Cathédrale Notre-Dame d'Évreux


Cathédrale Notre-Dame d'Évreux
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre-Dame.
Cathédrale Notre-Dame d'Évreux
Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame d'Évreux
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattaché à Diocèse d'Evreux
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style(s) dominant(s) architecture gothique
Protection  Classé MH (1862)
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Ville Évreux
Coordonnées 49° 01′ 27″ N 1° 09′ 03″ E / 49.024167, 1.15083349° 01′ 27″ Nord
       1° 09′ 03″ Est
/ 49.024167, 1.150833
  

Géolocalisation sur la carte : Eure

(Voir situation sur carte : Eure)
Cathédrale Notre-Dame d'Évreux

Géolocalisation sur la carte : Haute-Normandie

(Voir situation sur carte : Haute-Normandie)
Cathédrale Notre-Dame d'Évreux

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Notre-Dame d'Évreux

La Cathédrale Notre-Dame d'Évreux est l'un des bâtiments les plus remarquables de la ville d'Évreux, dans le département de l'Eure. L'édifice actuel présente des styles architecturaux divers : gothique rayonnant, gothique flamboyant et style Henri II. La cathédrale fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1].

Sommaire

Histoire

Les origines

Le diocèse d'Évreux est créé au IVe siècle. La première cathédrale a dû être construite à l'emplacement de l'ancienne basilique romaine, à l'intérieur des fortifications de la ville[2].

La cathédrale romane

Rollon, au moment de son baptême, fait des donations aux nombreuses églises qu'il avait dévasté dont le troisième jour vit la dotation de la cathédrale d'Évreux[2].

Guillaume Flaitel, évêque d'Évreux (1046-1066) commence les travaux de reconstruction de la cathédrale[2]. Elle est terminée sous l'évêque Gilbert II de la Grue (1070-1113)[2] et consacrée en l'honneur de la Vierge en 1077 par l'archevêque de Rouen, Jean d'Ivry[3].

Une nouvelle cathédrale

En 1119, la cathédrale est incendiée[2]. Cette décision est prise au cours du siège de la ville par Audin, évêque d'Évreux, chapelain et conseiller du roi Henri Ier, suite à l'attribution du comté d'Évreux à Amaury de Montfort, vassal du roi de France[2]. Évreux redevient normand et le pape Calixte II, au concile de Reims, oblige le roi d'Angleterre à reconstruire la cathédrale[2].

La reconstruction commence en 1126, pour se terminer vers 1140[2]. Toutefois avec la reprise du conflit entre Richard Cœur de Lion et Philippe Auguste entraine un nouvel incendie de la cathédrale en 1198[2].

La cathédrale gothique

Le 22 mai 1199, Évreux est rattaché au domaine du roi de France[2]. L'absence d'excommunication et le peu de finance dont dispose le chapitre de la cathédrale empêche une restauration rapide[2]. L'évêque Robert de Roye (1201-1203) obtient une indulgence du pape Innocent III pour favoriser la reconstruction de l'édifice[2]. Toutefois, les travaux de restauration ne commencent qu'à partir de 1220[2]. En 1253, la nef est reconstruite.

La façade flamboyante du bras nord, conçue par Jehan Cossart, ponctue magistralement au XVIe siècle à l'érection du volume transversal. La Renaissance, tardivement introduite, laisse le portail ouest, logé sous la grande rose. La manière française triomphe aux tours dissemblables qui l'encadrent.

Menés par François Galopin, les travaux scellent au début du XVIIe siècle, l'achèvement de l'église. Au rhabillage classique relevant le côté sud succède, au nord, une superposition de supports bagués, dans l'esprit de Philibert Delorme.

De la Révolution à nos jours

La cathédrale fortement restaurée au XIXe siècle par Denis Darcy, architecte diocésain, sous la direction de Viollet-le-Duc, a souffert des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. La cathédrale est bombardée en 1940.

De récentes réfections ont redonné à l'édifice son lustre d'antan et son vigoureux « clocher d'argent », haute flèche coiffant la tour - lanterne du transept qui le domine depuis le Moyen Âge. Les travaux de restauration s'achèvent en 1973.

Dimensions

  • longueur totale : 109 m
  • hauteur des voûtes de la nef : 21,75 m
  • largeur de la nef : 25,40 m
  • hauteur des voûtes du chœur : 24,10 m
  • largeur du chœur : 31,60 m

Description extérieure

La façade occidentale

La façade nord

La tour-lanterne

Le chevet

Le cloître

L'évêché

Visite intérieure

La nef

La nef, rehaussée sur ses grandes arcades romanes par Gauthier de Varinfoy, contraste avec le chœur gothique rayonnant, accolé à partir de 1260. De remarquables vitraux rehaussent l'espace.

