le monde en parle" sur la site de l'INA
  16. (fr) "Rigaudeau abandonne les Bleus" sur sport.fr.
  17. (fr) "Du bronze qui vaut de l'or" sur lequipe.fr.
  18. (fr) "Avec l'ombre d'un doute" sur lequipe.fr.
  19. (fr) "La nuit va être longue" sur lequipe.fr.
  20. (fr)France - Turquie : 78-80 sur lequipe.fr.
  21. (fr) «Les Bleus treizièmes », site de la Fédération française de basket-ball
  22. (fr) "Les Bleus de Tony Parker au top" article de Paris Match.
  23. A 12 + 4 et sans Maverick sur lequipe.fr. Consulté le 15 juin 2011
  24. (fr) Nelhomme adjoint de Collet sur http://www.sport365.fr. Consulté le 11 août 2010.
  25. a et b Les données fournies par la Fédération française de basket-ball étant parfois contradictoires, il est reproduit ici les chiffres publiés par L'Équipe dans l'ouvrage "La grande histoire du basket français" (mai 2007), à l'exception du nombre de points marqués par Tony Parker (source : basketfrance.com, septembre 2011)
  26. (fr)Site de la Fédération Française de Basket-ball (FFBB) : Basket France, joueurs de l'équipe de France (Tony Parker), mise à jour après le Championnat d'Europe 2011, Consulté le 21 septembre 2011.

Pour aller plus loin

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Équipe de France de basket-ball de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.