Îles Loyauté


Îles Loyauté

Province des îles Loyauté

Flag of France.svg  Province des îles Loyauté
Iles-Loyauté embleme.svg
Géographie
Pays Flag of France.svg France
Collectivité Nouvelle-Calédonie (sui generis)
Chef-lieu Lifou ()
Superficie 1 980,9 km²
Président Néko Hnepeune (2009-2014)
Population
Sans double compte 22 080 hab. (2004)
Densité 11,15 hab./km²
Ethnie
Européens 2%
Mélanésiens 97,1%
Polynésiens 0,2%
Autres 0,7%
Autres informations
Site officiel www.province-iles.nc

La province des îles Loyauté est une des trois provinces qui constituent la Nouvelle-Calédonie. Elle correspond à l'archipel des îles Loyauté, arc insulaire comprenant quatre îles disposées selon un axe sud-est - nord-ouest à l'est de la Grande Terre : Maré, Tiga, Lifou et Ouvéa.

Sommaire

Histoire

La Nouvelle-Calédonie a été pour la première fois divisée en plusieurs subdivisions administratives internes par le statut Fabius-Pisani mis en place par la loi du 23 août 1985 : ce sont les régions Sud, Centre, Nord et Îles. Elles sont remplacées, sous le statut Pons II mis en place en janvier 1988, par 4 nouvelles Régions : Sud, Ouest, Est et Îles.

Mais les provinces actuelles, dont la Province Îles, ne sont créées que suite aux accords de Matignon de 1988, par la loi no 88-1028 du 9 novembre 1988 portant dispositions statutaires et préparatoires à l'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie en 1998 (Art. 6)[1], et sont maintenues, après l'accord de Nouméa, par la loi no 99-209 organique relative à la Nouvelle-Calédonie (Titre IV)[2].

Géographie

Carte des subdivisions administratives de la Nouvelle-Calédonie
Japan WardColour 100x80x0.png Îles Loyauté
31. Ouvéa
32. Lifou
33. Maré

La Province des îles Loyauté correspond à l'archipel du même nom, composé de trois îles principales, Maré, Lifou et Ouvéa, et une de taille plus réduite, Tiga. Elles sont situées entre 100 et 150 km (entre 54 et 80 milles marins) de la côte est de la Grande Terre, et à 272 km (environ 170 milles marins) à l'ouest-sud-ouest de l'île d'Anatom, au Vanuatu.

Ce sont des îles hautes carbonatées constituant la partie émergée de la ride des Loyauté, relief sous-marin né, à l'instar de la Grande Terre, des plissements de la croûte océanique à l'est de la plaque australienne. Les îles constituent donc les sommets de cette ride qui ont progressivement émergé à partir du Pléistocène en raison de la proximité de la zone de subduction de la fosse des Nouvelles-Hébrides (où la plaque australienne plonge sous la plaque pacifique) qui entraîne un bombement de la plaque océanique australienne.

Ce bombement, l'installation au niveau du littoral, au moment de l'émersion, de récifs coralliens recouvrant le calcaire à rhodolites qui constitue la base du sol des îles, puis l'érosion, sous l'effet de la pluie ou de l'infiltration d'eaux de mer, du plateau calcaire, a donné naissance à un important réseau karstique et explique l'aspect chaotique du relief des îles qui, bien que très peu élevé (culminant à 138 m à Maré, à 104 m à Lifou et à 42 m à Ouvéa), donne naissance à de nombreuses falaises et terrasses en bord de mer et à de véritables gouffres à l'intérieur des terres.

D'un autre côté, si cette porosité du sol a empêché la présence d'un réseau hydrographique, les eaux de pluie issues des importantes précipitations que connaissent les îles s'infiltrant en effet directement dans le sol, elle a permis l'apparition de véritables « lentilles d'eau douce », chaque île comportant ainsi une petite nappe phréatique d'eau douce, ou saumâtre à Ouvéa, « flottant » au dessus de l’eau salée, grâce à sa plus faible densité et à la faible miscibilité des deux liquides. Quoi qu'il en soit, la question de l'approvisionnement en eau douce et de la gestion des réserves des nappes est une question importante aux îles Loyauté, avec l'installation de citernes pour recueillir les eaux de pluie ou d'une usine de dessalement à Ouvéa.

