Strafford (pièce de théâtre)


Strafford (pièce de théâtre)

Strafford est une pièce de théâtre écrite en 1837 par Robert Browning. Née du désir de Robert Browning d'aborder également la tragédie, et non uniquement la poésie, la pièce est un échec, et ne connait que cinq représentations à Covent Garden.

Sommaire

Genèse

William Charles Macready, qui tint le rôle de Strafford (portrait par John Jackson).

La préoccupation majeure de Browning étant le personnage humain en action, il se sent prêt pour l'un des grands genres traditionnels persistant à l'époque, la tragédie. Ce sera Strafford dont le sujet lui a sans doute été inspiré par son ami Forster qui, aidé par le poète, avait rédigé la biographie de ce grand homme d'État[N 1]. Browning révèle son enthousiasme dans sa préface où il se déclare prêt à : « rafraîchir son esprit épuisé en l'orientant vers les saines personnalités d'une grande époque » (to freshen a jaded mind by diverting it to the healthy natures of a grand epoch)[1]. L'acteur vedette du moment, Macready, l'a lui aussi encouragé : « Écrivez une pièce, Browning, pour me retenir d'aller en Amérique » (« Write a play, Browning, and keep me from going to America. »)[2].

Accueil critique

La pièce est donnée à Covent Garden le 1er mai 1837 et ne connait que cinq représentations ; Browning, du coup, jure qu'il n'écrira jamais plus pour le théâtre[3]. Pourquoi cet échec ? L'action est située dans l'Angleterre de la première moitié du XVIIe siècle, à la veille de la Guerre civile[4]. Le ressort dramatique de Strafford est la collision, très cornélienne, de deux loyautés, celle de Strafford pour le roi (Charles Ier) et celle de Pym pour l'Angleterre. Les faits et les sentiments s'entrecroisent : le roi, qu'aime Strafford, ne fait rien pour le sauver, et Pym, qui aime Strafford, est contraint de l'envoyer à la mort. On a reproché aux personnages, donc à Browning, leur état d'exaltation permanente, leur éloquence déclamatoire et leur acharnement à justifier chacune de leurs décisions. La rhétorique l'emporte donc sur l'action qui n'atteint pas les paroxysmes de tension que requiert la tragédie[5].

Edmund Gosse cependant défend les qualités de la pièce, et en attribue l'accueil critique glacial à la mise en scène de Mcready, qui ne fait rien pour donner à la pièce la splendeur et la dignité qu'elle aurait dû avoir. Il est vrai qu'à cette époque, la situation financière de Covent Garden sont au plus bas, et qu'on cherche à éviter toute dépense inutile[6].

Notes

  1. Thomas Wentworth, 1er Comte (Earl) de Strafford (13 avril 1593 – 12 mai 1641) : homme d'État anglais ayant joué une importance majeure au cours de la période précédant la Guerre civile. Parlementaire partisan de Charles Ier, il fut, de 1632 à 1639. Lord Deputy d'Irlande qu'il gouverna d'une main de fer. Rappelé à Londres, il devint le conseiller principal du roi dont il s'efforça de renforcer le pouvoir à l'encontre du Parlement. Lorsque le Parlement le condamna à mort, Charles signa l'arrêt et Wentworth fut exécuté.

Références

  1. Les citations et les commentaires de ce paragraphe sont tous issus de la substance des pages consacrées au théâtre de Browning par The Cambridge History of English and American Literature in 18 Volumes (1907–21), XIII, III, 5, 24 et 25.
  2. The Cambridge History of English and American Literature, (1907-21), XIII, III, 5, 23.
  3. The Cambridge History of English and American Literature, 24.
  4. Une bonne analyse de la pièce, de son fonds historique et de sa structure peut être trouvée dans le texte de Michael Peverett, consultable sur Robert Browning's Strafford sur Intercapillary Space. Consulté le 25 novembre 2009.
  5. The Cambridge History of English and American Literature, 25.
  6. Strafford, sur victorianweb.org (consulté le 10 mars 2010)

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Strafford (pièce de théâtre) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Robert Browning — Pour les articles homonymes, voir Browning. Robert Browning …   Wikipédia en Français

  • Thomas Wentworth (1593-1641) —  Ne doit pas être confondu avec Strafford (pièce de théâtre). Pour les articles homonymes, voir Thomas Wentworth …   Wikipédia en Français

  • Forme dans l'œuvre poétique de Robert Browning — Robert Browning, peint par Rudolph Lehmann. Analyser la forme dans l’œuvre poétique de Robert Browning (1812 1889) se heurte d’emblée à l’abondance du sujet : cette œuvre est ambitieuse, les recueils ainsi que les poèmes sont souvent longs… …   Wikipédia en Français

  • Elizabeth Barrett Browning — Pour les articles homonymes, voir Barrett et Browning. Elizabeth Barrett Browning …   Wikipédia en Français

  • Pippa Passes — est une « pièce dramatique » (dramatic piece), à la fois pièce de théâtre et poème, de Robert Browning, publiée en 1841 en tant que premier volume de sa série poétique Bells and Pomegranates (« Clochettes et grenades »). L… …   Wikipédia en Français

  • Porphyria's Lover — L Amant de Porphyria Robert Browning, l auteur de Porphyria s Lover. Porphyria s Lover (L Amant de Porphyria) est un poème de Robert Browning d abord publié sous le titre de Porphyria en janvier 1836 par le Monthly Repository, puis au sein des… …   Wikipédia en Français

  • Monologue dramatique — Un monologue dramatique était en France, à la fin du Moyen Âge, un type de poème comique à vocation scénique. À l’instar des jongleurs, l’acteur seul en scène incarnait plusieurs personnages stéréotypés. Il est considéré comme un des quatre… …   Wikipédia en Français

  • Bells and Pomegranates — (Clochettes et Grenades) est un recueil de poèmes de Robert Browning, publié entre 1841 et 1846. Composé de huit « numéros », le recueil comprend de nombreux monologues et pièces dramatiques célèbres tels que Pippa Passes.… …   Wikipédia en Français

  • My Last Duchess — Ma dernière duchesse Portrait de Lucrèce de Médicis, par le Bronzino : le modèle présumé de My Last Duchess[1] …   Wikipédia en Français

  • Andrea del Sarto (poème) — Pour les articles homonymes, voir Andrea del Sarto. Andrea des Sarto (Called The Faultless Painter ), Andrea del Sarto (nommé « le peintre infaillible ») est un poème de Robert Browning publié en 1855. Le poème est un monologue… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.