La chaire, installée en 1811, provient de l'abbaye du Bec Hellouin, elle a été sculptée en 1675.

L'orgue

Les chapelles latérales

Chapelles du collatéral nord

Chapelles d'ouest en est.

  • Chapelle Saint-André (ancienne chapelle des Saints-Apôtres).
Clôture Renaissance. Retable comprenant six panneaux peints du XVIIe siècle représentant les douze apôtres.
  • Chapelle Saint-Nicolas.
Clôture Renaissance. Statue de Marie-Madeleine du XVIe siècle.
  • Chapelle Saint-Sébastien.
Clôture Louis XIII. Autel en bois Louis XV avec retable du martyr de Saint-Sébastien.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel.
  • Chapelle Saint-Aquilin.
Clôture du XVIIe siècle. Statue de Sainte-Clotilde. Vitraux Renaissance représentant « le Massacre des Saints-Innocents », Saint-Raymond de Pégnafort, Saint-Léonard, Saint-Aquilin et Saint-Georges.

Chapelles du collatéral sud

Chapelles d'ouest en est.

  • Chapelle de la Bonne Mort.
Clôture Louis XIV.
  • Chapelle Sainte-Anne.
Clôture Louis XIV. Retable en bois sculpté du XVIIe siècle. Confessionnal Louis XIV
  • Chapelle de l’Annonciation.
Clôture Louis XIII. Autel Louis XV.
  • Chapelle des Saints-Anges.
Clôture Louis XIII. Plaque commémorative et pierre tombale de Henri-Marie Boudon († 1702), archidiacre d’Évreux.
  • Chapelle des fonts baptismaux.
Clôture Renaissance. Fonts baptismaux en marbre de 1788.

Le transept

Le transept, bâti après la réparation des sacs de la Guerre de Cent Ans, offre en effet une tour-lanterne à la croisée.

Le chœur

Le chœur renferme des stalles qui furent offertes en 1377 par Charles le Mauvais, tandis que tout autour, s'ouvrent 13 chapelles dont les clôtures de bois sont du XVIe siècle.

Les chapelles rayonnantes

Un retable peint anonyme, représentant le Christ et les apôtres, se trouve dans la dernière chapelle nord, il date du XVIIe siècle, à l'entrée du bas-côté sud de la nef, se trouve également un calvaire de terre cuite du XVIIIe siècle.

La chapelle de la Mère de Dieu

La chapelle absidiale dite de la Mère de Dieu fut construite entre 1461 et 1470 par l'évêque Jean La Bahue en 1465 en commémoration du sacre de Louis XI. On y trouve une Vierge à l'enfant, statue de pierre polychrome, qui date du début du XVIe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. Ministère de la Culture, base Mérimée, « Notice no PA00099400 » sur www.culture.gouv.fr.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Annick Gosse-Kischinewski (préf. Éliane Carouge-Deronne), Évreux : la légende des pierres, Évreux, Fromont Glatigny, 1988 (ISBN 2-906806-13-7), « La cathédrale », p. 15-51 
  3. Richard Allen, « ‘A proud and headstrong man’: John of Ivry, bishop of Avranches and archbishop of Rouen, 1060–79 », Historical Research, vol. 83, no 220 (mai 2010), p. 189-227.

Bibliographie

  • Robert de Burey, Le chœur de la cathédrale d'Évreux depuis sa restauration, Imprimerie de Charles Hérissey, Évreux, 1897, lire sur Gallica
  • Jules Gailhabaud, « Cathédrale d'Évreux (boiseries) » dans Monuments anciens et modernes, tome 4, Firmin-Didot Frères, Paris, 1853, lire sur Google Livres

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathédrale Notre-Dame d'Évreux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cathedrale Notre-Dame d'Evreux — Cathédrale Notre Dame d Évreux Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame et Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de d Évreux …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame du Havre —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame du Havre Façade principale de la cathédrale, et façade ouest de la tour …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Rouen —  Cette primatiale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Rouen …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Bayeux —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Bayeux …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Coutances —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Coutances …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Sées —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Sées …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame d'Amiens —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame d’Amiens …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Chartres —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Chartres …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Paris — Pour les articles homonymes, voir Notre Dame de Paris, Notre Dame et Cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Paris La façade de la cathédrale …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Reims —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Reims …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.