Calama (cité romaine)


Calama (cité romaine)

Guelma

Guelma
قالمة
Aucune illustration disponible... Vous en avez une, uploadez-la!
Géographie
Pays Algérie Algérie
Wilaya Guelma
(chef-lieu)
Daïra Guelma
(chef-lieu)
Superficie  km²
Coordonnées geo. 36° 27' 58" N
07° 26' 02" E
Démographie
Population 110 461 hab (1998)
Densité  hab/km²
Politique
Président de l'APC
Mandat en cours
Autres informations
Code ONS 2401
Code postal 24000

Guelma (en arabe قالمة), appelée autrefois Calama ou encore Malaca, est une ville universitaire, et chef lieu de wilaya portant le même nom, de l'est de l'Algérie.

Sommaire

Guelma en chiffres

Guelma, Place 19 Mars, siège de la willaya

Ville de Guelma

  • Population (Hab) ~200 000
  • Indicatif Tel : 037

Wilaya de Guelma

  • Population (Hab) ~650 000
  • Superficie (km²) 4 101
  • Densité (Hab/km²) 104,85
Blason de la ville de Guelma

Armoiries de la ville

Guelma, Sortie d'Héliopolis

Les armoiries de Guelma sont composées d'un blason soutenu par deux gerbes de blés d'or et surmonté, en couronne murale, d'une forteresse byzantine.
Le blason lui-même est de gueules à la façade de théâtre romain d'argent, au chef d'or à deux rameaux d’olivier entrecroisés (de gueules désigne la couleur rouge).

Situation géographique de Guelma en Algérie

Géographie et climat

Guelma se situe au cœur d'une grande région agricole à 290 m d'altitude, entourée de montagnes (Maouna, Dbegh, Houara) ce qui lui donne le nom de ville assiette, sa région bénéficie d'une grande fertilité grâce notamment à la Seybouse et d’un grand barrage qui assure un vaste périmètre d'irrigation. Ses ressources agricoles et thermales étaient depuis la nuit des temps la fierté de cette localité. Elle occupe aussi une position géographique stratégique, en sa qualité de carrefour dans la région nord-est de l’Algérie, reliant le littoral des Wilaya de Annaba, EI Tarf et Skikda, aux régions intérieures telles que les Wilaya de Constantine, Oum El Bouagui et Souk-Ahras.

Climat humide et sub-humide ; pluviométrie 450-600 mm/an.

Guelma dans l'histoire

Des inscriptions libyques trouvées à Guelma prouvant que la région a été civilisée bien avant l'arrivée des Carthaginois ou des Romains, aux mentions latines attestant que Guelma portait déjà le nom de « Calama », bien que ce nom soit probablement d'origine phénicienne, l'histoire de Guelma est riche en évènements comme son territoire est parsemé de sites d'une étonnante originalité.

D’illustres historiens anciens rapportent les récits de batailles que Jugurtha y livra en 109 avant J.C aux troupes romaines, il aurait vaincu, non loin de la ville de Guelma, précisément dans la mystérieuse Suthul, le général romain Postinius, un de ceux qui firent de l'antique Calama un centre urbain relativement important au cours du Ier siècle de notre ère. Ne fut-elle pas avec Setifis (Sétif) et Hippo-Reggius (Annaba) un des greniers de Rome au cours des IIe et IIIe siècles après J.-C. attestant que la période du règne des Sévères fit d'elle une des régions les plus prospères.

Au cours de l'époque chrétienne (IVe et Ve siècles), Calama a eu Possiduss (Possidius) (qui était aussi biographe de Saint-Augustin) comme évêque et appartenait à la province ecclésiastique de Numidie. D’ailleurs Saint-Augustin et Donatus évoquent la prospérité de cette ville. Dès l'invasion vandale, Possiduss alla se réfugier à Hippo-Reggius et Calama tomba au pouvoir de Genséric. Après la reconquête de« l'Afrique du Nord » par les Byzantins, Solomon, général de Justinien, y fit construire une forteresse.

Vint ensuite l'époque de la civilisation arabo-muslmane qui marquera à jamais l'histoire de Calama appelée désormais « Guelma ». Selon Ibn Khaldoun, des tribus arabes, en particulier les Banu Hilal, s'étaient déjà installées au cours du IXe siècle dans cette région attractive.

L'époque ottomane, quant à elle, n'a pas effectué de changements radicaux dans le paysage socioculturel de la ville. Cependant, elle a bien laissé des traces elle aussi, ne serait-ce que par quelques noms de famille qu’on retrouve aujourd’hui.

Conquise en 1834 par les Français, elle accueillit plusieurs générations de colons et de pieds-noirs. La résistance guelmoise contre le colonialisme finit par payer le prix fort, le 8 mai 1945 la ville connaîtra un massacre sans précédent dans son histoire.

Et si Guelma parlait, elle dirait : « Je fus une terre de batailles et de passions. Tout au long des siècles, les eaux de la Seybouse ont rougi du sang de mes braves… J'ai vécu les guerres puniques, connu la colonisation romaine, et côtoyé Byzance avant de rentrer dans la spiritualité de l'Islam, pour retomber dans l’emprise des ottomans et replonger dans la colonisation française et retrouver enfin l’indépendance.

