CERES


CERES

Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cérès.

Le Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste ou CERES est l'un des courants présents à la fondation du Parti socialiste lors du Congrès d'Épinay en 1971, animé par Jean-Pierre Chevènement, Alain Gomez, Didier Motchane, Pierre Guidoni et Georges Sarre.

Le CERES, devenu en 1986 Socialisme et République, a quitté le Parti Socialiste en 1991 après la Guerre du Golfe et avant le référendum sur le Traité de Maastricht pour créer un nouveau parti, le Mouvement des citoyens (MDC).

En 2003, le MDC devient Mouvement Républicain et Citoyen.

Sommaire

Explication du courant

Fondé à l'origine en 1966 par Jean-Pierre Chevènement, Georges Sarre et Didier Motchane, le CERES - est une originalité française puisqu'il est un courant de gauche au sein même de la social-démocratie, ce qui n'existe alors dans aucun autre parti social-démocrate européen (exception faite, peut-être du Parti travailliste britannique). Dans un texte publié en 1976, le CERES analyse son succès comme étant le résultat de facteurs extérieurs - la crise de l'impérialisme, le besoin d'une Union de la gauche, la faillite de la social-démocratie française devant les guerres coloniales, mai 68 - et de facteurs purement propres au CERES - principalement une analyse à la fois réaliste et originale. Qualifié encore aujourd'hui de courant « marxiste » (cf le site du PS actuel), le CERES veille à se donner les outils d'analyse et d'action permettant la transition au socialisme. Cette idée de transition au socialisme passant elle-même par trois idées forces que porte le CERES. D'abord, la transition doit se baser sur l'idée d'Union de la Gauche. Cela naît d'un accord politique, lui-même basé sur une analyse commune. De cet accord politique, naît l'alliance électorale et de cette alliance doit découler l'unité stratégique. C'est là que le CERES doit jouer un rôle moteur en dotant à la fois la vieille social-démocratie et le mouvement communiste « bolchévique » d'une ligne authentiquement socialiste. L'Union de la Gauche est ainsi un processus, doué d'une certaine autonomie… Il y a au CERES une certaine idée du processus révolutionnaire. Au cœur de cette idée figure l'interaction entre le mouvement de masse et le gouvernement de gauche. Au cœur de la transition, la prise de conscience de classe qui change la foule en masse doit influer sur la transition et contribuer à l'amener au succès. Il y a enfin l'idée de l'organisation du mouvement ouvrier. Le CERES pense que le processus amènera les partis membres de l'Union de la Gauche à changer leurs pratiques. Le CERES n'est pas le PSU - celui ci restant en dehors du PS-SFIO - et son analyse de l'Etat, du pouvoir diffère de celle véhiculée par les PSUistes - ces derniers adoptant la théories « des pouvoirs » en lieu et place de la critique du pouvoir. Cette conception PSUiste mènera nombre de ses membres à rallier l'aile de droite du PS des années 80-90 et 2000.[1]

Le CERES étudiant

Le CERES avait une branche étudiante qui s’est investie dans le syndicalisme. Le groupe qu'il formait fut appelé CERES même après la disparition officiel de celui-ci.

Les années 1970

Au début des années 70, le CERES étudiant, très influencé par Mai 68, forme un groupe relativement autonome, dirigé par Patrice Finel. Contrairement aux mitterrandiens qui ont choisi de s’allier avec UEC communiste, le CERES préfère un rapprochement avec l’organisation étudiante du PSU, ESU. Cette stratégie leur permet de revendiquer l’héritage de celle-ci lorsqu’en 1971 les ESU décident de se désinvestir le syndicalisme et du mutualisme étudiant. Au congrès de la MNEF tenu à Thonon en 1972, le CERES prend la direction de la mutuelle, dont la présidence revient à Gérard Jacot. Mais cette période correspond aussi à une division interne. La majorité décide de suivre la stratégie socialiste d’union de la gauche et donc de rejoindre l’UNEF-Renouveau dirigée par les communistes. Mais une minorité préfère maintenir des liens avec les autogestionnaires et adhère donc au MARC. La composition du Bureau national de la MNEF reflète donc cet état de fait, puisque sur 36 membres, 27 sont affiliés au CERES dont 2 viennent du MARC.

Perte de la MNEF

Mais la direction CERES inquiète la CNAM (caisse nationale d’assurance maladie). En effet, cet organisme subit, via FO qui en a la gestion, l’influence OCI. Or l’Organisation communiste internationaliste se caractérise par un fort sentiment anti-communiste. Aussi son organisation étudiante, l’UNEF-US fait tout pour contre carrer la prédominance du CERES à la MNEF. Leur stratégie peut aboutir quand, en 1978 les mitterrandiens rejoignent l’UNEF-US. Dès lors, ces derniers qui ont déjà évincé le CERES de la direction des MJS passent un accord avec les lambertistes pour prendre la présidence de la mutuelle[2]. En 1979 le président CERES de la MNEF, Serge Lagauche, déstabilisé par cet accord doit démissionner. Il est aussitôt remplacé par le mitterrandien Jean-Michel Grosz.

Dès lors le CERES étudiant se replie sur l’UNEF-Renouveau, devenue UNEF-Solidarité étudiante (UNEF-SE) en 1982. Lors de la création de l'UNEF-ID, le CERES est l'un des seuls courant de la gauche syndicale étudiante non communiste à ne pas participer au mouvement.