Maré, la première à s'être formée, semble déjà avoir dépassé l'axe du bombement de la lithosphère et entamé son plongeon vers la zone de subduction, quand les autres îles continuent encore leur ascension. En revanche, Ouvéa est la dernière à avoir entamé ce processus, et semble être actuellement dans la même position qu’occupait Lifou et Maré il y a quelques centaines de milliers d’années, d'où sa faible surface émergée et ses altitudes encore moins élevées que les autres îles, tandis qu'une grande partie de son plateau central est encore submergé et lui permet d'être la seule île Loyauté à posséder un lagon qui lui est propre.

Exposées aux vents dominants (est-sud-est), les îles Loyauté possèdent une pluviométrie importante, avec une moyenne de 1 600 mm par an[3]. Ceci donne naissance à une végétation dense de type tropical.

Avec 1 980, 9 km², elle est la moins étendue des trois provinces. La plus grande des quatre îles, Lifou, avec 1 196, 1 km² environ, est plus vaste que la Martinique ou que Tahiti. Vient ensuite Maré (641,7 km²), Ouvéa (132,1 km²) et enfin Tiga (11 km²).

Elle ne comprend que trois communes, à savoir, du sud au nord :

  • Maré,
  • Lifou (le chef-lieu, la plus grande et la plus peuplée des communes, elle comprend, outre l'île éponyme, Tiga),
  • Ouvéa (la moins peuplée, mais néanmoins la plus dense, étant la 4e commune la plus dense du territoire, après Nouméa, Dumbéa et le Mont-Dore, avec 33 hab./km2).

Démographie

Elle est, et d'assez loin, la moins peuplée des trois provinces, avec 22 080 habitants en 2004. Elle est toutefois plus densément peuplée que la Province Nord, avec 11,1 hab./km2, et se situe ainsi dans la moyenne de la densité de l'ensemble de la Nouvelle-Calédonie, rassemblant alors 9,57 % de la population totale, soit un peu moins d'1/10e de la population totale du Territoire, sur un peu plus d'1/10e de sa superficie.

Mais la part relative de la population loyaltienne au sein de la population totale ne cesse de s'affaiblir, puisque la population estimée au 1er janvier 2008 de la province est seulement de 22 570 habitants, soit 9,23 % de la population totale. C'est surtout un solde migratoire largement négatif qui explique cette stagnation démographique, puisqu'il était encore de -152 personnes en 2007, du fait de la forte migration des jeunes actifs vers la Province Sud, et plus particulièrement le Grand Nouméa, plus attractif et pourvoyeur d'emplois. Et contrairement à la Province Nord, aucun projet économique d'envergure n'a permis de renversement progressif de ce flux, ou tout du moins de retenir les travailleurs loyaltiens dans les îles.

Seul un accroissement naturel qui reste fort permet encore à la Province de gagner des habitants, mais celle-ci est en train de terminer, plus tardivement que les deux autres provinces, sa transition démographique. Ainsi, l'excédent naturel s'affaiblit quelque peu (l'accroissement naturel par an étant compris entre 240 et 340 personnes supplémentaires entre 2002 et 2008, ce qui reste fort mais moins que les 400 à 540 individus supplémentaires par an connus de 1981 à 2002). La mortalité s'est stabilisée à un niveau bas, et la natalité reste toujours dynamique mais décroissante (le taux de fécondité, à 2,38 enfants par femme en 2007, reste plus élevé que dans les autres Provinces et largement au dessus du seuil de renouvellement des générations, mais largement inférieur aux taux de 2001, où il s'établissait à pratiquement 4 enfants par femme, ou aux 6 enfants par femmes du début des années 1980).

Quoi qu'il en soit, les Îles Loyauté conservent une population particulièrement jeune, avec toutefois un vieillissement progressif : si les moins de 20 ans constituaient encore 46 % de l'ensemble des habitants en 2004, ils n'en représentaient plus, au 1er juillet 2008, que 42,2 %. La part des plus de 60 ans, quant à elle, augmente, passant de 8,88 % en 2004 à 9,82 % en 2008. La pyramide des âges est nettement triangulaire, mais présente des creux pour les classes d'âge des 0-5 ans (dû à une baisse de la natalité depuis le début des années 2000, conséquence directe du départ des jeunes actifs depuis le début des années 1990 pour le Sud) et des 25-35 ans, tandis que le sommet de la pyramide s'élargit. Cette évolution s'explique par une hausse de l'espérance de vie (s'établissant encore à 59,7 ans pour les hommes et 70,4 ans pour les femmes, soit 64,7 ans pour l'ensemble, en 1981, elle est en 2008 de 71,4 pour les hommes, 79,2 pour les femmes et de 75,1 ans pour la totalité de la population, elle est plus élevée que dans le Nord et a rattrapé le niveau de celle du Sud) et le départ des jeunes actifs pour la Province Sud)[4].

