Cathédrale Notre-Dame de Coutances


Cathédrale Notre-Dame de Coutances
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre-Dame.
Cathédrale
Notre-Dame de Coutances
Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame de Coutances
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattaché à Diocèse de Coutances-et-Avranches (siège)
Début de la construction XIIIe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Style(s) dominant(s) Gothique
Protection  Classé MH (1862)
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Ville Coutances
Coordonnées 49° 02′ 51″ N 1° 26′ 39″ W / 49.0475, -1.444249° 02′ 51″ Nord
       1° 26′ 39″ Ouest
/ 49.0475, -1.4442
  

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Cathédrale Notre-Dame de Coutances

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Notre-Dame de Coutances

La cathédrale Notre-Dame de Coutances est une cathédrale du XIIIe siècle, de style gothique, située à Coutances, département de la Manche, en Normandie.

La cathédrale fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1].

Construite à une altitude de 90 mètres, elle domine la ville de Coutances. Elle est visible depuis la mer et même, selon la légende, de La Hougue Bie (en) à Jersey, située pourtant à plus de 40 kilomètres.

La cathédrale a pour spécificité le rhabillage de sa partie romane par des éléments gothiques. Sous le parement gothique de la nef et des tours de façade se dresse encore la structure romane de la cathédrale du XIe siècle, qui est visible lorsque l'on parcourt les parties hautes, par exemple lors des visites-conférences.

La cathédrale possède deux flèches en façade, et une tour-lanterne. Exemple typique du gothique normand, elle se caractérise par des lignes très pures.

Sommaire

Histoire

Une première cathédrale

Vers 430, Saint Éreptiole aurait construit une église, de type basilical à l'emplacement d'un temple gallo-romain. Il a été le premier évêque de la ville de Coutances. Cette première basilique aurait été « détruite par les Normands infidelles » vers 866, selon Toustain de Billy. La fuite de l'évêché de Coutances, venu se réfugier à Rouen, laisse la ville sans cathédrale pendant une longue période.

La cathédrale romane

L'évêque Robert (v. 1026 - 1048) choisit de reconstruire la cathédrale. Elle sera achevée par son successeur Geoffroy de Montbray (1049-1093)[2]. La dédicace de l'édifice a lieu en 1056[3]. La nef était flanquée de deux tours octogonales, le carré de transept quant à lui était surmonté d'une tour-lanterne. Les croisillons donnaient naissance à des absidioles, tandis que le chœur ne possédait pas de déambulatoire, mais il était bordé de deux collatéraux[2],[4].

En dessous du parement gothique en pierre calcaire se trouve encore la partie romane de l'édifice, qui comportait à l'époque : la nef, les bas-côtés (pas de chapelle latérale), la façade et les deux tours de façade. Au XIIIe siècle le chœur, la tour lanterne, les bras nord et sud de style roman furent détruits, afin de construire à leur place des éléments gothiques. Il reste de cette cathédrale romane aujourd'hui des murs goutteraux de la nef[2],[5].

La cathédrale gothique

Vers 1180, des remaniements ont lieu au dessous des tours avec la réalisation d'un grand orgue pour les piliers des tours[5].

La reconstruction de la cathédrale s'est opérée d'ouest en est[5], suite à la nomination d'Hugues de Morville comme évêque de la ville. La nef est construite dans la première décennie du XIIIe siècle[5] et reprend la structure romane qui est rhabillée[6]. La construction du transept est supposée commencer vers 1208 et non pas après l'incendie de 1218[6]. Vers 1225, le transept semble être en cours d'achèvement comme le pense A. Mussat[6]. Philippe Auguste donne à la cathédrale quatre prébendes pour la construction de six chapelles, vraisemblablement en 1209[5].

Gravure publiée en 1822

La construction du chœur est sujet à controverse. A. Mussat et E. Lambert estiment sa construction vers 1220[5]. E. Lambert considère qu'elle a servi de modèle à la construction de la cathédrale de Burgos, commencée en 1221[5]. Branner suppose sa construction entre 1230 et 1240, tandis que Bony et Lefèvre-Pontalis la situe entre 1220 et 1255[5]. J. Herschman établie pour sa part un compromis avec la construction du déambulatoire extérieur et le mur du déambulatoire intérieur entre 1220 et 1235, puis vers 1240, l'élévation principale et les voûtes du déambulatoire intérieur[5].

