Bruges-la-Morte


Bruges-la-Morte
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruges (homonymie).

Bruges-la-Morte est un roman de l'écrivain belge d'expression française Georges Rodenbach (1855-1898), considéré comme un chef d'œuvre du symbolisme, publié d'abord en feuilleton dans les colonnes du Figaro du 4 au 14 février 1892, puis en volume en juin de la même année, chez Flammarion.

Cet ouvrage, dont le personnage central est la ville de Bruges[1] elle-même, remportera un grand succès, rendant son auteur célèbre du jour au lendemain, et contribuera grandement à la renommée de la cité flamande.

Mais pour avoir décrit, en français, Bruges, le cœur battant de la Flandre sous un aspect nostalgique et avoir mené campagne contre le projet de Bruges-port de mer, ou Zeebruges, Georges Rodenbach est toujours persona non grata dans sa ville d'élection. Alors qu'il a largement contribué à sa renommée et donc à une partie de son regain économique.

Né à Tournai, déclinant des thèmes flamands en langue française, comme Verhaeren, Georges Rodenbach, premier écrivain belge à réussir à Paris, annonce toutes les contradictions de la Belgique actuelle. Son cousin, le poète Albrecht Rodenbach était d'ailleurs l'un des chantres d'une Flandre nationaliste en voie d'émancipation.

Sommaire

L'avertissement

Dans l'avertissement placé en tête de son livre, Rodenbach écrit :

« Dans cette étude passionnelle, nous avons voulu aussi et principalement évoquer une Ville, la Ville comme un personnage essentiel, associé aux états d'âme, qui conseille, dissuade, détermine à agir.
Ainsi, dans la réalité, cette Bruges, qu'il nous a plu d'élire, apparaît presque humaine... Un ascendant s'établit d'elle sur ceux qui y séjournent. Elle les façonne selon ses sites et ses cloches.
Voilà ce que nous avons souhaité de suggérer : la Ville orientant une action ; ses paysages urbains, non plus seulement comme des toiles de fond, comme des thèmes descriptifs un peu arbitrairement choisis, mais liés à l'événement même du livre.
C'est pourquoi il importe, puisque ces décors de Bruges collaborent aux péripéties, de les reproduire également ici, intercalés entre les pages : quais, rues désertes, vieilles demeures, canaux, béguinage, églises, orfèvrerie du culte, beffroi, afin que ceux qui nous liront subissent aussi la présence et l'influence de la Ville, éprouvent la contagion des eaux mieux voisines, sentent à leur tour l'ombre des hautes tours allongée sur le texte. »

Résumé de l'œuvre

Sur les autres projets Wikimedia :

Hugues Viane, fuyant une ville « cosmopolite », probablement Paris, s'est fixé au Quai du Rosaire à Bruges. Il y mène, avec sa pieuse servante, une vie calme et retirée, cultivant sa douleur dans le souvenir de son épouse disparue. De celle-ci, il a conservé dans un coffret de cristal une tresse blonde qu’il vénère chaque jour. Ce n'est pas au hasard qu'il a choisi Bruges. Personnage principal et omniprésent, la cité s'associe à son chagrin, s'assimile même à la morte. Un soir, à la sortie de Notre-Dame, Hugues rencontre une jeune inconnue dont la ressemblance avec la défunte le remplit de stupeur. Il la prend en filature jusqu'au Théâtre. Là, il découvre que Jane Scott joue le rôle d’une danseuse dans Robert le Diable de Meyerbeer. En devenant son amant, il espère retrouver le bonheur qu'il a connu avec sa compagne. La ville austère lui reproche cette liaison scandaleuse... Le récit se termine en tragédie. Lors de la procession du Saint-Sang, Hugues Viane étrangle la comédienne avec la chevelure qu’elle a, sans le savoir, profanée.

Roman de gare, thriller avant la lettre, poème en prose écrit dans une langue magistrale, mythe d'Orphée revisité, conte initiatique, Bruges-la-Morte, cette œuvre universelle, pièce maîtresse du symbolisme littéraire offre une pluralité d’interprétations qui continue de lui assurer un succès constant.

Le roman a été mis en musique en 1920 par le compositeur autrichien Erich Wolfgang Korngold dans son opéra « Die tote Stadt » (La Ville morte).

Dans un article publié dans "Le Monde de Rodenbach"[2], Ana Gonzalez Salvador, directrice du Centre d'Études pour la Belgique, a démontré que le cinéaste Alfred Hitchcock s'est inspiré de Bruges-la-Morte, au travers du roman policier D'entre les morts de Boileau-Narcejac, pour son film Vertigo.

Thèmes

La chère disparue ou le mythe d'Eurydice.

La Gnose

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Dans son roman Bruges la vive Dominique Rolin donnera une vision différente de la ville de Bruges
  2. En 1999, éd. Labor à Bruxelles.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bruges-la-Morte de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bruges-la-Morte — is a short novel by the Belgian author Georges Rodenbach, first published in 1892. The title is difficult to translate but might be rendered as The Dead City of Bruges . It tells the story of Hugues Viane, a widower overcome with grief, who takes …   Wikipedia

  • Bruges-la-Morte — Das tote Brügge (frz. Bruges la Morte) ist ein kurzer symbolistischer Roman des belgischen Schriftstellers Georges Rodenbach aus dem Jahr 1892, der 1903 in die deutsche Sprache übersetzt wurde. Er erzählt die Geschichte des trauernden Witwers… …   Deutsch Wikipedia

  • BRUGES — Du XIIe au XIVe siècle, Bruges a été au cœur des relations maritimes commerciales et financières des pays de l’Europe occidentale. Depuis 1970, elle dispose à Zeebrugge du troisième port belge. Le centre du vieux Bruges a conservé l’aspect d’une… …   Encyclopédie Universelle

  • Bruges (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Cette page répertorie des articles contenant le mot Bruges dans leur titre : Toponyme Bruges, ville de Belgique Bruges, commune française de la… …   Wikipédia en Français

  • Bruges — Pour les articles homonymes, voir Bruges (homonymie). Bruges (nl) Brugge …   Wikipédia en Français

  • Bruges — ).In support of the municipal (see Road above), free public transport is available for those who park their cars in the main railway station car park. Cycling Although a few streets are restricted, no part of Bruges is car free.Cars are required… …   Wikipedia

  • Bruges (homonymie) —  Cette page d’homonymie répertorie les différentes localités partageant un même nom. Bruges, ville de Belgique Bruges, commune française de la Gironde Bruges, ancienne commune française des Pyrénées Atlantiques, aujourd hui intégrée à Bruges …   Wikipédia en Français

  • Bruge — Bruges 51°12′31″N 3°13′27″E / 51.20861, 3.22417 …   Wikipédia en Français

  • Brugge — Bruges 51°12′31″N 3°13′27″E / 51.20861, 3.22417 …   Wikipédia en Français

  • Brugges — Bruges 51°12′31″N 3°13′27″E / 51.20861, 3.22417 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.