Histoire de la Nouvelle-Néerlande


Histoire de la Nouvelle-Néerlande
Carte politique du nord-est de l'Amérique du Nord en 1664.

L'histoire de Nouvelle-Néerlande s'échelonne pendant la période de colonisation de l'Amérique du Nord par les Néerlandais du voyage de Henry Hudson pour le compte de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales en 1609 à 1674, année de la cession définitive de la Nouvelle-Néerlande à l'Angleterre au traité de Westminster.

Sommaire

Henry Hudson et les compagnies particulières (1609–1624)

C'est avec la création de facto des Provinces-Unies avec l'Union d'Utrecht de 1573, en rébellion constante avec l'Espagne de Philippe II et de Philippe III que naît cette nouvelle puissance commerciale et maritime de l'Europe occidentale. Bientôt réunis en compagnies d’import-export, les marchands néerlandais, de connivence avec l’État, fondent la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (abréviation VOC) en 1602. Cette dernière, cherchant de nouvelles routes commerciales qui pourraient s’avérer profitables, engage le capitaine et explorateur Henry Hudson pour explorer la route du nord-ouest, le passage par le nord sibérien vers l’Asie. Celui-ci, ayant déjà tenté le même trajet pour le compte d’investisseurs anglais (Compagnie de Moscovie), il décide, à la barre du navire Halve Maen (demi-Lune), de chercher le chemin des Indes vers l’ouest, comme l’indiquaient les notes du capitaine anglais John Smith qui avait fait partie de la première tentative de colonisation permanente en Virginie anglaise et ce, à l'encontre des directives qu’il reçut de son employeur.

Depuis la Virginie, il remonte la côte est américaine jusqu’à l’embouchure de la Zuide Rivier (à l’époque inconnu) puis jusqu’à la baie de New York que Verrazano avait baptisée «Nouvelle-Angoulême» en 1524. Remontant le fleuve qui allait porter son nom, il se rendit rapidement compte que celui ne menait vraisemblablement pas au « royaume de Cathay ». D’ailleurs, son journal de bord est le premier à citer le terme amérindien « Manna-hata », dont dérive le nom « Manhattan » pour désigner l’île située à l'embouchure du fleuve.

Son voyage de retour pour le compte d’intérêts particuliers néerlandais allait éveiller un intérêt commercial remarquable pour la traite des fourrures dans le delta de la Noort Rivier[1].

Dès l’année d'après, puis au cours des années suivantes, quatre compagnies néerlandaises entrent en compétition pour le commerce et la traite des pelleteries avec les Amérindiens de la région. Deux postes ont probablement été ainsi érigés dès 1611 à la hauteur du futur Fort Orange, sur l'île de Castle (maintenant le port d'Albany), et à l’estuaire de la Versche Rivier (correspondant au fleuve Connecticut).

Ces quatre compagnies se souciant de l'impact négatif d'une rivalité commerciale entre Européens s'unissent et reçoivent une charte et un monopole sur la traite s'échelonnant sur trois années des États généraux sur les territoires situés entre les 40e et le 45e parallèles en 1614[2]. Cependant, le monopole n'est pas reconduit en 1618 et la compétition ne fait que s'aggraver jusqu'en 1621, année où la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales est créée sur le modèle de la VOC. Le premier voyage que cette nouvelle société dirigée principalement par la chambre de commerce d’Amsterdam s'échelonne de 1623 à 1624.

Les années pionnières (1624-1637)

La Nouvelle-Amsterdam aux environs de 1650

En 1623 ou 1624 (selon les témoignages de l'époque), les trente premières familles de colons engagées pour occuper les territoires réclamés par les Néerlandais sont disséminées en quatre points, huit hommes sont placés en poste à l'île-aux-Noix (Noten Eyland, aujourd'hui Governors Island) dans le delta de la vallée de la Noortrivier, 18 familles sont conduites à Fort Orange, le Fort Wilhelmus (en aval de la Zuidrivier) accueille huit familles et Kievits Hoeck (maintenant Saybroeck Point) à l'embouchure de la Versche rivier. L’île de Manhattan est utilisée jusqu'en 1626 comme lieu d'élevage d'animaux domestiques.

En 1626, sous la menace grandissante d'attaques d'autres nations européennes, les dirigeants de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales décident de consolider leur colonie et donnent à Willem Verhulst le mandat de rapatrier les colons au Fort Wilhelmus sur la Zuid rivier. Pierre Minuit, ayant remplacé le directeur de la colonie décide plutôt de protéger l’embouchure de la Noortrivier, et de regrouper les activités des comptoirs commerciaux au sein d'une enceinte fortifiée à cause des menaces de représailles des Agniers suite à la participation de l'officier néerlandais Daniël Crieckenbeeck et deux de ses soldats à l'assaut raté donné contre eux par les Mohicans plus tôt durant l'année. Noten Eyland étant évidemment trop petite pour y développer une colonie de peuplement, Pierre Minuit négocie l'achat de l'île de Manhattan aux Amérindiens Lenapes, pour 60 florins de marchandises. Lors de la construction du Fort Amsterdam, la guerre entre les Agniers et les Mohicans contraint les colons à se réfugier à l'intérieur de l'enceinte à plusieurs reprises par mesure de sécurité.

