Pensées pour moi-même


Pensées pour moi-même

Les Pensées pour moi-même (En Grec ancien, Τὰ εἰς ἑαυτόν, Ta eis heauton), souvent simplement intitulé Pensées est le titre d'une série de réflexions divisées en 12 livres, rédigées en Grec entre 170 et 180 par l'empereur Marc-Aurèle qui régna de 161 à 180 après J.C., et écrites au moins partiellement pendant ses campagnes militaires[1]. Les Pensées n'étaient au départ qu'un journal non destiné à être publié et révélé au public, mais devant être détruit à la mort de l'auteur. N'étant pas destinées à être lues par quiconque excepté l'auteur lui-même, le texte est adressé à Marc-Aurèle lui-même. L'empereur s'y fait de nombreux reproches, réexpose périodiquement les mêmes idées et se donne des exercices afin de ne pas céder aux multiples tentations et facilités auxquelles il est exposé et de persévérer dans la voie de la philosophie qu'il reconnait comme la seule mesure de la valeur d'un Homme.

Sur les autres projets Wikimedia :

Rédigées dans un style simple et froid, les Pensées sont une suite d'épigrammes et de courtes réflexions portant sur le devoir, la mort et la conduite du sage face aux erreurs et à la méchanceté des Hommes. Marc-Aurèle, lui-même philosophe stoïcien développe la tradition d'Épictète selon laquelle tout Homme a le profond devoir de ne pas s'inquiéter de ce qui ne dépend pas de lui, c'est-à-dire les biens matériels, les honneurs, l'opinion des gens, mais doit en contrepartie se rendre parfaitement maître de ses émotions, avis, opinions et jugements, la seule chose dont il possède un parfait contrôle.

Par rapport à celle de son «prédécesseur», Épictète, la philosophie de Marc-Aurèle est fortement orientée sur la notion de devoir et de responsabilité, notions importantes pour un empereur régnant sur un empire à son apogée mais souffrant de révoltes chroniques et de corruption. L'auteur se remémore sans cesse la nécessité de ne pas éprouver de colère et de haine à l'endroit des méchants et de ne pas laisser le mépris ou la honte l'atteindre, mais de se conformer à son devoir et à la justice pour être un exemple d'Homme droit et ainsi tenter de corriger son entourage plutôt que de le punir. Les Pensées contiennent également de nombreuses allusions à la corruption de la cour impériale et à la nécessité, malgré cet environnement, de ne pas se détourner de la voie de la philosophie[2].

Références

  1. Marc-Aurèle, Pensées pour moi-même, I.XVII et II.XVII
  2. Ibid., V.XVI

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pensées pour moi-même de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pensées (genre littéraire) — Les pensées sont un genre littéraire qui consiste pour l auteur à rassembler diverses réflexions. Il peut également s agir d extraits d une œuvre inachevée. Exemples Les Pensées pour moi même de Marc Aurèle Les Pensées métaphysiques de Spinoza… …   Wikipédia en Français

  • MOI — Pour Pascal, le moi était haïssable: formule de moraliste, qui estime que le moi est «injuste», «tyrannique», qu’il se fait «centre du tout». Loin du texte, près des réalités, Paul Valéry commente: «Le moi est haïssable..., mais c’est celui des… …   Encyclopédie Universelle

  • pour — [ pur ] prép. et n. m. inv. • por Xe; pro 842; lat. pop. por, class. pro « devant » I ♦ (Marquant l idée d échange, d équivalence, de correspondance, de réciprocité) 1 ♦ En échange de; à la place de. Acheter, acquérir, vendre qqch. pour telle… …   Encyclopédie Universelle

  • mémé — [ meme ] n. f. • 1884; var. dial. de mémère ♦ Fam. 1 ♦ Enfantin Grand mère. ⇒ mamie. Où est ta mémé ? Mémé, ma mémé est partie. (Appellatif) Bonjour mémé ! ⇒ mémère. 2 ♦ péj. Femme d un certain âge, sans séduction. Les « mémés sur les plages qui… …   Encyclopédie Universelle

  • même — mémé [ meme ] n. f. • 1884; var. dial. de mémère ♦ Fam. 1 ♦ Enfantin Grand mère. ⇒ mamie. Où est ta mémé ? Mémé, ma mémé est partie. (Appellatif) Bonjour mémé ! ⇒ mémère. 2 ♦ péj. Femme d un certain âge, sans séduction. Les « mémés sur les plages …   Encyclopédie Universelle

  • moi — (moi), pronom singulier de la première personne et des deux genres, dont la destination principale est de servir de régime, mais que l usage emploie comme sujet quand on a besoin d une forme qui ne soit pas enclitique, comme le sont je et me ;… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • pour — 1. (pour) prép. 1°   Sert à marquer le motif, la destination. Faire de l exercice pour sa santé. •   Le soleil, la lune et les astres sont conduits pour l utilité des hommes, et obéissent à Dieu, SACI Bible, Baruch, VI, 59. •   ... Vivaient le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Pour une ethique du futur — Pour une éthique du futur Pour une éthique du futur est un recueil publié dans les années 1990 par Hans Jonas regroupant deux textes de ce dernier, tirés des conférences qu il donnait pour expliquer son ouvrage Le Principe responsabilité. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Pour une éthique du futur — est un recueil publié dans les années 1990 par Hans Jonas regroupant deux textes de ce dernier, tirés des conférences qu il donnait pour expliquer son ouvrage Le Principe responsabilité. Ces deux textes sont : Philosophie. Regard en arrière… …   Wikipédia en Français

  • Pour une généalogie de la morale — Généalogie de la morale La Généalogie de la morale. Un écrit polémique (Zur Genealogie der Moral. Eine Streitschrift) est une œuvre du philosophe Friedrich Nietzsche publiée en 1887. Elle se compose de trois dissertations : I. « Bon et… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.