En 1223, l'évêque Hugues de Morville (1208-1238) fonde dans la cathédrale deux chapelles: saint Georges et saint Thomas Becket[6]. Le chœur semble être terminé en 1238 quand est enterré Hugues de Morville[6]. Les porches sud et nord-ouest de la cathédrale semblent être construits après 1228[5]. Car il est relevé que des maçons du cloître du Mont-Saint-Michel, achevé en 1228, y ont participé[5].

La nef, comme le chœur (vers 1220-1235) sont de style normand : les chapiteaux à tailloir circulaire évidé, les arcs élancés et leur modénature accentuée sont des signes évidents de la résistance au style gothique français et a contrario de la fidélité aux traditions architecturales normandes. Le style régional apparaît aussi sur la façade de la cathédrale, qui offre des lignes verticales vertigineuses par l'absence d'embellissement intermédiaire des colonnes.

Vers 1270, des chapelles sont crées entre les contreforts de la nef[6]. Celles du côté sud sont attribuées à l'évêque Robert d'Harcourt (1291-1315)[6]. Les travaux sont achevés par l'évêque Jean d'Essey (1251-1274)[7]. Au XIVe siècle, la chapelle axiale est reconstruite[5].

Le maître-autel de la cathédrale a été construit vers 1755 par Antoine et Raphaël Duparc. C'est l'un des plus grands de France. Pour faire face à l'afflux des pèlerins, la cathédrale fut agrandie à plusieurs reprises. L'une de ses particularités est son double déambulatoire, les chapelles rayonnantes se confondant avec le deuxième[6]. Son architecture est semblable à ce qui peut être trouvé à Hambye[6].

On fête la dédicace de la cathédrale le 12 juillet.

La présence en nombre de chapelles latérales montre qu'à l'époque, la cathédrale était un lieu où des messes se déroulaient à longueur de journée. Les Coutançais, qui avaient leur propres églises dans la commune venaient souvent dans la cathédrale pour y faire des tractations commerciales avec les pèlerins, mais aussi pour y puiser l'eau du puits, dont le conduit subsiste encore dans le bras nord.

De même, les habitants traversaient le narthex de la cathédrale afin de passer d'un quartier à un autre, puisqu'à l'époque, le parvis n'existait pas encore en tant que place conséquente.

Dimensions

Plan de la cathédrale de Coutances
Longueur extérieure 95,17 m
Longueur intérieure 87 m
Longueur de la nef 38,70 m
Largeur de la nef, entre les piliers 8 m
Largeur de la nef, d'axe en axe des piliers 15 m
Largeur des bas-côtés, entre les piliers 4 m
Largeur totale 33,70 m
Longueur du transept, à l'extérieur 31 m
Largeur du transept, sous la tour-lanterne 11 m
Hauteur de la tour-lanterne, sous voûte 40,85 m
Hauteur de la nef, sous clef de voûte 21,90 m
Hauteur des flèches, dont 3 m pour les croix 77 m
Hauteur de la tour-lanterne à l'extérieur 57,45 m
Largeur du chœur 9,30 m
Largeur totale de l'abside 31,15 m
Flèche sud-ouest 75 m
Flèche nord-ouest 77 m

Description

La cathédrale de l'extérieur

La façade occidentale est encadrée par deux tours, surmontées de flèches. Le portail central, surmonté d'une grande baie, est couronné d'une galerie des roses, qui semble dater du début du XIVe siècle. Le portail central possédait un tympan dédié à la Vierge et détruit à la Révolution. Il est encadré par deux portails dont celui de gauche dédié à Saint-Lô. La cathédrale a la particularité de posséder des porches latéraux nord et sud, près du massif occidental.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La nef

La nef est constituée de six travées. Elles sont constituées de grandes arcades ogivales, séparées par de fines colonnes. Ces arcades sont surmontées d'un triforium aveugle sur deux niveaux. Elles masquent les tribunes romanes du XIe siècle. Le troisième niveau est ouvert par des vitraux en grisaille.