Guelma est wilaya depuis 1974 et ville universitaire depuis 1986 avec l'Université du 8 mai 45.

Industrie

  • CYCMA : Complexe de fabrication cycles et cyclomoteurs.
  • Raffinerie de sucre
  • Unité de céramique et vaisselle (ECVE)
  • Conserverie Amor Benamor (CAB) pour la Harissa.
  • Les Moulins Benamor : semoulerie [1]

Tourisme

Sources thermales

Sites et monuments touristiques

Façade du théâtre romain de Guelma.
La cascade de Hammam Challala.
  • Théâtre romain de Guelma (4 500 places)
  • Piscine romaine à Hammam Bradaa, Héliopolis
  • Vestiges antiques de Thibilis (Sellaoua Announa)
  • Nécropole de Dolmens et grottes funéraires de Roknia
  • Grande Cascade de Hammam Chellala (hammam Dbegh)
  • Plateaux des cônes à Ain Hessaina
  • Lac souterrain à Bir Osmane, (Hammam Debagh)
  • Grotte de djebel Taya à Bouhamdane
  • Stations climatiques de montagne, site naturels, forêts de chênes, sources minérales à Maouna
  • Forêt récréative de Béni Salah, à Bouchegouf
  • Ghar e'Said (grotte du lion)
  • Ghar el'Djemaa (grotte de l'équipe ou du groupe)

Établissements hôteliers

  • Hôtel Mermoura
  • Complexe Hammam Challala
Guelma, ferme école.

Sport

Stade olympique de Guelma

La ville comporte de nombreux complexes sportifs:

Guelma a plusieurs clubs sportifs de football

  • L'Espérance sportive de Guelma (fondé 1939)
  • Le Football Olympique de Guelma (fondé 1947)
  • L'Ettardji Sarri Madinet Guelma (fondé le 8 septembre 1977)

Personnalités guelmoises

Culturelles

  • Chafaai Abdelmajid, auteur, homme de théâtre et pédagogue, il fut l'un des leaders de la nouvelle en Algérie pré et post-indépendante
  • Slimane Benaïssa, dramaturge, homme de théâtre.
  • Yazid Sabeg, natif de Guelma, président du conseil d'administration de la SSII CS Communication et systèmes et membre de celui de l'Institut de relations internationales et stratégiques. Nommé par Nicolas Sarkozy commissaire à la diversité et à l'égalité des chances depuis le 17 décembre 2008
  • Ahmed Achouri, poète algérien.
  • Charles-Michel Marle, mathématicien français, né en 1934.

Politiques

  • Lakehal Ayat, général et homme politique algérien.
  • Abdalah Baali, ambassadeur d'Algérie en Indonésie (1993-1996) et représentant de l'Algérie auprès de l'ONU (1997-2005).
  • Mohamed Esseghir Babes, ancien ministre de la Santé, président du Conseil national économique et social (CNES ) depuis 2005
  • Taïeb Boulahrouf, militant Front de libération nationale (Algérie)|FLN avant l’indépendance et ambassadeur d’Algérie successivement à Rome, Lima, Bucarest, Buenos Aires, La Paz et Lisbonne après l’indépendance
  • Houari Boumédiène, Président de l'Algérie de 1965 à 1978.
  • Saddek Boussena, ancien ministre de l'Énergie, ancien président de l'OPEP.
  • Abdallah Fadhel, ancien préfet du département des Oasis (1965-1970), ancien ministre de la Jeunesse et des Sports (1970-1977), ancien ambassadeur(1979-1991). Membre du PPA (1947), membre de l'OS (1948), chargé par Mohamed Boudiaf de regrouper et d'organiser les anciens membres de l'OS de la région d'Annaba, avril 1954 participe à la création du CRUA, aout 1954 responsable de la région d'Annaba, octobre 1954 muté à la Wilaya 3 sous les ordres de Krim Belkacem en tant que commissaire politique, 1er novembre : déclenchement et proclamation de la révolution du FLN et réorganisation de la mentaka de Michelet.
  • Abdelaziz Rahabi, ambassadeur d'Algérie au Mexique et en Amérique Centrale (1991 -1994) en Espagne(1994-1998 ), ministre de la Culture et de la Communication, porte-parole du Gouvernement (1998-1999).
  • Amar Belani, ambassadeur d'Algérie en Pologne et en Lituanie (1996-2000) et ambassadeur d'Algérie en Malaisie, Thaïlande et Philippines a compter de 2004.