Les conquêtes (1664-1674)

Pendant l'année précédant la deuxième guerre Anglo-néerlandaise, qui oppose l’Angleterre aux Provinces-Unies, la Nouvelle-Néerlande est conquise par les Anglais en temps de paix. Le directeur-général Pieter Stuyvesant signe la capitulation de la Nouvelle-Amsterdam le 8 septembre 1664. La colonie est rebaptisée New York, en l’honneur du Duc d’York, frère du roi Charles II. En 1667, les Néerlandais renoncent à leurs revendications sur cette portion du territoire américain, lors du Traité de Breda, et obtiennent en retour la souveraineté sur le Surinam. Cependant, lors d’une autre guerre opposant les Anglais aux Néerlandais, ces derniers reprennent brièvement New York en 1673-74 (rebaptisée Nouvelle-Orange) et le reste de la colonie, avant que les Anglais ne la récupèrent avec le Traité de Westminster, le 19 février 1674.

Notes et références

  1. Shorto, Russell, The Island at the Center of the World, New York, Doubleday, 2004, p. 33
  2. Jaap Jacobs, New Netherland: A Dutch Colony in Seventeenth-Century America, Brill, Boston/Leyde, 2005, p.34

Voir aussi

Bibliographie

  • Jacobs, Jaap. « New Netherland: A Dutch Colony in Seventeenth-Century America ». Traduit du néerlandais par l'auteur. Brill, Boston / Leyde, 2005. 559 pages.(ISBN 9004129065)
  • Shorto, Russell. The Island at the Center of the World. New York, Doubleday, 2004. 384 pages. (ISBN 0-385-50349-0)

Articles connexes

Webographie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Histoire de la Nouvelle-Néerlande de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nouvelle-Néerlande —  Ne doit pas être confondu avec Nouvelle Hollande (Brésil) ni Nouvelle Hollande (Australie). Nouvelle Néerlande Nieuw Nederland nl 1614 – 1664 1673 – 1674 …   Wikipédia en Français

  • Établissements et fortifications de Nouvelle-Néerlande — (c1635) Nova Belgica et Anglia Nova Les établissements et fortifications de la Nouvelle Néerlande (Nieuw Nederland) désignent l ensemble des villes et fortifications de cette colonie des Provinces Unies du XVIIe siècle établie sur la côte… …   Wikipédia en Français

  • Liste des directeurs de la Nouvelle-Néerlande — Ceci est une liste des directeurs désigné par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales chargés de la Nouvelle Néerlande (Nieuw Nederland en néerlandais). La capitale administrative et la plus grande ville établie alors dans la colonie… …   Wikipédia en Français

  • Nouvelle-Suède — Nya Sverige sv 1638 – 1655 Carte de la Nouvelle Suède Informations générale …   Wikipédia en Français

  • Histoire du New Jersey — Cet article développe l histoire du New Jersey, l un des États des États Unis. George Washington franchissant le fleuve Delaware. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Histoire de New York — L histoire de la ville de New York s échelonne sur plusieurs siècles et commence, bien avant l arrivée des premiers colons dans ce qui est maintenant Manhattan, avec l occupation par les populations amérindiennes. Les tractations qui mènent New… …   Wikipédia en Français

  • Nouvelle-Amstel — 39° 37′ 33″ N 75° 36′ 05″ W / 39.625788, 75.601387 La Nouvelle Amstel …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la civilisation occidentale — Le terme de civilisation occidentale peut prêter à confusion car il recouvre des réalités différentes selon les époques et selon des considérations politiques, culturelles, idéologiques, religieuses ou philosophiques. Il est donc intéressant de… …   Wikipédia en Français

  • Nouvelle-Amsterdam — Pour les articles homonymes, voir Nouvelle Amsterdam (homonymie). Maisons de style flamand, bâties au début du XXe dans Pearl Street à Manhattan, rappelant l origine néerlandaise de la ville. De la colonie du XVII …   Wikipédia en Français

  • Histoire coloniale de l'Amérique — L’histoire coloniale de l Amérique commence peu après la redécouverte du Nouveau Monde par les Européens (Christophe Colomb en 1492). L’actuel territoire américain devient rapidement un enjeu international : les grandes puissances coloniales …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.