Bellerophon


Bellerophon

Bellérophon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellérophon (homonymie).
Bellérophon tuant la Chimère, épinétron attique, v. 425-420, Musée national archéologique d'Athènes

Dans la mythologie grecque, Bellérophon (en grec ancien Βελλεροφῶν / Bellerophỗn) est le fils de Glaucos (ou de Poséidon, suivant les versions), roi de Corinthe et d'Eurymèdé (ou Eurynomé), une mortelle. C'est aussi le petit-fils de Sisyphe.

Sommaire

Mythe

Bellérophon naquit à Ephyre sous le nom d'Hipponoos. Il était officiellement le fils de Glaucos et le petit fils de Sisyphe, mais une rumeur faisait de lui le fils du dieu de la mer Poséidon.

Il fut rebaptisé Bellérophon après le meurtre involontaire de son frère Déliadès lors d'un lancer de disque, ou, selon d'autres récits, le meurtre d'un noble corinthien tyran de son état, nommé Belléros (Bellérophon signifie « tueur de Belléros »)

Il dû s'expatrier et fuir à Tirynthe pour que le roi Proétos de Corinthe le purifie de son crime. Mais la femme de ce dernier, Sthénébée, s'éprit du jeune homme. Bellérophon était très timide avec les femmes et la repoussa. Elle l'accusa faussement devant le roi d'avoir tenté de la séduire. Proétos décida de tuer le jeune homme. Ne pouvant mettre à mort son hôte lui-même sans s'attirer le courroux des Érinyes, il l'envoya à la cour de son beau-frère, Iobatès le roi de Lycie, avec une tablette scellée sur laquelle figure un message ordonnant de tuer le porteur.

Iobatès fit grand accueil à Bellérophon et le laissa manger et boire à sa table une semaine avant de lire le message. Il lui demanda alors d'éliminer la Chimère, un monstre qui causait de grands ravages dans son pays, persuadé que le jeune homme y trouverait la mort.

Désemparé, Bellérophon consulta un devin, Polyidos, qui lui conseilla de sacrifier un taureau à Poséidon et de passer une nuit dans le temple d'Athéna, ce qu'il fit. La déesse apparut dans ses rêves pour lui parler de Pégase, seule créature assez rapide pour lui permettre d'échapper aux flammes de la Chimère. Elle lui remit une bride d'or et lui dit où trouver le coursier ailé. À son réveil, Bellérophon trouva l'objet bien réel à côté de lui. Il réussit à apprivoiser Pégase près de la fontaine de Pirène où le cheval ailé aimait s'abreuver.

Bellérophon et Pégase

Grâce à son nouveau destrier (et à sa ruse), Bellérophon vint à bout de la Chimère : volant au-dessus d'elle, il la cribla de flèches puis lui plaça un bloc de plomb dans la gueule (le souffle ardent de la créature fit fondre le plomb qui lui brûla les entrailles).

Iobatès, loin de le récompenser, l'envoya combattre les belliqueux Solymes, un peuple montagnard de Lycie. Lorsque le guerrier et sa monture revinrent en vie, le roi les renvoya affronter les Amazones, alliées des Solymes. Quand Bellérophon revint en vie pour la troisième fois à la cour de Lycie, Iobatès posta secrètement des combattants en embuscade et demanda à Bellérophon de contacter un certain Acrisios, de nuit et sans armes. Bellérophon triompha une fois de plus.

Comme Iobatès avait envoyé sa garde royale contre lui, Bellérophon mit pied à terre et demanda à Poséidon d'inonder la plaine à mesure qu'il avançait. Les hommes n'ayant pas réussi à l'arrêter, les femmes de la région relevèrent leur tunique par-dessus leur tête et marchèrent vers lui. Bellérophon était si pudique qu'il fit demi-tour en entraînant les vagues avec lui.

Iobatès, impressionné après de tels exploits, fut convaincu de l'innocence de son invité et renonça à le mettre à mort. Il lui donna sa fille Philonoé en mariage ainsi que la moitié de son royaume en succession. Bellérophon eut plusieurs enfants : Isandre, Hippoloque et Laodamie, la mère du héros Sarpédon.