Personnalité de la Guerre d'Algérie

  • Soudani Boudjemaa, mort au combat le 17 avril 1956 près de Koléa, à l'âge de 34 ans.
  • Mustapha Seridi, après avoir été responsable des fellaghas au niveau de la ville de Guelma, il a rejoint les maquis en 1956 et mourut le 26 octobre 1956.
  • Cherfa Ahmed et son fils M’barek, sont tombés au champ d’honneur, le jeudi 17 octobre 1957. Sa ferme, Makèze, sise au douar Beni-Marmi, fut saccagée, son bien saisi et mis en vente par les forces coloniales du village Bled Gaffar qui consacre aujourd’hui son nom.
  • Les frères Rahabi (Chérif, Salah, Mohamed ) ainsi que leur père Ammar ben Chérif dont la ferme à Cheniour ( Maouna) a servi de Markez ( lieu de ravitaillement et de transit des moudjahidine ) jusqu'à sa saisie par l'armée coloniale en 1960.
  • La famille Saadane ou Saâdene:

-Mihoub dit(Boukhari) membre de l'ALN fut nommé secrétaire général de la sous -préfecture de Guelma a l'indépendance. - Youssef et Brahim, morts au combat a la frontière Tunisienne, leurs corps ne furent jamais retrouvés.En la mémoire de cette famille, d'intellectuels, militaires et théologiens, issues de la Zaouïa et Medersa des Ibn Saadane ou Saâdene à Taya (Wilaya de Guelma),leur nom fut donné à de nombreuses rues, cite, hôpital, université, école.Originaire du Maroc, famille de Chérifien,ils s'implantèrent d'abord à Alger, puis Bejaïa , Taya, Hammam-Meskhoutine, et Biskra.

-La famille Dergali qui a donné le plus grand nombre de chouhadas -martyres- .

Guelma "intime"

Vue générale sur la ville de Guelma, École fondamentale Mohamed Abdou au premier plan, Place 19 Mars.

Théâtre

Le théâtre municipal "Mahmoud Triki"fait partie du paysage architectural de la ville de Guelma.

Boulevard

Bien qu'il y ait beaucoup de boulevards à Guelma, un seul s'appelle "boulevard" tout court, le boulevard Soudani Boudejmaa, qui est un des lieux les plus à la mode de la ville, et qui connaît une expansion commerciale diverse qui attire les jeunes.

7e

Ce qui est appelé communément "7e" est l'immeuble qui se dresse au centre de la ville de Guelma et qui épouse la forme du rond-point de la place du 19 mars (anciennement Place du Souvenir - le Monument aux Morts) ce lieu a mené l'ancien ministre de la culture M. Abdelaziz Rahabi.

CEG

Une citadelle du savoir se dressant en plein centre-ville tenant face au 7e, ayant éduqué des générations et des générations de Guelmis (Guelmois). Une institution en soi, il s’agit de l’école fondamentale Mohamed Abdou, anciennement École d'Alembert.

Lycées

Une autre forteresse du savoir qui enchaîne avec la précédente, il s’agit du lycée Mahmoud ben Mahmoud, néanmoins, les responsables locaux du secteur tendent à la convertir en auberge pour les missionnaires (inspecteurs, cadres, hôtes de passage, itinérants ou résidents).

Monument

Makam Chahid est un monument au nord de la ville en mémoire des martyrs de la guerre de libération nationale. Il se situe à l'entrée sur une colline. En provenance de Annaba, c'est la première chose à voir.

Informations générales

Le code de la wilaya de Guelma est le 24, l'indicatif téléphonique est le 37.

Liens internes

Commons-logo.svg

Liens externes

  • Portail de l’Algérie Portail de l’Algérie
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Guelma ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Calama (cité romaine) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Calama — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Kalama. Calama peut faire référence à : Calama, cité romaine correspondant à la ville actuelle de Guelma en… …   Wikipédia en Français

  • Afrique romaine — Rome compte en Afrique jusqu à huit provinces différentes (d est en ouest) : la Tripolitaine, la Byzacène, l Afrique Proconsulaire, la Numidie Cirtéenne, la Numidie militaire, la Maurétanie Césarienne, la Maurétanie Sitifienne et la… …   Wikipédia en Français

  • Timgad — Pour les articles homonymes, voir Daïra de Timgad, Barrage de Timgad et Ville de Timgad. Timgad * …   Wikipédia en Français

  • Guelma — Pour les articles homonymes, voir Calama. Guelma قالمة Guelma, Place 19 Mars, siège de la willaya bl …   Wikipédia en Français

  • Djemila — Ajouter une image Administration Nom kabyle Ǧamilla Pays  Algerie !Algérie Région …   Wikipédia en Français

  • Tipasa de Maurétanie — Tipasa * Patrimoine mondial de l UNESCO …   Wikipédia en Français

  • Bethioua — Ajouter une image Administration Nom algérien بـَـطـِّـيـوَة Pays  Algerie !Algérie Région …   Wikipédia en Français

  • Lambèse — Lambaesis Vue de côté de Lambèse Lieu de construction Lambaesis Date de construction Afrique romaine, République romaine Ordonné par Traj …   Wikipédia en Français

  • Aïn Témouchent — Vieille ville d Aïn Témouchent vue depuis le Nord Est Administration Nom algérien عـيـن تـمـوشـنـت Pays …   Wikipédia en Français

  • Henchir Kssiba — Henchir Kssiba, anciennement Civitas Popthensis, est une ancienne cité romaine située dans la commune d Ouled Moumen dans la wilaya de Souk Ahras en Algérie. Le mot civitas en latin formé de civis (citoyen), signifie la cité, c est à dire une… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.