Fastes d'Ostie


Fastes d'Ostie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fastes (homonymie).

Les Fastes d’Ostie sont des documents épigraphiques trouvés dans les ruines d’Ostie donnant la liste des magistrats et des faits marquants de cette cité et de Rome sa voisine.

Sommaire

Historique

Les fastes d’Ostie couvrent une période historique qui part de l’époque de Sylla et se prolonge durant l’empire. Par analogie avec Rome où le pontifex maximus était responsable de la tenue des Fastes, on suppose que le pontifex Vulcani, plus haut responsable religieux d’Ostie, se chargeait de leur rédaction. On ignore leur lieu d’exposition et d’archivage. Une réutilisation des supports comme matériaux de construction est constatée dès l’antiquité, et un grand nombre a été recyclé dans les fours à chaux. Des débris plus ou moins mutilés ont été découverts par les archéologues, et leurs textes déchiffrés sont enregistrés et publiés principalement au Corpus inscriptionum latinarum[1].

Description

Les Fastes d'Ostie étaient gravés annuellement sur des dalles de marbre, probablement comme récapitulatifs des informations collectées dans les acta diurna. Les fragments connus vont des années 49-44 av. J.-C. à 154. Ils confirment ou infirment les informations données par les sources littéraires qui nous sont parvenues, et parfois pallient les lacunes de ces sources[2]. Ils indiquent pour chaque année le noms des consuls éponymes de Rome, les magistrats d’Ostie (duoviri), les événements marquants survenus à Rome, et, cas unique pour les fastes de municipes, ils mentionnent aussi des détails de la vie locale : par exemple des incendies, l’érection d’une statue, la réfection d’un monument, ou en 91 l’ensevelissement rituel d’arbre frappé par ma foudre, [3].

Bibliographie

Parmi les études réalisées sur les Fastes d'Ostie, citons :

  • Jérôme Carcopino, étude des fragments couvrant les années 108 à 113, période du règne de Trajan non couverte par les sources littéraires antiques[4]
  • Claude Nicolet, sur le chiffre du recensement de 14 apr. J.-C. mené par Auguste et Tibère[5],[2].
  • (it), Barbara Bargagli, Cristiana Grosso, I Fasti Ostienses, documento della storia di Ostia, Ministero per i beni culturali e ambientali, Soprintendenza archeologica di Ostia, 1997, 75 p.

Notes

  1. Mireille Cébeillac-Gervasoni, Maria Letizia Caldelli, Fausto Zevi, Épigraphie latine, Armand Colin, 2006, (ISBN 2200217749), pp. 75-76
  2. a et b Claude Nicolet, Censeurs et publicains, économie et fiscalité dans la Rome antique, les Fastes d’Ostie et les recensements augustéens, Fayard, 2000, (ISBN 2213602964), pp. 189-196 et 417-418
  3. Mireille Cébeillac-Gervasoni, Maria Letizia Caldelli, Fausto Zevi, Épigraphie latine, ouvrage précité, pp. 75 et 265
  4. Jérôme Carcopino, Comptes-rendus des séances de l'année 1932 de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,numero 4 : Note sur un nouveau fragment des Fastes d'Ostie, Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation, 1932, 363-381 p.
  5. fragment transcrit par A. Degrassi dans Inscrptiones Italiae, XIII, 1, p. 184

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fastes d'Ostie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fastes (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Fastes (en latin fas, tiré du verbe défectif fari parler) est un nom qui désigne dans la Rome antique les jours où il est permis de parler en public, de… …   Wikipédia en Français

  • Ostie — Cet article concerne le port de la Rome antique. Pour l interjection québécoise, voir Sacre québécois. Pour l article homophone, voir Hostie. Ostie Ostia antica …   Wikipédia en Français

  • Naumachie — La naumachie, tableau d Ulpiano Checa (1894), 125,6 cm × 200,5 cm La naumachie ( …   Wikipédia en Français

  • Religion de la Rome antique — Pour les articles homonymes, voir Religion romaine (homonymie). La religion de la Rome antique se distingue de beaucoup d autres religions même polythéistes par l absence de mythes[réf. nécessaire]. Certes autrefois les ancêtres des Romains… …   Wikipédia en Français

  • Comices calates — Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Arles à l'époque romaine — 43° 40′ 36″ N 4° 37′ 48″ E / 43.676579, 4.629965 …   Wikipédia en Français

  • Arelate — Histoire d Arles à l époque romaine Carte de la Gaule en 58 av. J. C. : les peuples de la Narbonnaise En récompense de son soutien à Jules César contre Marseille en 49 av. J. C., Arles (ou Arelate, selon le toponyme de l époque), devient une …   Wikipédia en Français

  • Histoire D'Arles À L'époque Romaine — Carte de la Gaule en 58 av. J. C. : les peuples de la Narbonnaise En récompense de son soutien à Jules César contre Marseille en 49 av. J. C., Arles (ou Arelate, selon le toponyme de l époque), devient une colonie romaine. La fortune… …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Arles a l'epoque romaine — Histoire d Arles à l époque romaine Carte de la Gaule en 58 av. J. C. : les peuples de la Narbonnaise En récompense de son soutien à Jules César contre Marseille en 49 av. J. C., Arles (ou Arelate, selon le toponyme de l époque), devient une …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'arles à l'époque romaine — Carte de la Gaule en 58 av. J. C. : les peuples de la Narbonnaise En récompense de son soutien à Jules César contre Marseille en 49 av. J. C., Arles (ou Arelate, selon le toponyme de l époque), devient une colonie romaine. La fortune… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.