Le CERES à l'UNEF-ID

Le passage de la majorité de l’UNEF-ID au Parti socialiste, en 1986 et le succès de ce syndicat dans la gestion du mouvement contre le projet Devaquet conduit le CERES à revoir sa position. Sous la conduite de Didier Leschi, le CERES rejoint l’UNEF-ID au congrès de 1987. Il devient alors une sensibilité de la majorité. Mais il s'accommode mal des pratiques militantes de celle-ci. En outre, les militants du CERES reprochent à l'équipe dirigeante d'être trop proche du Parti socialiste. Ils soutiennent donc à partir de 1989, diverses tentatives déstabilisation de la majorité :

Au milieu des années 1990, le CERES disparaît du paysage syndical étudiant.

Références

  1. source: Association pour la fondation Lucien Herr
  2. Cf. notamment l’article de Michèle Aulagnon "Voyage à l'intérieur d'une MNEF dans la tempête; - Une participation active à la saga mitterrandienne" publié dans Le Monde du 28 juillet 1998 page 7. Dans cet article l’auteur affirme que le partage des rôles entre mitterrandistes et lambertiste se fait lors «d’une réunion fort discrète […] [à laquelle participe] les dirigeants de FO, dont le secrétaire général André Bergeron et son représentant à la Caisse nationale d'assurance-maladie, Maurice Derlain. A leurs côtés, Pierre Boussel-Lambert, chef de file des trotskistes de l'Organisation communiste internationaliste (OCI) et son représentant de l'UNEF-Unité syndicale (US), Jean-Christophe Cambadélis, ainsi que les quelques rares étudiants socialistes mitterrandistes, parmi lesquels Jean-Marie Le Guen [..]. Le "deal" conclu assure la prédominance des lambertistes dans la création d'un nouveau syndicat d'étudiants, résolument anticommuniste, qui aboutira à la naissance de l'UNEF-ID, en 1980. Parallèlement, il remet entre les mains des socialistes le contrôle de la mutuelle dont la présidence est confiée quelques jours plus tard à Jean-Michel Groscz. Cette OPA sera entérinée avec la bénédiction de la FEN, de la Fédération nationale de la mutualité française et surtout de sa branche enseignante, la MGEN qui, depuis quelque temps déjà, assure les fins de mois de la MNEF
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Centre d%27%C3%A9tudes, de recherches et d%27%C3%A9ducation socialiste ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article CERES de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ceres — commonly refers to: Ceres (dwarf planet), smallest of the five identified dwarf planets, originally classified as a planet, and later as the largest asteroid, and then most recently as a dwarf planet Ceres (Roman mythology), the Roman goddess of… …   Wikipedia

  • Ceres — Cérès Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. « Cérès » fait généralement référence à : Cérès, déesse romaine de l agriculture, des moissons et de la fécondité ; (1) Cérès,… …   Wikipédia en Français

  • CERES — Saturni et Opis filia, frugum inventrix, et cultûs terae. Virg. l. 1. Georg. v. 147. Prima Ceres ferrô mortales vertere terram Instituit: cum iam glandes atque arbuta sacrae Deficerent silvae, et victum Dodona negaret. Ex qua Iuppiter Proserpinam …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Ceres — CERES, ĕris, Gr. Δημήτηρ, τρος, (⇒ Tab. IX.) 1 §. Namen. Der Namen Ceres soll nach einigen von Gero, ich trage, herkommen, und so viel, als Geres seyn, weil die Erde, die durch die Ceres bemerket wird, Früchte trage. Cicero de N.D. l. II. c. 26.… …   Gründliches mythologisches Lexikon

  • Ceres — Saltar a navegación, búsqueda El término Ceres puede referirse a: Ceres, el planeta enano ubicado en el cinturón de asteroides del sistema solar, también denominado (1) Ceres; Ceres, la diosa de la tierra y de la agricultura en la mitología… …   Wikipedia Español

  • Ceres — Ceres, Celestial Legend Ayashi no Ceres яп. 妖しのセレス Аяси но Сэрэсу (Киридзи) Подозрительная Церера (неоф.рус) Жанр сёдзё, романтика, фэнтези, приключения Манга Автор Юу Ватасэ …   Википедия

  • Cérès — astéroïde de 900 km de diamètre, qui parcourt autour du Soleil une orbite de 2,8 UA en 1 680 jours. Cérès déesse latine des Moissons, identifiée à la Déméter grecque. ⇒CÉRÈS, subst. fém. MYTH. CLASS. [P. allus. à la déesse des moissons, symbole… …   Encyclopédie Universelle

  • Ceres —    CERES, a parish, in the district of Cupar, county of Fife; containing, with the villages of Chance Inn and Craigrothie, 2944 inhabitants, of whom 1079 are in the village of Ceres, 2¼ miles (S. E.) from Cupar. This place, of which the name is… …   A Topographical dictionary of Scotland

  • CERES — may refer to:* CERES Community Environment Park (Centre for Education and Research in Environmental Strategies), a community environmental park in Melbourne, Australia. * Clouds and the Earth s Radiant Energy System, an on going NASA… …   Wikipedia

  • Ceres — Ceres, griech. Demeter, d.h. Erdmutter (nach anderer Ableitung die Gerstengeberin), in der Religion der Griechen und Römer von großer Wichtigkeit. Sie ist die Spenderin des Aerntesegens, durch ihre Tochter Proserpina die unterirdische zeugende… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Ceres — Ceres, CA U.S. city in California Population (2000): 34609 Housing Units (2000): 10773 Land area (2000): 6.937592 sq. miles (17.968279 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 6.937592 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.