Au dessus du portail se trouve un buffet d'orgue, du début du XVIIIe siècle, qui provient de l'abbaye de Savigny-le-Vieux. Il y est placé après la Révolution.

Les bas-côtés et les chapelles

Les chapelles, dont l'accès se fait par les bas-côtés nord et sud, sont créés entre les contreforts vers 1270 pour le côté nord et vers 1291-1315 pour le côté sud.

Le transept et la tour-lanterne

La croisée de transept carrée, devient octogonale au premier niveau, grâce à des pendentifs triangulaires.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le chœur

Le chœur possède un maître autel, de style Louis XV, en marbre, œuvre de Duparc, terminé en 1757.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le chevet

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les vitraux

La cathédrale possède des vitraux dont les plus anciens datent du XIIIe siècle. Ce sont les verrières du déambulatoire, les fenêtres hautes du chœur et de l'abside, ainsi que les vitraux du bras nord du transept. La verrière du transept sud date du XVIe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie

  • F. Desoulières, Au début de l'art roman: les églises de l'onzième siècle en France, Les Éditions d'Art et d'Histoire, Paris, 1943.
  • E. Didier, « La cathédrale de Coutances et l'architecture ogivale » dans Notices, mémoires et documents, Volumes 1 à 2, Imprimerie d'Elie fils, Saint-Lô, 1851, p. 148-167
  • François Auguste Delamare, Essai sur la véritable origine et sur les vicissitudes de la cathédrale de Coutances, A. Hardel, Caen, 1841, lire sur Google Livres
  • Jean Jacques Bourassé, Dictionnaire d'archéologie sacrée, tome 11, J-P. Migne, Paris, 1851, p. 116-119

Notes et références

  1. Ministère de la Culture, base Mérimée, « Notice no PA00110375 » sur www.culture.gouv.fr.
  2. a, b et c F. Desoulières, Au début de l'art roman: les églises de l'onzième siècle en France, Les Éditions d'Art et d'Histoire, Paris, 1943, p. 73-74.
  3. Selon le Gallia Christiana.
  4. Élie Lambert, L'art gothique en Espagne aux XIIe et XIIIe siècles, Ayer Publishing, 1971, 314 p., p. 144
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Lindy Grant, L’architecture normande au Moyen- Âge, tome 1 : regards sur l’art de bâtir, Luneray, Éditions Charles Corlet/Presses Universitaires de Caen, 2e édition 2001 (ISBN 2-84133-135-0 et 2-85480-949-1), « Le chœur de la cathédrale de Coutances et sa place dans l’architecture gothique du sud-ouest de la Normandie », p. 137-152 
  6. a, b, c, d, e, f, g, h et i Maylis Baylé, « Coutances : cathédrale Notre-Dame » dans L’architecture normande au Moyen-Age, tome 2 : les étapes de la création, Editions Charles Corlet/Presses Universitaires de Caen, 2e édition 2001, (ISBN 2-84133-134-2 et 2-85480-950-5), p. 161-163.
  7. Élie Lambert, L'art gothique en Espagne aux XIIe et XIIIe siècles, Ayer Publishing, 1971, 314 p., p. 142

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathédrale Notre-Dame de Coutances de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cathedrale Notre-Dame de Coutances — Cathédrale Notre Dame de Coutances Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame et Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Coutances …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame De Coutances — Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame et Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Coutances …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale notre-dame de coutances — Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame et Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Coutances …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Bayeux —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Bayeux …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Rouen —  Cette primatiale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Rouen …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame du Havre —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame du Havre Façade principale de la cathédrale, et façade ouest de la tour …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame d'Évreux —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame d Évreux …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Sées —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Sées …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame d'Amiens —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame d’Amiens …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Paris — Pour les articles homonymes, voir Notre Dame de Paris, Notre Dame et Cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Paris La façade de la cathédrale …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.