Peu à peu, Bellérophon devint victime de son orgueil. Pour se venger de la reine Sthénébée (ou Antéia), il revint à Argos et fit semblant de succomber à ses charmes. Il lui proposa un petit voyage aérien sur le dos de Pégase et quand il fut assez haut, il la précipita dans les flots.

Au sommet de sa gloire, il entreprit de voler vers l'Olympe grâce à Pégase, s'estimant digne de séjourner avec les dieux. Mais Zeus, furieux, envoya un taon qui piqua Pégase sous la queue. Bellérophon tomba dans un buisson d'épines, devint aveugle et erra sur la terre jusqu'à sa mort après avoir vu son fils Isandre tué par les Solymes et sa fille Laodamie tuée par Artémis.

Postérité

Son histoire est contée dans l'Iliade (VI, 150-205) par Glaucos, fils d'Hippoloque, à qui Diomède a demandé sa lignée.

Les habitants de Corinthe lui rendaient un culte héroïque.

Il a inspiré une tragédie lyrique de Lully, sur un livret de Thomas Corneille.

Sources

Voir aussi

Commons-logo.svg

  • Portail de la mythologie grecque Portail de la mythologie grecque
Ce document provient de « Bell%C3%A9rophon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bellerophon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bellerophon — (βελλεροφῶν) or Bellerophontes (βελλεροφόντης) was a hero of Greek mythology, the greatest hero and slayer of monsters, alongside of Kadmos and Perseus, before the days of Heracles , [Kerenyi 1959, p 75.] whose greatest feat was killing the… …   Wikipedia

  • Bellerophon — und Pegasus (Relief am Aphrodite Tempel in Aphrodisias) Bellerophon (griechisch Βελλεροφῶν) oder Bellerophontes (Βελλεροφόντης „Töter des Belleros“) ist ein Held der griechischen Mythologie. Mit Hilfe des fliegenden Pferdes Pegasos t …   Deutsch Wikipedia

  • Bellerophon — BELLEROPHON, ontis, oder Bellerophontes, æ, Gr. Βελλεροφόντης, ου, (⇒ Tab. XXV.) 1 §. Namen. Eigentlich soll er Hipponous geheißen haben. Als er aber unversehens einen ums Leben gebracht, der Bellerus geheißen, Tzetz. ad Lycophr. v. 17. welcher… …   Gründliches mythologisches Lexikon

  • Bellerophon — (Bellerophontes), eigentlich Hipponoos, Sohn des Glaukos von Korinth (oder des Poseidon), Enkel des Sisyphos, tötete durch Versehen den Korinther Belleros oder seinen Bruder und floh deshalb nach Tiryns zu König Proitos, der ihn entsühnte.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bellerophon — Bellerophon. Ein Sohn des korinthischen Königs Glaukos und Sisyphos Enkel. Die griechische Heroensage schildert uns sein Leben und seine Thaten. Er mußte wegen eines Mordes an einem Stammverwandten seine Heimath, Korinth fliehen, um der Blutrache …   Damen Conversations Lexikon

  • bellérophon — ● bellérophon nom masculin (de Bellérophon, nom propre) Mollusque gastropode fossile, très commun dans les terrains primaires …   Encyclopédie Universelle

  • BELLEROPHON — Glauci, Regis Ephyrae, fil. cuius formâ capta Sthenoboea, Proeti, Argivorum Regis uxor, de stupro eum interpellavit, cumque se praeter opinionem repulsam videret, aegre id ferens, innocentem hospitem apud vitum detulit, tamquam sibi vim inferre… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Bellerophon — Bel*ler o*phon, n. (Paleon.) A genus of fossil univalve shells, believed to belong to the Heteropoda, peculiar to the Paleozoic age. [1913 Webster] || …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Bellérophon — is an opera with music by Jean Baptiste Lully and a libretto by Thomas Corneille and Bernard le Bovier de Fontenelle first performed at the Palais Royal, Paris on 31 January 1679.ources* The New Grove French Baroque Masters , ed. Graham Sadler… …   Wikipedia

  • Bellerŏphon [1] — Bellerŏphon (Bellerophontes, früher Hipponoos), Sohn des Königs Glaukos in Korinth u. der Eurymede. Wegen Ermordung seines Bruders Deliades od. des Korinthiers Bellēros (woher er auch seinen Namen B., d.h. der Bellerostödter, bekommen haben soll) …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.