Les Kanaks y forment l'essentiel de la population, les îles Loyauté n'ayant jamais fait l'objet de l'installation de colons. Au recensement de 1996 (le dernier en date à avoir comporté une question sur l'origine ethnique de la population), les Mélanésiens constituaient toujours 97,1 % de la population. Les Européens, présents à seulement 2 %, sont surtout des fonctionnaires employés dans l'administration territoriale (au sein des services du Commissaire délégué du gouvernement dans la province) ou judiciaire (avec l'antenne du tribunal de Nouméa), des gendarmes, des ecclésiastiques ou encore des enseignants, et sont donc essentiellement concentrés à , le centre administratif de Lifou[5].

Institution et politique

La Province des Îles est gérée par une assemblée de Province qui siège à sur Lifou. Initialement composée de 7 membres de 1989 à 1999, elle comporte aujourd'hui 14 élus, dont parmi eux 7 siègent également au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Elle est élue pour un mandat de 5 ans au suffrage universel direct et au Scrutin proportionnel plurinominal à 1 tour. Elle élit ensuite en son sein un président (qui doit être élu, lors des 2 premiers tours de scrutin, à la majorité absolue, puis à la majorité simple au 3e tour) et trois vice-présidents.

La Province des Îles est majoritairement indépendantiste et dominée par la gauche locale. Ainsi, fief du FLNKS depuis sa création en 1989, elle a toujours fait l'objet de la présence, au moment des élections, d'une multitude de listes indépendantistes qui coopèrent ensuite largement au sein de l'assemblée. Et si les anti-indépendantistes ont toujours bénéficier de la présence d'au moins deux élus, ils sont désormais absents de l'assemblée provinciale depuis les élections provinciales du 10 mai 2009, du fait de leur division en trois listes distinctes.

Assemblée actuelle (2009- )

Depuis 2009, l'Assemblée de la Province des îles Loyauté est ainsi constituée :

Deuxième mandature (2004-2009)

De 2004 à 2009, l'Assemblée de la Province des îles Loyauté était ainsi constituée :

Première mandature (1999-2004)

De 1999 à 2000, l'Assemblée de la Province des îles Loyauté était ainsi constituée :

  • FLNKS-UC (indépendantistes) : 6 élus
  • FCCI (indépendantistes) : 2 élus
  • LKS (indépendantistes) : 2 élus.
  • FLNKS-UNI-Palika (indépendantistes) : 2 élus
  • RPCR (anti-indépendantistes) : 2 élus

Mais le résultat des élections de 1999 dans les îles Loyauté ont néanmoins rapidement été contestés par les trois autres formations disposant de sièges à l'Assemblée : le LKS, la FCCI et le RPCR (2 sièges chacun). En effet, ceux-ci dénoncent un certain nombre d'irrégularités ayant eu lieu dans le déroulement du scrutin telles que remarquées par la commission de recensement général des votes de la province.

Tout d'abord, le nombre de votants diffère entre les procès verbaux de certains bureaux de vote et les listes d'émargement. De plus, des incidents relatifs aux procédures de dépouillement ont été mis en avant comme l'absence de feuilles de pointage dans certains bureaux de vote, des procès verbaux incomplets ou au contraire surchargés ou encore des feuilles de dépouillement illisibles ou non signées. Mais surtout, le problème principalement mis en avant par ces forces d'opposition fut les signatures répétées de mêmes électeurs dans plusieurs bureaux de vote, notamment dans celui de Maré 5 où un citoyen a signé 30 fois sur la liste d'émargement. Il s'agissait essentiellement alors d'une conséquence du trop grand nombre de procurations accordées aux Îles Loyauté, dont une grande partie des inscrits vit sur la Grande Terre pour y travailler.

Devant ces irrégularités, une requête pour annuler les élections fut rapidement déposée devant le Conseil d'État par le LKS, soutenu dans sa démarche par la FCCI et le RPCR. L'arrêt rendu par la plus haute juridiction administrative française le 15 mai 2000 leur donne raison[6] et de nouvelles élections sont organisées dans les Îles Loyauté le 25 juin 2000.

La nouvelle Assemblée, de 2000 à 2004, est ainsi constituée :

  • FLNKS-UC (indépendantistes) : 6 élus
  • « Un nouveau défi pour les îles » (UDI, coalition anti-FLNKS) : 6 élus :
    • LKS (indépendantistes) : 2 élus,
    • RPCR (anti-indépendantistes) : 2 élus,
    • FCCI (indépendantistes) : 2 élus,
  • FLNKS-UNI-Palika (indépendantistes) : 2 élus

Historique des présidents de l'Assemblée de la Province Sud

Représentant de l'État

C'est également à que se trouvent les services du commissaire délégué de la République (délégué du Haut-commissaire de la République pour la Province des Îles Loyauté). Celui-ci a pratiquement les mêmes pouvoirs qu'un sous-préfet.

Références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Flag of France.svg Subdivisions de Nouvelle-Calédonie Coat of arms of New Caledonia.svg
Province Nord

Belep | Canala | Hienghène | Houaïlou | Kaala-Gomen | Koné | Kouaoua | Koumac | Ouégoa | Poindimié | Ponérihouen | Pouébo | Pouembout | Poum | Poya¹ | Touho | Voh

Province Sud
Boulouparis | Bourail | Dumbéa | Farino | La Foa | L'Île des Pins | Moindou | Mont-Dore | Nouméa | Païta | Poya¹ | Sarraméa | Thio | Yaté

Province des îles Loyauté
Ouvéa | Lifou | Maré

¹ Commune à cheval sur deux provinces

Ce document provient de « Province des %C3%AEles Loyaut%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Îles Loyauté de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Îles Loyauté — Karte der Loyalitätsinseln Die Loyalitätsinseln (frz. Îles Loyauté) sind eine Inselgruppe im Pazifik. Sie sind Teil des französischen Überseeterritoriums Neukaledonien und liegen ca. 100 km von der Hauptinsel entfernt. Sie bilden die Provinz der… …   Deutsch Wikipedia

  • Province des îles Loyauté — Drapeau de la province des îles Loyauté Administration Pays …   Wikipédia en Français

  • Province des iles Loyaute — Province des îles Loyauté   Province des îles Loyauté Géographie …   Wikipédia en Français

  • Province des îles loyauté —   Province des îles Loyauté Géographie …   Wikipédia en Français

  • Église évangélique en Nouvelle-Calédonie et aux îles Loyauté — L Église évangélique en Nouvelle Calédonie et aux îles Loyauté (ÉÉNCIL), d origine calviniste, est la principale Église protestante historique en Nouvelle Calédonie. Elle est membre de l Alliance réformée mondiale, du Conseil œcuménique des… …   Wikipédia en Français

  • Tribus des iles Loyaute — Tribus des îles Loyauté Les îles Loyauté sont subdivisées en trois communes pour les trois îles principales. Chaque commune est découpée en plusieurs districts coutumiers, formant des tribus ou des villages. Sommaire 1 Ouvéa 2 Lifou 3 Maré 4 …   Wikipédia en Français

  • Tribus des îles loyauté — Les îles Loyauté sont subdivisées en trois communes pour les trois îles principales. Chaque commune est découpée en plusieurs districts coutumiers, formant des tribus ou des villages. Sommaire 1 Ouvéa 2 Lifou 3 Maré 4 …   Wikipédia en Français

  • Villes des îles Loyauté — Tribus des îles Loyauté Les îles Loyauté sont subdivisées en trois communes pour les trois îles principales. Chaque commune est découpée en plusieurs districts coutumiers, formant des tribus ou des villages. Sommaire 1 Ouvéa 2 Lifou 3 Maré 4 …   Wikipédia en Français

  • We (iles Loyaute) — Wé (îles Loyauté) Pour les articles homonymes, voir Wé. Le tribunal de Lifou, à Wé Wé est le chef lieu des îles Loyauté. Elle se situe sur la B …   Wikipédia en Français

  • Wé(îles Loyauté) — Wé (îles Loyauté) Pour les articles homonymes, voir Wé. Le tribunal de Lifou, à Wé Wé est le chef lieu des îles Loyauté. Elle se situe sur la B …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.